Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Publié le par lariegeoise

Mardi 22/4, 6H45, je décidais d'aller faire une petite sortie en essayant de découvrir un autre coin de la Seine et Marne donc photos à prendre pour me souvenir. Oh, ce n'était pas trop loin et j'avais repéré quelques belles demeures sur une carte. J'avais pris la précaution d'emporter une photocopie qui me premettrait de mieux me situer. Mais cela n'aura pas été toujours efficace.

Pas trop de vent et une température idéale pour rouler puisque j'avais 8° au compteur. J'avais décidé de partir en court mais en gardant des manchettes car j'avais revêtu un blouson de printemps.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Direction Pontcarré en passant par le bois de Ferrières puisque ma première destination serait Férolles où un château m'était précisé sur une carte. Pas trop de circulation et pas de vent de face pour l'instant. Ozoir la Ferrière et j'allais prendre une route perpendiculaire à celle que j'avais empruntée de multiples fois pour aller sur Chevry Cossigny. Et j'allais quitter la direction de Lésigny pour rejoindre ce village de Férolles qui était excentré de la départementale, à sa gauche. C'était même un cul de sac. Je me demandais ce que pouvaient trouver les habitants pour vivre dans cet endroit car il n'y avait aucun commerce mais plein de lotissements. Le château était situé à l'entrée du village et s'appelait "Château Trigano". Peut-être le nom du propriétaire.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Je m'avançais dans le village pour le découvrir un peu plus et surtout savoir s'il y avait une prolongation à celui-ci. Et bien, non, car il n'y avait que des sens uniques, les rues étant étroites. Et je revenais sur mes pas en admirant au passage de superbes moutons. Difficile de prendre le cliché car ils étaient dans un endroit boisé. Résultat, je revenais sur la route de Lésigny qui n'était pas loin. Ce serait mon prochain arrêt.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Dans le village, je me retrouvais dans des sens uniques et je n'arrivais pas trop à situer où étaient les différents châteaux annoncés. Et c'était pour cela que je n'en verrai qu'un seul.

Je me retrouvais dans le centre et j'admirais l'église qui était assez typique. Mais je reprenais ma route en espérant le trouver ce fameux château. Je m'apercevais très vite que j'avais été trop loin et je revenais par conséquent sur mes pas car en définitive, il était juste à côté de l'église.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

J'étais passé à côté sans le voir. Comme quoi! Je poursuivais mon chemin en direction de Santeny en espérant à un moment, bifurqué sur la gauche pour me retrouver près de Brie Comte Robert. J'allais me planter deux fois car je n'avais pas vu que la direction était réservée qu'aux automobiles.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Mais cela me permettait de découvrir ce fameux terrain de golf qui était très calme en ce mardi et puis il était encore tôt car il n'était que 8H30. Par contre que je découvrais, qu'i y avait une circulation assez dense.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

J'arrivais enfin à me retrouver en direction de Servon où je savais qu'il y avait un château. Je passais à côté d'une superbe église avec une belles rosace, que je ne prendrais pas en photo car elle était en travaux. Aucun intérêt, mais je reviendrais, maintenant que je connais le chemin. J'étais pas très loin de Gros Bois, où il y a un complexe hippique important, d'ailleurs je croisais plein de lieu qui signalaient des haras.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Servon, je découvrais le lieu du château mais malheureusement il y avait de hautes grilles et je ne pus prendre le cliché que monté sur mon vélo, la grille étant très haute. Donc je prenais la photo sans trop savoir ce que je prenais. Parfois on a parfois d'agréables surprises. Je me retrouvais ensuite sur la route de Brie Comte Robert où la circulation était toujours aussi dense. Je prenais bien vite la direction de Chevry Cossigny suivant le tracé que je m'avais plus ou moins fixé. J'arrivais au village et j'allais sur Grisy Suisnes où je n'arrivais pas à trouver ce fameux château mais je savais qu'il y en avait un à Suisnes.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Je me retrouvais dans la même situation qu'au précédent cliché mais cette fois-ci, il y avait des bornes à l'entrée. Je montais sur l'une en m'accrochant au mur. En chaussure de vélo, ce n'était pas trop pratique mais je fus récompenser par un bon cliché. Bon, maintenant j'en avais fini de mes découvertes envisagées et j'allais poursuivre ma route en partant en direction d'Evry Grégy. Je voulais boucler mon circuit en atteignant le chiffre de 100kms minimum comme ces temps derniers.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Soignolles, je m'apercevais que j'avais perdu mon plan, l'ayant rangé négligemment dans ma poche arrière. Comme quoi, il faudra que je fasse différemment la prochaine fois!

Montée de la bosse en direction de Solers. Courquetaine, Ozouer le Voulgis, Forest, Fontenay Trésigny, Marles en Brie. Je prenais la deuxième route pour atterrir à Crêvecoeur, La Houssaye, passage près des Chapelles Bourbon, le passage boisé des Lycéens. Je croisais quelques cyclistes dont un qui suça ma roue pendant un petit moment avant de lâcher avant d'arriver à Favières. Et il ne me restait plus que 9kms à faire.

Belle sortie une fois de plus avec de nouvelles découvertes.

101kms au compteur avec 320m de dénivelé. Pas très haut mais dans peu de temps, je ferai beaucoup mieux. D'ailleurs, j'ai déjà tracé quelques parcours entre autre mon prochain 200kms ariégeois qui aura 2500m de dénivelé. Plus rien à voir.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

6H45, les vrais derniers tours de roue en Seine et Marne avant un bon moment. Eh oui, ce n'est pas tout car il y a des choses à préparer pour un tel départ.

Le ciel était plombé et la météo m'avait annoncé que cela devait se lever. Et bien, ce ne sera pas pour tout de suite car j'allais même être accompagné sur mes premiers kilomètres par une petite pluie fine. Au départ, j'avais prévu de faire de la bosse mais vu l'état de la roue, j'ai préféré aller dans sur des routes tranquilles. Cela glisse parfois un peu trop quand le sol n'a pas été mouillé depuis longtemps.

Bref, je partais en direction de Favières. Pas de cyclo en vue comme d'habitude. Mais je préfére cette heure car on peut respirer les premières senteurs de la nature et entendre les oiseaux chanter. Bifurcation à l'entrée pour rejoindre Les Lycéens et je partais vers Villé pour aller sur Tournan. Dans les descentes, j'allais me montrer prudent pour éviter une glissade inutile. Courquetaine, Ozouer le Voulgis et crevaison de la roue arrière en remontant en direction de Chaumes. J'avais regonflé mon pneu arrière la veille et je me rendais compte que trop le gonfler le rendait plus sensible aux gravillons. Et en ce moment les routes en sont jonchées. Je réparais assez facilement contrairement à d'autres fois. Et j'en profitais pour faire une pause sanitaire. Cela me permettrait de repartir du bon pied.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Traversée de cette départementale en direction de Guignes assez fréquentée surtout à cette heure-ci. Montée vers Forest pour rejoindre Fontenay Trésigny. Tiens, mon premier cycliste et un jeune. Tout change! Marles en Brie, j'approche de Lumigny que j'éviterai en allant vers Les Ormeaux. Passage par des petites routes bien tranquilles. Et la route n'est pas trop en mauvais état malgré la pluie de la veille. Touquin, direction Les étangs fleuris qui feront ce week-end, l'ouverture de la pêche à la truite. Ce sera mon point le plus éloigné de mon circuit car j'avais un peu peur de crever à nouveau. Et puis avec une pompe manuelle, on ne gonfle pas au top. Donc prudence pour moi. Je revenais sur Touquin pour éviter les routes granuleuses.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Et toujours ces champs de colza! Cette pluie de la veille aura été un bienfait pour les cultures car nous étions soumis à une sécheresse en ce moment. Pézarches, et j'allais me diriger vers une route plus tranquille vers Hautefeuille. Courtesoupe, traversée du bois avant d'arriver à Mortcerf. Je n'avais pas l'intention de filer sur Crêvecoeur comme souvent mais j'allais remonter la bosse de Mortcerf pour me diriger directement sur La Houssaye. Je croisais un groupe de cyclos de Torcy. Une trentaine environ!

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Un petit jeune me dépassait mais je ne le suivais que quelques mètres car je n'avais pas l'intention de me griller. J'approchais des 80kms à mon compteur. A la Houssaye, j'allais faire un petit détour pour rejoindre Neufmoutiers car il y avait des travaux dans certaines rues.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne

Sur la route bucolique vers Neufmoutiers, je voyais sur le bord de la route pas mal de cols verts, dont une dame avec deux hommes. Elles sont gâtées les filles dans cette catégorie! Mais j'allais terminer mon périple. Les Lycéens, Favières et je n'étais plus qu'à 9kms de chez moi.

Sortie de 104kms mais avec seulement 265m de dénivelé. Mais je m'étais bien aéré. Maintenant il va falloir penser à faire les valises et nettoyer le vélo car je suis rentré avec un bike pas trop clean.

Et maintenant : à moi l'Ariège et son dénivelé. Prochaine sortie prévue est un 200kms pour respecter mes objectifs d'avril.

Voir les commentaires

Une semaine plus soft

Publié le par lariegeoise

Après un week-end tranquille car je n'avais pas participé au Paris Roubaix, j'allais me faire une petite ballade pour découvrir un nouveau château du côté de Mormant, histoire d'agrémenter mon blog.

6H50 départ à la fraîche car mon compteur me signalerait qu'il ne faisait que 3°. Heureusement, j'avais remis mon équipement long mais pas tout à fait celui de l'hiver car je gardais le blouson de printemps de VT. Mais j'espérais rester dans le créneau kilométrique que je m'étais fixé pour maintenir un certain effort, soit 100kms minimum.

Une semaine plus soft

J'avais droit à un superbe lever du soleil. La nature allait s'éveiller. Bon pas trop de circulation encore car il était assez tôt pour les travailleurs! Direction Favières pour rejoindre Tournan. Je refaisais une petite boucle par la ville pour éviter Presles. Courquetaine, Solers et j'arrivais sur Soignolles que j'allais parcourir partiellement car à mi descente vers le centre, je filais à gauche vers Barneau, un lieu dit, et son Guès D'ailleurs de plus en plus, je rencontre cette concentration de maisons.

Une semaine plus soft

J'allais passer au dessus du gué de l'Yerres, petite rivière tranquille car cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas plu. C'était un circuit que je n'avais pas fait depuis longtemps. J'avais décidé de revenir vers Champeaux pour me rapprocher de Mormant. Le vent ne me gênait pas trop pour l'instant car je l'avais encore de côté mais je sentais qu'il soufflait. Donc j'allais souffrir quand j'allais le retrouver de face.

Une semaine plus soft

Champdeuil, Crisenoy, Foujou, des routes bien tranquilles et avec un bitume de bonne qualité. De quoi pouvoir faire une petite poussée de vitesse comme dirait Alex. Et je me retrouvais en face de Blandy les Tours que je découvrais sous une autre face. J'avais évité Champeaux car je savais que j'allais retrouvé une route très fréquentée venant de Melun et en plus ce vent fort. Je prenais la direction de St Mery en passant à côté du château où l'animation était encore présente. Direction St Mery pour me rapprocher de Mormant. Je me permettais une petite pause sanitaire. Avec l'âge et le froid!!!! No comment!

Une semaine plus soft

Cela allait me permettre de passer à côté d'une belle bâtisse , le Domaine de Chaunoy. C'était certainement un site avec une grosse ferme, car j'étais dans un domaine à consonnance agricole. Un patou m'aboyait dessus à mon arrivée. Mais il était derrière la grille donc aucun risque pour moi.

Une semaine plus soft

St Mery, je découvrais l'existence de ce château dont je n'avais pas décelé l'existence lors d'un précédent passage. Comme quoi! Mais il était bien caché. Et je me retrouvais sur la route principale qui allait à Mormant. Mais la galère allait commencer car je me retrouvais avec ce vent violent de face. J'étais pratiquement planté et en plus la route était granuleuse. Imaginez! Bref, j'arrivais à Mormant. J'avais situé en gros le château dont la visite que je m'avais fixé. Direction Grandpuits et là je me retrouvais sur la route de Nangis, très fréquentée par de gros camions. Mais très vite, j'allais bifurquer à gauche.

Une semaine plus soft
Une semaine plus soft

Et je me retrouvais à Bisseaux où je pouvais admirer le château. Je me permettais de pénétrer dans la cour à l'arrière de la batisse mais j'allais me faire interpeller par un gardien. Interdiction de pénétrer! Trop tard, j'avais pris ma photo. Dans ce cas, il faut être très rapide. Et je repartais en direction de Quiers pour retrouver une route dont j'avais l'habitude.

Une semaine plus soft

Je passais tout près de la raffinerie de Grandpuits. Aubepierre, et je retrouvais ce vent de face. Chaumes, Châtres, un cycliste me rattrapait et allait me protéger du vent sur deux kilomètres. Il m'avouait que lui aussi en baver. Il me quittait au croisement, filant directement sur Tournan. Moi je continuais vers Neufmoutiers, jugeant que j'arriverai au score fixé. Les Lycéens, Favières, l'arrivée habituelle.

Sortie tranquille de 101kms pour 350m de dénivelé. Mais une belle randonnée en solo.

Une semaine plus soft

En ce jeudi matin, j'avais donné RDV à mon copain Alain qui me réclamait depuis un moment de venir faire une petite sortie avec moi. Je l'avais mis au parfum en lui disant que je démarrais à 7H. Donc il valait mieux pour lui de s'approcher de chez moi en voiture. D'ailleurs, il savait que je préférais faire 30kms dans la campagne que dans la ville. En conséquence tout allait être ciblé pour que cela se réalise. J'avais prévu de lui faire un circuit que j'avais l'habitude de faire sachant qu'il se situait aux alentours de 100kms.

Démarrage comme souvent vers Villeneuve le Comte mais par le moulin de Jossigny. Il s'était habillé en corsaire mais il était un peu gelé car il ne faisait que 3°. Moi j'avais préféré m'équiper de long. Une question d'habitude quand on part tôt le matin. Et on allait faire quelques bosses en démarrant soit vers Tigeaux. Pour l'instant, il connaissait.

Une semaine plus soft

Je lui conseillais que l'on reste l'un derrière l'autre tant qu'on n'aurait pas atteint la montée vers Monthérand. A cette heure-ci, la circulation était encore dense. Eh oui, il y en a qui bosse!Il allait se montrer prudent en descendant vers Tigeaux car il avait eu des frayeurs ces jours-ci en faisant un 200kms sur Chateau Thierry. Nous roulions toutefois à bonne allure car nous étions à peu près de la même force cycliste. Et après cette descente de Villeneuve le Comte, nous attaquions la montée vers Monthérand qui était de 2kms environ. De quoi se réchauffer un peu.

Une semaine plus soft

Montée en souplesse sur une route parfois qui n'était pas en bon état. Et là aussi il fallait se montrer assez prudent, le soleil étant de face et on avait du mal à distinguer les voitures qui arrivaient en face et les trous sur la route. Cela aurait été bête de casser une roue en démarrant. Descente sur Guérard pour remonter sur Pommeuse. J'allais lui éviter la montée sur Farmoutiers, bosse que je fais régulièrement sur ce type de parcours, histoire de faire un peu plus de dénivelé. Donc en haut de la côte de Villeneuve, nous filions à gauche pour atterrir directement sur le centre de Pommeuse. Direction Mouroux et au feu, nous filions à droite pour remonter sur la gare. Nous passions sans encombre le passage à niveau. Pas trace de train en vue.

Une semaine plus soft

Là aussi, nous allions nous diriger sur Les Courrois pour arriver sur Saints. J'avais pris l'habitude de passer par là, jugeant qu'il était plus facile et sans risque de traverser la route de Coulommiers. Il me réclamait un arrêt sanitaire que nous faisions après le sens giratoire. Il hésitait à me le réclamer car il savait que je n'étais pas enclin à ce genre d'arrêt qui casse souvent les jambes. Mais moi aussi, toutefois, je sens la chose nécessaire. C'est humain! Et là, nous étions sur un circuit qu'il ne connaissait plus. Donc ce serait une première pour lui.

Une semaine plus soft

J'aime beaucoup ce passage car on se trouve sur un plateau et où la circulation est plus que tranquille. Simplement quelques oies que nous rencontrions près d'une ferme. Cette fois-ci elles étaient dehors, Alex. Bautheil, passage auprès de la maison de l'apiculteur du coin, traversée de la route de Coulommiers, une autre!

Une semaine plus soft

Amillis, nous traversions le village sans s'arrêter au bistro car pour le café je lui promettais de le prendre chez moi à l'arrivée. Montée vers la grotte que Régis connait bien mais sans y déposer un cierge. Nous avions de la route à faire et je lui avais promis que nous rentririons avant midi. La route de ce côté était plus que tranquille et en bon état, ce qui était loin le cas quand on voulait rejoindre directement Dagny.

Une semaine plus soft

Nous arrivions après le village, toujours aussi tranquille. On allait se diriger vers Jouy le Chatel. Je l'avertissais qu'il faudrait se montrer prudent en traversant la N4 très fréquentée surtout par des camions.

Une semaine plus soft

Alain commençait à avoir un peu moins froid mais nous n'avions que 9° au compteur. Nous allions prendre la direction de Mormant en traversant le village. Il me faisait confiance sur le tracé du parcours car il n'arrivait pas tellement à se situer.

Une semaine plus soft

Pécy était en vue avec sa carrière et son puits de pétrole. Et oui en S/M on a parfois plus que des idées. A la sortie du village, nous n'allions pas nous diriger pour écourter le parcours vers Rozay mais on continuait en direction de Mormant. Gastins en vue, je lui précisais qu'il y avait un moulin du 15ème siècle. Il le découvrira plus tard en solitaire. Je lui parlais aussi de la Halle de la Chapelle Iger du 13ème siècle dont je vous ai montré quelques photos lors de mon dernier reportage. Des futures découvertes pour lui. Toujours direction Mormant. Il me réclamait une deuxième pause sanitaire qu'il fera bien plus loin. Après La Fermeté, nous allions bifurquer de la route de Mormant pour aller sur Aubepierre où nous ferions notre arrêt réclamé. Au loin, je luis montrais la raffinerie de Grandpuits. Direction Beauvoir où il me faisait le jeu de mot bien connu : "Connais-tu Simone?". Comprendra qui voudra bien le comprendre.

Une semaine plus soft

Chaumes, cela allait être un terrain connu pour lui puisque nous reprendrions la direction de Châtres au milieu du village. Mais il me manquait la photo d'une église pour plaire à JP37 mais elles sont beaucoup moins belles que les siennes.

Une semaine plus soft

La chose était réparée à Châtres où devrions faire un détour à cause de travaux en cours. Le retour était tout tracé puisqu'il nous restait qu'une vingtaine de kilomètres à faire. Et là nous avions le vent dans le dos. Je continuais à diriger les débâts. Les Lycéens, Favières et nous arrivions à notre point de départ vers 11H30.

Bilan de notre ballade : 110kms avec 655m de dénivelé en à plus de 25kms/h

Mais je savais que ceux de la fin du mois seront plus hards car le dénivelé serait plutôt de l'ordre de 2500m sur des grands parcours, au minimum, en Ariège bien sûr.

Ah au fait, je lui offrais un café!

Une semaine plus soft

Samedi matin 19/4, dernière sortie de la semaine et cool ou presque car le vent violent était toujours là et je l'aurai une bonne partie du parcours.

6H45, le Trek est prêt mais que les futurs adeptes de la rencontre VT de l'ascension se rassurent , nous partirons plus tard. Simple habitude de partir à la fraîche car il ne faisait encore pas plus de 3° et j'ai continué à me parer de long.

Ce sera un circuit classique car il fallait que je sois rentré assez tôt pour aller chercher ma nièce qui passait par Paris pour prendre un avion en partance pour la Mauritanie. Une semaine sous 36°. De quoi rêver, non!

Donc direction Favières, Tournan, Gretz, Coubert et la petite montée pour rejoindre Solers. Et le vent se montrait toujours violent. Parfois on regrette de rouler seul. Mais je ne me sentais pas de la fatigue de m'être couché tard la veille suite à un restaurant argentin avec des amis avec qui j'ai fait de beaux voyages. On a rêvé ensemble et on s'est promis que le prochain ce sera la Birmanie. De grands projets, quoi. Mais j'étais à rouler en rêvant encore un peu. Courquetaine, Ozouer le Voulgis, et encore une montée pour rejoindre Forest mais rien à voir aux prochaines montées ariégeoises qui m'attendent. Fontenay Trésigny, je passais par le centre comme d'habitude.

Une semaine plus soft

Marles en Brie, je me demandais quel circuit j'allais faire. En définitive, je filais sur les Ormeaux pour rejoindre Touquin. Après j'aurai un peu le vent dans le dos. Hautefeuille, je passais par Bonnesoupe pour retrouver Morcerf par des routes plus tranquilles. Les agriculteurs travaillaient dans les champs pour mettre un peu d'engrais. la sécheresse était en train de sévir dans la région. D'ailleurs dans le jardin, le muguet était déjà presque fané. A croire qu'on n'a plus de saison. Mais nous, amis cyclistes, on ne va pas s'en plaindre. Dammartin sur Tigeaux, Tigeaux et j'allais me faire la montée pour retrouver Villeneuve le Comte. Et là je commençais à rencontrer des cyclos mais pas dans mon sens. Effectivement on approchait de 11H et eux ne faisaient que commencer.

Une semaine plus soft

Villeneuve le Comte, je m'apercevais que je serai peut-être un peu juste pour réaliser mon 100kms comme d'abitude. Villeneuve St Denis, je décidais de faire un détour par la Dénicherie pour faire ce fameux 100kms. Et retour en flêche vers domicile.

101kms avec que 355m de dénivelé mais dans peu de temps, les choses seront plus sérieuses.

Déjà j'ai planifié mon 200kms pour ce mois-ci avec pour final la montée du col de Port. Mais ce n'est qu'un projet que j'espère réaliser.

Voir les commentaires

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Publié le par lariegeoise

Lundi 7/4, je décidais de me faire une nouvelle randonnée sur un parcours semi nouveau car un peu le ras le bol des tracés identiques. Le jour se levant un peu plus tôt, je pouvais rallonger facilement mes circuits. J'allais partir en solo car c'était bien le seul moyen pour faire les tracés souhaités et à la vitesse que je voulais. Bon, le soleil était encore prévu mais pour le vent, ce n'était pas gagné comme le prévoyait Météo France. Oui, je jetais un oeil sur ce site pour mieux me faire une opinion du risque encouru. Je me faisais une photocopie d'une carte pour éviter tout risque de m'égarer en cours de route mais ce ne sera pas toujours le cas pour les jours suivants car j'oubliais parfois de les emmener. Je vois déjà Régis me sermonner. Mais que voulez-vous, à mon âge! Lol! Et c'était parti vers 7H du matin, bien sûr.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Quand je vous disais que ce n'était pas gagné. La brume s'était installée et on ne voyait pas à plus de cent mètres. Elle ne se lèvera que vers 9H30. D'ici là, j'aurai fait du chemin. Direction Villeneuve le Comte comme d'habitude. J'allais faire un parcours qui était un peu similaire à ceux que je faisais mais en sens inverse mais cela allait vite changer. Je voulais découvrir de nouveaux châteaux pour relever le challenge d'Alex, allias XELAND de VT. Un truc qui me permettait de me donner un but dans mes tracés. La motivation était donc là. Neufmoutiers, Châtres, Chaumes, Beauvoir, limite Rozay.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

La Chapelle Iger, les villages traversés étaient relativement calmes car les gens qui partaient au travail, avaient déjà démarrer depuis un moment. Pour l'instant pas trop de vent. Il faut dire qu'il se lève souvent vers 10H du matin, d'où ma raison de rouler assez souvent le matin. Et je trouve que je suis beaucoup plus en forme à ce moment-là mais question de goût car tout le monde n'a pas la gniaque pour relever ce genre de challenge ou alors il faut qu'ils soient forcés par une épreuve planifiée.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Gastins, le moulin du 15ème/19ème siècle était envahie par une fumée et non pas par la brume car une entreprise faisait du feu un peu plus loin. Pas terrible pour rouler dans de bonnes conditions. Et maintenant le parcours allait être nouveau pour moi. Direction Nangis. La route était assez tranquille même si c'était un peu les montagnes russes. J'avais une dizaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre le centre ville car je désirais découvrir quelque chose de pittoresque. Et je ne fus pas déçu par cette église du 13ème siècle. Là, on n'avait pas été imprégné par le passage romain.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et là, je mettais pied à terre pour essayer de prendre le meilleur cliché. Des enfants passaient, sortant de l'école. Mais je reprenais bien vite ma route car le temps passait et je comptais bien rentrer avant midi. Direction La Chapelle Gauthier où je devais découvrir un château du 13ème siècle. Je contournais un peu la ville pour retrouver la route vers Melun. Un peu plus de circulation mais la route était en très bon état. J'allais sillonner un peu dans le village car le château n'était pas indiqué. Mais je trouvais une personne très aimable qui m'indiquait la bonne direction. Le château était utilisé par la mairie du village, un moyen de conserver son patrimoine. Et prochain site à mettre dans mes tablettes, Bombon. Vous pensez bien que j'avais repéré ces châteaux sur une carte avant de partir.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

J'allais emprunter des routes bucoliques et sans circulation pour arriver à Bombon. Le pied, quoi! J'allais pouvoir photographier que l'entrée du château, les grilles étant fermées. Mais je ferais mieux lors d'un autre parcours dans la semaine. Eh oui, je n'avais tout découvert de la région.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je repartais vers un autre château, cette fois-ci indiqué : le château de Montjay mais pas très tipique , donc pas de cliché. Il était utilisé comme maison de retraite. Et là aussi les grilles étaient fermées. J'allais me retrouver sur une petite route forestière mais en bon état. Et je repartais en direction de Champeaux, sans trop le savoir pour autant.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

A mi parcours, j'en profitais pour faire une pause sanitaire car le froid du matin m'avait déclenché certaine envies. C'est humain, non!

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Un arrêt à cette abbatiale du XIII ème siècle ne pouvait ne pas parraitre à mon article. Direction Verneuil l'Etang et là, je revenais sur des circuits que je connaissais bien. Andrezel, j'étais arrêté par mon téléphone que je n'arrivais pas à décrocher à temps. Comme quoi, cet engin ne devrait servir qu'en cas d'urgence. Mais j'en profitais pour prendre le dernier cliché de ma randonnée à Andrezel.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Verneuil l'Etang où je me plantais comme d'habitude avec les sens uniques. Bref, j'arrivais à retrouver la direction de Beauvoir. Je croisais quelques cyclos isolés. A cette sortie, ils sortaient du bois! Chaumes, Châtres, Les Lycéens à Neufmoutiers, Favières et je bouclais mon premier circuit de la semaine.

126kms à mon actif mais que pour 505m de dénivelé mais j'aurai découvert deux châteaux. A suivre.....

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Jeudi 10/4, j'avais fait un petit break dans mes sorties. Il fallait bien faire reposer le corps!

Bref en cette matinée, j'allais partir à la rencontre de nouveaux châteaux du côté de Blandy les Tours. Et en regardant la carte routière, la veille, je savais que j'en trouverais à la pelle et je constituais mon parcours par rapport à ceux que je ciblais. Toujours l'habitude de rentrer avant midi.

7H démarrage du périple vers la "vallées aux châteaux" et j'allais apprendre que la région s'appelait encore cela (communauté des communes) en arrivant sur place. J'en avais déjà trouvé quelques uns le lundi précédent.

Favières, Tournan, Gretz, Presles et j'en rencontrais déjà un qui appartenait à la Croix Rouge mais rien de bien particulier: Villepatour. Et puis celui-là, je l'avais déjà vu tant de fois.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Courquetaine, le deuxième de ma série. Je rejoignais Soignolles où je rencontrais quelques cyclos isolés. Des anciens, bien sûr! Et je me dirigeais vers la route de Melun que j'allais éviter en empruntant des chemins détournés en allant sur Champdeuil par Barneau.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et la petite église pour avoir une pensée pour JP37 qui travaillait à cette heure. Direction Crisenoy pour rejoindre Fouju. Et la route était hyper tranquille. Bon, d'accord de belles lignes qu'il valait prendre quand il n'y a pas trop de vent et pour l'instant, je ne le ressentais pas trop.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et toujours ces champs de colza qui étaient fleuris bien en avance cette année. La nature était bien en avance. Et ce jaune recouvrait pas mal de champs. Champeaux, il me fallait découvrir le troisième château ciblé. Pas trop difficile car je savais qu'il était en dehors du village et sur la route de Melun mais bien à l'écart de la route.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Château d'Aunoy, j'étais accueilli par des chiens qui m'avaient repéré mais ils n'étaient pas venus jusqu'à moi. J'avais dû biaiser pour prendre le cliché dans les meilleurs conditions car j'avais le soleil de face. Bon, je ne m'attardais pas trop car j'en avais d'autres à voir.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux
De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Blandy les Tours, en revenant sur la route principale de Melun. C'était assez animé car certains exposants dans le château venaient installer leurs présentations. Je sus après qu'il y avait une manifestation le week-end suivant : "la rando pédestre des trois châteaux".Par contre, un peu le labyrinthe pour connaître la route suivante à prendre pour la suite de mon périple. Le cafetier du coin me l'indiquait sans peine. Comme quoi, il y a toujours des gens sympas.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux
De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Courtry, le château était bien caché car j'allais jusqu'à Sivry-Courtry ayant mal consulté ma carte. Qu'importe, je n'étais pas à quelques kilomètres près. Il servait de chambre d'hôte. Et l'endroit était charmant avec un immense parc. Et je revenais sur Sivry pour reprendre une route principale pour regagner Le Chatelet en Brie. J'allais me montrer prudent car la circulation était dense avec plein de camions.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux
De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et là, je vais demander à JP37 pour qu'il nous raconte "le château des dames" qui a été construit pour le passage du roi. L'historien va savoir tout cela. Une partie du château devait servir actuellement de syndicat d'initiative. Et j'allais entamer ma remontée vers mon domicile mais sans oublier de prendre mes derniers clichés de châteaux.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Saveteux, j'allais me permettre une chose interdite: rentrer dans un site privé. Eh bien, je l'ai fait pour prendre le château de Saveteux. Bien sûr, j'ai eu droit à la sortie d'un bouledogue, je veux dire la gardienne qui m'a demandé ce que je faisais là. Mais j'avais pris ma photo avant. Et après j'ai eu droit à un autre gardien. Bref, je m'en suis bien sorti et j'ai poursuivi mon chemin tranquillement.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux
De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

La Borde après avoir évité la direction de Chatillon la Borde et là je m'étais servi de ma carte. Celle-là, je ne l'avais pas oubliée. Donc un château d'un tout autre style qui servait aussi de gite. Et là, j'allais retrouver Bombon par lequel j'étais passé ces jours derniers.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je traversais une partie boisée : celle de St Méry. Très agréable. D'ailleurs cet endroit regrouper trois bois : La Borde, Blandy et donc St Méry. De quoi s'évader en respirant l'air pur. Il faut dire que la Seine et Marne est un département très boisé. Mais je n'étais pas encore arrivé et je n'allais pas faire un arrêt pour rêver. Tiens un endroit qui plairait à MJo car la route était toute plate.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et miracle, j'arrivais à Bombon par un autre endroit qui me permettrait de voir le château sur une autre face et miracle, je le voyais correctement. Mais une fois de plus, j'avais le soleil de face et une grille assez haute. Donc je prenais le cliché en aveugle. Et maintenant j'allais attaquer le retour sans faire d'arrêt, un peu par des routes connues : St Méry, Champeaux, Verneuil l'Etang en passant par Andrezel et Guignes, Chaumes.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Châtres et quelques cyclos isolés. Et je n'étais plus tellement loin de mon domicile.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et un dernier cyclo qui allait m'emmener gentiment chez moi. Parfois c'est bien de se mettre à l'abri.

Circuit des châteaux, terminé et j'avais rempli une fois de plus mon album pour narguer Alex! Lol!

118kms à mon actif mais toujours que 355m de dénivelé.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Le lendemain, je remettais cela mais l'après-midi en espérant voir un autre paysage mais pas sûr de rencontrer de telle splendeur. Départ à 13H, vers des bosses pour commencer et comme point limite de sortie Beton Bazoches.

Départ toujours le même Villeneuve le Comte. Je me faisais sucer la roue par un autre cyclo à partir de Villeneuve St Denis qui n'avait pas répondu à mon salut. Je l'entendais souffler derrière moi. Il me suivait jusqu'à mi parcours de la première montée de Monthérand. Montant toujours à une allure soutenue, il allait décramponner. Guérard, montée vers Pommeuse pour rejoindre directement Mouroux car je ne savais pas combien ma sortie ferait exactement de kilomètres.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Passage au dessus du Morin pour rejoindre la gare de Mouroux. Au passage, je voyais quelques pêcheurs en place. Les Courrois et j'allais me diriger vers Saints m'évitant de passer par la départementale, très utilisée par les camions allant sur Coulommiers.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et toujours ces champs de colza. Au passage de la ferme où nous nous étions arrêtés avec ALEX pour prendre des oies, je remarquais qu'elles avaient changé de quartier. Et là, j'allais prendre la route directe pour Beton.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Bautheil, j'allais passer à côté d'une résidence d'un grand apiculteur que doit bien connaitre Régis car c'est un coin où il a dû user ses cuissards. Dagny, Beton n'était plus qu'à 6kms.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Moneuse, à la ferme les vaches étaient en liberté aussi à côté de la route et elles n'attaquaient pas le cyclo, Darko de VT. Ce n'est peut-être qu'en montagne que cela a lieu. Elles sont civilisées en S/M! Mais j'étais venu pour rejoindre Beton.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je ne m'arrêtais pas outre mesure pour un cliché quelconque car le village l'était aussi. Direction Chenoise.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

J'allais passer par, pas mal de kilomètres dans une partie boisée du Domaine de Jouy. Beaucoup de cyclos qui se promenaient souvent à deux. Il y avait bien une dizaine de kilomètres pour rejoindre Chenoise et cette fois-ci, j'avais oublié la photocopie de mon plan mais j'avais le sens de l'orientation.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Chenoise, j'allais aller trop loin pour essayer de reprendre ma route vers Gastins comme j'avais envisagé. Donc j'allais descendre un peu plus bas. Courberon, Vieux Champagne, Chateaubleau; La Croix en Brie. Je reconnaissais la route que j'avais empruntée en revenant de mon 200kms de Montmirail.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Gastins en vue, là je n'avais plus qu'à prendre une route habituelle : La Chapelle Igier, Beauvoir.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Chaumes, mon domicile n'était plus loin. A la sortie de Gastin, je m'étais arrêté pour regonfler mon pneu arrière car je me posais la question si je n'avais pas crevé. Châtres, Les Lycéens, Favières et personne pour me ramener cette fois-ci. Il fallait dire qu'il commençait à se faire tard. A 800m de chez moi, là, j'allais vraiment crever de l'arrière mais je ne comptais pas m'arrêter pour réparer. Je me levais sur mon vélo pour rentrer le mieux possible.

Bilan de la sortie assez positive : 133kms avec 780m de dénivelé. Bon peut faire mieux mais cela ne saurait tarder!

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Dimanche matin 13/4, je comptais me faire un parcours plus cool et aussi moins long car j'avais bien bourlingué cette semaine. J'allais essayer de me faire un parcours pour contourner Meaux. Départ en direction Lagny. Cela faisait bien longtemps que je n'étais pas passé par là. Et à cette heure (7H) cela ne bougeait pas beaucoup à part certains hommes qui allaient chercher des croissants pour leurs belles mais pas de motos! Montée de la côté de Thorigny. J'allais me réchauffer très vite. Annet, Fresnes. Non, non, ici il n'y a pas de prison!

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux
De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je prenais la direction de Tribaldou en passant par Précy s/Marne où Yves Duteil est maire et où Barbara a séjourné. Petite bosse à la sortie du village pour rejoindre la N3 qui allait sur Meaux.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Pas de problème pour la traverser comme dans la semaine. A cette heure-ci, ils sont encore dans leurs lits douillets! Iverny j'allais sur Varredes en passant par Monthyon.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Au dessus de moi passaient de gros porteurs car je n'étais pas loin de Roissy en France mais sur la route, c'était calme. Monthyon, Barcy, Varredes n'était pas loin.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux  De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je passais près du monument érigé à la mémoire des poilus de 14 et le cimetière allemand. C'était une aire de repos qui servait souvent à des randonnées.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Varredes, j'allais prendre la direction de Trilport pour entamer mon contournement de Meaux et revenir vers mon domicile.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je passais au dessus de la Marne qui était longé assez souvent par le canal de l'Ourcq, où passait assez souvent des randonnées.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

J'apercevais Meaux au loin mais mon intention était d'éviter d'y pénétrer. Mais la partie n'était pas gagnée! A la sortie de Varredes, je repassais sur la Marne. Mon challenge était de rejoindre Nanteuil les Meaux.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

J'allais me retrouver à longer le canal de l'Ourcq et m'aventurait dans la banlieue de Meaux à n'en plus finir. J'allais même me retrouver dans un cul de sac. Bref, je décidais tout simplement de revenir vers la gare de Meaux et par conséquence le centre. Et après je connaissais le circuit à prendre.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Et tout comme Alex qui y passerait dans la journée, je ne vis pas le maire. Comme quoi! Bon, là, je remontais vers les hauteurs de Meaux en direction de l'A4. Moi je la longerais en allant sur Nateuil les Meaux, Quincy Voisins.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Belle descente sur Couilly Pont aux Dames pour remonter sur Coutevroult en face, le pendant de cette descente. On allait se tirer la bourre avec un autre cyclo qui ne m'avait même pas dit bonjour en me dépassant. Il allait me devancer vers la fin de la côte mais je le dépassais dans la descente sur Villiers sur Morin. Comme quoi!

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Je me faisais la côte pour remonter sur Voulangis en ayant une pensée pour mon ami Régis en passant devant son domicile. La rue n'était plus en travaux. Et toujours cette belle maison qui était toujours en vente. Il fallait dire qu'elle était mal située. Mais je n'étais pas là pour admirer le paysage mais pour rentrer chez moi. Pas mal de cyclos passaient en ce dimanche matin. A cette heure-ci, ils étaient réveillés mais moi, je rentrais.

De bien belles ballades sur des parcours nouveaux

Un petit coup d'oeil sur une des églises de Crécy et je regagnais Tigeaux pour remonter par la belle côte en direction de Villeneuve le Comte. Et là, je dépassais un cyclo que je saluais. Villeneuve, cela flinguait un maximum mais souvent c'était des petits gars qui faisaient une petite sortie, histoire de rouler avec des copains.

Fin de la semaine et de mon périple avec 102kms mais pour 700m de dénivelé. J'avais fait un effort! Et la semaine était terminée. Et l'après-midi, j'admirais les coureurs de Paris/Roubaix. Un autre challenge.

Voir les commentaires

Un 100kms ou rien

Publié le par lariegeoise

Depuis plusieurs semaines, je m'étais posé la question, à savoir si je pourrais être fin prêt, fin juin 2014 en vue de La Mountagnole, cyclosportive ariègeoise. Ne serait-il pas nécessaire que j'essaye de mettre dans mes jambes, ce rythme de sortie de 100kms au minimum? Et très vite, je prie la décision de m'y fixer, sachant que dorénavant je serai en général seul pour mes sorties et que je pourrai adapter mes circuits aussi bien en direction, tout comme en kilomètres et à la vitesse que je voudrai sans être obligé d'attendre quelqu'un ou d'être attendu! Et me voilà lancé dans ce challenge. Et j'avouais que cela me plaisait pas mal, sachant que je m'adapterai à cette formule, m'apportant aussi des plaisirs supplémentaires à mes sorties par le fait de découvrir de nouveaux coins et peut-être dénicher pour Xeland de VT de nouveaux châteaux. Là, aussi, c'était le challenge que j'avais de mettre à mon objectif. Et je rentrerai à l'identique comme dans les plaisirs de Régis ou JP37 lors de leurs sorties.

Donc départ le lundi 31/3 pour terminer en beauté mon objectif kilométrique pour le mois et exceptionnellement j'allais sortir un après-midi, ce qui en général n'était pas dans mes habitudes, considérant que le matin je suis plus en train de pouvoir avoir des activités assez poussées. Départ pour Favières en traversant le bois de Ferrières où je m'apercevais très vite que la forêt commençait à se parer de feuilles, ce qui serait assez vite plus agréable, ne serait-ce que d'être coupé du vent car en ce moment, nous y avons droit tous les jours.

Détour par le bois pour rejoindre Les Lycéens et retour vers Villé pour regagner Tournan en Brie. De là, je filais sur Coubert en évitant Presles apercevant au loin deux cyclos en perdition. Puis Soignolles et sa bosse intéressante pour retrouver Courquetaine. Rien de bien nouveau dans mes derniers circuits mais dans un premier temps, j'allais faire un circuit tranquille. Ozouer le Voulgis et direction Forest, m'évitant d'aller sur Chaumes. Bon j'avais rencontré bien sûr quelques châteaux comme celui de Courquetaine ou du Vivier mais rien de bien nouveau.

Un 100kms ou rien

Après je filais sur Fontenay Trésigny, où j'allais m'arrêter au fameux château qui est toujours en plein travaux. Je me demandais bien quand il sera habité. Il fallait dire qu'il était dans un tel état. Mais je n'allais pas m'attarder et repartir en direction de Marles en Brie pour rejoindre Lumigny que j'éviterai toutefois à droite un peu avant l'entrée du village pour arriver aux Ormeaux. Touquin n'était qu'à quelques encablures. Pézarches et go pour Hautefeuille.

Un 100kms ou rien

Hautefeuille, la maison de retraite que me promettait depuis bien longtemps Veloblan de VT. Mais le vieux n'était pas encore mûr pour ce genre de domicile. Courtesoupe, nom qui est souvent utilisé dans les lieux dit d'après mes dernières sorties. A savoir pourquoi! JP37 connait peut-être la raison, lui le grand historien devant l'éternel. Je ne passais pas à Mortcerf comme souvent, allant directement sur Dammartin s/Tigeaux pour arriver à Tigeaux même pour me faire une belle bosse de 2kms en final et rejoindre Villeneuve le Comte. L'arrivée n'était plus tellement loin.

Ce serait tout de même une belle sortie d'après midi de 101kms pour seulement 370m de dénivelé. Mais dans quelques semaines, je ferai beaucoup mieux en dénivelé. Et pour mon 200kms du mois, je me demande si je ne le ferai pas en Ariège. A voir! De même, j'avais atteint le chiffre de 1500kms pour le mois de mars.

Un 100kms ou rien

Jeudi 3/4, j'allais reprendre la route pour un périple plus important et une plus grande découverte. J'avais fait un break plus important dans mes sorties, ayant eu ma petite fille chez moi, le mercredi après-midi. Un autre plaisir. Mais un rythme de 3 à 4 sorties par semaine, me permettrait d'atteindre mes objectifs et il fallait dire que le temps était très favorable en ce moment. J'avais adopté depuis quelques jours la tenue courte, en conservant toutefois un blouson léger. Le vent m'incitait à adopter cette formule. Par ailleurs, j'allais parcourir des routes que connaissait par coeur mon ami Régis puisqu'il dit qu'il a oublié cette région étant maintenant déjà loin.

Et là, la sortie serait matinale, allant à ma préférence et à l'heure aussi puisque mon départ serait proche de 7H. Mon point extrême du circuit envisagé serait La Ferté Gaucher, pour rester dans les tranches horaires que je m'étais limitée mais j'aurai dû par prudence essayer de calculer le kilométrage. Toutefois j'avais emporté avec moi une carte régionale pour m'éviter certaines erreurs de parcours. Je suis le conseil des vieux routiers! Direction Villeneuve le Comte mais là, rien de bien nouveau pour regagner Tigeaux et me diriger vers Sorbonne car j'allais éviter la grande route pour rejoindre directement Crécy la Chapelle. Un coup d'oeil au Morin (rivière) et go pour la N34 que je parcourai brièvement car j'allais attaquer à droite, la petite bosse pour retrouver la route de La Ferté Gaucher. Il fallait dire que cela montait un bon moment avant de me retrouver sur un plateau où je serai bien sûr sujet au vent de face. Dur ennemi! Un peu de circulation mais plutôt dans l'autre sens, étant à une heure où les gens allaient plutôt au travail.

Un 100kms ou rien

Là, j'étais sur la route principale qui menait à La Ferté sous Jouarre. Rien à voir avec l'autre Ferté! Haute Maison, Pierre Levée : une grande ligne droite m'attendait. A la sortie du deuxième village, je bifurquais à droite pour aller en direction de Doué. J'interceptais différentes routes très fréquentées puisqu'elles convergeaient la plupart, en direction de Coulommiers mais pour moi, c'était en avant toute, pour aller en direction de Rebais. Entre temps, je m'écartais de la D204 pour prendre le cliché d'une ferme plus ou moins fortifiée. Même si le chemin était plus qu'empierrée pour y accéder, le détour en valait la peine. Les agriculteurs juchés sur leurs tracteurs me regardaient avec des yeux ronds. Ils étaient en plein labour ou semences.

Un 100kms ou rien

Mais je n'allais pas m'attarder trop longtemps, la route qui m'attendait, était encore bien longue. Je rejoignais la D204 pour arriver à Rebais. Je n'étais pas loin du domicile de TIKIS de VT. La Ferté Gaucher n'était qu'à une dizaine de kilomètres. J'entrais dans la ville où on m'annonçait le vélo rail du haut morin. Mais je n'arrivais pas à trouver le lieu de départ. De toute façon, ce n'était pas mon objectif mais cela aurait pu alimenter ma découverte. Je sortais très vite de la ville et prudent, je consultais mon plan pour voir si j'étais dans la bonne direction du retour pour rejoindre Coulommiers par une route beaucoup plus tranquille.

Un 100kms ou rien

A Montigny, un dernier coup d'oeil au Morin qui serpenterait de la même façon que ma route. A Jouy s/Morin, je vis des ouvriers du Conseil Général qui répandaient des gravillons sur la route qui allait être "hard" sur trois kilomètres. Ma hantise principale était la crevaison. Il y a des choses comme cela. La route n'étant pas trop accidentée, j'allais adopter une allure assez soutenue traversant différents petits villages. Coulommiers était à un peu plus de 20kms.

Un 100kms ou rien

Ah la petite église sur le parcours pour faire plaisir à JP. C'est vrai qu'elles sont moins belles que du côté de Bordeaux!

Un 100kms ou rien

Coulommiers, maintenant je connaissais le chemin du retour que j'allais accidenter quelque peu en montant quelques bosses. N34 jusqu'à Mouroux où j'allais rentrer par le chemin des écoliers. Pommeuse et cette belle pente pour rejoindre Rouilly, Guérard, Monthérand et la dernière petite bosse de 2kms à Tigeaux pour rejoindre Villeneuve le Comte.

Un 100kms ou rien

Une dernière petite montée pour retrouver mon domicile en passant par le moulin de Jossigny.

Belle sortie de 113kms pour 375m de dénivelé mais je venais de découvrir un nouveau parcours.

Un 100kms ou rien

Samedi 5/4, j'avais fait un break dans mes sorties habituelles du vendredi après-midi, ayant des travaux de tapisserie à faire chez moi. Eh oui, le vélo n'est pas toujours prioritaire! Mais mon lever très matinal car je partirai vers 7H, me permettrait de me rattraper sur la longueur de ma sortie. Et puis un samedi matin, je rencontrerai peut-être des cyclos.

Là, la direction serait différente puisque je filerai vers Tournan en passant par Favières. Il y avait de la brume dans les champs mais ce jaune du colza donnait un peu de luminosité. Gretz, Presles, je filerai vers Liverdy, Châtres, Château du Vivier (Ah, j'avais appris qu'Alex avait réussi à le prendre en photo!) quelques lapins cavalaient dans la campagne. De bonne heure le matin, c'est là qu'on peut voir plein de choses. Vilbert en évitant Chaumes, Rozay, Le Mée, Les Ormeaux, Touquin. Pas trop de vent en cette matinée.

Un 100kms ou rien

Je désirai retrouver une route tranquille par le centre réservé à des mobil-homes : Les étangs fleuris. Lieu qui est souvent fréquenté par des étrangers. Ah, une pause sanitaire s'imposait car le froid avait déclenché certaines envies. Mais c'était de courte durée et je repartais de plus belle vers Amillis.

Un 100kms ou rien

Petit bar pour laisser un souvenir à Régis avant d'aller retrouver la grotte à la mémoire de la vierge Marie de Lourdes. Mais je vous en ai parlé lors d'un dernier reportage. Par une route bucolique, je rejoignais Dagny. C'était beaucoup plus agréable par cette route car l'autre qui rejoignait directement Dagny était toujours en très mauvais état. Une bosse m'attendait pour arriver à la N4 très fréquentée par des camions. La prudence était de rigueur pour la traverser. Jouy le Chatel et direction vers Mormant. Je croisais quelques cyclos isolés. Pécy où je voyais un puits de pétrole. Les français toujours en avance!

Un 100kms ou rien

Gastins, où j'étais arrêté par des enfants qui fêtaient le carnaval. Des princesses, il y en avait à foison! Je filais sur Mormant en passant quelques petits villages.

Un 100kms ou rien

Au loin, j'apercevais la raffinerie de Grandpuits. Je poussais même à pénétrer dans le village de La Fermeté pour prendre le cliché de plus près. Aubepierre, Chaumes était en vue. Je roulais à bonne allure.

Un 100kms ou rien

Je faisais toutefois un arrêt à Beauvoir pour ajouter un château à la collection d'Alex. Il est devenu un site d'hôte. Le retour était habituel. Chaumes, Châtres , Les Lycéens à Neufmoutiers, plus que 13kms à parcourir. J'allais rentrer dans les temps malgré la distance.

Un 100kms ou rien

Favières, j'étais dépassé par un groupe du club de Bussy St Georges. Je restais dans le paquet pour rentrer en souplesse malgré que nous roulions au delà du 30kms/h. Mais ils allaient faire un arrêt au croisement Villeneuve St Denis/ Pontcarré. J'allais finir mon périple seul.

Belle sortie de 126kms à une bonne allure puisque j'affichais 25,80kms/h mais qu'avec 490m de dénivelé. Ainsi s'achevait ma semaine avec seulement trois semaines mais de belles! J'avais déjà de projets de circuits pour la semaine suivante pour découvrir d'autres chateaux et surtout Nangis qui n'était pas si loin.

Voir les commentaires