Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

20 ème Rallye de Blagnac

Publié le par lariegeoise

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Mais avant d'arriver à ce rallye, je vais tourner deux fois dans la semaine car le soleil est encore là. Oh, rien de bien nouveau car je vais aller sur des terres que j'ai parcourues de multiples fois. Je cherche simplement à faire tourner les jambes et profiter du soleil, surtout que la pluie risque d'arriver pendant la période suivante.

Direction Lacroix Falgarde par la D4 en longeant la Garonne. Toujours autant de voitures même si je pars nettement plus tôt. Et après ce village que je traverse partiellement puisqu'au premier feu tricolore, je bifurque à gauche pour partir en direction de Montgiscard. La route s'élève doucement mais de quoi bien s'échauffer en début de parcours. La température est encore fraîche à cette heure-ci. Au loin, je commence à deviner au niveau de la première bosse véritable, la chaîne des Pyrénées qui est encore dans la brume. Toujours aussi jolie spectacle.

 

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

En haut de la bosse, j'arrive à Montbrun Lauragais et son superbe moulin. Pas trop de vent mais il ne se lève vraiment que vers 10h. Quelques cyclos isolés me croisent mais ce sont souvent ceux qui partent au travail en vélo. Un truc qui m'aurait plus mais il faut être dans de telles régions pour pouvoir le faire. A la sortie du village, je bifurque à droite pour partir en direction de Nailloux. Un peu de descente mais très vite ça remonte. Il ne faut pas oublier que je suis dans le Lauragais. Un lieu que ne savoure pas mon ami Alex! Ben oui, j'ai quitté depuis quelques jours l'Ariège.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Le site des "Grandes Marques" et son moulin rouge sont vite abordés pour passer au dessus de l'Autoroute, "L'ariègeoise". J'adopte un bon rythme matinal quoique je ne roule après personne. Et la température commence à s'élever un peu.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Nailloux, le village propre, où il y a un peu d'animation et je vais plonger vers la vallée pour prendre la direction de Cintegabelle. J'ai pourtant encore quelques petites bosses. Au loin, je peux apercevoir les éoliennes de la région. Il n'y a pas longtemps, c'est la route en sens inverse que je faisais.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Et toujours ces routes bordées de platanes. Ca ne se bouscule pas sur la route.  Et je n'ai pas trop de difficulté pour rejoindre Cintegabelle car fait intéressant, le nom du village est bien indiqué sur les pancartes que je rencontre. Je vais me retrouver pratiquement dans la vallée de la Lèze.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Pause technique pour rouler dans de meilleures conditions. Dans le centre de Cintegabelle je bifurque à droite pour rejoindre Auterive. C'est un peu accidenté mais je le savais que j'aurai droit à ce genre de route, l'ayant déjà empruntée dans le passé.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Auterive, c'est un peu plus animé mais normal, je suis sur le passage de l'ancienne N20. Je traverse le village pour partir vers St Sulpice sur Lèze. Et là, une belle montée de 3kms assez tournante, dont on a du mal à imaginer la fin. Un peu de camions car je me trouve sur une route qui est entre deux vallées et surtout celle qui va à St Gaudens. Les arbres sont maintenant bien pourvues de leurs feuilles.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

J'arrive à St Sulpice mais cette fois-ci, je trouve bien la route qui va à droite à Beaumont sur Lèze, route parallèle à celle de Saverdun. Elle est un peu plus étroite mais nettement plus tranquille. Le colza est tout en fleurs et j'ai l'impression de me retrouver en Seine et Marne, région que j'ai quittée depuis plus d'un an déjà!

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Petite bosse pour arriver au village de Beaumont et je continue tout droit pour arriver à Lagardelle sur Lèze. Tiens un cyclo en goguette comme moi. Petit salut au passage. Et à la sortie du village, je file à droite pour rejoindre Labarthe sur Lèze. Je quitte un peu les difficultés.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Labarthe sur Lèze, traversée du village pour rejoindre Pins-Justaret, Lacroix Falgarde et je retrouve la D4 et la banlieue de Toulouse.

 

Fin de la sortie de 106kms pour 906m de dénivelé

20 ème Rallye de Blagnac

Jeudi après midi, je n'ai pas trop envie de prendre des clichés car je suis sur un circuit que j'ai fait de multiples fois. Un peu de vent mais le circuit est assez roulant, donc je tourne bien. Direction Fonsegrives en passant par la place de l'Ormeau. Là, inutile de vous dire que j'ai banni les pistes cyclabes. Direction St Félix du Lauragais, là, c'est tout droit et il n'y a pas trop de circulation. Au niveau du croisement de Caraman, je suis rattrapé par un autre cyclo que je laisse passer devant moi, histoire de me couper du vent. C'est de bonne guerre, non? Je reviens à son niveau et il commence à causer un peu. On arrive au niveau de la D2 et il me dit qu'il va à Villefranche de Lauragais. Bonne pioche car c'est la route que je compte prendre. Mais avant que ça descende un peu, il me précise qu'il fait cette route tranquille car il a quelques problèmes d'équilibre sur son vélo. Petit "au revoir" car je compte lâcher les chevaux! Mais au niveau d'une bosse avant Villefranche, il revient à mon niveau. Je pars vers Gardouch et lui compte revenir sur Toulouse par les bords du Canal du Midi.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Et je continue mon périple en solo. La  chaleur est bien là et j'ai bien fait d'emmener deux bidons. Et oui, je suis les conseils d'Eric! Je croise quelques bandes de cyclos. Et j'arrive à Auterive pour partir sur Venerque, Labarthe sur Lèze et je ne suis pas très loin de la banlieue de Toulouse.

Fin de la sortie  de 104kms pour 900 m de dénivelé

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Dimanche matin, je décide d'aller participer au 20ème rallye de Blagnac dont le départ se fait depuis la salle des fêtes de Beauzelle. 7H, je suis sur place car je voudrai participer au circuit de 92kms et surtout ne pas rentrer trop tard à mon domicile, décidant d'aller voter pour les présidentielles en début d'après-midi pour pouvoir savourer en toute liberté devant la télé à la course cycliste "Liège/Bastogne/Liège. Beaucoup de contraintes mais quand on veut! J'y suis largement en avance, en tâtonnant un peu pour trouver cette salle. Bon, je les perturbe certainement un peu car ils s'installent tout juste. Tout se fait dans les règles de l'art et je suis étonné car on ne fait rien payer. Bravo le club car une telle organisation mérite le respect. On m'explique en deux mots comment le fléchage est fait. Bien utile car très souvent lors de cette randonnée, je vais avoir pas mal de doute. Je démarre sur un circuit en bois avant de retrouver une piste cyclabe. Le soleil se lève tout juste mais il ne fait pas trop froid. Pour l'instant, tout va bien jusqu'au premier rond point où j'ai de sérieux doutes sur la flèche directionnelle car elle indique à droite. Je file à droite comme cela semble être indiqué mais je m'aperçois vite que ce n'est pas bon. Donc je décide de revenir à ce fameux premier rond point en attendant le premier cyclo qui tarde vraiment à arriver. Il faut dire que les inscriptions sont prévues à partir de 7H30'. Bref vers 8H, en voilà un. Mais que de perte de temps! En définitif, il faut aller à gauche. La flèche a été mise dans le mauvais sens. Première colère! Enfin tout le monde peut se tromper. Ca y est, c'est vraiment parti mais pas d'autres cyclos en vue. Bizarre car d'habitude, ils sont toujours là, tôt!

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

La route par contre, n'est pas toujours de bonne qualité mais pas de circulation. Il faut emprunter la piste cyclable si on ne veut pas s'éloigner mais par contre, elle est remplie de gravillons, donc pas terrible pour les pneus. Allez, on ne va pas penser à la crevaison. A un moment, je décide de l'abandonner pour mieux rouler mais ayant peur de me planter, je me remets dessus. Départ pas terrible non plus car dans la période ville, aucun panneau directionnel pour savoir où aller. Je pense qu'il faudrait préciser aux participants que quand ils ne voient pas de flèche, ils doivent considérer d'aller tout droit.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Deuxième bémol, je me retrouve à un croisement et pas de flèche. Je décide de partir à gauche mais à tout hasard. J'ai dû faire un plantage à un moment et pas de cyclo en vue. J'arrive dans la localité de Seilh et je retrouve le cyclo du départ, donc je dois être sur la bonne route. Mais pas d'autre cyclo. Ca commence à me crisper un peu. J'ai l'impression de trouver des routes que j'avais empruntées, il y a quelques mois avec mon pote Philippe quand il avait pour domicile Blagnac. Ah s'il avait été là, il m'aurait été bien utile. Et puis il me faudra un jour que j'acquiers un Garmin pour ne plus me planter sur les parcours. Et puis les flèches sont assez perturbantes car il y a des rouges et des vertes, donc laquelle choisir puisque le début est parcours commun. Et je commence à apercevoir au loin, d'autres cyclos. Je vais faire tout au long de mon parcours, ces sauts d'un groupe à un autre.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Et je retrouve sur des routes bordées de champs de colza. Quand je vous disais qu'ici j'avais l'impression de me trouver en Seine et Marne. Et pour l'instant, c'est assez plat. Je mène bon train affichant souvent le 30kms/h surtout qu'il n'y a pas de vent et que j'ai toujours envie de rattraper le groupe qui me précède. Je me pose la question d'où viennent tous ces cyclos car il y en a qui viennent en sens inverse. Des randonneurs du dimanche! Un cyclo au croisement qui vient de faire une pause technique, me rattrape et me ramène en douceur sur son groupe.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Son groupe du club de Beauzelle est arrêté un peu plus loin suite certainement à une crevaison d'un de leurs membres au niveau de Merville. Moi, je ne m'attarde pas car il me faut avancer, ayant perdu assez de temps au départ. Et la route commence à s'élever un peu. Et toujours un petit groupe plus loin. En général, les cyclos sont souvent deux. C'est vrai que c'est plus sympa pour rouler en toute tranquillité.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

La route devient un peu plus étroite et s'élève sérieusement. Le bitume en plus, n'est pas de très bonne qualité sans parler de certains trous. Je monte vers Castéra et j'ai l'impression de ne pas voir la fin de la bosse. Il y a bien trois kilomètres de montée. Et je redescends assez vite sur une route de meilleure condition. Marnac n'est plus loin. Et le soleil commence à être chaud. Après Thil, je retrouve les cyclos qui étaient sur le circuit vert, deuxième des parcours offerts, mais je suis toujours perturbé par les cyclos qui arrivent en sens inverse. Toujours l'impression de m'être planté.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Et j'arrive à Bretx où le ravitaillement copieux m'attend comme pour bien d'autres cyclos. Et là, je me dis que je vais pouvoir trouver un groupe où je vais pouvoir me mettre à l'abri et être sur le bon parcours. Un morceau de chocolat, deux abricots secs et un verre de menthe font l'affaire. Un groupe d'Orens repart, je décide de les suivre.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Je démarre sur les chapeaux de roue et le groupe en définitive reste derrière moi jusqu'à que certains décident de prendre la tête. Je les laisse faire pouvant m'économiser. L'un d'eux me demande d'où je suis et il me précise que je roule fort et bien. Le respect me dira Jean-Michel! ce cyclo s'étonne aussi de me voir prendre des photos. Un reporteur! Mais le groupe décide de stopper leur allure car certains de leur groupe sont lâchés. Je les quitte à Launac car ils veulent attendre leurs copains. Normal pour un vrai groupe de cyclos. Moi je continue, ne voulant pas perdre de temps. Peu de temps après, la direction du circuit vert se détache du bleu. Enfin, je peux voir le cycle du circuit bleu par un rond de la même couleur.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Avant d'arriver à Pelleport, je me retrouve rejoint par un groupe de Beauzelle, peut-être celui que j'avais vu au début de la sortie. Drudas, la route est un peu meilleure et plus de cyclos en vue. Bon, le fléchage est plus au point. Et ça va remonter mon estime quelque peu.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Après une belle bosse, je prends le temps de faire un ralenti pour prendre le cliché de la vallée. Et un groupe de deux cyclos que je vais suivre plus ou moins à distance, ayant un peu de mal à revenir à leur niveau. Bellesserre, un "quid" se pose à eux comme à moi comme il voit une flèche à droite qu'ils n'ont pas vue. Demi tour de leur part pour remonter une bosse et on se trouve à un croisement où on ne trouve pas de flèche directionnelle. Un autre groupe arrive et qui se pose la même question.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Décision générale, on file sur Le Burgaud. Le groupe accélère et je les laisse partir. Ils ont pris la décision de ne plus suivre la parcours, voulant rentrer au plus vite. St Cézert va être en vue. Et les bosses ne sont plus de mise donc je peux repartir à bonne allure surtout que maintenant le fléchage semble correct.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Et là je vais être pratiquement seul jusqu'à l'arrivée. Cantregil. Un autre cyclo arrive en face mais s'aperçoit très vite qu'il faut qu'il tourne comme moi. Les flèches sont parfois trop petites et sont mises juste à l'endroit de la bifurcation demandée donc si on ne fait pas attention , on a vite fait de se planter. Et là je vais me retrouver sur des routes plus étroites.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Larra, un groupe de trois avec deux filles me devancent et je les dépasse avec regret mais elles n'ont vraiment pas mon allure et leur avance donc je garde le même rythme. Au loin un château est annoncé mais là, je ne veux pas faire du touriste. Et je ne vais pas être loin du circuit aller puisque je retrouve des noms de villages traversés. Merville n'est plus loin. Et là, je suis scrupuleusement les fléchages annoncés qui sont bien présents et j'appuie encore plus fort sur les pédales.

20 ème Rallye de Blagnac
20 ème Rallye de Blagnac

Aussonne, je ne suis plus loin de mon point de départ. Beauzelle n'est plus qu'à quelques encablures. Et là je perds un peu les fléchages. Je roule à l'instinct mais j'arrive à mon point de départ voyant les bâtiments typiques du départ. Fin du parcours. Personne sur le parking qui est encore rempli de voitures. Dommage j'aurai bien fait le grand parcours, si j'avais eu plus de temps. Mais je reviendrai.

 

Beau parcours mais un peu limite pour le fléchage à mon simple avis.

Parcours de 96kms pour 900m de dénivelé.

Ainsi s'achève la semaine. Cette semaine sera peut-être moins riche. La pluie est plus ou moins annoncée.

Voir les commentaires

Deuxième semaine ariègeoise

Publié le par lariegeoise

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Après avoir bien roulé avec le club samedi, je décide en cette matinée où le jour se lève de plus en plus tôt, de faire une sortie récupération, c'est à dire une sortie tranquille en solitaire. Pour le lever du soleil, une bonne chose car je pourrai faire des sorties un peu plus longues. La température est encore un peu fraîche le matin mais j'ai arrêté de porter des tenues longues pour le bas. Et oui, il faut bien que mes cuisses prennent un peu de couleur. Descente rapide vers Tarascon pour remonter sur Arignac. Le lac de Mercus est bien calme à cette heure-ci. De toute façon les vrais estivants n'arriveront que dans quelques mois. Seuls quelques pêcheurs viennent taquiner le poisson. Amplaing, les deux belles bosses dont une à 13% que je commence à bien monter après le bénéfice de mon entraînement du début de l'année. Avec l'âge, je me bonifie! Lol! Prayols, le soleil commence à donner un peu de couleur au village. Ferrières, je passe à côté du domicile de mon ami Patrick mais il doit se préparer pour partir au boulot à cette heure-ci. Foix n'est plus tellement loin.

 

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et déjà les tours du château se profilent à l'horizon. Un cadre habituel pour mon ami Patrick. J'emprunte l'Avenue de Vilotte où seront plein de coureurs lors de l'étape du TDF le 14/7. Mais je ne m'attarde pas car je monte après passage sur le pont, situé sur la route de St Girons, vers Vernajoul pour partir en direction de Labouiche, où se situe la rivière souterraine. Mais là les touristes ne sont plus là. Je passe avant sur la voie verte où les cyclistes peuvent voyager de Vernajoul à St Girons. Direction Dalou. Un circuit assez tranquille pour l'instant.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Dalou, et j'arrive à l'intersection de la route venant de La Bastide de Sérou. Une petite descente pour gravir un petit col, le Pas du Portel. Oh, il est bien loin de la hauteur du Col du Portel situé au dessus de Foix. Plongeon sur Patou. Quelques voitures à cette heure-ci pour quelques conducteurs qui veulent regagner plus tranquillement Foix.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Traversée de la route venant de Pailhès pour regagner le village de Loubens qui m'offre une petite bosse que j'avais franchi avec le club samedi. Et plongeon vers Pamiers et sa banlieue que je ne fais qu'approcher.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Je coupe la route venant de Varilhes, allant vers Pamiers. Passage au dessus de la voie ferrée pour arriver dans le centre du village et regagner une route plus tranquille qui va vers St Félix.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et ça remonte quelque peu, me permettant d'avoir en face de moi la chaîne des Pyrénées et le village de St Félix de Rieutord. Petite pause technique au niveau de Ségura, le froid me donnant quelques envies, cela va me permettre de rouler dans de meilleures conditions.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et ça remonte doucement. Au loin, je vois encore la neige sur les sommets. Je suis sur la route qui va vers Lavelanet. Mais là, je suis tranquille sur une route en bon état.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Seigneurix, Astérix serait il passé par là! Je laisse Ventenac à ma droite pour monter sur le second col un peu plus sérieux qui va me guider vers Foix.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Dans les champs, beaucoup de brebis paissent. J'arrive dans le village du Bousquet. Il me faut éviter le plus possible les "crottes" des brebis qui ont dues passer par là pour rejoindre l'autre champ. Cette fois-ci la route n'est plus remplie de gravillons.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et j'arrive au col de Chacarny que franchit assez souvent mon ami Patrick après son travail mais en vélo! J'aperçois quelques maisons isolées, des lieux qui pourraient plaire à mon ami Eric, allias "Cathare"!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Tiens, un cyclo! Mais il est vrai que vers 10h, je rencontre souvent d'autres cyclistes. Et après une petite descente, je remonte vers le Col de Py avant de replonger sur la route de Foix.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Une remontée tranquille pour rejoindre les hauts de Foix où j'admire une fois de plus son château. Traversée partielle de la ville, pour relonger la voie ferrée mais surtout le cours d'eau de l'Ariège et ses rapides où s'étaient disputés , il y a quelques années, les championnats du monde de kayack pour les juniors.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Montgailhard, La Charmille et toujours cette remontée difficile de Garrabet avant de replonger sur Mercus. Des bosses qui se gèrent dans l'élan. Bompas et j'arrive à Tarascon sur Ariège pour le final de mon parcours.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Oh, quelques 4 kilomètres à négocier en montée continuelle pour arriver à mon village de départ.

Fin de la sortie de 99kms pour 1190m de dénivelé.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Mercredi, ayant voulu accompagner Madame au marché le matin, je décide de faire ma sortie en ce bel après-midi et je ne suis pas déçu car il fait un temps magnifique. La chaleur est même là. J'ai envie d'essayer de tâter les vrais cols par le circuit que j'affectionne particulièrement, c'est à dire Port de Lers/Col de Port. Bien sûr la neige existe encore sur les sommets mais avec la température qu'il fait actuellement, je pense que je pourrai passer.

Descente sur Tarascon sur Ariège comme d'habitude, pour remonter sur la route de Vicdessos via Niaux. Pas trop de voiture, je roule avec confiance. Je ne sens pas le vent.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Le long de la route, le Vicdessos coule à flot. Normal, la neige doit fondre un maximum. C'est vraiment très agréable de rouler. Mais pas un seul cyclo de ce côté. Il faut dire que je suis parti vers 13H.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Vicdessos, le village, pas trop de touristes à cette époque malgré les vacances scolaires. Je me dirige vers le panneau indiquant la montée. Col fermé! Que cela tienne, je décide de monter. Je verrai bien si je suis arrêté à un moment donné. Mais je suis assez réconforté dans ma décision car je croise quelques voitures, des randonneurs sans doute.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et comme toujours, ces trois premiers kilomètres assez difficiles jusqu'au croisement de la route allant vers Suc de Sentenac. Et après ça monte assez doucement sur quatre kilomètres. Au passage d'un village, j'admire ces quelques ânes qui paissent tranquillement. Mais je ne les affole même pas!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et quelques temps après, la pente commence à se faire un peu plus sévère. Des panneaux sur le bas côté de la route affichent des pourcentages à 8/9%. Ce sera moins terrible pour les participants de la cyclo-sportive "L'Ariègeoise" puisqu'ils descendront pour aller vers Auzat. Et cette cascade toujours aussi magnifique et rafraîchissante. Elle m'éclabousse même au passage tellement le débit est fort. Plus que quatre kilomètres pour arriver au sommet et toujours pas trace de neige.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Au détour de quelques virages, pas mal de voitures de randonneurs sont stationnées. La vision de la vallée me montre que cela a bien monté. En haut, je suis dépassé par un car de gamins de centre aéré qui m'applaudissent au passage. Petite photo d'usage avant que je plonge dans la vallée. Et pas trace de neige. Juste un peu sur les bas côtés.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Après m'être désaltéré quelque peu, je passe mes développements pour descendre au plus vite. Quelques soucis avec mon pneu avant, je décide de vérifier quand je serai au niveau de l'étang de Lers. Passage auprès du site des parapentes et ils s'en donnent à cœur joie. Les vents ascensionnels les font remonter dès leur saut.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Le spectacle est grandiose. Et par ce temps, ils doivent se régaler. Pause comme prévu et je m'aperçois que le pneu avant ne tient pas le gonflage. J'en mets un petit coup et je suis assez content car ma pompe fonctionne pas, ce qui n'est pas toujours le cas. Et hop, je repars à fond mais je ne suis pas trop rassuré par cette chambre qui semble pas trop assurer car je sens des petits dérapages dans les virages.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Le Port, seul village avant d'arriver à Massat, je prends la décision de changer carrément de chambre à air à l'avant. Et j'ai raison, car là, ça tourne mieux. Et j'arrive à Massat, apercevant à gauche la montée vers le Col de Port.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Massat, petit village qui bouge toujours un peu par la présence de touristes, et je me fais la petite descente avant d'arriver au panneau indiquant la bosse à venir : 12,5kms à 6% en moyenne, moins difficile que la montée du Port de Lers. 6 kilomètres, Col des Caougnous où ce situe le départ vers la montée du Col de Péguère, il ne me reste plus que 6 kilomètres avant le sommet.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et je croise quelques cyclos dans les deux sens. Je me fais même dépasser par un groupe de Pamiers mais je ne cherche pas à les suivre.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Au niveau de la source, ils ont fait une pause et ils me rattrapent dans la descente avant d'arriver à Saurat. Je me suis montré prudent dans la descente car au niveau du village de Prat Communal, il y avait pas mal de graviers suite à des travaux. Je ne suis plus loin de mon domicile. Et toujours cette petite remontée qui fait mal après une belle descente.

Fin de la sortie de 77kms mais 1860m de dénivelé.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Jeudi matin, j'avais la veille convenu avec mon pote Didier de faire une sortie matinale. Bon, j'avoue que j'espère tenir étant sorti la veille. Avec la volonté, on arrive à tout! Donc descente rapide comme d'habitude pour remonter sur Arignac. Le départ est prévu à 8H depuis chez Didier, une heure raisonnable. Les deux bosses d'Amplaing que je connais bien pour atteindre dans la descente de la première à 62km/h. Avec mes soucis de la veille, je ne l'aurai pas fait! Et quand je remonte, quelle surprise avant d'arriver devant chez lui. Un superbe paon qui se promène. Belle surprise, non?

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Il n'a même pas peur de l'humain mais il ne fait pas la roue, le Léon! Je confie l'événement à Didier qui arrive presqu'au moment où je suis devant chez lui. Il me dit que c'est le paon de la voisine qui a l'habitude de se sauver. Bon, on n'est pas là pour discuter. On a des kilomètres à faire et je lui dit le parcours que j'envisage qui devrait être aux alentours de 90kms.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Direction Foix où la ville s'éveille tout juste. Avant de passer à Ferrières, pas de vision de Patrick! Et opte, on file sur la route de St Girons pour notre premier col de la matinée : celui de Del Bouich. Je lui dit que l'on va rester l'un derrière l'autre comme il y a pas mal de circulation. On se sera plus tranquille quand nous serons à La Bastide de Sérou.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Comme vous vous doutez, il m'attend au sommet mais très vite, on poursuit notre route car après ça descend pratiquement jusqu'à La Bastide de Sérou. Comme je dis souvent, je lâche les chevaux! Une belle ligne droite nous est offerte sur un bitume de bonne qualité.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Je jette un petit coup d'œil derrière moi pour voir si Didier est toujours là. La descente étant facile, je me doute qu'il est là. La Bastide de Sérou, à l'entrée du village, on bifurque à gauche pour filer sur la route qui nous emmènera au Col des Marrous. Passage par le fameux haras, je précise à Didier que j'ai quelques problèmes avec mon appareil photo qui aurait eu besoin d'un rechargement. Donc je lui précise qu'il fera le photographe de la matinée.

 

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

La route est étroite mais agréable. Pas de difficulté pour l'instant, que des petits dos d'âne. Il y a plein d'arbres en fleurs. Le printemps, quoi!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Esplas de Sérou, avant le village, on tourne à gauche, laissant sur notre droite le cours d'eau. Et la route d'élève vite. Je lui précise que je préférerai faire ce parcours dans ce sens car de l'autre côté la descente est assez dangereuse à cause des gravillons et des voitures qu'on voit parfois au dernier moment.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

La pente est assez pentue et nous commençons à être dépassé un ou deux cyclos qui ont ce petit message sympa en passant. La route reste étroite mais de bonne qualité. Seul instant d'émotion, c'est quand un gros camion chargé de troncs d'arbre déboule. On a tout juste la place pour se glisser entre le camion et le bas côté de la route car il n'a pas ralenti pour autant!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Quelques maisons qui sont perdus dans la montagne, sont occupés par quelques vacanciers car difficile de vivre là à l'année car on est déjà assez loin de La Bastide.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et j'arrive au village de Sentenac de Sérou où m'attend Didier planqué derrière un pilier pour prendre une photo moins classique! Un artiste, je vous dis. Moi je continue ma montée car je sais qu'il me rattrapera.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Mais beau point de vue de ce village, d'ailleurs le site est indiqué sur les cartes. Au loin, un autre village, à portée de vue. Mais sur l'autre versant!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et nous commençons à rencontrer quelques sources qui descendent de la montagne. Didier a même mis pied à terre pour m'attendre! Non, non, il n'est pas fatigué!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Mais ça monte toujours autant. Et les virages se succèdent toujours autant.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Nous commençons à être dans une région nettement plus boisée.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et toujours ces sources qui coulent à un flot continuel.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Nous arrivons à un croisement qui vient aussi de la vallée mais avec un pourcentage plus important.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Croisement avec la route qui monte à droite vers Péguére que nous ne prenons pas puisque notre destination est le col des Marrous.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Il nous reste encore quatre kilomètres à parcourir avant d'arriver au sommet. Je laisse filer Didier. La pente est nettement plus facile mais la route est pleine de gravillons.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Le sommet approche puisque la luminosité se fait de plus en plus grande.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Fin de la bosse, on aura parcouru 12 kms avant d'atteindre notre fameux col des Marrous qui est souvent la limite de l'enneigement de l'hiver. Au delà, à ce moment-là, le département ne s'en occupe pas.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Didier m'attend sagement au sommet et je mènerais la descente, à fond comme d'habitude. Il me suivra sans problème malgré qu'il n'aime pas les descentes, celle-ci ne comportant pas de difficulté. Arrivée à Foix pour finir tranquille notre retour sur Tarascon.  Et le soleil est toujours là.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Nous croisons quelques cyclos qui sont tout sourire car cette route ne présente aucune difficulté. Didier ne s'arrête pas comme l'an dernier au niveau du pont du Diable pour rentrer chez lui comme les autres années. Il décide de m'accompagner.

 

 

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Une belle ligne droite nous est offerte et là on tourne à fond car le vent nous est plus favorable. Mercus, Bompas, Tarascon n'est plus loin. On se quitte au niveau du passage à niveau près de la gare où nous sommes arrêtés pour laisser passer un train. On est prudent! Et après, à chacun ses difficultés comme nous partons chacun de notre côté!

 

Fin de la sortie du jour : 98kms pour 1465m de dénivelé

 

Et pour la sortie club du samedi, Didier ne sera pas là car il est de permanence ce week-end.

 

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Dimanche matin, le temps est encore couvert mais tout de même meilleur que la veille où j'ai annulé ma participation à la sortie club. Comme je dis souvent, je désire rouler quand il y a le plaisir. Mais en compensation, je décide de faire le parcours qui était prévu la veille par le club. Le début est pratiquement celui que j'avais fait jeudi matin avec Didier mais là, je ne passe pas devant chez lui mais je passe par le centre de Tarascon pour rejoindre Foix, via Bompas. A cette heure-ci, les voitures sont rares et c'est une bonne chose car je peux rouler tranquille.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Foix, je passe par Vilotte pour monter le Col Del Bouiche, route courante pour les sorties de Patrick. Pas de vent, encore à cette heure-ci par contre difficile d'admirer la vallée, encombrées par les nuages.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

6kms d'ascension me permettent de franchir le col sans encombre. Et je plonge sur La Bastide de Sérou. Et là, je me lâche un maximum car la route étant de velours et c'est pratiquement que de la descente jusqu'au village. Passage près du village de Montels par où on peut accéder à Alzen. A droite, le golf d'Ariège.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

La Bastide de Sérou, je continue sur la route de St Girons sur quelques kilomètres pour arriver à l'intersection qui va vers la ferme aux serpents. Site très intéressant, à conseiller. Je suis un peu ralenti par un feu tricolore dans le centre du village.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

En continuant ma route, je me dis que la bosse à droite de ma route sera bientôt pour moi. Et j'y arrive. Il avait dû pleuvoir la veille car la route est encore humide. Je vais passer à côté de quelques fermes, donc imaginez que la route n'est pas "clean"!

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et je m'élève assez vite, me permettant d'admirer la vallée. Les arbres sont encore en fleurs. Et j'arrive au village d'Allières. Mais là je rencontre personne, surtout à cette heure-ci.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et après avoir escaladé la route sur pas mal de kilomètres, je vais plonger en direction du Mas d'Azil. Je m'accorde une pause technique pour rouler dans de meilleures conditions. Je me fais assez prudent car la route tourne pas mal.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Je roule sur la route qui est parallèle à celle qui passe dans le ventre du Mas. Cette fois-ci, j'ai décidé de passer au dessus. La pente est moins dure dans ce sens. Donc je vois le Mas d'Azil, avant et après et pas de circulation.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Traversée du village qui s'éveille tranquillement. Direction Sabarat en passant par la vallée du cours d'eau "L'Arize". Et toujours, pratiquement pas de vent. Je consulte ma montre et à priori je suis dans les temps. Je déciderai à Sabarat, si je suis exactement le circuit prévu samedi.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Sabarat, je traverse le village  où je fais une pause pour regarder l'Arize qui n'a pas un fort débit malgré la fonte des neiges. Au carrefour, je file à droite en direction de Pailhès.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Pailhès, et là je me dis que je suis encore dans les temps et je décide de prendre la route qui file vers Escosse. Une belle montée de quelques kilomètres m'est offerte.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Je peux admirer la vallée qui a retrouvée sa verdure. Au loin je peux voir le village de Madière avec son château. A l'intersection, après une belle descente, je file à droite pour rejoindre St Victor de Rouzaud. Et là ça remonte à nouveau.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et là, je peux vous dire qu'il n'y a pas une seule voiture qui circule. Ca tourne un peu mais je monte en souplesse.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et je rencontre mon premier cyclo que je laisse filer après un salut rituel. Et après quelques kilomètres, je glisse vers Rieux de Pelleport.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Dans le centre du village, je file à droite pour partir vers Varilhes et je croise la route de mon ami Didier avec son ambulance. Même en service, il prend le temps de me saluer, ce qui est très sympa de sa part. C'est là qu'on reconnaît les vrais potes. Mais après une petite bavette, je file vers le centre du village. Et je vais attaquer la route du retour. Je suis déjà à plus de 90kms.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Varilhes, St Jean de Verges, les villages habituels vont défiler.

Deuxième semaine ariègeoise
Deuxième semaine ariègeoise

Et Foix n'est plus tellement loin. Plus que 20 kms pour finir la sortie. Montgailhard et au loin un cyclo que je rattrape facilement mais ce n'est qu'au moment où j'arrive à sa hauteur, il tourne à droite  dans le village. La Charmille, Garrabet, Mercus.....

Deuxième semaine ariègeoise

Bompas, Tarascon et plus que mes 4kms de montée pour finir en beauté. 12H les cloches églises sonnent! Elles sont revenues!

Fin de la sortie du jour : 125kms pour 1565m de dénivelé

Fin de la semaine. Les prochaines sorties se feront de Toulouse et il y aura un peu moins de dénivelé mais le vent sera là et quelques bosses parfois de 2kms

Voir les commentaires

Une semaine ariègeoise.........

Publié le par lariegeoise

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Bon, d'accord, ce n'est pas totalement ma semaine en Ariège puisque lundi j'étais déjà monté au Col de Lauze qui était mon premier col de cette année. Mais cette semaine aura été riche en sorties.

Là, nous sommes mercredi après-midi car le matin, j'ai accompagné mon épouse au marché local. Eh, il faut bien quelqu'un pour tirer le caddie! Lol! Donc 13H 15, je démarre pour monter au Col de Port mais un petit échauffement est conseillé avant de s'attaquer à la belle rampe, puisque le sommet est à 12kms de chez moi. Donc je fais un tour par Arignac, Mercus puis le centre de Tarascon sur Ariège, petit tour par la gare et hop, go pour la vraie montée. Bon, je sais que déjà, il y a 4kms pour arriver chez moi avec un bon pourcentage car c'est bien de l'ordre de 6/7%. Des jeunes préparent leur machine au niveau du rond point et n'ont pas de mal à me rattraper puis me dépasser, en me saluant au passage.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Le soleil est là mais je crains un peu les caprices du ciel car la météo a prévu un peu de pluie en fin d'après-midi. Bedeilhac, puis une belle descente m'est offerte avant de remonter sur Saurat. Que c'est agréable de rouler sous le soleil! Les jambes tournent bien et je pense que je ne vais pas trop souffrir. Après le village, je retrouve le fameux panneau que l'on voit en bas de chaque col ariègeois. 9kms avec les cinq premiers kilomètres à 7% en moyenne. Les bas côtés des routes sont jonchés de fleurs de pissenlit.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je passe le premier pont qui surplombe le "Saurat" qui coule à flot car là haut la neige fond à grande vitesse par ces chaleurs. Et cette fois-ci, je peux voir Saurat sous son plus bel aspect. Difficile de faire une belle photo, le matin. Le village commence à être petit à mes yeux. Et la pente va être plus pentue à la traversée du dernier village avant le sommet qui porte le nom de Prat Communal.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Une fois la dernière maison sur la gauche et le panneau indiquant que le col est ouvert, la pente devient nettement plus facile et je remets le développement moyen. Bon, les nuages commencent à se faire de plus en plus nombreux. Ca craint un max! Bon j'ai décidé de monter, donc je continue. Quelques voitures me dépassent mais elles ont largement la place pour me dépasser.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Des zig-zags m'annoncent que le sommet n'est plus loin. Le restaurant La Sapinière, fameux, est beaucoup plus calme à cette époque. Les touristes seront plus nombreux cet été.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Col de Port franchi, un col peu plus haut, je progresse dans les hauteurs mais les autres ont encore de la neige et difficile de les franchir. Et je plonge vers Massat. Bon au départ, j'avais décidé d'aller jusqu'en bas mais le temps risque de modifier le kilométrage de descente. Bon là, la vallée n'est pas dans les nuages. Les arbres commencent tout juste à se parer de petites feuilles.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et je commence à sentir sur mon dos, quelques grains de grêle. Mauvais! Et je décide de stopper ma descente au Col des Caougnous qui sera le lieu de départ de la dernière montée des coureurs du TDF vers le mur de Péguère. Belle pente et cette année, ils ont décidé d'interdire aux spectateurs de se placer dans la montée par sécurité. Et le tout sera le 14/7, pendant la course 100% ariègeoise.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Donc je remonte vers le col. Et là les pourcentages de la pente oscillent plutôt vers les 5/6%. Plus facile et là je garde le plateau moyen de 42 dents. Pour info, cette source où l'on peut remplir ses bidons quelques mètres avant d'être là-haut. Et je peux vous dire que l'eau est fraîche!

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et me voilà au sommet avec dernier cliché de la vallée. Bon, la pluie, n'est pas véritablement tombée! Tant pis, j'attaque ma descente comme prévu et là, je peux lâcher les chevaux.

Une semaine ariègeoise.........

Un autre cliché de Saurat. Mais je dois me montrer assez prudent car il y a eu des travaux les jours précédents et les graviers sont assez nombreux. Je ne tiens pas à faire une autre chute. Mais 1km avant mon village, une belle remontée m'est offerte. Et avant la descente, il vaut mieux faire tourner les jambes pour éviter de se trouver bloqué dans cette bosse.

 

Résultat de la sortie courte mais intéressante : 61kms pour 1200m de dénivelé

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Vendredi matin, j'ai pris rendez-vous avec mon ami JP pour lui faire découvrir une nouvelle bosse ariègeoise aux Cabannes où il habite. Départ de chez moi vers 7H15' car nous aimons rouler le matin et je vais le retrouver chez lui. Bon, moi, j'ai le temps de m'échauffer pour la bosse de Verdun qui nous attend pour partir vers la route des corniches, puisque j'ai une quinzaine de kilomètres à faire avant de le retrouver. Là, JP ne savoure pas trop de grimper à froid car en plus la pente est vraiment rude. C'est un parcours que connaissent bien les concurrents de la course cycliste "L'Ariègeoise" avant de monter à Beille.

 

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Dernier effort pour JP avant de basculer sur une pente plus douce et c'est une suite de virages que nous franchissons, dominant le village des Cabanes qui devient de plus en plus petit. D'en bas, nous avons bien 5 kilomètres pour arriver à la route des Corniches.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Ca y est, JP commence à être plus facile mais a préféré garder son coupe vent. Et voilà, cette fameuse route. Bon ça monte encore un petit peu mais rien à voir avec ce qu'on a parcouru.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Col de Soulombrie, tiens Alex, un col de plus, de franchi et là, ça va sérieusement descendre après avoir passé le village de Cazenave qui est bien calme à cette heure-ci.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Bon, là, je prends de l'avance par rapport à JP car ce n'est pas un grand descendeur. J'avoue que je suis un peu camicaze! Et nous retrouvons le soleil. Avant de retrouver l'ancienne N20, nous pouvons voir au loin, le village d'Arignac.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et là, je lui promets une belle bosse qui va le ravir par rapport au paysage qui va découvrir. Son effort sera récompensé. Mercus, au feu tricolore, on bifurque à droite pour attaquer la montée. Et là, pas véritablement de répit. Les plus belles photos du paysage seront prises au retour car je me réserve à la montée, avec le plus de souplesse possible.

 

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

On a franchi un peu plus de 6kms pour arriver au village de Croquié après être passé près de quelques fermes agricoles. Les vaches nous regardent , à défaut de train! Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines. Un camion de l'ERDF, nous oblige à mettre pied à terre pour continuer notre route.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je préviens JP que vers la fin de la montée, il va trouver un dénivelé beaucoup plus important soit du 11%. Et là, il faut s'accrocher. Et après plus de 10kms de montée, nous atteignons ce lieu final pour les vélos de course (des VTT peuvent poursuivre jusqu'au vrai sommet avant de basculer sur l'autre versent). Petit cliché d'usage, pour prouver qu'on a franchi cette bosse.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

JP est subjugué par la beauté du point de vue mais il faut redescendre. L'heure avançant, nous décidons de revenir chacun à notre domicile par Tarascon. Dernier regard sur ces chaînes encore enneigées.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Au loin, nous pouvons apercevoir la ville de Foix qui est bien petite à cette hauteur. Une pensée à mon ami Patrick que j'inviterai à monter cette bosse. Et là, c'est Mercus qui va être à nos pieds, Tarascon comme Arignac.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

A cette hauteur, encore des vaches qui sont près de leurs fermes. Et oui, il est un peu tôt pour les envoyer en estive. D'ailleurs, rien n'a vraiment repousser à ce jour.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Passage par le village de Croquié et encore une ferme avec cette boue due aux vaches qui avaient certainement changer de pâturage. J'attends JP car la descente, c'est toujours pas son truc. La factrice s'arrête à mon niveau pour me dire qu'il est en train de tailler une bavette avec un paysan. Il réussit tout de même à arriver car il a été très bavard comme d'habitude.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Mercus est enfin à notre portée et on file vers Bompas pour rejoindre Tarascon. Dans le centre, je le laisse repartir vers Les Cabanes. Et moi, je rejoins la gare pour faire ma montée vers mon village comme à chaque sortie.

 

Résultat de la sortie: 67kms pour 1600m de dénivelé

 

Belle sortie car le paysage là haut est vraiment grandiose.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Samedi après midi, sortie club comme tous les samedis avec un parcours déjà tracé depuis plusieurs mois. Claude en temps que chef va donner le tempo. Bon la parlotte habituelle, puis Claude nous annonce que d'ici 10jours, on pourra récupérer les maillots offerts par le club pour la cyclo "L'Ariègeoise" de couleurs bleu et noire, afin qu'on soit les ambassadeurs sur les différentes sorties comme pour les cyclo-sportives. Et c'est vrai qu'il est beau ce maillot. Je donne le top départ comme souvent car ils ont toujours du mal à partir. Direction Mercus pour rejoindre Foix.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

L'allure est bon enfant et la parlotte est encore là. Là, on ne joue pas encore les francs tireurs.Eric quelque fois, appuie un peu plus fort sur les pédales! Normal, on ne doit pas aller assez vite! Allez, je rigole Eric! Bompas, Mercus, n'est plus loin.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

La Charmille, ralentissement car à cette heure, il y a encore de la circulation qui va ou vient de Lavelanet. Montgaillard n'est plus loin avant d'arriver à la ville.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Foix, nous la traversons en évitant les trous au niveau de l'hippodrome que ne rate pas Claude. Pas grave, il a des roues solides. On passe pas loin du château et on remonte vers les hauteurs de la ville, laissant sur la droite la route de St Girons. On part vers la montée qui va aux Marrous que nous n'atteindrons pas car nous bifurquerons très vite vers la droite. Pas mal de cyclos croisés car par ce beau temps, ce serait bête de ne pas en profiter.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Cela monte doucement jusqu'à La Mouline, où nous tournons à droite pour rejoindre Serres Sur Arget. Et là, la pente est un peu plus forte. Les arbres sont toujours en fleurs. Un peu de circulation avant de retrouver le calme.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et c'est parti! Bon, inutile de vous dire que je me suis fait un peu larguer. Ma sortie de la veille a peut-être mangé un peu de mon énergie. Dans la montée, il y a un petit cours d'eau qui descend vers la vallée.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Auzat, après 5 kilomètres, on arrive au sommet. Le paysage toujours aussi vert. Dans certains coins, le colza est déjà en fleur. Mais mes compagnons ne sont pas en vue.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

En m'attendant, certains ont essayé de retrouver un peu de force en mangeant quelques barres de céréales. Didier fait le photographe d'usage. Et ils m'ont bien attendu.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je mets aussi pied à terre mais par pour longtemps car je n'aime pas ces pauses. Et oui, Claude me précise qu'ils commençaient à se refroidir.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Après cette courte pause, je leur précise que je repars et la troupe va me suivre. Quelques virages bien prononcés où dans l'un d'eux, je peux prendre le cliché de La Bastide de Sérou.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et vroum, vroum, le groupe file en ordre dispersé, suivant la sureté de chacun car cela tourne pas mal sur une route étroite. Didier est un peu à la traine et je l'attends un peu.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Nous passons à côté du superbe haras qu'il y a à l'entrée du village. Nous arrivons à la route de St Girons/Foix mais nous n'allons la prendre brièvement pour partir à gauche pour attaquer la montée vers Unjat et le terrain de golf. Et là la pente est assez sévère. Même Didier avait oublié sa difficulté!

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Deux superbes images nous sont offertes : la vallée et ses montagnes au loin, et les bâtiments du golf. Comme quoi, il faut allier le plaisir des yeux et la sportivité de nos jambes.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Même un de la bande revient à mon niveau, de peur que je me perde. Mais il ne sait pas que je connais la région presque par cœur, tout comme ses difficultés.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je ne connais pas le pourcentage de la bosse mais on est content d'arriver en haut. Certains ont fait une pause aux niveaux du bâtiment du golf. Mais certainement une pause technique!

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Toutefois, on n'a pas fini avec les difficultés et même si on peut mieux voir le terrain de golf, la route fait un peu montagne russe.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

On avance un peu en ordre dispersé car certains semblent avoir encore des fourmis dans les jambes. Mais ils vont se réunir dans la vallée. Claude ne manque pas de me pousser à son passage à mes côtés.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Dernière bosse, un effort supplémentaire pour chacun. Et toujours ce soleil. Mon compteur annonce 27°. Et pratiquement pas de vent.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et on plonge sur le village de Cadarcet par quelques virages courts qui se prennent au ralenti car on n'a pas de visibilité. Didier m'attend.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

On emprunte à nouveau la route de Foix, pour quelques centaines de mètre plus loin, pour enfin partir à gauche en direction de Dalou que nous faisons qu'aborder car un autre col nous attend. Prudence encore car en ce samedi après midi, il y a de la circulation.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Nous passons le Col du Pas du Portel, pour traverser la route qui va à St Jean de Verges au niveau de Patou pour regagner Loubens sur la route qui va vers Pamiers.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Donc ça remonte encore une fois et toujours le même cyclo qui revient à mon niveau pour savoir où j'en suis. Pas de col mais ça y ressemble avant qu'on plonge vers Rieux de Pelleport. Pour l'instant, nous suivons le bon parcours. Ce qui ne sera pas toujours le cas!

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je lance toujours la suite des hostilités car ils ont fait un nouveau break au sommet. A Rieux, Eric hésite à prendre la bonne route, et là, ça va devenir n'importe quoi, alors qu'on avait bien signalé la route à prendre avant. Comme quoi certains n'écoutent pas. Varilhes est en vue.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Et voilà la première erreur des premiers qui filent vers le centre de Varilhes alors qu'on avait dit qu'il fallait tourner à droite avant le passage du pont pour rejoindre Vernajoul. Conclusion  on rentre dans le centre du village pour tourner à droite et rejoindre St Jean de Verges. Au niveau du passage à niveau, on file à gauche pour rejoindre Vernajoul qui nous permet de partir vers Foix. Et encore une petite bosse. Et les cadors ont pris les chevaux de course.

Une semaine ariègeoise.........
Une semaine ariègeoise.........

Je commence à avoir les cuisses qui brulent. Je le précise à Didier et j'avoue que le final est hard pour moi. Traversée de la ville pour aller vers Montgaillard et le circuit de l'aller, Mercus....

Tarascon est enfin en vue et je quitte Didier au niveau du passage à niveau. De toute façon, on est arrêté par un train qui passe. Bon, moi j'ai mes 4kms à monter mais mode "tranquille".

Fin de la sortie qui aura été de 103kms pour 1375m de dénivelé.

Fin de la semaine car je m'accorde un repos en ce dimanche.

Voir les commentaires

J'ai franchi mon premier col de l'année!

Publié le par lariegeoise

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Sachant que j'allais prochainement partir quelques jours pour monter quelques cols en montagne ou plus exactement en Ariège, je décide d'accumuler encore quelques kilomètres dans la région Toulousaine. Bon, il y a des bosses et du vent qui équivalent bien à des lieux qui me feront autant souffrir.

Départ classique par Balma en ce début de matinée car les travaux ont toujours lieu dans la région de la Place de l'Ormeau. Bon, je dois me montrer prudent car la circulation est dense en ce début de journée. Montée agréable pour bien m'échauffer mais arrivée vers Fonsegrives, hard. Je me paye une gamelle en voulant monter sur la piste cyclable. Et oui le vélo n'a pas voulu faire ce que je lui demande et glisse sur la butée. Résultat, bing, par terre le bonhomme. Et sur le bitume, ça laisse toujours des traces. Bon, le vernis a pris quelques marques, le coude, la cuisse, endroits propices à recevoir ces méfaits. Mais je me relève rapidement et je repars dans mon circuit prévu car je n'en suis qu'au début. Fonsegrives et je continue sur la D18. Bon, le vent est là comme souvent dans le Lauragais. Odars, à droite de ma route mais je fuis comme souvent les routes à grande circulation. Dix kilomètres plus loin, je quitte à gauche la D18 pour partir en direction de Lanta. Une petite bosse qui en précède bien d'autres avant d'arriver à Lanta. Cette fois-ci au premier rond point de l'entrée du village, la route pour partir celle de Lavaur n'est pas coupée.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Je roule cool sur ma route qui me fait traverser différentes routes à grande circulation et je me montre prudent aux différents stops.  Teulat, petit village tranquille, je poursuis ma route en direction de Lavaur. Et au niveau de Belcastel, je décide de commencer le retour de ma sortie. Et je suis toujours en admiration devant ce  clocher spécifique qui est une tour fortifiée. Au loin, un cyclo qui lui aussi profite du beau temps, coupe ma route. Je vais rejoindre la route principale qui me mènera à Caraman.

 

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Au loin, je commence à apercevoir la chaîne des Pyrénées qui est largement enneigée. Toujours un merveilleux spectacle. Parfois on se guide par rapport à des cours d'eau et bien, moi, c'est par rapport à cette chaîne de montagne. Et avant Vendine, je regagne mon département de départ, la Haute Garonne. Borne typique qui ne figure plus beaucoup pour signaler ce changement de département.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Et j'arrive très vite à Caraman, petite ville perchée, pour filer en direction de Villefranche de Lauragais. Mon but est de revenir sur la D54, route qui est beaucoup plus tranquille. Ségreville, à son entrée, je bifurque à droite pour retrouver cette fameuse route. Direction Caragoudes, le vent est moins sensible.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Quelques petites bosses avant d'arriver au village, en contre bas, je peux voir la D18 où il y a de la circulation. Je me félicite d'avoir pu emprunter cette route.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Tarabel et son château assez typique, je traverse tranquillement ce village assez désert. Préserville, je m'approche de Toulouse et je commence à voir la banlieue de Toulouse. Tiens, un autre cyclo. Et je suis assez souvent en descente pour arriver sur la ville.

J'ai franchi mon premier col de l'année!

St Foy d'Aigrefeuille, Lauzerville, Toulouse est à ma portée. Et je retrouve la circulation. La route que j'ai évitée à l'aller, est ré-ouverte dans l'autre sens. Bon à savoir pour les prochaines sorties. une dizaine de kilomètres et j'arrive à mon domicile.

Fin de la sortie de 102kms pour 1200m de dénivelé

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Jeudi après-midi, moment où mon épouse est à son club et pour ma part, je vais profiter de ce bel après-midi où la chaleur est vraiment là pour une belle sortie. Mais je ne veux pas trop me fatiguer car je sais que samedi, un 200kms est prévu à Muret pour un BRM en compagnie de mon ami Didier. Bon, tenue courte pour le haut comme pour le bas. Hum, que ça sent bon le printemps.

Départ par la place de l'Ormeau comme les travaux sont terminés et je peux rejoindre rapidement la D54, pour démarrer ma sortie en souplesse. Bon, ça monte un petit peu et j'ai le vent de face. Difficile pour moi de dépasser les 21kms/h. Mon but est d'aller dans un nouveau coin du Lauragais, au dessus de Revel ou plus exactement vers Puylaurens. Route habituelle dont je connais chaque difficulté. Tarabel, je plonge directement vers la D18 pour revenir sur Caraman.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Le vent est toujours aussi puissant. J'emprunte la D18 pour quelques mètres pour revenir sur la route qui va directement à Caraman. Maureville, Caraman n'est plus tellement loin. Les arbres sont en fleurs, le printemps est vraiment là.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Caraman, derrière montée, avant d'arriver dans le centre du village. Et là je vais partir vers l'inconnu. Ma carte me sera utile plus tard. Pour l'instant, je suis encore sur la route de Revel. Auriac sur Vendinelle, avec son clocher fortifié, à croire que pas mal de clochers sont identiques dans la région.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

St Julia, je sais qu'il me faudra quitter cette route principale  de Revel pour partir en direction de Puylaurens comme je j'avais prévu. Je me retrouve sur des petites routes très étroites mais en bon état. Au loin, je vois le village de Montgey où je sais, j'aurai un paysage magnifique.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Et si la pente est assez terrible, je suis gâté par la vision en haut. Au loin, je vois le fameux village que j'avais prévu de rejoindre. Mais très vite, je prends la décision d'attaquer la route du retour. Après consultation de ma carte, je décide de partir vers Cuq-Toulza. Une belle descente m'est offerte.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Belle route très roulante et le vent m'est plus favorable. J'arrive près de Cuq-Toulza que je ne vois que de loin car très vite, je remonte vers la D106. Pause en haut pour connaître la bonne direction. Le Faget, une belle bâtisse à ma droite. Loubens n'est plus loin pour partir vers Camaran.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Pas la moindre voiture, c'est très agréable. Le Lauragais est vraiment une région très vallonnée.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Loubens de Lauragais, tiens un château en cours de restauration. Comme quoi certains font tout pour sauvegarder notre patrimoine.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Et après différentes bifurcations, je me retrouve en Haute Garonne. Là, je suis plus en terrain connu. Direction Camaran, vivement que le vent me soit un peu plus favorable car je commence à avoir de grosses cuisses après avoir guerroyé contre le vent. Traversée du village pour prendre une route plus tranquille et retrouver la D18. Et là, je deviens une bombe avec le vent favorable. Mon compteur oscille entre 35/40kms/h.

J'ai franchi mon premier col de l'année!

Maureville, je ne suis plus qu'à une quinzaine de kilomètres de Fonsegrives. Et là, ça se fait sans trop de difficulté avant de me retrouver dans la banlieue de Toulouse. Le terrain m'est très favorable jusqu'à mon domicile.

Résultat de la sortie de 90kms pour 1029m de dénivelé

 

Maintenant il ne me reste plus qu'à souhaiter que le temps s'arrange pour samedi matin. Malheureusement, le sort en aura décidé autrement et la pluie sévit pendant 48H sur la région toulousaine. Donc BRM annulé pour Didier et moi. Mais on se promet de le faire en solo quand le beau temps sera revenu.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Dimanche matin, je regagne l'Ariège et mes montagnes qui me sont toujours aussi chères. Demain matin, promis, N20 jusqu'au Charmille. Le ciel reste plombé et le vent me pousse un peu. Tant pis, je l'aurai de dos au retour.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

St Jean du Falga, je pars sur la route qui va vers Lavelanet. Celles à droite, je vais attaquer ma montée vers le Col de Lauze.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Petit village tranquille mais absent même de toute animation à cette heure. 5kms à 6/7% de moyenne, un bon pourcentage pour commencer les montées.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Quelques villages sur les hauteurs, et je commence à apercevoir la neige sur les hauteurs des Mont d'Olmes. Tiens une mamie que j'ai déjà rencontrée dans le passé, qui remonte tranquillement jusqu'au village. Elle monte tranquillement mais elle monte!

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Freychennet, le village qui va amorcer mon basculement vers une route plus vallonnée. Quelques voitures descendent. J'évite d'être trop au centre de la route. Et je commence à apercevoir le village de plus haut.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

La route est assez sale après les grosses pluies du week-end. Un peu de gravillons m'incite d'être un peu plus prudent. Au loin, les faubourgs de Lavelanet ou plutôt du village des Mont d'Olmes.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Et après quinze kilomètres d'ascension, j'arrive au col de La Lauze et je plonge vers le village de Montferrier. Au loin, je peux apercevoir le château de Montségur.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Montferrier, je file vers Villeneuve d'Olmes, le dernier village avant Lavelanet. Mais au centre du village je tourne à gauche pour rejoindre la D117. A l'intersection, je file à gauche pour emprunter la route quelques temps, avant de tourner à droite pour partir vers Roquefixade. 4kilomètres à franchir avant le village sur une route qui serpente.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Très vite le château de Roquefixade m'apparait. Un cyclo à l'arrêt avec un petit qui doit reprendre son souffle car la pente était assez soutenue. Et je bascule dans la direction de Foix.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Au loin, des sommets enneigés, deux villages à traverser avant d'arriver à Soula où je vais plonger vers la D117. Et à la sortie, encore une fois, je me fais courser par un clebs! Mais cette fois-ci il est moins gros. Pas contre, je crains qu'il me fasse chuter. Et j'arrive à m'en défaire. Et une belle descente m'est offerte.

J'ai franchi mon premier col de l'année!
J'ai franchi mon premier col de l'année!

Et après la route, n'est plus qu'une formalité. Direction Celles, St Jean du Falga, Mercus, Bompas et j'arrive à Tarascon. 4 kilomètres à grimper jusqu'à mon domicile et cette fois-ci sous le soleil. Fin de la sortie vers 11H 30.

Sortie de 78 kilomètres pour un dénivelé plus important que d'habitude 1318m

A moi, les prochaines sorties avec col!

Voir les commentaires