Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes ballades entre pluie et soleil......

Publié le par lariegeoise

En ce lundi matin, j'espérais faire faire quelques tours de roue à mon vélo en souhaitant que le soleil serait présent comme me l'avait indiqué météo-france. Parfois, il faut croire à leurs prévisions mais dans d'autres cas, on peut être trompé.

J'avais dans ma tête l'envie de monter le col d'Agnes par Aulus les Bains que je n'avais pas escaladé depuis l'an passé. Et oui, je n'ai pas cette année, la chance d'être accompagné par mon ami Philippe. Au pire, je ferai le circuit qui avait été prévu par le club, samedi dernier. Je ne l'avais pas encore parcouru la semaine passée. Et hop, 6H30' et c'était parti. Et oui, le jour se lève de plus en plus tard.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Et très vite, je me rendais compte que je devrais limiter mes projets. Le brouillard était présent sur les sommets. Oui, j'étais parti par la montée directe du col de Port. Il n'y avait sur la route que quelques voitures de touristes, des vaches et leur veau, et des camping-cars stationnés sur le sommet. Je revêtais un coupe vent pour éviter le coup de froid, juste le temps de la descente.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Je traversais les gorges de l'Arac puis celles de Ribaouto, toujours agréables à parcourir. En période de grosse chaleur, c'est le top. Mais là, j'en étais bien loin malgré que mon compteur affichait la température de 16°. J'étais en direction de St Girons. Je passais au dessus du Salat au niveau de Lacourt pour prendre la rive droite. Bizarre pas de pêcheurs en vue.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Un kilomètre plus loin, je prenais la route à droite pour me diriger vers Rivenert mais je faisais en premier une pause technique. Je suis un peu comme JP au petit matin, et puis il valait mieux que je m'allège avant la grande montée vers le col de la Crouzette. Une ou deux figues, un peu d'eau et j'allais repartir. Tiens, une indication pour randonneur!

Mes ballades entre pluie et soleil......

Une route tranquille jusqu'à Rivenert assez déserte avec une montée en douceur de 2% sur 2kms. Plusieurs lieux dits avant la vraie bosse.Ils avaient même mis un panneau indiquant le degré de difficulté. Toujours utile, non? Il me restait 11kms à parcourir.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Je restais toujours séduit par ce jardin bien ordonné près d'une maison isolée. Des canards nageaient sur le plan d'eau. Mais je n'étais pas là pour rester en admiration devant le paysage. Les deux premiers kilomètres étaient assez faciles avec des pourcentages à 5%.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Lauch, j'étais amusé par cette maison où les habitants avaient inscrits : "Attention Retraités au travail". De toute façon j'avais dû mettre pied à terre car un camion descendait du sommet. A se demander ce qu'il faisait par là. Mais une montée à 9% de moyenne m'attendait.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Las Cabesses, une vraie maison de montagne. Je m'inquiétais par contre du ciel qui était assez plombé, au dessus de ma tête. J'entendais même le tonnerre gronder. J'avais tout à craindre.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Km 8 de la bosse, l'orage faisait tomber sur moi un vrai déluge. Je m'abritais sous des arbres. J'allais en profiter pour faire une pause technique. Mais j'avais droit à des cordes, bon pas de grêle tout de même. Je restais là pendant au moins 20' mais je me disais que je ne pourrai rester ici éternellement. Tiens à mes pieds, je voyais une magnifique russulle. Ce qui me faisait dire qu'il devait y avoir d'autres champignons dans les bois.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Un kilomètre plus loin, j'arrivais au col de Rille qui était l'intersection avec la route qui montait de Daumazan. La pluie continuait à tomber mais moins violemment. Un sanctuaire à la gloire des résistants de la dernière guerre. Et oui, nous n'étions pas loin de l'Espagne.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Et j'arrivais au sommet du col de la Crouzette. Spectacle encore plus triste que lors du passage de Michel de VT. La purée de pois. Il fallait redescendre dans la vallée avec des pourcentages à 14%. Je faisais un test sur les premiers mètres et je me rendais vite compte que mes freins ne réagissaient pas trop. Je prenais la décision de commencer à descendre mais à pied. C'était plus sûr car il y avait des autos qui montaient. Je marchais sur deux kilomètres avant que je ne chevauche à nouveau mon vélo. Mais je ne cliptais pas ma chaussure gauche au cas où il faudrait que je mette vite pied à terre. Ouf Biert après une descente de 8kms. Je prenais la direction de Massat pour remonter le col de Port. A mi chemin, j'appelais mon épouse pour lui dire où j'étais comme le temps avançait et que j'avais perdu beaucoup de temps sur l'horaire envisagé. Elle me proposait de venir me chercher, ce que je ne refusais pas car j'étais trempé comme un petit canard. Je remontais le col sur 6kms à une vitesse que je n'avais jamais faite. A croire que le temps me donnait des ailes. Et au col de Caougnous, je montais dans ma voiture après avoir installé mon vélo. Je protégeais le siège avant. Imaginez! Mon épouse était vraiment mon ange gardien.

Mais j'avais tout de même franchi 1780m de dénivelé pour 86kms. Tout compte fait, j'avais bien roulé.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Jeudi après-midi, j'avais décidé d'aller découvrir le col de Légrillou qui avait été annoncé par le club pour l'un de ses circuits. Je savais qu'il était du côté de Foix, pas tellement loin du Prat d'Albis. Pour une fois, le climat était devenu clément et j'allais le parcourir avec grand plaisir. Et oui, le soleil existait encore. Mon ami Pierre de Foix m'en avait parlé en disant que le bitume n'étant pas au top après le franchissement du col. Mais je préférais me faire une idée moi-même, de visu.
Départ comme d'habitude par Tarascon pour rejoindre Foix avec un passage à Mongailhard. Pas trop de circulation et même à cette heure, les cyclos étaient assez rares.

Mes ballades entre pluie et soleil......

A Foix, je parcourais Vilotte et je tournais à gauche au dernier rond point comme pour me diriger vers le Prat d'Albis. La pente se faisait déjà sentir mais rien à voir avec ce qui m'attendait. Au feu, je tournais à droite pour rejoindre Ganac. Seules quelques voitures avec remorques étaient de passage. Ils montaient dans les alpages.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Brassac, deuxième village de montagne et j'apercevais à ma droite la vallée du village de St Pierre de Rivière. Très beau spectacle quand le soleil est là. La direction du col était assez bien indiqué. De toute façon, il fallait monter. Donc je ne pouvais pas me tromper.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Pas question de s'arrêter pour rêver devant ce magnifique paysage. La route était assez étroite et assez granuleuse. De bons pourcentages s'offraient déjà à moi.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

En passant, je voyais une ferme qui permettait de cueillir des myrtilles. Moi, je savais que j'irai plutôt les chercher en montagne. Le plaisir est différent. Tiens, un troupeau de moutons noirs. Assez rare, car souvent il n'y en a qu'un seul parmi les troupeaux. Et ça montait toujours.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Je pouvais à nouveau voir la vallée avant d'arriver au sommet. Oh il n'était pas tellement haut mais intéressant à monter. Je le conseille et je crois que j'y retournerai. Après la route était interdite à tout véhicule motorisé. Enfin je pourrai rouler tranquillement.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

J'essayais de deviner où la route devait atterrir pour rejoindre le col des Marrous qui était indiqué. J'allais parcourir une route assez étroite et à travers un paysage assez boisé. A priori, je devais contourner la montagne car je situais le col qui était tout à fait de l'autre côté de la montagne. Un panneau pour randonneurs annonçait une distance de 12kms.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Tiens des cueilleurs de champignons. La photo est floutée pour ne pas qu'on les reconnaissent! Non, c'est une photo, où il ne devait pas y avoir assez de temps de pause. Mon ami JP devrait me donner quelques conseils. Et j'apercevais à gauche, plein de cascades, très rafraîchissantes par la chaleur et aussi un panorama magnifique. Le plaisir de la montagne.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Je pouvais à nouveau apercevoir la vallée à travers les passages boisés. La route ne présentait pas pour l'instant de dénivelé, ce qui était très agréable. Par grosse chaleur, ce devait être le top. Et pour les amateurs de VTT, ce devait être le top car pour les pneus, il y avait mieux.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Quelques arbres avaient été abattus par les orages de ces derniers temps et toujours ces magnifiques cascades. Pour celui qui aime se balader en solitaire, c'était une route idéale.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Tiens, j'avais parlé trop vite car j'avais droit à quelques grimpettes à 9% mais rien de dramatique. J'avais l'impression d'être dans des endroits désertiques. Une rambarde sur le côté me protégeait d'une éventuelle chute dans la vallée car l'endroit était assez escarpé.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Et je commençais à voir dans la vallée, la ville de Foix et son château. Et je me demandais toujours où j'allais déboucher sur la route du col des Marrous. Un cycliste passait à contre sens. A croire que certains pratiquaient. Des voitures aussi car la route était un peu plus large. Des touristes qui voulaient apprécier le paysage. Ils m'encourageaient en passant.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

L'intersection de la route col de Péguére/col des Marrous se situait à 3kms au dessus du deuxième. Une belle descente m'attendait jusqu'à Foix sur une route beaucoup plus large et là, je pouvais lâcher les chevaux! Pas question de m'arrêter pour manger une tarte aux myrtilles au restaurant.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Foix, j'avais achevé ma descente vers la vallée. Il me restait une vingtaine de kilomètres pour rejoindre mon domicile que j'allais faire tranquillement.

C'était une belle sortie d'après midi qui m'aura fait faire toutefois 101kms avec 1285m de dénivelé pour une seule véritable bosse, ce n'était pas mal.

A conseiller pour les amateurs d'espace tranquille et voulant respirer l'air pur. Mais pour les randonneurs, c'est hyper sympa. Sans oublier les VTTistes!

Mes ballades entre pluie et soleil......

Jeudi matin, j'avais décidé de faire un circuit qu'avait programmé le club pour un samedi prochain. Et c'était en plaine ou relativement car ici, il y a toujours un endroit pour monter. Cela devait être dans mes cordes et je ne connaissais un peu le terrain. Donc départ 6H30' comme assez souvent l'été pour ce nouveau périple.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Départ vers Tarascon pour rejoindre Foix et pour une fois, j'allais continuer sur l'ancienne N20 jusqu'à Varilhes. Et là, je prenais une route plus tranquille où je pouvais voir les champs dont la fenaison avait été faite. Une température de 14° mais j'appréciais cette relative chaleur surtout en roulant. J'arrivais à Rieux de Pelleport que connait bien mon ami Eric où habite sa fille. Mais malheureusement, je ne connais pas encore cette charmante jeune fille! St Victor Rouzaud, la route montait toujours un peu mais rien de dramatique.

Mes ballades entre pluie et soleil......

Escosse, j'allais croiser la route qu'avait pris les coureurs du TDF sur l'étape Carcassonne/Bagnères de Luchon. Mais là il y avait beaucoup moins de monde sur les routes et toujours pas de cyclo.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Les champs m'offraient les cultures de la région en dehors des vaches qui étaient derrière leur clôtures. C'était préférable pour la circulation. Tournesol, maïs, blé, orge, les champs étaient superbes.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

J'allais pousser jusqu'au centre de St Martin d'Oydes pour le cliché mais aussi pour faire une entrée dans la demeure qu'utilisait Tonny Blear quand il venait passer quelques vacances en France. Ils appelaient cette résidence : le château.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Je revenais sur mes pas pour prendre la direction du Fossat. Une petite montée en perspective car la région est faite de vallons continuels. Comme je précisais à mon petit fils, ce sont les pré-montagnes! Au loin je commençais à apercevoir la cité fortifiée de Carla Bayle. Site classé dans la région qui était en période de festivités en ce moment.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Bajou où une église très typique de la région se montrait à son entrée. Km 60, je décidais de faire une pause technique, alimentaire, enfin une pause quoi, loin des regards. J'apercevais un peu plus Carla Bayle.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

J'empruntais une partie de D9 où la circulation était plus intense pour arriver au centre du Fossat avant de bifurquer en direction de Carla Bayle. Une belle côte à 9% s'offrait à moi sur 800mètres. Et la principale difficulté était un peu plus loin car j'avais décidé de rentrer dans la ville.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Et là, c'était du 15% qui m'était proposé mais j'avais décidé d'entrer dans la ville, donc il fallait bien gravir cette pente sur 300m. Mais cela en valait le coup car j'avais droit à une vue magnifique sur la vallée. Autrefois, ils pouvaient voir l'ennemi de loin!

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Petit coup d'oeil sur l'église du village. JP a raison de s'attarder sur ce type de construction puisqu'il est la mémoire des temps anciens. Petit tour dans les différentes rues étroites ainsi faites pour garder la fraîcheur en période d'été. Longeant le belvédère, je rencontrais un autre cyclo que j'allais retrouver sur ma route. Un touriste, quoi!

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Dernier coup d'oeil sur la vallée avant de replonger sur la route de Sabarat. Tiens, je retrouvais mon cycliste mais c'était un vrai cyclotouriste comme dit si bien mon ami Bernard. Moi, me trouvant assez en forme, je mettais l'accélérateur pour franchir la bosse avant de replonger dans la vallée. J'allais être dépassé par un tracteur. Et oui, il roulait entre 25 et 30kms/h, pas encore dans mes cordes ne voulant pas me mettre dans le rouge.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Au loin, j'apercevais la chaîne des Pyrénées car elle était plus ou moins dans les brumes. Je passais dans le village de Sabarat au dessus de l'Arize qui n'est jamais un cours d'eau important l'été, sauf au moment des orages que nous subissons en ce moment. Direction le Mas d'Azil.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Je n'atteindrais jamais le site du Mas d'Azil où les coureurs du TDF sont passés en juillet pour rejoindre St Girons puisque je prenais avant l'entrée du village, la direction Gabre pour revenir vers Foix. La route était tranquille et j'entendais au dessus de ma tête quelques ULM voler. Il fallait dire qu'il y avait un ciel bleu et que le panorama devait être beau, vu du ciel.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Aigues Juntes, un cyclo-touriste en ballade mais j'allais me faire dépasser par deux jeunes cyclos comme je m'étais arrêté pour prendre en photo des ULM que je n'aurai pas car j'avais le soleil en plein les yeux et je ne distinguais pas les engins. A l'intersection de la route de Labouiche, je les retrouvais arrêtés. Je filais sur Foix pour terminer mon périple.

Mes ballades entre pluie et soleil......
Mes ballades entre pluie et soleil......

Baulou, Labouiche, j'arrivais par Vernajoul pour admirer le château de Foix sous un autre angle. Il me restait 20kms à parcourir pour arriver à mon domicile et finir le parcours que j'avais prévu.

Résultat de ma sortie : 136kms à une moyenne supérieure à 25kms/h, ce que je n'avais pas fait depuis longtemps mais avec que 1125m de dénivelé.

Et ce serait la fin de mes sorties de la semaine puisque le temps allait se mettre à l'orage et que j'allais être occupé par différents événements familiaux. Lundi je reprendrai le flambeau puisque le soleil devrait revenir.

J'aurai parcouru ce mois-ci presque 1700kms, ce qui est un record pour moi et en plus, la plupart du temps en montagne.

Prochaine grande rando ce sera les retrouvailles avec Alex qui sera en vacances à Castres.

Voir les commentaires

A la rencontre du TDF et plus........

Publié le par lariegeoise

Le tour de France passant en Ariège, je me devais d'aller à sa rencontre comme tout bon cyclo, surtout qu'il est assez ouvert pour les français cette année et en plus intéressant.

Je calculais en premier, la distance que je devais parcourir pour aller le voir à la côte de Fanjeaux, où je pouvais espérer le voir pendant quelque temps, puisque c'était une côte classée 4ème catégorie. 74kms m'étaient indiqués, donc je considérais que je pouvais y arriver dans les temps sans trop forcer.

A la rencontre du TDF et plus........

Départ à 6H15' comme lors de mes dernières sorties matinales pour réaliser ce périple en trois heures environ, le vent n'étant pas néfaste. Départ prévu par La Charmille pour prendre la direction de Lavelanet, La Roque d'Olmes, Mirepoix et finir mon périple matinal à Fanjeaux qui se trouve sur la route allant à Carcassonne. La route était tranquille jusqu'à Lavelanet. Une simple bosse au niveau de Nalzen, juste de quoi m'échauffer. J'étais parti avec mon sac à dos pour transporter plus facilement quelques victuailles pour un repas à midi comme la caravane du tour passerait vers 10H et les coureurs vers 11H40. Je ne rentrerai qu'en début d'après midi. Mon ami Eric m'avait prévenu qu'il serait au même endroit que moi pour voir ces coureurs, avec deux de ses enfants.

A la rencontre du TDF et plus........

J'allais avoir droit à quelques belles lignes droites en passant par Laroque d'Olmes pour prendre la direction de Mirepoix. Mais par contre, un peu plus de voitures sur la route. Pas de cyclo en vue pour l'instant. Ils étaient peut-être déjà arrivés!

A la rencontre du TDF et plus........

Petite pause technique au niveau d'Aigues Vives, à côté du circuit international de karting. Le jet d'eau que vous voyez un peu plus loin, ce n'était pas moi qui l'avait provoqué mais les agriculteurs qui arrosaient leurs cultures de maïs, très utilisé dans cette région.

A la rencontre du TDF et plus........

Km 55, j'arrivais à Mirepoix où je me décidais d'aller en ville pour aller me chercher un sandwich chez un boulanger. Et oui, à cette heure, ils devaient être bien ouverts!

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Les couverts n'étant pas trop envahis par les touristes, je pouvais me permettre de prendre quelques clichés. Et les noctambules de la nuit prenaient tout de même un petit déjeuner sur les terrasses. Mirepoix est très prisé par les anglais et autres étrangers. Il y a aussi beaucoup d'ateliers de peinture. Bon, la boulangerie du coin pouvait me vendre un bon sandwich avec du pain frais. Mais je ne devais pas trop m'attarder.

A la rencontre du TDF et plus........

A la boulangerie, je rencontrais un petit jeune qui portait le même maillot que moi et qui devait aller à Fanjeaux pour le même motif . Je lui proposais de me suivre mais il avait un peu de mal à suivre le vieux briscard que je suis. Il fallait dire que j'avais mis le grand plateau et que je roulais à bonne allure.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

J'allais changer de département pour passer dans l'Aude et j'apercevais un peu plus loin deux cyclos que j'allais rattraper sans trop de problème. J'allais avoir droit à quelques montagnes russes sur une dizaine de kilomètres où l'un des cyclos allait jouer le yoyo en me dépassant en haut des bosses, laissant son compagnon seul. Il avait certainement envie de me montrer sa puissance. Mais je restais imperturbable!

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

L'entrée du village était fermé comme il se doit puisqu'en haut un sprint pour le prix de la montagne était proposé aux coureurs. Je descendais de mon vélo pour arpenter quelques fossés et retrouver le bitume pour rejoindre ce virage où j'avais des chances de les voir un peu plus longtemps. Il y avait déjà pas mal de monde installé. Un événement pour la région!

A la rencontre du TDF et plus........

J'appelais au téléphone, mon pote Eric qui était pratiquement au virage où j'avais envisagé d'attendre les coureurs. Un peu de papotage avant l'arrivée de la caravane. Ses enfants espéraient bien récupérer quelques objets. 10H leur passage était prévu.

A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........

Un agent de la force publique étant là pour la sécurité des coureurs ramassaient assez souvent des objets jetés des voitures de la caravane pour les donner aux enfants. Et oui, il y a des flics sympas.

A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........

Une bonne demie-heure de passé et cela amusait les enfants. Mais le but de mon déplacement n'était pas la caravane. Les coureurs, bien sûr. Mais je craignais que leur passage soit de courte durée surtout en début d'étape puisqu'ils n'auraient parcouru que 25kms. Bof, on est content de les applaudir surtout qu'il faut avouer, que cette année, les petits français sont à l'honneur. Mais il me restait à attendre une heure. Il faut parfois avoir la volonté!

A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........

Qu'est-ce que je vous avais dit! Un éclair, même pas le temps de voir le maillot jaune. La prochaine fois, j'irai plutôt dans un col pour mieux les voir. Mais cette année, ils ne faisaient qu'un passage éclair dans la région. Les choses sérieuses étaient pour eux, bien plus tard.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Ah quand même un blessé! Au moins celui-là, j'avais le temps de le voir. Et suivaient après toutes les voitures des managers. Du beau matériel sur les voitures.

A la rencontre du TDF et plus........

Bon la fête était finie, il me fallait songer à rentrer, après avoir récupéré mon vélo que j'avais posé délicatement sur la voiture du policier. Mais je lui avais demandé l'autorisation. J'allais bien rencontrer quelques cyclos sur le retour. Je me faisais applaudir en remontant la côte. N'étais-je devenu populaire? Lol! Eh, on peut y croire, ça ne fait pas de mal!

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Je reprenais la direction de Mirepoix, accompagné par un cyclo qui était venu voir l'événement. Nous faisions un bout de chemin ensemble mais je le quitterai à Laroque d'olmes puisque lui, allait sur Bélesta et moi vers Foix par le col de Py. Je m'arrêterai un peu plus loin pour manger tranquillement mon sandwich et faire une pause technique. Après la route était toute tracée par Foix, Tarascon et ma petite côte de 4kms pour arriver chez moi. J'allais voir la fin de la course à la télévision. C'était plus facile et moins fatiguant!

J'aurai parcouru pour voir le tour 156kms pour 1290m de dénivelé. Enfin j'aurai fait une belle sortie.

Maintenant ma prochaine sortie serait avec Jean-Michel de VT. Il venait faire une découverte rapide de l'Ariège avant de filer sur Cauterets où il passe généralement ses vacances.

A la rencontre du TDF et plus........

La veille, j'avais eu Jean-Michel au téléphone et nous avions convenu de nous retrouver aux Cabannes, lieu mémorable pour les cyclos de l'ariègeoise puisque c'est le lieu de départ de la montée vers Beille, vers 8H. Je lui avais signalé ce que j'envisageais de lui faire parcourir : passage par la route des Corniches que je je n'avais pas eu le plaisir de montrer à mes amis de la rencontre VT, fin mai. Mais là, il y aurait du soleil et non des pluies éparses. Non, ce serait pour le lendemain! Comme quoi, je n'ai pas de chance avec mes invités cyclos.

Montée par Verdun sur la route des Corniches, Col de Marmare, Col de la Chioula, remontée sur la route des Corniches après un passage dans le centre d'Ax. Un beau programme, non?

Je partais de chez moi en vélo en passant par la N20 vers 7H. Là, il n'y avait pas encore beaucoup de circulation. 15kms à faire tranquillement pour m'échauffer car on escaladera un peu, vous vous en doutez!

A la rencontre du TDF et plus........

J'avais juste le temps de poser mon vélo contre un platane que Jean-Michel arrivait en voiture depuis Ax où il était logé. Le pauvre, lui qui comptait s'échauffer avant de franchir une première bosse que je lui réservais. Vous me connaissez!

A la rencontre du TDF et plus........

Une montée de 8kms l'attendait après le village de Verdun pour rejoindre la route des Corniches. On s'échauffait vite malgré que Jean-Michel n'appréciait pas trop pour démarrer un parcours. Mais on n'avait pas le choix pour trouver une route tranquille. Et cette bosse, je l'aime particulièrement. Mais je ne pensais pas qu'il serait déçu par mon choix.

A la rencontre du TDF et plus........

Un petit coup d'oeil en passant au château de Lordat où je lui expliquais qu'on faisait régulièrement les lachers de rapaces. Très agréable à voir.

A la rencontre du TDF et plus........

Je lui précisais qu'on aurait droit à des montagnes russes le long de la montagne mais le spectacle qu'il nous attendait, en valait le coup.

A la rencontre du TDF et plus........

Passage très agréable au dessus de la vallée de Luzenac où je lui expliquais l'existence de l'usine de Talc, mondialement connue. La carrière à ciel ouvert était situé un peu plus haut à notre gauche. D'ailleurs on pouvait voir les wagonnets descendre de la montagne.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Vision lointaine du village de Caussou qui sera le dernier village traversé avant la montée régulière vers le col de Marmare où les pourcentages ne seront en général de 5/6%. Jean Michel déroulait tranquillement. Des pentes plus rudes seront au programme plus tard.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Je suivais Jean Michel à distance, le laissant avancer à son rythme. Moi, je connaissais bien cette route tranquille, l'ayant sillonné de multiples fois. Jean Michel appréciait cette route étroite et absente de toute circulation.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Dernier regard possible sur la vallée avant l'intersection de la route qui venait d'Ax les Thermes. Je précisais à Jean Michel que nous reviendrions sur la route des corniches par celle-ci. Col de Mamare après avoir parcouru une vingtaine de kilomètres sur la route des Corniches. Nous allions bifurquer à droite pour rejoindre le col de la Chioula.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

2 kms nous séparaient des deux cols que nous franchissions rapidement. Je lui narrais que c'était une station de ski de fond, tranquille l'hiver. Nous allions plonger sur Ax, voyant au lointain la station d'Ax les trois Domaines. Pour ma part, j'y serai fin février pour faire du ski avec mes petits enfants. Un peu de circulation dans AX, normale puisque c'était le passage obligé pour aller en Andorre.

A la rencontre du TDF et plus........

En face du terrain de camping d'AX, nous passions en dessous d'un pont de chemin de fer pour rejoindre la route des Corniches que Jean Michel préférait reprendre pour être plus tranquille. Si les premiers pourcentages de la pente étaient aux environs de 7%, on serait plus gâté un peu plus tard après Vaychis. Bon souvenir peut-être pour mon ami Has Been de VT qui était passé par là pour me rejoindre avant de monter Beille.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........

Et là, nous attaquions le vif du sujet avec des pourcentages de 9% sur 3kms. Intéressant, non? Mais la vue était magnifique.Et en plus, le soleil nous accompagnait. Quoi demander de plus?

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Un dernier coup d'oeil pour Jean Michel pour apprécier la vue sur la vallée au dessus de Luzenac, avant de poursuivre notre route sur celle des Corniches, montant ce que nous avions descendu et vis versa.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

10kms plus loin, nous descendions vers Verdun et je promulguais à Jean Michel d'être prudent car c'était une descente difficile et que nous pourrions faire parfois des rencontres curieuses. Justement, nous étions obligés de nous arrêter pour laisser passer des chevaux. Et là, il valait mieux avoir de bons freins.

Au parking, je laissais Jean Michel qui était heureux de sa ballade. Par contre il envisageait de faire la montée de Beille le lendemain. Je lui précisais que malheureusement de la pluie avec des orages étaient prévus. On se contacterait si nous la faisions éventuellement. Et mes pronostics se réaliseront malheureusement.

Jean Michel me proposait de me ramener en voiture, gentiment. Je préférais rentrer par mes propres moyens puisqu'il ne me restait que 15kms à parcourir.

Résultat de la sortie : 110kms pour 1950m de dénivelé.

Maintenant je lui proposais de lui servir de guide s'il revenait dans la région.

A la rencontre du TDF et plus........

Samedi matin, sortie club comme chaque semaine. J'avais regardé le tracé depuis bien longtemps et je savais que je ne pourrai pas suivre les cadors ou les autres. En conséquence, j'avais prévu de couper au niveau de Biert et monter le col de la Crouzette par cet endroit. Et puis ce serait un petit clin d'oeil pour mes copains de VT que je n'avais pu emmener à cet endroit suite aux pluies.....éparses. Quelques clichés sur cette pente exigeante. Je passais tout de même au lieu de rendez-vous et je ne rencontrais qu'un cyclo. Je lui précisais que je partais devant comme je savais qu'ils me rattraperaient facilement et me dépasseraient. Mais je lui précisais que je couperai au niveau de Biert car comme à chaque fois l'heure de départ ne me convenait pas pour un tel tracé. Et c'était parti. Mais les potes du club ne viendraient jamais à ma hauteur. Donc à savoir ce qu'ils avaient dû décider.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Plusieurs cols étaient prévus : Col de Port incontournable puisqu'il est au dessus de chez moi, Col de la Crouzette, Col du Portel, Col de Péguére, Col de Caougnous, puis retour par le col de Port. Un bon programme, non? J'allais traverser au niveau de Bedeilhac un passage assez nuageux que l'on verrait en s'élevant. Je faisais une pause technique au niveau de Saurat car il valait mieux s'alléger avant ces bosses qui m'attendaient.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Passage par le col de Port comme prévu où quelques cyclos étaient déjà présents, tout comme les camping-cars. Et hop, je plongeais sur Massat. 12,5kms à pleine vitesse. Mais connaissant par coeur, le tracé, je pouvais me lâcher pourtant je devais faire attention car en ce week-end, il y avait de la voiture.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Traversée de Massat, Biert n'était plus qu'à quelques kilomètres. Un arrêt, juste le temps de prendre le cliché. Quelques touristes papotaient le long du cours d'eau.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Premier kilomètre assez pentu puisque j'avais droit à un pourcentage de 7%. Et après sur 3kms, j'aurai droit à une montée plus tranquille avec des pourcentages de 5/6% environ. J'en profitais pour m'alimenter en solide et liquide.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Et là, j'arrivais sur les trois derniers kilomètres difficiles où les pourcentages moyens étaient de 12,4%. Je me faisais dépasser au début par deux jeunes. Je n'essayais pas de les suivre, sachant ce qui m'attendait. Ne vous inquiétez pas, les photos avaient été prises au profit d'un virage car sinon, je ne serai pas reparti. J'arrivais vite à 8 jusqu'à 14%. Imaginez et il fallait tenir jusqu'en haut. Un club qui m'avait dépassé, redescendait. A croire que certains ne faisaient qu'une montée lors de leur sortie.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Arrivée au col de la Crouzette où je faisais un break pour admirer le paysage qui me séduisait comme à chaque fois. Et surtout m'alimenter un peu.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Pourcentage à 7% pour arriver au col de Portel. Pas de quoi me reposer comme le faisait un cyclo au niveau du panneau, pendant qu'une famille pique niquait au soleil. Et j'allais plonger pratiquement jusqu'au col de Péguère. 3,5kms séparaient les deux cols.

A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Et là, je devrais plonger à des pourcentages fous jusqu'au col de Caougnous. Une descente que je crains énormément car il ne faut pas se laisser entraîner par la vitesse. Et le tout sur 3,5kms, on l'appelle le mur de Péguére dans l'autre sens.

A la rencontre du TDF et plus........A la rencontre du TDF et plus........
A la rencontre du TDF et plus........

Et oui, il fallait la descendre cette bosse! Mais c'est mieux dans l'autre sens car les pourcentages atteignaient à leur fin le 18%. Il vaut mieux avoir de bon frein. Même une voiture montait par cette route étroite. Au milieu, je pouvais voir Massat au loin que je n'atteindrais pas puisque je remonterai vers le col de Port. Un cyclo montait mais je n'arriverai pas à le rejoindre.

A la rencontre du TDF et plus........

Il me restait à monter 6kms à 5/6% pour atteindre le col de Port où les vaches reposaient au milieu de la route. 12,5kms à descendre jusqu'à mon domicile pour une bonne douche.

Résultat de la sortie : 82kms pour 1980m de dénivelé.

Une belle sortie pour clôturer la semaine que j'offre à mes amis de fin mai de cette année, de VT : les Philippe, Michel, Joel, Daniel et Eric qui nous avait rejoint à Daumazan pour partager un repas ensemble. C'est ça les copains de VT.

Voir les commentaires

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Publié le par lariegeoise

Une belle semaine m'attendait car il semblait que l'été était arrivé. Donc on allait y croire! Et à plus forte raison, mes départs à 6H allaient être plus que souhaitables pour ne pas trop souffrir des grosses chaleurs. Pas fou!

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Je décidais d'aller vers le Port de Lers où les travaux de l'ERDF devaient être terminés. Donc je devrais avoir droit à une montée tranquille. Départ par la vallée de Vicdessos où la brume était encore présente suite aux différents orages des jours derniers. La température était agréable puisqu'elle était de 14°.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

12,5kms m'attendaient avant d'arriver au sommet mais déjà ces trois premiers kilomètres assez pentus avec des pourcentages entre 8 et 9% devaient être franchis. Et arrivé à cette première maison, les pourcentages allaient plus tranquilles, de quoi, me refaire un peu et surtout boire car il vaut mieux le faire avant d'en ressentir le besoin. Des gravillons suite aux travaux persistaient encore sur la route, même que la roue arrière chassait parfois.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Au loin, j'apercevais cette magnifique cascade qui était la preuve que l'eau était bien présente dans cette montagne. Pas possible d'éviter ce cliché, non? Mais il restait encore 4kms à monter et les pourcentages allaient être plus importants mais les virages permettaient de se récupérer un peu. Quelques randonneurs montaient pour s'arrêter presqu'au sommet.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Petit coup d'oeil sur la vallée que je venais de quitter. La brume était toujours présente. Mais très vite, j'arrivais au sommet où aucun camping-car était stationné. Et Juste le temps de prendre le cliché, de boire une dernière fois et j'allais plonger vers la vallée sur 20kms.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Les troupeaux étaient bien présents sur les sommets et il fallait faire attention quand on les croisait sur la route. Un peu plus loin, ce départ de vol à voile pour cette plongée vers la vallée. Mais à cette heure-ci, personne n'était pas levé. D'ailleurs, je ne les ai pas vu de cette année. Même pas les vautours signalés dans la région.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Descente sur 5kms pour rejoindre l'étang de lers où étaient présents des pêcheurs avant de filer à droite où des vaches me regardaient comme une bête curieuse. Et oui, ici, il n'y a pas de train!

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Massat était très rapidement en vue avant remonter le col de Port. Pas de cyclo à l'horizon.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Il ne me restait plus que 12,5kms à monter mais pour l'instant la forte chaleur n'était pas encore là. Et pour cela, je persiste pour rouler tôt le matin. Après c'est une question de volonté. Mais en ce moment par ces grosses chaleurs, le bitume fond, donc à choisir...

C'était une petite sortie agréable avec 75kms pour 1290m de dénivelé. Un bon échauffement pour la grande sortie qui m'attendait le lendemain.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Mon épouse n'ayant plus son plâtre au bras gauche et pouvant à nouveau conduire, je projetais de me remettre à refaire des 200kms, soit des sorties pour une bonne partie de la journée. Fait nécessaire afin de diminuer les risques quand on peut être bloqué à une grande distance. Un chauffeur est toujours indispensable. Et mon premier projet était d'aller voir mon ami Eric qui venait d'acquérir une maison près de Toulouse et plus exactement Venerque. Je planifiais le parcours sur openrunner pour connaitre la distance à parcourir et cela me semblait rentrer dans mes cordes surtout que le parcours semblait être assez roulant.

Donc 6H du matin comme à chacune de mes sorties ces derniers temps, je partais à l'attaque de ma grande sortie, toujours en solo, à mon grand regret mais pour ce genre d'événement, je n'ai toujours pas trouvé de compagnon.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Direction Foix, puisque je devais remonter vers le nord mais en passant par l'ancienne N20 pour éviter cette grande bosse d'Amplaing. Il valait mieux s'économiser. La distance fera son oeuvre plus tard. Je projetais de m'arrêter comme à chacun de ce type de périple tous les 50kms. Jusque là, j'étais en terre connue.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Vernajoul, Labouiche et je franchissais mes premières bosses et surtout premier col : le Pas du Portel. Pas d'inquiétude car ce n'était qu'à 499m! Direction Pamiers en passant par Loubens. Une autre petite bosse avant de plonger sur la ville.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Km 50, j'étais à Pamiers et je faisais un détour à côté du cimetière pour prendre le cliché de la ville. La moyenne que j'avais fait jusqu'à là, était raisonnable puisqu'elle était de 26kms/h sans trop forcer. La température était idéale puisque j'avais eu 14° en descendant de chez moi et que maintenant elle n'atteignait que 16°. J'enlevais mes manchettes car je commençais à avoir chaud. Pause de 10' et c'était reparti.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

J'allais me retrouver sur de grandes lignes droites où il n'y avait pas trop de circulation. Villeneuve de Paréage, je décidais de m'accorder une petite pause technique car tout à l'heure en ville, c'était assez difficile de le réaliser.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Le paysage n'allait guère varier puisque c'était la plaine et je n'aurai droit qu'à des champs de tournesol ou de maïs. Des grandes rampes d'arrosage étaient au dessus des cultures. Et oui, ici, on arrose, si on veut avoir de la production. Mais elles allaient presque m'être agréables dans l'après-midi mais je vous en parlerai plus tard.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Saverdun, je passais au dessus de l'Ariège. Je traversais la ville qui se réveillait tranquillement. Et après j'allais être en terre inconnue. Mais cette fois-ci, j'avais mieux préparé mon circuit en me basant sur les départementales à franchir. Première grande destination St Quir. Bon, pour les clichés, ce sera surtout les églises car pour le reste , il n'y avait rien de vraiment pittoresque.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Lissac, petit village tranquille où seul un papy promenait son chien. Et j'étais parti sur une grande ligne droite sur un bitume de très bonne qualité.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Saint Quir, je devais escalader une rampe au milieu du village pour pouvoir avoir ce cliché car l'église était nichée sur les hauteurs. Quelques kilomètres plus loin, j'arrivais dans la Haute Garonne. je sortais le grand plateau puisque j'étais sur une route assez roulante. Caujac, j'allais laisser à droite la direction Auterive.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Miremont, Lagardelle s/lèze, je n'étais pas loin du domicile d'Eric puisque mon compteur affichait 100kms, moment d'une éventuelle pause. J'en profitais pour l'appeler et on se donner RDV à l'église de Venerque. Bon là, j'allais un peu me planter dans la direction à prendre mais j'allais retrouver le bon chemin grâce à des personnes que je trouvais sur ma route. Une fois de plus pas de panneau indicateur mais je savais que je n'étais pas loin. Je traversais la N20 par un sens giratoire. Plus facile car il y a toujours du monde sur ce passage, entre autre des camions. Je n'étais pas loin de Toulouse.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Et je retrouvais mon ami Eric qui m'attendait avec ses deux derniers. Je passais à son domicile pour faire connaissance avec sa nouvelle maison puisqu'il avait quitté les Pyrénées Orientales depuis plusieurs mois. Il m'offrait un verre de Coca. J'imitais un peu Joel pour regonfler mes batteries. Je remplissais par ailleurs mes bidons car par cette chaleur, il valait mieux boire pour éviter les crampes.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Grépiac, j'allais me diriger vers Auterive par quelques bosses, ce qui me changeait de la route de la matinée et la chaleur commençait à se faire sentir. De plus pas le moins d'ombre sur la route. Au loin, j'apercevais la chaîne des Pyrénées, restée un peu dans les nuages.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Auterive, ville un peu plus animée mais je n'allais pas trouver la route de Cintegabelle que je désirai, pour éviter la N20, sur laquelle je me retrouvais sans le faire exprès. Je l'arpenterai sur 6kms mais il n'y avait pas trop de circulation à cette heure-ci.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Cintegabelle, ancienne ville fortifiée. Il fallait dire que dans l'ariège, il y en avait pas mal. Je passais au dessus de l'Ariège, le cours d'eau.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Calmont, j'allais revenir en Ariège pour quelques temps car j'étais maintenant à la limite de l'Aude. La chaleur commençait à se faire sentir et je n'allais pas tarder à faire ma pause pique nique. J'essayais de passer sous les tuyaux d'arrosage des maïs très souvent en vain car je n'arrivais pas au bon moment.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Mazères, je rentrais en ville pour essayer de trouver un endroit sympa pour manger et essayer de trouver un point d'eau. Un square sympa m'était offert avec un jet d'eau rafraîchissant. Je m'arrêtais là car il était 12H15' et j'étais au km 150. Et bêtement je ne voyais pas un mini trottoir sur lequel butait ma roue avant. Résultat, je me retrouvais par terre. Un peu écorché mais rien de grave. Après un break de 15', je décidais de repartir vers Belpech pour avoir des routes plus tranquilles.Par contre, pas de point d'eau. La municipalité les avait supprimés à cause d'éventuelle pollution. Il ne fallait pas mourir de soif. Je me ravitaillais dans un café.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Belpech, j'étais quelque temps dans l'Aude. Je me devais m'arrêter à un petit coin d'ombre pour faire une pause technique mais surtout boire. 36° s'affichait sur mon compteur. Je commençais à me traîner un peu. La vitesse commençait à baisser. Je retrouvais l'Ariège, le département, où on nous signalait pour le 22/7, le passage du TDF qui ne fera qu'un passage éclair en Ariège avec le franchissement de Pamiers et St Girons. La tour du Crieu, je rentrais ensuite dans la banlieue de Pamiers. Avant le passage à niveau, je prenais la direction de Verniolle, pour arriver sur Varilhes. Et là, craquant une fois de plus, je cherchais un bistrot pour me rafraîchir avec un Perrier mais surtout remplir mes bidons. J'étais à une trentaine de kilomètres de chez moi. Je rassemblais mon courage pour arriver à Foix. Après La Charmille, je faisais une fois de plus une halte pour boire. Je commençais à avoir de grosses cuisses! Mais il ne me restait plus que un peu moins de quinze kilomètres à parcourir.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Tarascon était en vue car je ne passais pas le détour Mercus/Arignac ne voulant pas trop faire de la bosse. Sur l'Ariège des canoés prenaient du plaisir en cette chaude journée. Ma petite montée de 4kms pour rentrer chez moi et une bonne glace m'attendait. Ca y était, j'avais fini mon périple où j'avais un peu souffert en fin de parcours à cause de cette forte chaleur.

Résultat de la sortie : j'avais parcouru 215kms mais que pour 1000m de dénivelé.

Une belle sortie tout de même où j'avais pu revoir Eric.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Ressentant encore quelques douleurs de ma sortie de mercredi, je décidais me faire une petite sortie côte ou plus exactement je devais aller voir à un endroit de la montagne s'il y avait des myrtilles. J'ai chez moi une grande spécialiste de confiture de myrtilles et autre, et l'hiver, sur des crêpes, c'est excellent. Donc je me mettais en quête d'aller gravir la bosse de La Freyte qui au dessus de Surba/Rabat les trois Seigneurs. 8kms de montée à 8%. De quoi, pouvoir se rendre compte si les jambes tiennent la route.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Dans les premiers lacets de la montée, je pouvais déjà voir les villages que j'avais dépassés : Rabat les Trois Seigneurs et Surba. Dans le fond, les prémices de Tarascon et en face le Sodour. Le tableau était planté. Il suffisait de continuer à monter.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

8 kms montés et ma récompense au bout où j'arrivais sur un cul de sac ou départ pour des randonneurs ou des lieux pour enfants qui voulaient barboter dans l'eau. Bref, un endroit rafraîchissant. Un endroit de rêve quand il fait chaud.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Des genêts privés de leur fleur et derrière les champs de myrtille. Il n'y avait rien. Il ne me restait plus qu'à redescendre dans la vallée de Surba pour remonter sur 3kms jusqu'à mon domicile. Bref, une belle sortie sportive. A refaire quand on veut monter dans un endroit tranquille. Ah, le goudron fondait et il y avait pas mal de gravillons.

C'était une sortie de 25kms pour 590m de dénivelé.

Une bonne préparation pour demain où je dois retrouver le club. Mais m'attendront-ils?

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Samedi matin, jour de la sortie club. 8H30, pas mal de cyclos arrivaient, entre autre des cadors. Je les avais repérés depuis un moment. Donc je me posais des questions sur quel circuit j'allais faire. Mais mon ami Patrick de Foix arrivait et je lui précisais le parcours. Cela ne lui disait pas trop car il voulait monter quelques cols. Et comme je savais qu'il m'attendrait, je n'hésitais pas du tout et je lui précisais que je partais avec lui. Un membre du club me disait que le circuit prévu était roulant et qu'il m'attendrait. Mais je restais sur ma position et je leur souhaitais bonne route. De toute façon, j'avais déjà fait en semaine, le circuit. Donc je les retrouverai la semaine prochaine si le temps le permettrait.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Notre parcours était ciblé dès le départ. A savoir : Col de Port au dessus de chez moi, Col de Saraillé, Col de Port mais dans l'autre sens. Montée vers Bedeilhac avec 4kms à 7% avant de rejoindre Saurat qui sera le vrai départ de la montée précisée sur un panneau à l'entrée du village. Patrick montera le col sur le grand plateau. Bon, il était nettement plus costaud que moi, vous vous en doutez! Lol!

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

12,5kms devaient être montés comme je l'avais fait de multiples fois dans d'autres circuits. En cours de route, nous rencontrions deux autres cyclos qui ne connaissaient pas le coin et à qui nous indiquions différents itinéraires. Pour notre part, nous allions descendre vers Massat pour la même distance. Patrick faisait le plein de ses bidons à la source qui était au début de la descente. Et celle-là était pure! Au fait, j'arrivais au sommet après les autres! Etonnant, non?

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Une montée m'était offerte pour rejoindre le centre de Massat et j'invitais Patrick à ce qu'on prenne la route à gauche de la deuxième église. Il avait l'habitude de retrouver le Col de Saraillé par Biert mais je lui précisais qu'en définitive il n'arrivait pas au vrai col. Je lui précisais qu'il faudrait descendre à Cominac pour rejoindre Oust et revenir sur Massat par la route venant de St Girons.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Patrick était en admiration devant le cours d'eau mais il n'était pas au bout du paysage offert. Il fallait dire qu'il ne venait jamais dans ce coin sauf pour certaines ariègeoises. La course, bien sûr.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Le cliché devant le panneau indicateur du sommet ne pouvait être évité. Il en profitait pour faire une pause technique. Tiens, un habitué!

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Je ne pouvais ne pas rester indifférent à ce magnifique panorama qu'il m'était offert avant de rejoindre Oust où nous croisions quelques cyclos. Il faut dire qu'avec ce beau temps et le week-end présent, il ne pouvait en être autrement. A partir du croisement, il y avait encore une quinzaine de kilomètres à parcourir dans la gorge de l'Arac avant de rejoindre Massat.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

A Massat, nous faisions le plein de nos bidons. Plus prudent par cette chaleur car mon compteur affichait plus de 30°. Et on avait 12,5kms à monter avant le col.

Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine
Un 200kms à la rencontre d'Eric et autres sorties de la semaine

Patrick montait le col toujours sur le grand plateau. Et un peu plus haut des champs de myrtilles. Tiens, ça me rappelait quelque chose. La raison d'une de mes sorties précédentes!

Et il nous restait à plonger dans la vallée. Et je quittais Patrick à l'entrée de mon village. Et on se disait à plus comme d'habitude.

Sympa comme sortie qui serait pour moi de 105kms avec 1900m de dénivelé.

Ce qui clôturait ma semaine car demain je pars voir un ami près de Carcassonne mais sans vélo. Etonnant, non!

Voir les commentaires

D'un département à un autre........

Publié le par lariegeoise

Comme les autres semaines en cet été où le beau temps n'arrive vraiment pas à s'installer, d'ailleurs on se demande s'il arrivera un jour, j'allais jongler pour mes sorties avec les déclarations de Météo France. Un site internet qui marche très fort en ce moment! De plus, voyant que je me faisais larguer régulièrement par mon club lors des sorties communes, je me décidais d'essayer de faire les parcours qui figuraient dans la brochure du club en solo, considérant qu'il est plus facile de les réaliser en partant tôt le matin, et sans trop taper dans ses réserves. Car le but est bien de prendre du plaisir de rouler et d'essayer de prendre quelques clichés de ces sorties. En sortie club, j'ai beaucoup de mal à réaliser les deux combinées.

Le premier projeté semblait être bien vallonné à souhait.

D'un département à un autre........

Je devais rejoindre la route des corniches par Les Cabannes en empruntant la N20 pour être plus vite, plus près du sujet : les bosses. Bon, j'avoue que je n'aimais pas trop fréquenter cette route car je savais qu'il y avait toujours beaucoup de circulation, étant un passage obligé pour arriver en Andorre. Mais à 6H du matin, la route risquait d'être calme et c'est effectivement ce que je rencontrais. Donc un bon terrain d'échauffement car après ma descente vertigineuse de chez moi, où j'atteignais comme d'habitude une vitesse maximum de 50kms/h, le parcours était assez plat sur 15kms. Bon, bien sûr, pas de cyclo sur la route.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Et très vite, j'entrais dans le vif du sujet car la route allait s'élever à partir de Verdun à une moyenne dépassant les 10% sur 1,5kms, après cela montait en zig-zag mais plus tranquillement. Du 7% seulement! Donc si j'avais revêtu mon coupe vent, j'allais très vite avoir chaud. Le compteur affichait toutefois une température de 9°. Un peu juste pour un mois d'août. Une montée de 6kms pour rejoindre cette fameuse route des corniches. La pluie ayant sévi la nuit précédente, les nuages restaient accrochés à la vallée. J'avais une vision féérique des Cabannes.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

En haut de la bosse, je filais à droite en direction du Col de Marmare. Là, je savais que le parcours était un peu plus facile puisque ce serait une succession de montagnes russes. Le château de Lordat émergeait de la brume. Mais je n'avais pas la vision de rapaces qu'ils lâchent lors de la visite des touristes.

D'un département à un autre........

Dans la vallée de Luzenac, tout semblait calme. Les wagons de la carrière descendaient déjà. Eh oui, nous étions mardi, jour des travailleurs.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Au loin, le dernier village de Caussou que j'allais rencontrer avant d'effectuer la vraie montée vers le col à des pourcentages raisonnables puisque le 6% était annoncé sur les pancartes longeant la route. Et toujours pas d'âme qui vive.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

A mi montée, j'allais arriver dans ce grand virage aménagé pour les touristes qui peuvent admirer la vallée. Mais moi, je n'étais pas là pour faire du tourisme et je plongeais vers la vallée par une route assez étroite que j'avais fréquentée de multiples fois. La prudence était de mise car c'était assez pentu et j'allais me retrouver plus ou moins à flan de coteau.

D'un département à un autre........

J'avais droit à une autre vue de la vallée. La N20 était assez calme. Au loin, cette route qui devrait nous emmener à la station d'Ax les trois domaines, ou l'Andorre, sans passer la ville d'Ax les Thermes. Mais les travaux sont arrêtés depuis bien longtemps, faute de financement. Je me montrais prudent dans la descente car il y avait pas mal de gravillons. Le parcours prévu me proposait de tourner à gauche dans Vaychis mais ne l'ayant pas regardé assez précisement, je préférais filer jusqu'à la N20, route que j'avais empruntée de multiples fois.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

J'arrivais très vite dans la ville et au niveau de l'église, je quittais la N20 pour me diriger à gauche vers le col répertorié de La Chioula. J'avais droit à une montée en Zig zag avant de retrouver celle du col envisagé. A droite, je laissais celle qui allait vers Pailhères. Mais ce serait pour une autre fois.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

En montant, je pouvais apercevoir les pistes de Bonascre où j'allais l'hiver skier avec mes petits enfants en février. La montée réelle était de 6kms avec de bons pourcentages.

D'un département à un autre........

La Chioula, deuxième col après de celui du Pas de Souloumbrie. C'est une station réservée uniquement au ski de fond. Quelques randonneurs partaient à l'attaque de belles ballades et quelques touristes prenaient l'air, sortant de leur camping car.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Col de Marmare que j'abordais pratiquement en descente de la Chioula. J'allais être sur le plateau pendant quelque temps. A gauche, je pouvais descendre via la route des Corniches. Mais là je me dirigeais à droite vers un autre col en passant par Prades. De ce côté c'était plus facile car le vent n'était pas de face. Mais dommage qu'il y ait ce temps en cet été supposé car la région est magnifique. Des gars du Conseil Général était en train de réparer partiellement la route. Donc prudence car les gravillons étaient bien présents.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

J'allais faire mon passage éclair dans l'Aude avant de rejoindre le Col des Sept Frêres. Il y a juste à côté un col qu'il faudra qu'un jour j'aille voir de plus près. Tiens, un cyclo. Bien sûr un ancien!

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

J'allais embrayer sur mon grand plateau, la route allant sur Belcaire que j'apercevais, était assez descendante. Dans le village je devais être prudent car ici, les gens traversent sans regarder. Une chute, je n'aimerai pas! Après le village, j'allais tourner à gauche pour prendre la direction de Belesta mais en priorité, le Col des Morts. Le vrai soleil commençait à pointer son nez.

D'un département à un autre........

Au loin Belesta qui avait souffert dernièrement par les gros orages qui avaient sévi dans la région, faisant déborder l'Hers.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

A l'entrée de Belesta, je tournais à gauche pour me diriger vers la dernière difficulté de la journée : le Col de Montségur qui avait été rebaptisé car avant il s'appelait le Col du Tremblement. Je passais à côté de la Fontaine de Fontestorbes. Un cyclo me doublait comme une bombe. J'allais le retrouver en haut car il avait escaladé le Col sur l'autre versant. Un cyclo qui ne devait faire que les bosses. Au niveau du départ de la montée vers le château, je me faisais applaudir par quelques touristes, anglais je crois! Descente sur Villeneuve d'Olmes pour me diriger vers Foix en m'accordant la bosse de Nalzen, et après direction Tarascon.

Résultat de la sortie : 150kms pour 2650m de dénivelé.

Cette sortie étant prévu pour le samedi suivant avec le club, j'envisageais que je ferai l'impasse car en partant à 8H30 du matin, c'est assez difficile de boucler ce circuit avant midi. C'est bon pour les cadors! Donc j'aviserai.

D'un département à un autre........

Jeudi matin. Le circuit de la semaine suivante pour le club me semblant plus soft, j'envisageais de le faire car parfois il faut savoir varier pour être au top niveau quand il le faut. Départ comme très souvent vers Foix mais en passant par l'ancienne N20 pour respecter le circuit. Bon, imaginez qu'à 6H passés, il n'y avait pas trop de monde sur la route. Première bosse, la montée du Col del Bouich sur 6kms environ à un pourcentage abordable aux environs de 6%.

D'un département à un autre........

Dès le franchissement du col, j'emboîtais le grand plateau car la route était très roulante. La Bastide de Sérou, j'étais sur la route qui allait sur St Girons. 4kms plus loin, j'allais prendre la direction du Mas d'Azil, route que nous avions emprunté avec mes amis de route à l'ascension. Et là, je n'allais même pas avoir de pluies éparses!

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Je me retrouvais sur une route assez tranquille et très agréable surtout quand la chaleur est là. L'aspect boisé de la route et l'Arize qui coule le long de celle-ci, ne peuvent que nous faire apprécier cet endroit. Une dizaine de kilomètres me séparait de la route qui venait de ST Girons pour rejoindre le mas d'Azil.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Rieubach, où un chemin de croix était assez remarquable, serait mon point limite de cette route avant de prendre la direction de Camarade. Je n'atteindrai pas le Mas d'Azil qui n'était qu'à quelques kilomètres. Une belle montée m'attendait en direction de Mérigon. Au loin, je pouvais deviner la chaîne des Pyrénées qui étaient un peu cachée par les nuages en cette journée encore sombre.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Et je partais en direction de Daumazan en traversant partiellement la Haute Garonne avant de revenir en Ariège. La route était assez roulante et j'arrivais à être assez performant!

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Daumazan et son château de Cazalère où est un magnifique terrain de camping. Le soleil avait vraiment fait son apparition. J'allais attaquer le chemin de retour.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

J'allais me retrouver sur une route bien tranquille que je n'avais jamais empruntée. Sabarat, Montégut, je laissais sur la droite la direction du Mas d'Azil. Plantaurel où nous pouvons trouver les vins remis au goût du terroir dans le domaine Sabarthès. Et j'allais me retrouver sur une route assez fréquentée pour me diriger vers St Jean de Verges.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Et la route du retour m'était toute tracée par le passage à Foix, Mercus avec une pensée pour mes amis cyclos qui étaient venus à l'ascension et ce n'est pas une photo montage comme ont dit certains!

Résultat de la sortie 140kms avec seulement 1300m de dénivelé avec un circuit assez roulant.

Ce parcours est prévu pour la sortie club de la semaine prochaine.

D'un département à un autre........

Samedi matin, je faisais un break dans mes sorties avec mon club mais je ne manquais pas d'aller les saluer comme j'étais en ville à leur heure de rendez-vous. Dommage car certains avaient prévu de raccourcir et en plus c'était avec le groupe que j'arrivais à le mieux suivre et qui avait l'état d'esprit que j'aimais. Tant pis je les verrai la semaine prochaine. De toute façon, ils avaient dû essayer certaines averses dans la matinée. C'était désespérant ce temps au mois de juillet.

Mais dimanche matin, je décidais de me faire une petite sortie en espérant retrouver sur la route mon ami Patrick de Foix. J'avais programmé un circuit assez ambitieux par deux cols dont La Chioula et Bonascre. Je montais par la route des corniches dès Verdun comme j'avais fait mardi matin. En week-end, je n'appréciais pas trop le passage de la N20, jugeant que c'était le week-end du grand départ et par conséquence, beaucoup de véhicules. Et pas trop ne pensent pas à rouler trop près de nous. Première bosse du Pas de Saloumbrie comme toujours.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Et toujours ce regard vers la vallée qui était encore recouverte par une épaisse brume qui sévit depuis un bon nombre de jours à mes plus grands regrets.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Pas grande vision dans la descente pour aller sur Caussou, le plafond étant tellement bas. Et la chaleur qui n'est pas là mais j'étais resté sans coupe vent mais avec mes manchettes. Au loin, le château de Lordat s'éveillait. Des images que j'avais déjà vu dans la semaine.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Je dépassais le village de Caussou pour escalader 4kms de l'ascension du col de Marmare avant de plonger sur Vaychis pour aller escalader le col de Bonascre. Pendant un temps, j'avais envisagé de monter le col de La Chioula en passant par le col de Marmare. Mais ne sachant quand je pourrai rencontrer Patrick comme cela était envisagé avant, je préférais rejoindre Bonascre directement. Déjà des copines de montagne, avec le mâle en pleine liberté.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........D'un département à un autre........

Après être passé sous le pont de la voie ferrée, je retrouvais la N20 qui n'était pas encore envahie par les voitures. Je pouvais me diriger vers Ax les Thermes pour monter cette bosse franchie de nombreuses fois par les colosses du TDF. Un coup d'oeil sur les Thermes et sur l'Ariège (le cours d'eau) qui descendait de la montagne.

D'un département à un autre........

Et hop, c'était parti pour 8,5kms d'ascension avec un départ assez costaud comme souvent dans ces Pyrénées. Le pourcentage maximum était de 10,5%. Il était 8H30' passé mais pas d'autres cyclos en vue.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Un petit coup d'oeil sur la vallée d'Ax en montant car je savais que la descente serait rapide et plus risquée pour prendre des photos. Mais la pente m'attendait car je n'étais qu'aux premiers virages.

D'un département à un autre........

J'attaquais la portion dure à 10% avant de retrouver un partie plus facile à 6%. D'ailleurs un peu plus haut, une camionnette était tombée en panne. Il n'y a pas que les vélos qui calent!

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Une trouée dans la montée me permettait de voir l'autre versant de la vallée par où passait le télécabine qui montait d'Ax jusqu'à la station. Il me restait 3kms à monter. De grands virages me permettaient de récupérer quelque peu.

D'un département à un autre........D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

J'arrivais dans les derniers kilomètres qui affichaient des pourcentages à 9%. Un regard sur l'immeuble où j'ai déjà loué un appartement pour l'hiver prochain. Je faisais le tour de la station par la route des chalets. Je m'alimentais d'une barre de céréales et un peu d'eau.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........D'un département à un autre........

Et j'arrivais au centre de la station qui était envahi par les VTTistes et même un Raid. J'avais connu cela l'année dernière avec mon petit fils. 10H j'avais un message de mon ami Patrick qui ne faisait que se lever donc je le verrai pas ce matin. Donc je décidais de rentrer directement par la N20.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

En conséquence, je décidais de descendre directement pour regagner mon domicile en passant par la N20 car dans ce sens, il n'y aurait pas trop de voitures. Les embouteillages étaient dans l'autre sens. Une quarantaine de kilomètres m'attendait depuis la vallée. Je me permettais de jeter encore un coup d'oeil sur la vallée.

D'un département à un autre........

Le soleil était sorti et j'allais rentrer tranquillement. Pas d'autres cyclos en vue. La grotte de Lombrives était annoncée : c'est la plus grande d'Europe. J'étais à une vingtaine de kilomètres de Tarascon et je laissais la direction des Cabannes qui mène à la montée du plateau de beille, sur la gauche.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Au niveau du passage à niveau, à Sinsat, je tournais à droite pour voir où je pouvais récupérer la route qui va directement à Aulus et permettre de sortir de la N20. Bon, la route est faite de graviers, pas terrible pour un route! Mais je fus agréablement surpris en découvrant ce départ de canoé sur l'Ariège. A découvrir de plus près. Des pêcheurs se revêtaient au passage. Il fallait dire que l'endroit était tranquille.

D'un département à un autre........
D'un département à un autre........

Le lieu étant un cul de sac, je revenais sur mes pas pour reprendre la N20 et je tournais à droite avant Lombrives pour arriver enfin sur Aulus les Bains où les thermes semblaient fonctionner. L'endroit était très paisible et loin de l'agitation de la N20.

D'un département à un autre........

Quatre kilomètres plus loin, j'allais arriver à Tarascon où le soleil brillait. Il me restait 4 kilomètres de montée pour arriver chez moi.

Résultat de la sortie : 103kms pour 1750m de dénivelé. Une bonne sortie.

Et maintenant comme mon épouse pouvait à nouveau conduire, j'allais pouvoir me relancer sur des circuits de 200kms. Le prochain, je le programme pour mercredi surtout que le soleil doit revenir. Et je pourrai rencontrer mon ami Cathare de VT.

Voir les commentaires

Après la Mountagnole..........

Publié le par lariegeoise

Après la Mountagnole qui fut une réussite pour moi même si j'ai eu quelques petits soucis dans la montée de Beille, j'allais me faire des sorties plus cools sachant que je n'avais plus de véritables objectifs. De toute façon, il fallait que je m'adapte avec le temps car en ce moment, le beau temps a vraiment du mal à se stabiliser.

Après la Mountagnole..........

Un décrassage s'imposait comme pour tout un chacun des compétiteurs. J'allais le faire un peu en retard car j'allais attendre le lundi après-mi pour l'accomplir. Et c'est par un grand soleil prometteur que je partais vers 13H à l'assaut d'une pente que j'apprécie assez , celle de Goulier où il y a une station de sport d'hiver très familialle. Mais en cette période, elle est plus visitée par des randonneurs. Il fallait dire que là-haut, il y a une vue magnifique sur la vallée. Mais un décrassage par une bosse, était-ce bien raisonnable? Mais je n'avais pas trop envie de m'en priver surtout que je n'avais pas mal aux jambes. Descente rapide vers Tarascon à une vitesse toujours aussi importante mais j'allais vous gratifier d'une image magnifique que j'ai, quand je descends dans la vallée de chez moi. N'est-ce pas?

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Au bout de 8kms, j'allais sortir de Tarascon pour partir en direction de Vicdessos sur une route en pente douce mais de quoi s'échauffer sur 15kms avant d'attaquer la véritable bosse. Après Niaux, je pouvais voir le château cathare de Miglos que retrouvera facilement Alex. Quelques cyclos isolés qui devaient descendre du Port de Lers. Il faudra que je le remonte puisqu'il parait que les travaux de l'ERDF sont terminés.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Le Vicdessos n'allait pas me détourner de mon droit chemin puisque les sommets m'attendaient et que j'avais le courage avec moi. Bon, j'avoue que je me serais bien trempé les pieds dans l'eau claire mais j'avais la volonté de faire un décrassage, alors....

Après la Mountagnole..........

J'attaquais la pente dès l'entrée de Vicdessos puisque je savais que j'aurai droit à une montée de 9kms avec un pourcentage avoisinant les 8%. Cela me rappellerait Beille mais avec pas de cyclos. Seuls des randonneurs traînaient dans le coin.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

En montant, très vite, je pouvais avoir une vue sur le chateau de SOS. Il connait Alex? Bon ,j'étais allé voir de plus près mais je tombais sur un cul de sac et je n'avais aucune vision sur le château. Sur la route en face, j'aurai pu aller sur le dolmen de SEM mais ce sera une autre histoire. D'ailleurs il faudra que j'aille jusqu'au village. Mais il paraît qu'il a une autre légende pour ce dolmen qui n'est peut-être pas un dolmen. Mais Penn de VT pourrait peut-être m'en dire plus, notre célèbre druide. Mais je n'étais pas là pour faire du tourisme mais pour monter une bosse.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

9kms plus loin et après être passé à côté du village de Goulier où mon ami Neuronne 3 de VT avait logé ces dernières années, j'arrivais à la station où j'avais une vie superbe sur la vallée. Mon effort était bien récompensé. Un petit break et une pause technique, et j'allais redescendre assez facilement vers Tarascon.

Après la Mountagnole..........

Arrêt au village pour faire le plein de mes bidons car la chaleur est là. Michel, Joel, Philippe avec un petit pastis, ça aurait été pas mal, non? De l'eau de source.... Je ne le dis pas pour Jean-Michel qui lui préfère la bière.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Un dernier regard dans la descente sur le château de SOS et la grotte de Niaux. Et oui, il y a plein de choses à visiter dans cette région.

Et je remontais à mon domicile après 60kms de route pour 1190m de dénivelé et après avoir bien respiré. Effectivement Lauriane avait raison de me dire que les douleurs disparaissent après un bon décrassage.

Après la Mountagnole..........

Jeudi matin, 6H15', j'avais décidé de faire le parcours prévu par le club pour samedi matin et comme cela j'étais sûr que je ne le ferai pas entièrement car partir à 8H30 pour un tel circuit est un peu tard pour moi. Et l'avenir me donnera raison. Mais il me fallait me diriger directement vers le col de Port qui était au dessus de chez moi. Donc j'allais être vite dans le vif du sujet. Et depuis Saurat, village au dessus de chez moi, je savais qu'il y avait un peu plus de 9kms à monter. Mais les pourcentages ne montaient pas plus de 7% sur 5kms, après on passait à 5%. Facile, non?

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Et j'allais terminer les trois derniers kilomètres de l'ascension dans le brouillard car la veille, il avait eu de gros orages, et en général le lendemain, on est sûr que les nuages sont accrochés aux sommets. Mais comme le soleil était prévu, je ne m'étais pas arrêté à cette vision. Mais par prudence, j'enfilais mon coupe vent pour me faire la descente et surtout traverser la vallée de l'Arac.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

J'avais la vision de ce paquet de nuages dans la vallée. Et très vite j'arrivais à Biert où commençait la montée du col de la Crouzette mais ce n'était pas le sujet. J'allais filer vers le carrefour de Lacourt/Seix.

Après la Mountagnole..........

Au carrefour, j'allais enlever mon coupe vent car je savais que j'allais avoir chaud. Une autre bosse m'attendait. Mais je ne passerai par Soueix comme le circuit prévu mais directement à Seix. Et là, j'allais commencer à me diriger vers la montée du col de la Core que je parcourerai que sur presque deux petits kilomètres avant de tourner à droite vers Alos.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

J'avais tourné au village de Sentenac d'Oust où une belle montée de 800m m'attendait à un pourcentage de 13% et la suite serait bien aussi, mais un peu moins fort sur 5kms. Une faucheuse allait me freiner dans ma montée. La route était sinueuse sur une route assez étroite et pleine de gravillons. Et j'arrivais au col de Catchaudégué qui n'était pas tellement élevé puisqu'on l'annonçait qu'à 890m.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Et j'allais basculer dans la vallée qui allait me mener pas loin de Lacourt. Au loin, je pouvais apercevoir le village d'Allos. Une belle descente mais assez tortueuse et remplie de gravillons. J'allais me montrer assez prudent.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

La fin de la route allait me mener à la D618, au barrage de l'EDF sur l'Arac que j'allais parcourir dans une vallée assez agréable jusqu'à Massat. Et j'allais retrouver la route empruntée en début de parcours. Quelques cyclistes isolés. Mais beaucoup moins que la semaine passée.

Après la Mountagnole..........

Il me restait à monter les 12,5kms du col de Port que j'ai l'habitude d'emprunter. A mi-parcours, un cyclo en vacances allait me rattraper et nous papoterons jusqu'en haut avant de descendre le plus rapidement possible. Une descente qui lui plaisait car il était plutôt un Vttiste.

Résultat de la sortie 113kms pour 1915m de dénivelé.

J'avais bien eu raison de faire cette sortie avant le club car elle serait bien différente de ce que j'envisageais.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Samedi matin, sortie club avec RDV sur le parking du centre de loisirs de Tarascon. Elle devait être celle que j'avais faite jeudi matin. Nous étions au nombre de 7 et comme d'habitude, papotage habituel avant le départ vers 8H30. Les costauds partaient déjà fort et j'allais décramponner à hauteur de Surba comme je me doutais mais qu'importe, j'allais faire ma montée comme d'habitude sans me mettre sans le rouge. Je prévoyais que personne ne m'attendrait, surtout que Serge avec qui j'avais sympathisé dans d'autres sorties n'était pas là. Qu'importe, je prendrais peut-être la route inverse à partir du rond point de Seix/Lacourt/Massat. En haut du col, j'étais accueilli par un beau troupeau comme souvent en cours de journée. Je remettais mon coupe vent car l'air était frais.

Après la Mountagnole..........

Quelques kilomètres après le village de Castet d'Aleu, je voyais arriver en sens inverse deux cyclos du club qui faisaient route inverse, jugeant que le groupe allait trop vite comme je l'avais jugé depuis un moment. Voyant l'heure, je reprenais leurs roues pendant quelques kilomètres car ils allaient à leur tour me décramponner. Mais ce n'était pas un problème. Je rentrerai tranquille.

Après la Mountagnole..........
Après la Mountagnole..........

Au niveau du Col de Caougnous, je remontais sur un groupe de deux cyclos qui semblaient être à l'agonie. Je les encourageais en passant en leur disant qu'il ne restait que 2kms de bosse. Et je plongeais sur la vallée. J'allais donc faire un circuit plus court que prévu mais cela m'arrangeait car avec le club, je rentrais toujours très tard. Le reste du groupe ne reviendra pas sur mes roues. A croire qu'ils étaient encore loin.

Résultat de la sortie, j'aurai parcouru 90kms pour 1190m de dénivelé.

Voir les commentaires