Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A défaut de vélo.........

Publié le par lariegeoise

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

Et oui, en ce moment, mon vélo se rouille sérieusement mais pour la bonne cause et surtout pour le plaisir, puisque j'ai près de moi et pour quelques jours, mes petits enfants. Un bonheur que je saurai partagé! En compensation de mon manque d'images sur mon blog, je vous offre ces quelques images du village de Cordes sur Ciel que j'ai visité dans le Tarn, non loin d'Albi. Regardez et régalez vos yeux.........

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

C'est un village dont la construction remonte à1220 et ça monte sérieusement jusqu'en haut. Certains y sont montés en VTT mais aidés par des petits moteurs!

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

De superbes petites boutiques ne peuvent que vous attirer l'œil. Très Touristiques et vous trouverez des parkings en contre-bas au prix de 3,5 euros pour la journée.

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

En montant, vous éprouverez certainement de faire quelques petites haltes mais je crois que la descente est encore plus difficile sur des rues pavées.

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

En haut, vous aurez la possibilité de manger dans des restaurants situés à l'ombre des arcades. Une superbe église surplombe le village.

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

Pour notre part, nous nous sommes arrêtés à un vendeur de nougat. Hum!!!!!!!!!! C'est bon!

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

De magnifiques cours à l'ombre visibles entre autre au syndicat d'initiative et à la mairie.

A défaut de vélo.........
A défaut de vélo.........

On ne peut être qu'admiratif de cette visite. Je vous le conseille vivement après avoir vu Albi ou Gaillac.

Voir les commentaires

Quand le soleil est là..........

Publié le par lariegeoise

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et oui, quel foutu été cette année. Le ciel varie entre le soleil, le brouillard, la pluie, le vent. Bref il faut sortir quand le temps le permet car comme vous savez un retraité ne sort que quand il ne pleut pas! Sans parler de la température, on oscille entre forte chaleur et grand froid. Donc je vous compte quelques sorties faites ces derniers temps.

Départ habituel par Arignac pour regagner Foix en passant par la bosse d'Amplaing. Il faut dire que je la digère bien maintenant.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Direction l'entrée de la rivière de Labouiche pour retrouver mon premier petit col le Pas du Portel. Un décrassage après l'ariégeoise qui remonte à quelques jours mais pas de difficulté importante.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Descente sur St Jean de Verges pour regagner Foix. La boucle est presque bouclée puisque je retrouve mon fameux château de Foix. Un circuit classique, quoi, sur les terres de mon ami Patrick mais lui, c'est le genre de parcours qu'il fait en rentrant du boulot. Et retour à mon domicile par Tarascon s/Ariège.

Sortie tranquille de 72kms!

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Départ classique par Foix, ce matin j'ai envie d'aller faire un tour vers le Mas d'Azil, histoire de changer de parcours. Là, sur ce début de parcours, je peux m'échauffer tranquillement. Inutile de préciser le nom des lieux, car tout le monde les connaît maintenant. Tiens un cycliste qui a dû se lever à peu près aux mêmes horaires que moi.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je quitte la route qui file sur le Pas du Portel pour rejoindre le Mas d'Azil. J'avoue que dans ce sens, c'est très roulant et là, de bon matin, je ne subis pas le vent. Un rapace passe au dessus de ma tête. Une buse certainement. Tiens, un pic-vert qui change d'arbre!

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je passe pas loin du lac de Mondély qui doit rappeler des souvenirs de l'an passé à Nicolas. Et j'arrive au village du Mas.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et je monte en direction de la grotte. Bon, cette fois-ci, pas question de passer sur la route interne. Je me permets de passer au dessus par une belle bosse mais toujours autant remplie de gravillons. Une petite pause technique en haut et hop, je vais filer en direction d'Allières.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Après un court passage de plat, je vais grimper pendant quelques kilomètres avant d'atteindre le village. Montée intéressante que je conseille à Patrick mais il doit connaître. C'est assez ombragé et par grosse chaleur c'est assez sympa à gravir. Même là, quelques voitures s'attardent.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Au sommet, au loin, j'aperçois la vallée où circule la route principale qui vient de St Girons pour aller sur Foix. Par ailleurs en contre-bas il y a la ferme aux reptiles, endroit intéressant à visiter.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Une fois sur la départementale, je me montre assez prudent car la circulation y est assez dense. La Bastide de Sérou, je décide de revenir directement sur Foix en passant par le col Del Bouich.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Foix et je reprends la route empruntée à l'aller. Montgaillard et je ne vais être plus qu'à une quinzaine de kilomètres de mon domicile.

Sortie de 110 kms

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Pamiers, je vais changer totalement de région que je n'ai pas empruntée depuis très longtemps. C'est l'occasion de laisser ma voiture pour un entretien qui m'incite à rouler dans ce coin. Oh, ce sera beaucoup plus plat! Direction Villeneuve de Paréage et j'ai droit à de superbes lignes droites mais comme le vent est plus ou moins absent, je peux appuyer à fond sur les roues.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je passe plusieurs fois au dessus de l'autoroute avant d'arriver à Mazères sur une route assez fréquentée qui vient de Saverdun. Traversée de la ville pour revenir sur une route plus tranquille en direction de Belpech.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Au loin, je peux apercevoir la chaîne des Pyrénées et ces champs d'orge ou de blé. La fenaison ne devrait pas tarder. Belpech et je file en direction de Mirepoix que je ne devrais pas atteindre, l'heure avançant.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Le soleil est bien présent et ce n'est pas désagréable. La route est assez granuleuse mais roulante tout de même. Je roule un peu à l'instinct pour ne pas trop m'éloigner.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je peux apercevoir quelques villages au loin. Je sais que très bientôt il me faudra bifurquer pour revenir sur Pamiers. Pour l'instant, ce n'est pas trop bosselé et je garde une bonne vitesse.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et comme prévu, je quitte la route principale pour partir en direction de Tresmezes mais je suis toujours dans l'Aude. Et dire que Véloblan se posait la question de savoir si je roulais dans ce département. Et là j'arrive sur une route inconnue, intéressante car je me paye une bonne grimpette après tout le plat que je viens de parcourir.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et je me retrouve dans mon département de l'Ariège, je commence à reconnaître un peu les lieux car j'aperçois au loin la route principale de Belpech. Et ça monte toujours!

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Tresmezes, village bien tranquille, je ne passe pas loin de la ferme aux bisons avant de retrouver le site des bambous. Deux hauts lieux visités par les touristes, l'été. Mais pour l'instant, mon but n'est pas la visite.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et après une plongée dans la vallée, je remonte vers une bastide. Au passage je me fais encourager par des ouvriers municipaux qui estiment que la route monte à un bon pourcentage. Même en pleine campagne, on peut avoir des sollicitations. Une fontaine mais je ne fais que l'admirer.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et je récupère la route qui va directement à Pamiers pour aller récupérer mon véhicule.

Sortie de 63kms à bonne vitesse!

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Après sollicitation auprès de mon ami Didier, je m'offre un circuit classique que j'apprécie toujours avec la montée du Port de Lers, la route étant fermée pour travaux ces derniers temps. Descente sur Tarascon pour remonter sur Vicdessos par Niaux.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Partie assez roulante mais qui monte quand même régulièrement. Bon, le renseignement demandé à Didier est le bon et je peux monter ce fameux col.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et ces trois premiers kilomètres où il faut s'arracher un peu avant de retrouver une route impeccable qui vient tout juste d'être refaite. C'est un plaisir de rouler dessus. Je ne regrette pas de revenir par là. Quelques voitures de randonneurs qui vont un peu plus haut.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Au loin, j'aperçois la naissance de cette fameuse cascade qui te rafraîchit un peu au passage par grosse chaleur. Je vais arriver dans les derniers kilomètres. Un cyclo me dépasse en me saluant au passage.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je n'essaye pas de le suivre, voulant monter tranquillement en savourant le paysage de la vallée que je viens de quitter. Quelques voitures de randonneurs arrêtés sur le bas côté.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et j'arrive au sommet après 12,5kms d'ascension. Mes copines les vaches sont bien là. Et je vais attaquer la descente vers Massat. Au loin, je vois les derniers kilomètres de la montée vers le col d'Agnes.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Je dois me frayer un chemin à travers les vaches qui trainent sur les hauteurs. Je passe à côté du site des parapentistes mais à cette heure c'est assez désert. Il faut dire que je suis en semaine. belle vue sur la vallée.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

La route ne comporte plus de gravillons comme ces temps derniers et je peux descendre à bonne vitesse. Au loin, j'aperçois l'Etang de Lers. Tiens d'autres cyclos qui montent.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Le Port, dernier petit village avant d'arriver à Massat. Bizarre cette nomination en pleine montagne. Il serait intéressant de creuser l'idée de ce nom!

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Deuxième col de la journée, la montée de celui du col de Port de 12,5kms à des pourcentages de 5/6% de moyenne.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et je ne suis pas tout seul sur la route mais gardant toujours mon principe, je ne cherche pas à les suivre. Au loin, sur la droite, je peux admirer le pic du Mont Valier.

Quand le soleil est là..........
Quand le soleil est là..........

Et j'arrive en haut du col où mes copines m'attendent toujours. De bon matin, elles sont dans les fougères. La Sapinière, restaurant, où les cyclos qui m'ont dépassé, ont fait une halte. Mais moi je vais plonger sur 12kms.

Quand le soleil est là..........

Et la sortie va s'achever par une belle descente qui me réserve toujours une petite dernière bosse avant d'arriver chez moi.

Belle sortie sous le soleil de 76kms.

Bref il faut profiter du soleil quand il est là pour sortir!

Voir les commentaires

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Publié le par lariegeoise

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Depuis plusieurs jours, j'avais été avisé de l'arrivée dans la région de mon ami Jean-Charles revenant d'Espagne que je ne connaissais que par les réseaux sociaux. Quoiqu'en pensent certains, c'est parfois un moyen de connaître de chouettes personnes. Et je ne serai pas déçu! Il avait réservé un petit hôtel dans le centre de Tarascon s/Ariège près du cours d'eau pour passer la nuit. J'allais lui préparer un tracé vélo pour qu'il fasse connaissance un peu de la région dans des endroits bosselés à souhait et où le paysage est grandiose. La route des Corniches pour base devait être le bon endroit. Maintenant il suffisait que le beau temps s'en mêle!

Vendredi soir, je le retrouve avec sa charmante épouse Michèle devant son hôtel , avec la mienne pour aller manger en haut du Col de Port, dans un restaurant forestier que bon nombre fréquente, tant le lieu est à ravir et où on peut avoir un aperçu sur la vallée de Saurat. Inutile de vous dire que la parlotte est de sortie pour faire mieux connaissance. Je découvre un couple plus que charmant comme je me doutais suivant les échanges écrits que j'avais eu. Jean-Charles, filiforme à souhait pour être un bon grimpeur. Donc je ne me fais aucun souci pour lui pour le lendemain. Un bon repas comme d'habitude et on parle du circuit du lendemain. Je dois l'emmener au dessus de la N20 pour avoir un superbe panorama, si le beau temps est bien présent. Le rendez-vous de démarrage de la sortie cyclo est prévu pour 8H30 devant son hôtel. La veille, j'avais regonflé ses pneus pour qu'il soit au top! Bon je le retrouve devant un bon petit déjeuner et je lui précise qu'avec Didier, mon pote ariègeois, je l'attends dehors. Il est presque prêt mais petit bémol, Monsieur, joue les beaux gosses en ne mettant pas de casque! Lol! Une mauvaise note pour lui, car je reste persuadé que le port du casque est plus que nécessaire pour des sorties vélo et j'en sais quelque chose, ayant eu un grave accident avec trauma crânien il y a un peu plus d'un an. Mon casque à ce moment là avait explosé. Enfin chacun fait comme il veut!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Après que Jean-Charles ait remonté son vélo, nous démarrons pour un parcours d'une soixantaine de kilomètres avec 1250m de dénivelé. Un bon rapport, non? Jean-Charles se demande vers quelles bosses je vais l'emmener! Lol! Patrick et Franck, des copains de Foix doivent nous rejoindre à partir de l'entrée de la route des corniches, venant de l'autre sens. Un démarrage tranquille pour bien s'échauffer car la vraie première montée sera bientôt là. Direction Bompas, route que prendra le TDF dans quelques jours pour rejoindre Revel.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Temps un peu couvert pour le démarrage mais la température est idéale, et un maillot court avec des manchettes est suffisant. Patrick craint qu'on essuie quelques gouttes car à Foix il tombe un petit crachin. Mais comme j'avais décidé de sortir avec mes potes Jean-Charles et Didier, je lui précise que je suis déjà sur la route. Et très vite, on se retrouve au départ de la route des corniches après avoir dépassé le village de Bompas. Un vélo fleuri nous accueille. Et hop, c'est parti pour cette fameuse route que j'aime toujours autant. Quelques voitures en descendant mais dans l'ensemble c'est une route assez calme et en bon état. Bon elle est granuleuse mais c'est un peu normal car nous sommes en montagne.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Nous roulons quelques temps le long du cours d'eau, l'Arnave que nous quittons à partir de l'entrée du village. Bon le premier gros morceau de notre sortie s'annonce. 5kms à 6/7% entre les deux villages d'Arnave et Cazenave! Patrick m'appelle car nous ne sommes plus au rendez-vous que nous avions prévu mais pas de problème je lui précise que nous ne sommes qu'à Arnave et qu'il va nous rattraper sans difficulté. Et c'est ce qu'il fait très rapidement avec son copain Franck.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Pas trace de gravillons sur la route malgré les orages qui ont sévi ces derniers temps. Et j'aperçois le panneau du village de Cazenave. Je sais que je vais retrouver le groupe en haut comme prévu mais nous ne sommes pas pour autant en haut du col de Soulombrie. Le ciel commence à s'éclaircir. Comme quoi, parfois il faut se montrer optimiste.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et comme prévu tout le monde attend en haut. Le groupe s'est reformé et Didier est heureux d'avoir passé la première bosse sans trop de problème. Il faut dire que depuis un bon moment, il ne roule plus depuis son accident de vélo. Patrick refuse de faire le plein d'eau à la fontaine, sachant qu'elle n'est pas contrôlée. Et on reprend nos vélos respectifs pour finir notre montée vers le col mais là, cela semble un peu plus facile.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et nous avons droit à des montagnes russes où même le Minion qui est de sortie avec son maître, prend le temps de faire une pause sur un pont pour mieux admirer les cours d'eau qui dévalent de la montagne. La température commence à s'élever et j'en profite pour enlever mes manchettes. Comme quoi on s'est réchauffé rapidement.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et après cette succession de bosses courtes que l'on monte souvent dans l'élan, nous sommes accueillis par des touristes et leurs applaudissements. Et nous allons faire la même chose qu'eux pour admirer ce fameux château de Lordat, connu pour le vol de leurs rapaces. Inutile de vous dire que le Minion est bien là pour goûter à cette curiosité.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Jean-Charles est en pleine découverte et en profite comme nous tous pour reprendre son souffle. Un petite discussion s'engage avec les touristes. Comme quoi, on peut rencontrer des gens sympas. Le Minion de Patrick s'approche le plus près de nous, curieux de savoir ce que nous faisons. Mais oui, on va repartir. Il vaut mieux ne pas trop se refroidir.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et très vite on repart mais cela va être un peu plus cool car dans peu de temps, nous allons plonger dans la vallée par Luzenac. On adopte un bon rythme de croisière.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

La perspective de la vallée va très vite apparaître à nos yeux, tout comme la N20. Mais on est tout de même beaucoup plus tranquille sur cette route des corniches. Le plafond est encore un peu bas mais la température est largement supportable.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Nous passons quelques villages pour arriver au croisement tout proche, de l'accès au château de Lordat, tout comme la montée vers la carrière de talc, connue mondialement. Et on aperçoit les wagonnets qui transportent au dessus de nos têtes, les pierres de talc. Impressionnant comme toujours.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Au loin, on aperçoit encore quelques sommets encore enneigés. L'été a vraiment du mal à s'installer cette année. Jean-Charles peut enfin admirer la magnifique vallée qui s'offre à ses yeux.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Un dernier petit village avant qu'on fasse la bascule vers la vallée. Au loin, on aperçoit le village de Caussou, qui est le dernier avant d'arriver au col de Marmarre mais ce n'est pas notre objectif pour cette sortie.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et go pour une descente rapide vers Luzenac, je précise qu'on fera un break en bas pour récupérer tout le monde avant de filer vers la nationale. Encore des petits villages aux églises assez caractéristiques. On arrive très vite en bas. Tout le monde suit sans problème.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Luzenac, mais on ne récupère pas tout de suite la nationale et on prend la route qui longe l'usine de talc où travaille mon ami Eric. Des gravillons sur le bas côté droit que nous évitons pour ne pas risquer quelques crevaisons. Bon Alain, je n'ai pas osé prendre la route me permettant de ne rouler sur la N20 sur un kilomètre. Tu m'enseigneras une prochaine fois.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Et nous retrouvons cette fameuse nationale et je demande à tout le monde de rester les uns derrière les autres car nous sommes sur une route très roulante qui descend d'Andorre. Et le week-end la circulation est toujours dense. Au bout de quatre kilomètres, nous bifurquons à gauche pour retrouver Verdun. Bon ce changement de direction se fait sans trop de problème mais la prudence est de mise. Juste le temps de traverser le village et à nous, une nouvelle bosse!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Jean-Charles joue les éclaireurs mais je reste vigilant pour qu'il ne se trompe pas de route. Les Cabannes, lieu d'arrivée de l'Ariègeoise 2016. A gauche, la montée vers Beille mais ce sera pour une autre fois car cette fois-ci, on partira à droite pour retrouver la route des Corniches.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Verdun, la bosse va commencer par un passage au dessus du cours d'eau l'Ariège et la N20 que nous venons de quitter. Et très vite, une forte pente va nous être offerte. Je précise à Jean-Charles qu'il vaut mieux mettre tout à gauche. Bon Didier tient la route, comme quoi il était bon qui se booste pour une prochaine sortie.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Une montée en zigzag nous attend avec un pourcentage qui n'est pas à négliger mais la plus forte pente était au début du village puisque sur mon compteur un taux de 18% m'est précisé, au démarrage de Verdun. Je laisse passer Franck, Didier, Patrick et Jean-Charles car je sais qu'ils vont m'attendre au sommet. Je ne désire toujours pas me mettre dans le rouge. Et très vite je commence à voir en contrebas le village des Cabannes.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Une montée ombragée, bien agréable car la chaleur commence à se faire sentir tout comme la pente mais la route est resté propre, après le passage des orages. Et sur ces petites routes on a tout de même droit à quelques passages de voiture. Comme quoi on ne peut pas toujours être tranquille sur ces petites routes.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

J'indique à Jean-Charles les plus beaux endroits pour avoir de belles photos de la vallée. Et moi, je monte tranquillement! En danseuse bien sûr!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Il me laisse finir ma boucle comme un toréro! Non, je rigole! Mais il en profite peut-être pour reprendre son souffle! Lol!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

A mon tour, je prends Jean-Charles en pleine action. Bon, ça doit le changer des paysages du nord! Bon, on n'est qu'à la moitié de la montée et les autres sont déjà loin, pendant qu'on joue les paparazzis!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Bon, moi j'ai mes repères pour savoir où j'en suis. Ca y est, j'arrive à l'intersection avec la route des Corniches. et on va plonger vers Cazenave. Mes amis de route me râlent après car je continue sans faire un break à leur niveau. Petite boutade car ils savent que je n'aime pas m'arrêter. Rouler au même rythme est ma devise!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Bon ça remonte quelque peu jusqu'au village mais on fait l'effort sans trop de problème. On commence à croiser des cyclos isolés et même des cyclottes! Cazenave et on va plonger vers Arnave. Je précise au groupe qu'on se retrouve à l'intersection, pour laisser le plaisir de descendre chacun à sa vitesse.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Pour pouvoir descendre au mieux, effectivement, il vaut mieux bien connaître le parcours car les routes sont assez étroites et on n'a guère de visibilité. Mais les virages dans l'ensemble sont moins serrés. Nous faisons le parcours fait à l'aller pour revenir sur Tarascon.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Le soleil est vraiment sorti maintenant et ça fait bien plaisir. Et nous retrouvons au loin l'ancienne N20 qu'emprunteront les coureurs du TDF le mardi. Franck et Patrick nous quittent car ils ne veulent pas tarder pour rejoindre Foix, pris par des obligations privées.

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Tarascon n'est plus qu'à 5kms. Et Didier, Jean-Charles et moi nous déroulons pour rejoindre la ville. Contents de terminer cette sortie. Didier a bien tenu comme quoi il a encore les moyens. Bon, pour qu'il soir encore plus, il faudrait qu'il perde un peu de poids! Lol!

Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège
Quand un homme du Nord découvre les bosses de l'Ariège

Tarascon et l'hôtel de Jean-Charles est en vue. Il veut nous offrir à boire pour finir dans la bonne humeur la sortie qui aura été de 58kms et 1200m de dénivelé mais malheureusement je suis obligé de lui refuser, étant attendu. Une autre fois! Bon retour sur Rochefort Jean-Charles et à une prochaine fois avec plaisir. Il semble être content de la sortie, ce qui est vraiment l'essentiel. Je quitte Didier au niveau du passage à niveau et moi je monte mes 4kms de bosse comme d'habitude!

Et voilà une superbe sortie comme je les conçois.

Voir les commentaires