Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des bosses en plus.....

Publié le par lariegeoise

100 1736 (Large)

 

 

Dimanche matin, 7H36'. Tout le monde dormait encore et c'était le jour,  pleine lune. La brûme sévissait encore sur la campagne et il ne faisait que 3°. Que cela tenait, j'avais très  envie de refaire le parcours que j'avais fait deux jours avant , avec mon ami Cigogne, et peut-être en le rallongeant un peu. A voir! Bon, je partais équiper comme tout le temps en ce moment et même un peu moins, et  j'avouais qu'au départ, c'était un peu juste mais les bosses que j'allais faire , allaient me réchauffer très vite. Direction Guermantes pour arriver à Gouvernes et me faire la première bosse. Je n'avais parcouru qu'une dizaine de kilomètres et il fallait déjà grimper. Mais j'avoue que j'aime ce genre de challenge, qui est un combat avec moi-même. Mes pulsations ne montaient qu'à 146 parce que je ne voulais pas forcer pour l'instant.

 

100 1737 (Large)

 

Lagny s/marne, j'arrivais au pont en X. Quelques personnes sur le trottoir qui venaient d'aller chercher leur pain ou plutôt les croissants pour Madame.

 

(Ah, petit souci avec mes photos mais JP pourrait peut-être me donner le tuyau. Je n'arrive pas à faire des photos nettes quand je n'ai pas assez de luminosité et entre autre, celle-ci qui pourtant aurait pu être superbe. Peut-être, ne prends-je pas assez de temps pour la prise de la photo. A revoir)

 

Direction Dampmart pour monter cette seconde véritable bosse qui me permettra de surplomber Thorigny. Là aussi 2kms de pente à un bon pourcentage. Quelques trains passaient sur la voie ferrée que je longeais. Descente de la Violette comme le nomme Cigogne mais je ne connaissais pas avant le nom. La campagne était plus qu'envahie par le brouillard et j'avouais que mes doigts étaient un peu gelés. Passage par Annet s/marne pour rejoindre Jablines. Arrêt, pas pour une pose technique ou un appel téléphonique, mais pour tout simplement enlever mes lunettes car on ne voyait guère plus qu'à 50m.Limite quoi. Lesches, Chalifert, Coupvray étaient franchis dans la foulée mais il n'y avait pas trop de difficulté.

 

100 1738 (Large)

 

Je traversais Esbly et là je commençais à rencontrer des groupes mais pas véritablement dans mon sens. Simplement quelques cyclos isolés. Condé St Libiaire pour la montée de Quincy Voisins. Un petit moustachu me suivait mais à l'entrée du village, il allait me quitter sur la droite. Il n'avait peut-être pas envie de se faire la bosse de 3,5kms. Petites routes où il fallait zigzaguer avec les autos en stationnement et les voitures arrivant en face.

 

100 1739 (Large)

 

En haut de Quincy, au feu, j'allais tout droit. Oh, erreur car c'était un cul de sac puisque j'atterrissais à une superbe demeure qui servait de Centre Culturel. Donc demi-tour mais j'en profitais pour prendre en photo ce magnifique arbre qui devait être plus que centenaire. Sur le chemin du retour, je croisais le petit moustachu de tout à l'heure qui faisait la même erreur que moi. Bien vite, je trouvais la bonne route en direction de Bouleurs mais là, les groupes cyclos étaient de plus en plus nombreux mais un peu éparpillés dès que la route s'élevait. Et une fois de plus dans Bouleurs, je prenais une direction pour Crécy la Chapelle mais pas la bonne. Mais ne dit-on que tous les chemins mènent à Rome! Donc j'arrivais sur la route principale de St Germain s/morin/Coulomiers que j'allais emprunter car voyant l'heure , je me disais que je pouvais rallonger surtout que je n'étais qu'à un peu moins de 50kms. Vous savez bien que j'aime franchir des parcours de 100kms. Ca fait plus rond.

 

100 1740 (Large)

 

Je montais la belle côte qui se situait à la sortie de Crécy et qui me faisait arriver au niveau de Monthérand. Bon pourcentage mais la photo ne rend pas tellement le dénivelé. En haut, je tournais à droite pour prendre la direction de Guérard. L'équipe de Gournay faisait une pose technique. Je les retrouverais plus tard mais dans le sens inverse.

 

100 1741 (Large)

 

A l'entrée de Guerard, avant le Morin, je tournais à gauche pour rejoindre Pommeuse et Farmoutiers. Avant le passage à niveau, je tournais à gauche pour retrouver le centre de Pommeuse.

 

100 1742 (Large)

 

Et là, c'est un petit clin d'oeil à MJo, la compagne de JP37 qui connait bien cet endroit d'après ce que j'avais compris. Le brouillard avait disparu mais ceux qui s'étaient chaudement vêtus, devaient avoir bien chaud maintenant. Direction Mouroux que je ne ferai qu'aborder car je tournerai à droite au niveau du collège pour rejoindre St Augustin. Et là encore, il y a une bosse. M'étais-je pas venu pour en grimper quelques unes. Et toujours des cyclos. Je venais de croiser en sens inverse l'équipe de Gournay un peu éparpillée dans la montée.

 

100 1743 (Large)

 

Avant d'attaquer la belle bosse du Poncet, je faisais un arrêt technique que connaissent bien certains. Eh oui, le froid avait déclenché certaines réactions du corps. J'en profitais pour avaler une barre de céréale. Les bosses , ça creuse. Montée sur Farmoutiers que j'allais traverser pour rejoindre Pommeuse dans l'autre sens.

 

100 1744 (Large)

 

Bon là, on m'annonçait que la rue était barrée mais je n'allais pas forcer la descente quoique je savais que je pouvais la franchir sans problème. Je tournais à gauche pour rejoindre La Celle s/morin. Comme toujours je me plantais dans les directions et me retrouvais dans des culs de sac. Bref, j'arrivais à trouver la bonne direction.

 

 100 1746 (Large)

 

La Celle d'en Bas franchie en passant à côté de cette belle demeure située en face de l'école primaire et le célèbre moulin, j'allais en direction de Guérard que j'allais franchir dans l'autre sens. Au stop, je prenais la direction de Dammartin s/tigeaux par une petite route bien sympa que je n'avais pas prise depuis fort longtemps. A refaire. Cela montait un peu mais sans trop de difficulté.

 

100 1747 (Large)

 

Une petite église pour le coup d'oeil maintenant à JP , de Dammartin. Les paroissiens étaient à la messe et là, il n'y avait pas de bistro en face. Je descendais la belle pente pour arriver à l'entrée de Tigeaux pour me faire la belle grimpette qui m'emmenait en direction de Villeneuve Le Comte. Je me retrouvais sur la route prise vendredi. En haut, je sortais la plaque, bien connue de Cigogne.

 

100 1748 (Large)

 

 

11H5', j'avais le temps de faire un détour par Les Lycéens qui me ferait augmenter mon score de 15kms. Là, je roulais à vive allure dépassant pas mal de cyclos qui se contentaient de faire le petit tour. Je roulais à plus de 30kms/h mais il n'y avait pas de difficulté, simplement tenir le rythme car la route n'était pas en très bon état. Neufmoutiers, j'allais faire une pose juste pour la photo.

 

100 1749 (Large)

 

La demeure de Cigogne, non pardon, le lieu de l'arrêt technique de Cigogne et je ne vous montre pas l'arbre. Les feuilles commençait à tomber et à jaunir, bien sûr. On se demande pourquoi. Lol! Et là, c'était un peu l'autoroute des cyclos. Il y en avait partout. Là, j'allais avoir droit à un qui me suivrait jusqu'à chez moi, sans me dire merci à l'arrivée? Je lui faisais comprendre de prendre le relais car j'adoptais le rythme 30/32kms/h mais il refusait. Tant pis. Et petite dernière bosse pour passer au dessus de l'autoroute et j'arrivais chez moi. Et il était toujours derrière moi.

 

Résultat des courses :

Presque 105kms pour 25,39kms/h avec 865m de dénivelé avec une fréquence cardiaque moyenne de 118 avec un pic à 155.

 

Belle sortie à refaire et là pratiquement pas de vent que je sentirai vraiment qu'en fin de parcours.

 

Numériser0002 (Large)-copie-1

 

Elle n'est pas belle ma courbe! Ah, la température n'a pas dépassé les 16°. Vous comprenez pourquoi Cigogne préfére rouler l'après-midi. Jean-Charles préfére aussi, à ce qu'il parrait. Bizarre! Mais moi, j'aime bien. Bon, l'après-midi, on fait un peu le paresseux!

Voir les commentaires

Des bosses et Cigogne

Publié le par lariegeoise

100 1714 (Large)

 

Par un beau vendredi d'automne, j'avais planifié de faire une sortie avec mon ami Cigogne, rentrant d'Alsace où il a ses racines, et après une semaine plus que pluvieuse, pour pouvoir s'ébrouer dans la Seine et Marne. D'ailleurs nous ne serons pas les seuls à avoir besoin de s'aérer.Inutile de vous préciser que c'est un après-midi puisque l'oiseau de service ne sort qu'à ce moment-là. Je faisais un petit détour avant de le rejoindre, histoire de me faire quelques bosses supplémentaires en passant par le haut de Lagny via Guermantes, et le haut de Torcy via la piste cyclabe de Vaires s/marne. Sur la bosse, je pouvais apercevoir le plan d'eau de Vaires où j'avais rendez-vous. Bon ceux-là, reposent en paix et moi, j'espère que j'en aurai pour encore quelques années pour profiter au maximum de ma forme et de mon bike avant de les imiter.

 

100 1715 (Large)

 

13H35', j'étais pile à l'heure prévue. Il était déjà avec ses communications téléphoniques de travail et me précisait qu'il était seul. Par ailleurs mais je ne sais pas si je dois le dire, il me confiait qu'il avait bien festoyé en Alsace prenant au passage quelques kilos supplémentaires. Et dire que nous avions prévu que nous ferions un circuit bosses mais courageux comme il est, cela n'allait pas freiner nos ardeurs.

 

100 1716 (Large)

 

Bon là, il avait pris ses précautions tout comme moi de se vêtir d'un blouson à manches longues . Il y avait aussi un vent fort et nous croisions les doigts pour ne pas trop en souffrir. Direction de départ habituelle : St Thibault des Vignes, Gouvernes. Et au milieu du village nous allions aborder la première rampe qui faisait bien 800m à un bon pourcentage, histoire de s'échauffer un peu et de faire monter un peu le cardio. A cet effet, j'apprenais qu'en pleine effort il montait à 170, tout comme toi mon cher JP, alors que moi, j'oscillais plutôt vers les 156. Je vous montrerai l'image de mes pulsations du parcours en fin d'article. Descente vers Lagny s/marne pour rejoindre la gare SNCF. Petit annecdote supplémentaire à mon sujet : avant d'arriver en ville, je perdais une de mes dents avant qui venait de se décoller de ma gencive. C'est ça quand on devient vieux! Arrêt technique obligatoire pour mettre cet objet si précieux pour ressembler à un être normal, dans mon portefeuille. Direction Dampmart. Au niveau du centre, nous tournions à gauche pour prendre une belle bosse qui nous ménerait sur les hauts de Thorigny. Ah, je ne vous avais pas dit que Cigogne était en repérage sur un site pour répertorier les bosses du coin qu'il effectuait, d'où ce circuit si spécifique. Mais il en avait déjà pas mal à son registre.

 

100 1717 (Large)

 

Petit détour par Annet s/marne pour éviter les camions car dans cette région, il y en a plus qu'il n'en faut et c'est bien pour cela que je n'y vais pratiquement plus dans la semaine. Il fallait bien que Cigogne soit là pour que j'y retourne.

 

JP, une église! J'ai fait des clichés pratiquement toujours avec en arrière plan une église. Cigogne m'a dit que c'était normal puisqu'il était St Bernard. Mais sans neige, bien sûr et avec le soleil.

 

100 1718 (Large)

 

Nous partions vers le plan d'eau de Jablines (très prisé en période estivale) en passant au dessus de la Marne où quelques péniches naviguaient.

 

100 1719 (Large)

 

Après un arrêt de Cigogne pour répondre à un appel téléphonique, nous continuions notre route pour rejoindre Lesches, Chalifert. Nous croisions quelques cyclos qui profitaient du beau temps pour faire tourner un peu les jambes.

 

100 1720 (Large)

 

Traversée d'ESBLY où j'indiquais la belle côte à Cigogne, mais ce sera pour une prochaine sortie. Et pour cause une belle nous attendrait d'ici quelques kilomètres. Direction Montry. On laissait la direction de Disneyland à droite qui était à quelques encablures.

 

100 1721 (Large)

 

Encore un peu de plat pour rejoindre Condé St Libiaire. Là encore, pas mal de voitures! Comprenez que je préfére ma campagne! Mais nous étions là pour faire des bosses donc il fallait s'adapter.

 

100 1723 (Large)

 

Pendant que certains se prélassaient à la terrasse des cafés, nous, nous attaquions la montée vers Quincy Voisins qui n'est pas spécialement raide puisque je pourrais considérer que c'est du 5% tout au plus mais la bosse fait 3,5kms. Donc on montait tranquillos pour arriver dans le centre du village. Là, la circulation était presque inexistante.

 

100 1724 (Large)

 

Cigogne en plein effort et toujours à allure régulière. Je pensais qu'il avait adopté le train de sénateur. D'ailleurs son lieutenant le charrie en lui demandant q'il n'a pas qu'un seul pignon.

 

100 1725 (Large)

 

Quincy Voisins était maintenant en vue et nous allions nous diriger vers Bouleurs que nous avions l'habitude de prendre dans l'autre sens. Mais c'est intéressant de faire des circuits à l'envers.

 

100 1726 (Large)

 

Cigogne en pleine descente. Pour le reste, je vous laisse imaginer l'oiseau pour ceux qui le connaissent ! Lol! au loin, l'A4 qui va vers Meaux. Après il y aura une belle bosse comme prévu. Je découvrais cette route que je n'avais vu que de l'autoroute jusqu'à là.

 

100 1727 (Large)

 

Après Bouleurs, nous allions plonger sur Crécy La Chapelle pour rejoindre les berges du Morin. Nous attaquions le chemin du retour. Et après la route ne m'était plus inconnue.

 

100 1728 (Large)

 

Cigogne me précisait que la pose technique rituelle était proche et avec lui, il y a des endroits précis. Nous longions le Grand Morin.

 

 100 1730 (Large)

 

J'en profitais aussi pour me restaurer un peu. Je serai hypocrite de dire que je n'appréciais pas cette pose car cela faisait déjà un moment que nous roulions. Bon, la pose technique est située à la sortie du village au niveau d'une poubelle.

 

100 1731 (Large)

 

Après le pont qui passait au dessus du Morin, nous retrouvions la route qui venait de Crécy La Chapelle pour rejoindre Tigeaux. Et à la sortie du village, nous attendait une belle bosse que Cigogne n'avait pas dans ces tablettes. Et celle-là, elle montait mais elle était très agréable à faire car le bitûme avait été refait. Bosse de 1,5kms mais bon pourcentage.

 

100 1732 (Large)

 

 

Et après retour habituel : Villeneuve Le Comte, Villeneuve St denis et nous tournions à droite pour rejoindre la montée du moulin de Jossigny qu'affectionne particulièrement Cigogne.

 

100 1734 (Large)

 

Petite relance après avoir pris quelques virages et on attaquait la montée de 2kms environ. Cigogne gardait son grand plateau et j'avoue que je le laissais partir car j'avais les cuisses qui commençaient à chauffer. Eh oui, cela faisait cinq jours que je n'avais pas roulé.

 

100 1735 (Large)

 

Jossigny où j'aurai pu m'arrêter mais je décidais d'accompagner Cigogne pour dépasser les 100kms pour ma sortie. Nous avions le vent de face. Guermantes, Gouvernes, St Thibault, Vaires. Et nous prenions la piste cyclabe car à cette heure-ci la circulation commence à être dense. J'allais avec lui jusqu'à la fin du plan d'eau. On se donnait RDV peut-être à lundi AM si le temps le permettait. Retour pour moi, par le même circuit, avec une vitesse de plus de 30kms/H comme m'invitait à faire Cigogne.

 

Résultat des courses pour moi  avec vent fort et belles montées :

105kms pour une vitesse moyenne de plus de 25kms/h et un dénivelé de 645m et surtout avec de belles bosses.

 

J'envisageais de le refaire dimanche matin car j'aime bien mémoriser les circuits pour changer un peu mais là je serai en solo et sans pose technique.

 

Numériser0002 (Large)

 

Graphique du circuit comme quoi, il y a aussi des bosses en Seine et Marne même si on ne monte pas haut.

 

Numériser0003 (Large)

 

Graphique de mon rythme cardiaque qui étonne toujours JP. Il pourra voir qu'aussi mon rythme cardiaque redescend très vite.

 

Donc aux prochaines aventures avec mon coach!

Voir les commentaires

D'un chateau à l'autre.....

Publié le par lariegeoise

 

100 1696 (Large)

 

Après les déboires de la veille suite à des problèmes mécaniques, je décidais en ce dimanche matin d'aller voir d'autres horizons de la Seine et Marne sans me focaliser sur un dénivelé quelconque et acquérant du plaisir à prendre quelques clichés pour vous conter un peu mieux la région.

 

Eh oui, j'avais donc la journée précédente accusé des déceptions en crevant déjà au bout de quatre kilomètres de ma sortie m'obligeant à revenir à mon domicile, considérant que j'allais peut-être à l'avant d'autres problèmes. Donc je passais plutôt ma matinée à aller acheter de nouveaux pneumatiques pour éliminer d'autres problèmes éventuels lors des sorties à venir. Parfois il vaut mieux être raisonnable pour que les sorties bike soient vraiment du plaisir. Alors en cette journée, j'étais paré pour faire une belle sortie puisque le soleil était plus ou moins là, tout au moins la pluie n'était pas annoncée. Par ailleurs, je savais qu'il valait mieux que j'en profite car la pluie était plus que prévue pour les jours de la semaine à venir. Et moi je n'avais pas de home trainer pour palier à ce manque d'activité physique.

 

Direction le sud pour revenir sur des circuits que j'avais beaucoup aimé, découvrant des chateaux dans la splendeur Seine et Marnaise. Par contre, j'allais subir un vent assez violent quand je prendrais certaines directions vers l'est. Tant pis, advienne ce qu'il viendra.

 

Traversée de la forêt de Ferrières où je visualisais d'anciennes maisons de forestier qui étaient remis en valeur. Parfois il est intéressant de remettre en état notre patrimoine. Pour sûr qu'à cette heure-ci (7H40) je n'allais pas trouver trop de cyclistes, ni de voitures. Eh oui, ils aspiraient tous à un repos bien mérité après leur semaine de labeur. Il n'y a que les retraités qui ont envie de roulotter à cette heure. La température était tout de même assez fraîche puisqu'il ne faisait que 9°. Donc blouson presqu'obligatoire pour démarrer.

 

Tournan en brie et go pour les chateaux dans la région de Melun, qui sont dans le sud de la Seine et Marne. Bon, je sais qu'Amiral Bibi de VT va encore dire que je ne suis pas allé jusqu'à Fontainebleau pour voir d'autres splendeurs mais le temps et la distance ne pouvaient me permettre d'aller plus loin.

 

100 1697 (Large)

 

Gretz, première église sur mon chemin, là, non plus cela ne bougeait pas beaucoup. Mais je n'étais pas sur le chemin de St Jean de Compostelle. En avant, tout droit, toute, direction Coubert. Ah, je croisais quelques cyclos isolés. Ils se réveillaient donc déjà! Tu vois JP37, je suis tes voeux pieux!

 

100 1698 (Large)

 

Soignolles. Quelques villageois allaient chercher leur pain frais pour leur petit déjeuner et l'odeur alléchait mes narines. Non, non, il n'était pas question de m'arrêter déjà. J'avais un but : aller jusqu'à Vaux Le Vicomte et Blandy Les Tours. Bon là, j'allais me retrouver à découvert et si le vent était contre moi, j'allais ramer un maximum. Et pourtant j'avais dit que je ne viendrai pas dans cette région en cas de vent fort. Comme quoi on peut parfois changer d'avis.

 

100 1699 (Large)

 

Lissy, une ancienne entreprise qui avait été remise en état. La route n'était pas terrible. Mais ce n'était pas la route principale pour aller sur Melun alors la DDE n'avait pas l'intention de la réfectionner. Mais j'espérais simplement ne pas crever. Je voyais au loin l'A5 où la circulation n'était pas intense à cette heure-ci, et la ligne TGV. Je passais tour à tour sur chaque ligne express.

 

100 1700 (Large)

 

Mon premier objectif s'approchait dés que je dépassais l'A5. Mais le soleil n'apparaissait pas encore et j'avais le vent de 3/4 face. Mais cela allait et mon compteur m'annonçait que j'avais déjà parcouru 35kms. A Aubigny, je tournais à gauche pour rejoindre la route principale par St Germain de Laxis. Là, j'avais le vent de face et assez violent. Mais je savais que bien vite j'allais tourner à droite et moins subir ce climat. Le bitûme allait être nettement meilleur.

 

100 1701 (Large)

 

 

Et là, j'allais accéder à une route royale bordé de magnifiques platanes sur un kilomètre pour atteindre ce fameux chateau construit grâce au désir de Fouquet, l'intendant de Louis XIV.

 

100 1702 (Large)

 

Que ce chateau était magnifique et sous le soleil, cela l'est encore plus. Pas de visiteurs encore à cette heure-ci. A part deux hommes habillés avec des tenues fluau dont j'apprendrais la raison de leur présence un peu plus tard.

 

vauxlevicomtegd (Large)

 

Vaux le Vicomte, monument classé, est le plus grand château privé de France.

Par la volonté de Nicolas Fouquet, surintendant des finances du Roi Louis XIV, Vaux est la conjugaison de trois éléments : une grande architecture, un décor incomparable, un jardin modèle.
A la demande de Fouquet, trois hommes unirent leur génie : l'architecte Louis Le Vau, le peintre sculpteur Charles Le Brun, le jardinier André Le Notre.

Fouquet, protecteur de "Beaux esprits" fera de cette demeure le lieu de rencontre des plus grands parmi lesquels on peut citer La Fontaine, Molière, Corneille...
Trois siècles après leur création, architecure, décor, mobilier et collection ont retrouvé leur éclat grâce à Monsieur Alfred Sommier, qui devint propriétaire du château à la fin du XIXe siècle.
Aujourd'hui ses descendants poursuivent son oeuvre et partagent ce chef d'oeuvre avec les visiteurs.
Château, jardin à la française, visites aux chandelles, vue panoramique du dôme, jeux d'eau, promenades en voiturettes électriques dans les jardins, ou en "Nautils" sur le grand canal.
n

 

  Après quelques explications sur l'existence de cette splendeur, j'allais continuer ma route pour rejoindre Blandy Les Tours où un chateau d'un tout autre style m'attendait. J'apercevais un cyclo solitaire que je rattrappais bien vite malgré le vent fort de face mais à mon passage si je le saluais, lui ne me rendait pas la pièce. Comme quoi, ils ne sont pas parlant ces cyclos de la capitale!

 

100 1703 (Large)

 

Blandy Les Tours, lieu incontournable des touristes. Il y avait un rally voiture mini qui avait été organisé. Mais c'est un coin de la Seine et Marne qui bouge beaucoup. Auparavant, j'avais aperçu un club cyclo mais je ne les revoyais , arrivé dans le village.

 

100 1706 (Large)

 

L'histoire du château débute dans les textes en 1216. Il appartient au vicomte Adam II de Melun (« de Chailly ») et se réduit à un manoir seigneurial à enceinte irrégulière.

Au XIVe siècle, le château est fortement modifié avec de nouvelles fortifications et structures de défense : un fossé est creusé et une nouvelle tour-porte, avec pont-levis à flèches, est percée dans le mur d'enceinte. Les rois Charles V (de 1364 à 1380) et Charles VI (de 1380 à 1422) financent aux propriétaires successifs du château, les comte de Tancarville Jean II et son petit-fils Guillaume IV, les aménagements du château fort. Un donjon haut, défendu par deux ponts-levis, est édifié. L'enceinte est modifiée par l'ajout de nouvelles tours et de courtines neuves. Toutes ces modifications ont lieu durant la Guerre de Cent Ans.

Suite sur …..wikipedia.orange.fr/wiki/Château_de_Blandy-les-Tours

 

L'histoire de ce chateau étant trop longue et je ne veux^pas vous la conter maintenant et vous invite à rejoindre le site cité ci-dessus qui vous en dira plus.

 

100 1705 (Large)

 

Je ne manquais pas de me faire prendre en photo par un touriste qui passait par là. Mais j'avais encore du chemin à faire pour revenir à mon domicile, étant à la moitié de mon parcours et l'heure avançant, soit 48kms.

 

100 1707 (Large)

 

Je traversais ce village typiquement briard, rencontrant un autre cyclo mais pas très causant non plus. Tant pis, je resterais avec ma solitude. Retour sur Jossigny, par St Méry, petit village que je ne connaissais pas pour revenir sur Champeaux. Entre temps, j'avais pris une route tranquille en face qui s'avérait très vite être la route pour arriver à une ferme.

 

100 1708 (Large)

 

Chapeaux et son abbatiale du XIII éme siècle chargée d'histoire.

 

L’église

Primitivement, la paroisse de Champeaux et son église avaient saint Pierre pour patron. Cette église, tombant en ruine au commencement du XVe siècle, fut remplacée par la chapelle Sainte-Magdeleine. Cette dernière étant devenue en 1437, tout à la fois, église collégiale et paroissiale, Champeaux a continué depuis lors d'être sous la protection de sainte Marie-Magdeleine. Le clocher date de 1712-1723. Les stalles datent de 1535-1540. Le retable date du XVIe siècle. La salle capitulaire sert aujourd’hui de sacristie (1604). La porte de la sacristie date de 1594. La chaire date du XVIIIe siècle. Le maître-autel, œuvre de Gambier et Le Roy de Rennes, date de 1748. Le chœur date de 1522-1550. La chapelle Sainte-Barbe (encore appelée Saint-Julien autrefois) située au nord-est est édifiée vers 1490. La chapelle appartenant aux seigneurs d'Espinay date de 1594. On y trouve les tombeaux de Guy III d'Espinay (décédé en 1551), de Louise de Goulaine (décédée en 1567) et de Claude d'Espinay (vers 1554). Vers 1528, sont installées huit verrières qui consacrent l'union de Guy d'Epinay avec une héritière de la famille de Goulaine, du comté nantais. En 1553 un tombeau en arcade à deux niveaux est édifié par l'architecte angevin Jean de L'Épine dans le mur nord du chœur : il abrite alors les statues agenouillées de Guy d'Épinay et de Louise de Goulaine (dans la partie supérieure) et leurs gisants (dans la partie inférieure) : aujourd'hui seuls leurs gisants subsistent. Des travaux sont entrepris en 1594 par Marguerite de Scépeaux, veuve de Jean, premier marquis d'Épinay : construction d'un nouvel ensemble seigneurial contre le flanc sud du chœur. Le chœur est réaménagé en 1744 par le chapitre de Champeaux. La collégiale a été classée monument historique par arrêté du 12 décembre 1910

 

Mais cela est pour les puristes d'histoire. Moi, je voulais tout simplement remonter ver le nord. Donc j'allais très vite redevenir le cyclo solo en rase campagne.

 

100 1709 (Large)

 

En zigzagant dans les petites routes, je me retrouvais à Verneuil L'étang et m'arrêtait sur cette place de souvenir avec une pensée à mon ami Seba77 que j'avais rencontré lors d'un 200kms avec mon ami Jean-Claude. Là aussi, je m'égarais un peu dans le village mais très vite, je retrouvais la route qui m'emmenait à Beauvoir où je retrouvais quelques cyclos solos.

 

100 1710 (Large)

 

Chaumes quelques kilomètres plus loin où j'allais découvrir cette batîsse que j'avais vu en travaux quelques mois auparavant et qui valait le déplacement. Je ne suis pas sûr que mon ami Cigogne connaisse car il ne s'éloigne guère vers cet endroit.

 

§       Abbaye Saint-Pierre de Chaumes-en-Brie, abbaye royale, sa fondation remonterait au VIe siècle, sous Childebert Ier et Clotaire Ier. Incendiée et pillée, l'abbaye est reconstruire en 1181 . En avril 1475, par ses lettres patentes, Louis XI confirma sa protection royale. Elle ferme ses portes quelques années avant la révolution puis tombe en ruine . En 1883 un pastiche de château médiéval est bâti sur ses vestiges. Il accueil jusqu'en 2011 l'école maternelle , et est aujourd'hui l'Inspection de l’Éducation Nationale de Chaumes en Brie

 

  Cela valait bien le détour, non? Maintenant direction Fontenay Trésigny car je voulais terminer ma sortie par au moins un 100kms. Petit détour par Villiers s/Marne.

 

100 1711 (Large)

 

Je filais à gauche pour revenir sur La Houssaye , en vue de la fin de ma sortie. Encore quelques cyclos mais j'allais de plus en plus en rencontrer. Et là, j'arrivais aux Lycéens, cher à Cigogne où il fait en général une pose technique. Les arbres s'en souviennent! Des cyclos grouillaient partout. Et il fallait se frayer parfois la route. J'avais mis la plaque pour finir en force comme chaque fois, que je suis dans ce coin.

 

 100 1712 (Large)

 

A Favières, je me laissais déborder par deux jeunes cyclos. Mais que cela tenait, j'allais les remonter tranquillement, juste le temps de me mettre en jambes.

 

100 1713 (Large)

 

Et comme prévu , je les retrouvais 8kms plus loin en me mettant dans le rouge pour monter la dernière bosse à plus de 30kms/h de moyenne. Bon, là, j'étais arrivé. Il était 11H45'. J'étais dans les temps.

 

Résultat des courses : 106kms à 27kms/h de moyenne en solo mais pour un dénivelé que de 300m mais avec pas mal de vent et une température agréable. A refaire avec mon ami Cigogne quand il voudra faire de grandes randonnées. Mais je crois que on se l'était déjà promise.

 

Le WK s'achevait mais la prochaine sortie risque d'être loin vu le climat pluvieux qu'ils nous annoncent pour les prochains jours. On va aller aux champignons!

Voir les commentaires

Come back d'un parcours belge en Ariège!

Publié le par lariegeoise

100 1558 (Large)

 

Par une journée fraîche de fin Août 2012, j'allais retrouver à Foix mon ami Joël, notre belge de VT, pour une dernière promenade bike en Ariège. Il n'avait pas de chance pour le temps car la semaine précédente nous avions plus de 40°. Comme quoi, rien n'allait. Il descendait de St Pierre de Rivière où il logeait avec sa compagne, petit village situé 5kms plus haut dans la montée du Col de Péguére. J'avais prévu de lui faire escalader quelques cols et surtout le mener sur les traces de l'étape du TDF 2012.

 

100 1560 (Large)

 

Pour l'instant, il ne pleuvait pas mais cela ne saurait tarder. RDV pris à 7H30 pour avoir le temps de profiter de quelques arrêts pour admirer le paysage. Dès le départ, je lui faisais monter le Col Del Bouich 560m en direction de St Girons. Bon, il y avait un peu de circulation. Le pourcentage était aux alentours de 5% et cela montait sur 6kms. Une bonne séance d'échauffement.

 

100 1562 (Large)

 

Et on plongeait sur La Bastide de Sérou que nous ne ferions qu'aborder car nous tournerions à gauche pour aller vers la montée du Col du Portel. La position de son bidon était bizarre pour un cyclotouriste. Peut-être une position belge!

 

ariege092012 2359[1] (2) (Large)

 

Premier arrêt mais pas véritablement technique comme certains pourraient s'imaginer mais simplement pour enlever le premier coup de vent de Joël. Eh oui, il avait mis plusieurs pelures.

 

100 1564 (Large)

 

Nous passions à côté du haras, célèbre dans la région où l'on pouvait admirer de superbes Mérens. Direction Nescus.

 

100 1565 (Large)

 

Joël arborait les couleurs du premier maillot de VT. C'est pas de la pub, cela?

 

ariege092012 2362[1] (2) (Large)

 

Joël avait l'impression de se trouver sur le circuit Liège/Bastone/Liège mais sans les cols. Bon, le temps favorisait peut-être cette impression! On passait même devant une colo de RATP.

 

ariege092012 2361[1] (2) (Large)

 

Cette fois-ci , la pluie était là. Nous traversions différents petits villages.

 

100 1566 (Large)

 

Sentenac, nous allions attaquer le vif du sujet, soit la montée du col et les pourcentages allaient augmenter rapidement. On était près du 8% de moyenne.

 

ariege092012 2363[1] (2)

 

On allait très vite s'élever en altitude et toujours la pluie!

 

100 1567 (Large)

 

Montée sur un terrain assez boisé mais les routes étaient assez étroites. Donc prudence s'il y avait des voitures qui descendaient. Les feuilles commençaient à tomber.

 

ariege092012 2369[1] (2) (Large)

 

Joël était toujours admiratif du paysage mais dommage que le temps soit pourri et peu d'espoir que cela s'améliore car le ciel était vraiment baché. Je connaissais ce genre de situation. Et c'est là qu'il faut de la volonté. Et toutes ces maisons perchées dans la montagne. Il faut aimer!

 

100 1568 (Large)

 

 

Nous traversions le village de Loubère et je ne manquais pas de prendre le cliché pour la collection de JP37. Il comprendra. Vous remarquerez la maison du curé attachée à l'église. Plus bas d'autres habitations d'un autre style.

 

ariege092012 2370[1] (2) (Large)

 

 

Joêl se demandait pourquoi je m'étais arrêté et j'ai été obligé de lui confier mon secret. Mais on n'était pas SECRET STORY!

 

100 1569 (Large)

 

Nous arrivions au croisement qui aurait pu nous mener au Col des Marrous que nous éviterons pour rejoindre directement le Col de Portel.

 

 ariege092012 2371[1] (2) (Large)

 

Là, les pourcentages allaient être plus conséquents et plutôt au 8/9% de moyenne. Il restait une dizaine de kilomètres à monter dans un passage très boisé. Cela nous protégeait relativement de la pluie fine qui était toujours là.

 

100 1571 (Large)

 

Joël montait toujours souple et majestueux. Un bon terrain d'entraînement pour le Ventoux qu'il allait faire quelques jours après.

 

100 1572 (Large)

 

Là, on se rendait un peu mieux compte de la difficulté. Mais nous allions faire une pose technique. Eh oui, la pluie, cela déclenche parfois des envies.

 

100 1573 (Large)

 

Nous commencions à voir la vallée qui allait sur St Girons. Joël immortalisait le moment. Mais toujours ces nuages bas. Cela aurait été mieux une semaine auparavant. Enfin c'était mieux que rien.

 

100 1574 (Large)

 

Et nous arrivions à l'intersection de la route Foix/Col de Péguére ou Tour Laffont comme on le désire, le Col du Portel est plus loin. La route était plus large et beaucoup moins pentue puisque les pourcentages avoisinaient plutôt le 5%. Il ne restait que quelques kilomètres.

 

ariege092012 2372[1] (2) (Large)

 

Joël prenait même le temps de se faire un auto-portrait. Un artiste, je vous dis.

 

100 1575 (Large)

 

Col de Péguère franchi. On reviendra par là quelques heures après.

 

100 1577 (Large)

 

Arrêt à la table d'orientation obligatoire car nous avions une magnifique vue sur la chaîne des montagnes.

 

ariege092012 2381[1] (2) (Large)

 

Il était étonné d'apercevoir des sommets à plus de 3000m. Eh oui, c'est haut tout cela et vous comprendrez que certains parcours me semble bien plat maintenant.

 

100 1576 (Large)

 

Je lui montrais le village de Massat que nous traverserions un peu plus tard. On pouvait apercevoir le final du Mur de Péguére, un autre terrain de jeu.

 

100 1579 (Large)

 

Il nous restait encore 5kms pour arriver au Col de Portel, le point le plus haut de notre périble qui se situait à plus 1400m.

 

ariege092012 2383[1] (2) (Large)

 

Cliché obligatoire pour son vélociste à qui il voulait faire découvrir les grimpettes que pouvait faire son bike.

 

100 1580 (Large)

 

Mais l'heure avancée et il fallait plonger sur la vallée.  

100 1581 (Large)

 

 

Bon là, Joël était déjà sur ses gardes car vous imaginez bien que le terrain était glissant et parfois on rencontrait des voitures mais pas de vaches. Elle devaient être à l'abri.

 

100 1582 (Large)

 

Col de la Crouzette atteint, je prévenais Joël d'être prudent car les premiers kilomètres étaient à plus 13% de moyenne. J'en connais qui auraient été bloqués sur leurs freins. A droite la montée depuis Rimont mais nous descendions à gauche sur Biert.

 

100 1583 (Large)

 

 

Arrêt sur image pour prendre Joël en plein effort. Après je lui fausserai compagnie. J'avais l'avantage de bien connaitre le terrain.

 

100 1584 (Large)

 

Ouf, Biert franchi. Joël m'avouait qu'il avait eu très peur car il n'aime pas tellement cet exercice. JP attention si tu viens l'année prochaine, tu y auras droit!

 

ariege092012 2384[1] (2) (Large)

 

Massat, situé 4kms plus loin. J'avais gardé mon coupe vent que j'allais bien vite enlever pour la montée partielle du Col de Port qui nous attendait.  6kms de montée.

 

100 1585 (Large)

 

Quelques traces encore sur les façades du passage du TDF 2012. Mais là, il n'y avait pas grand monde. Ils étaient tous aux abris. A gauche une église. Désolé JP, j'ai été trop vite. Et puis notre Dieu n'avait pas empêché le pluie. Alors.....

 

ariege092012 2387[1] (2) (Large)

 

Et nous plongions à gauche sur la montée du Col.

 

ariege092012 2388[1] (2) (Large)

 

L'annonce du Col de Port que nous franchirons que sur 6 kilomètres car après un gros morceau nous attendait : le Mur de Péguére! Et top départ pour le kilomètrage.

 

100 1586 (Large)

 

 

Là, c'était encore facile puisque le pourcentage n'était que 5% en moyenne.

 

100 1587 (Large)

 

Et voilà, le départ de ce fameux mur de Péguére. 3,5kms de montée avec les deux premiers kilomètres terribles. Je vous avais donné le profil dans un dernier article. Une bosse qui ne se monte pas comme cela!

 

ariege092012 2389[1] (2) (Large)

 

Je laissais Joël le monter à sa main et moi, j'avais décidé de ne pas me mettre dans le rouge. Assez de la couleur du maillot.

 

 ariege092012 2390[1] (2) (Large)

 

Joël se permettait de prendre en photo le panneau du dernier kilomètre car si dans les deux d'avant, il mettait pied à terre, il n'était pas sûr de repartir. L'enfer sans les clous!

 

ariege092012 2391[1] (2) (Large)

 

Dernier virage et cela allait être plus cool mais aussi la délivrance. Bon d'accord plein ont été meilleurs mais l'essentiel, c'est d'y arriver : en haut du col!

 

100 1588 (Large)

 

Joël s'était payé la fantaisie de redescendre le dernier kilomètre pour quelques clichés.

 

ariege092012 2393[1] (2) (Large)

 

Voyez que je ne racontais pas d'histoire sur le dénivelé! Et le descendre, c'est pire car il y a des virages aveugles et des voitures qui y montent maintenant.

 

ariege092012 2394[1] (2) (Large)

 

Je remettais le blouson car c'était 20kms des descente que j'allais faire à fond ou presque. 56kms/h parce que le terrain était glissant et qu'il y avait des gravillons. Peu faire mieux!

 

ariege092012 2378[1] (2) (Large)

 

Bon, le plus dure restait à faire pour Joël : la descente!

 

ariege092012 2374[1] (2) (Large)

 

Son compteur allait s'affoler dans tous les sens! Prudence, on était presque gelé en plein mois d'août!

 

ariege092012 2376[1] (2) (Large)

 

Déjà j'étais loin de lui et pour lui l'enfer commençait.

 

100 1590 (Large)

 

Ouf, on était arrivé à St Pierre de Rivière devant son hotel et il tombait des cordes. Un appel à son épouse pour qu'elle prenne le cliché souvenir.

 

ariege092012 2396[1] (2) (Large)

 

 On n'était pas beau? Joël voulait m'offrir à boire mais je n'aspirais qu'à retrouver ma voiture pour pouvoir rentrer chez moi et me mettre au sec. Ce sera pour une prochaine fois!

 

100 1591 (Large)

 

 

Joël me raccompagnait jusqu'à ma voiture. Sympa le belge. Je lui souhaitais bon retour et lui disais que j'espérais qu'il était content de sa sortie même si le temps n'y était pas. La photo vous montre qu'il tombait vraiment des cordes.

 

A plus Joël et quand tu veux, quand je suis là. Moi aussi, j'ai eu plaisir à te faire découvrir quelques sommets de l'Ariège.

 

Ah,  résultat de la sortie : 94kms pour une moyenne de 20kms/h 2040m de dénivelé positif Température 7°/17° Pulsation pour ma part 145 maxi et 125 de moyenne. Pas mal pour un vieux!

Voir les commentaires

Une sortie contrariée!

Publié le par lariegeoise

100 1692 (Large)

 

 

En ce vendredi après-midi, je décidais d'aller faire un tour de bike en solo, mon compagnon Cigogne étant parti en Alsace, et après avoir vu les prévisions météo qui n'étaient pas bonnes puisque de la pluie était annoncée. Mais que cela tienne, comme me disait il y a quelque temps un belge : ce n'est pas la pluie qui décourage le pélerin. Et puis la météo ne se trompe-t-elle pas parfois!

 

Donc départ 13H13' exactement, comme le matin, je n'avais pas eu le temps comme j'avais été faire les courses de la semaine. Une heure que je n'aime pas mais on ne fait toujours pas ce que l'on veut. Mais pour moi, c'est de faire des efforts en période de digestion. Les puristes comprendront.

 

Donc départ vers Lagny S/Marne, Montevrain. Je longeais les bords de  Marne sans vraiment la voir pour arriver à cet espace vert à Chessy, où de magnifiques scultures ont été installées. Au fond on peut voir des bancs pour  voir couler la Marne ou les péniches et se reposer.

 

Après et certains la connaissent, il fallait monter cette superbe côte d'un peu moins d'un kilomètre où les premiers 200m sont terribles. Mon compteur affichait 21% maxi car en plus de la difficulté de monter, ils avaient mis des chapeaux de gendarme. Ouf, après c'était plus facile.

 

Chalifert avec des petites bosses.

 

100 1693 (Large)

 

Une péniche remontait tranquillement la Marne.

Je ressentais quelques gouttes tomber mais rien de bien méchant. D'ailleurs n'étais-je pas là pour faire des kilomètres. Alors pour le temps, il faudra s'adapter.

La belle bosse d'Esbly pour arriver sur Lesches. Je voyais deux cyclos au loin. Et je m'affairais pour les rattrapper.

Bon, là, la pluie commençait à tomber un peu plus fort, donc je décidais d'écourter mon trajet, tout au moins être à une distance plus raisonnable pour un éventuel retour au bercail.

Les cyclos ayant tournés à Tribaldou en direction de Fresnes, je prenais l'initiative de partir dans leur direction.

Ca y était, j'allais être trempé comme un petit canard.

 

 

100 1694 (Large)

 

Précy S/Marne où Yves Duteil est maire, je les rattrappais sur la route qui longe le canal de l'Ourcq. Je les saluais comme il se doit en passant à côté d'eux. Ils essayaient de me suivre mais dès que j'atteignais une vitesse de 35/38kms/h ils lâchaient prises. Fresnes mais là il n'y a pas de prison et j'arrivais à D404 que je ne savoure pas tellement car il y a beaucoup de camions. Bifurcation par Annet pour me retrouver sur la bosse montant à Carnetin.

La pluie semblait se calmer donc je décidais de poursuivre ma sortie n'ayant atteint que le kilomètre 45.

En haut, je tournais à gauche pour me faire une petite bosse et retour sur Thorigny pour aller ensuite en direction de Pomponne. Rebosse pour faire un peu de dénivelé. Une obsession quoi!

 

 

100 1695 (Large)

 

Mince, j'étais descendu drôlement bas ou je ne m'étais pas aperçu du kilométrage fait. Allez, c'est un clin d'oeil à mon ami JP37 car cette fois-ci , je n'ai pas pris d'église, les dieux n'étant pas avec moi car je ne vous dis pas, la pluie redoublait de violence. De toute façon, j'étais trempé donc il ne me restait plus qu'à pédaler.

Direction Le Pin, Chelles, Brou S/Chanteraine, Vaires et je revenais pas le circuit habituel quand je quitte Cigogne au plan d'eau de Vaires. St Thibaut, Guermantes et j'étais arrivé.

 Streep tease dans mon garage car pas question de rentrer trempé dans la maison. Une bonne douche chaude et je rangeais mon matériel avec un nettoyage de mon bike sans oublier la chaîne. Demain matin, je devrais ressortir. Ben oui, la semaine qui est annoncée doit être encore pire pour la météo.

 

 

Numériser0001 (2) (Large)

 

Il n'est pas beau mon graphique. C'est pas tout plat quand même.

 

Bon : 70kms pour 455m de dénivelé en solo à une vitesse moyenne de 25,73kms/h. Qu'en pensez-vous? Et avec la pluie. Là, les descentes je ne les ai pas descendues à fond car la chaussée est toujours plus que glissante après la pluie après une longue période de sécheresse.

 

Donc, demain, on fera autre chose. Il faut savoir faire varier les plaisirs.

Voir les commentaires

Des bosses encore et encore....

Publié le par lariegeoise

800px-Chateau de Guermantes (Large)

 

En ce bel après midi de septembre sensoleillé mais un peu frais, je décidais en commun accord avec mon complice Cigogne et son garde du corps Roland d'aller faire quelques belles bosses en Seine et Marne. Tout compte fait, nous avions le choix.

 

Mais d'abord un peu de culture, comme le fait si bien JP37 lors de ces articles et qui ne peut qu'enrichir tout cyclotouriste que nous sommes. Donc la vue de ce beau chateau de Guermantes que je rencontrais et que je connais si bien.

 

eSi les premiers bâtis du château de Guermantes datent du milieu du XVIIe siècle, c'est sous l'influence de Paulain Prondre, receveur des Finances de Lyon puis grand audiencier de France, qui achète le domaine de Guermantes en 1698, que l'impossant château classique acquierera toute sa splendeur. Personnage influent de la cour du Roi Soleil, Prondre saura faire appel aux plus grands noms de l'époque pour réaliser sa résidence briarde. Ainsi, l'aménagement du parc du château est confié à André Le Nôtre, alors que les deux perrons sont signés du nom prestigieux de Jules Hardouin-Mansart.

Passé de famille en famille au cours du XIXe siècle, au grès des héritages, le domaine de Guermantes subira bien des affronts au cours du XXe siècle. Vendu à un négociant en bois en 1920, ce dernier cède au plus offrant la quasi-totalité du mobilier d'époque. Il débute également la taille de l'ensemble du domaine forestier et des futaies, mais ses projets de lotissement ou d'aménagement du château en clinique n'aboutissent finalement pas. Propriété du banquier Maurice Hottinguer juste avant la seconde guerre mondiale, le domaine est menacé d'incendie en 1944, en représaille de l'assassinat d'un soldat allemand par la résistance. Il faudra une délicate médiation de Blanche Hottinger, veuve du dernier propriétaire, pour éviter que Guermantes ne subisse le même sort que le domaine voisin de Rentilly.

Différents travaux débutés fin 2008 visent à transformer le château et ses dépendances en centre de séminaire international. Il reste néanmoins l'un des exemples les plus parlant de l'architecture classique dans la Brie. Hors le château lui-même, le domaine comprend également de nombreux communs, un pigeonnier ainsi qu'un très important ensemble de bâtiments fermiers dépendants directement du château.

 

Intéressant, n'est-ce-pas? Mais le but de cette sortie n'était pas de faire de la culture mais de grimper quelques bosses et Cigogne en était friand actuellement, car il était actuellement en train de recenser les bosses environnantes.

 

Mais au départ craignant de ne pas faire trop de bosses, je m'offrais celle de Gouvernes, la plus hard qui monte sur les Hauts de Lagny en passant devant le Chateau de Guermantes, ainsi que la montée de Torcy mais par le côté piste cyclabe. Donc un peu de dénivelé dans mon score de la journée. Mais je pouvais me permettre cette fantaisie car j'étais largement dans les temps.

 

 

 

 

 

100 1675 (Large)

 

Retrouvailles de mes compères de route vers 13H45 comme d'hab et décision de se faire quelques bosses. Cigogne avait prévu que nous ferions un circuit pas trop long comme il devait faire sa valise pour partir en Alsace, sur la terre de ses aîeux ou plus exactement chez ses parents. Un vent assez fort pour démarrer : il faudra vite que l'on se réchauffe!

 

Passage obligé au dessus de la Marne pour emprunter la montée de Torcy que j'avais fait à l'envers quelques minutes auparavant, à bonne allure pour pouvoir se réchauffer un peu. Cigogne regrettait de ne pas avoir mis de manchettes et pourtant c'est un homme prévoyant.

 

100 1677 (Large)

 

Nous passions au dessus de l'A104 pour arriver sur le haut de St Thibault. A gauche, le bâtiment des ouvriers de France. Nous allions descendre vers Guermantes en passant devant le parc de Rentilly dont je vous parlerai une autre fois. Encore une bosse pour passer devant le chateau de Guermantes.

 

 

 

100 1678 (Large)

 

Non, mes compagnons ne réclamaient pas une pose technique mais simplement l'arrêt à un feu tricolore. Raisonnables, non? Nous traversions le village pour rejoindre Jossigny, départ de mon périple. J'avais déjà plus de 20kms dans les jambes. Donc j'étais chaud.

 

100 1679 (Large)

 

Passage au dessus de l'A4 après avoir traversé le village. Quelques cyclos en déroute! Roland  se moquait de moi de me voir prendre sans arrêt des photos. Mais laissez-moi vous conter l'histoire ce ce moulin qui s'anime lors des journées du patrimoine et des fêtes des moulins.

 

n Dominant, à 148,6 mètres d’altitude, l’ensemble de la forêt de Ferrière, le moulin de la Belle-Assise à Jossigny est l’un des derniers exemples de moulin à vent dans l’est de la région parisienne. Son existence est attestée dès 1537. Le moulin passe de propriétaire en propriétaire au fil des siècles : de Nicolas Fouquet dans les terres dépendantes de Vaux-le-Vicomte au XVIIe siècle au baron James de Rothschild dans le vaste de domaine de Ferrière-en-Brie en 1828. Il devient finalement propriété d’EpaMarne en 1979 lors de la cession des biens Rothschild à l’état. Après avoir connu de longues décennies d’inactivité et avoir servi de base radar à l’OTAN dans les années 1950, le moulin retrouve ses ailes et son mécanisme intérieur en 1998.

De par sa position dominante, le moulin de la Belle-Assise sert naturellement de repère pour les géographes et les géomètres. Présent sur la toute première édition de la carte de Cassini, il sera également utilisé par Jean-Baptiste Delambre en 1792-1793 dans ses travaux visant à l’établissement du mètre-étalon. Et à la fin du XIXe siècle, l’Institut Géographique National fait bâtir à proximité du moulin une cheminée et une borne géodésique servant de repère dans les travaux de mesure de l’arc du méridien de Paris. La cheminée est depuis restée sur la butte de la Belle-Assise et complète avantageusement ce paysage de la Brie boisée.

 

Et c'est pour cela qu'il faut conserver le patrimoine.

 

    100 1680 (Large)

 

  

Villeneuve St Denis où ils venaient de refaire la chaussée. Pas terrible comme décision car ils avaient plein de construction en cours dans le village et alors avec le passage des camions! No comment!!!! Villeneuve Le Comte où nous devions faire un petit détour au carrefour car deux voitures venaient de se faire la bise. Ah, quand on aime!

Alors là, c'est la page culturel et chrétienne pour JP37. Et là, pas d'image satirique, voyez ce que je veux dire.....

 

 

 

100 1683 (Large)

 

Direction Tigeaux. Ah, j'oubliais après le carrefour, petite pose technique réglementaire pour tout cyclotouriste.

 

   

20120919 145325[1] (2)

 

Bon, j'en profitais aussi pour relever mon bike que mon ami Roland l'avait fait tomber après s'être assis sur la rambade. Il était lourd le gamin! Lol! Mais on n'était pas là que pour flaner. On avait encore du chemin à faire.

 

100 1684 (Large)

 

Direction Crécy La Chapelle où plein de gens gambadaient un peu partout. Ah, on venait de se faire une petite bosse. Mais vous le verrez dans le graphique. Tout était encore vert mais les feuilles commençaient à tomber.

 

100 1685 (Large)

 

Belle montée sur Voulangis que Cigogne affectionne particulièrement et en haut, nous basculerions vers Villiers S/Morin où Cigogne allait bien faire fonctionner ses patins. Mais non, pas à glace, ce n'est pas encore l'hiver. Et la glisse, il n'aime pas.

 

100 1686 (Large)

 

Villiers s/morin, Cigogne se mettait à accélérer pour grimper cette bosse pour arriver en haut de Coutevrout. Là, la bosse n'allait pas être terrible mais on avait l'impression que le goudron avait fondu ou qu'un camion avait lâché du grésille. Résultat un sifflement en montant et des pneus qui avaient pris toutes les saletés de la terre. On pouvait risquer la crevaison à tout moment. Cigogne roulait dans l'herbe pour essayer d'enlever les gravillons mais moi j'avais l'impression que c'était pire. Arrêt technique supplémentaire pour Roland. C'est cloche, il n'y a que des églises par là. Histoire de conjurer le sort certainement.

 

100 1687 (Large)

 

 

 Descente à fond sur St Germain sur Morin en passant au dessus de l'A4. J'atteignais le 59kms/h. Une broutille mais mes compagnons restaient prudents sur les freins. Cela me laissait le temps de me positionner pour les attendre de pied ferme. Après avoir tourné à gauche, tout sur Esbly. Après être passé sous la voie ferrée, on tournait à gauche pour monter la côte de Coupvray.

 

2334 lavoir du Haut Coupvray (Large)

 

 

Belle bosse que Cigogne était heureux d'avoir monté pour la mettre dans son répertoire. Bon maintenant un peu de culture :

 

Egalement  appelé Lavoir des médisances, le Lavoir du Haut à Coupvray date dans son état actuel du milieu du XIXe siècle. Si sa structure d'origine date de 1808, c'est en effet en 1851, sur la demande insistante des lavandières, qu'il recevra la toiture qui lui donne aujourd'hui tout son charme. Autrefois alimenté par les eaux de pluie, ce lavoir profite depuis 1868 d'un détournement des eaux de source du parc du château de Coupvray, et était ainsi alimenté en eau potable en permanence.

 

  Bon c'était vrai que Cigogne m'avait dit de tourner à droite après le lavoir mais comme j'étais médisant, je m'arrêtais pour prendre le cliché. Bon j'allais le payer car après la bosse pour arriver à Chalifert, j'allais me faire mettre dans le rouge pour les rattrapper. Et en plus, j'avais le vent de face. C'est ça qu'on appelle du cyclotouriste. On allait retrouver la circulation car nous abordions les environs de Disneyland. Il valait mieux rester en file indienne si on ne voulait pas être accrocher par les voitures. Direction Jossigny en passant par Val D'europe , grand centre commercial, pour reprendre le chemin du retour. Cigogne avait sa valise à faire.

 

 

100 1689 (Large)

 

Chemin habituel : La Jonchère et la montée sur Guermantes, Gouvernes, St Thibaut des Vignes, Vaires et on empruntait la piste cyclabe où quelques petits lapins prenaient le risque de passer devant nos roues. Passage au dessus de la Marne et on retrouver le plan d'eau de Vaires.

 

100 1690 (Large)

 

Je décidais de les accompagner jusqu'à la fin du plan d'eau. Nous avions un vent violent de face mais quel régal ce serait pour moi au retour. Là, j'allais aborder le 35kms/h. Bon voyage à Cigogne. Et Bernard me proposait de faire la randonnée de Gagny dimanche matin. A voir.

 

Retour sur Jossigny par un petit détour car je risquais de ne pas avoir mon kilomètrage dépassant 100 et je voulais encore de la bosse. Donc trajet de l'aller : Côte de Torcy et celle de Guermantes.

 

Jossigny : un petit détour par le chateau pour le plaisir de mes lecteurs.

 

100 1691 (Large)

 

 

Rien à voir avec celui de Guermantes. Et laissez noi vou conter son passé :

 

         Construit en 1743, par Jacques Hardouin Mansart de Sagonne, dernier architecte de la dynastie des Mansart, le
     château est un parfait exemple de l'architecture civile de l'époque Louis XV. Sur sa façade composée de trois pans
     une toiture légèrement courbée donne à ce petit  monument des allures de pagode. Jusqu'à son cambriolage à la
     fin du XXe siècle, le château possédait une importante collection de meubles d'époque, côté cours une importante
     grille surmontée d'une couronne ducale marque l'entrée du domaine. La vue se prolonge vers l'ouest par une
     perspective arborée allant jusqu'au château du GENITOY, aujourd'hui en attente de réhabilitation par la municipalité
     de Bussy-Saint-Georges. A l'est, un large parc arboré est attenant et offre une vue dégagée sur sa façade arrière.
 
     Eléments protégés MH : le château, les façades & toitures des dépendances, l'orangerie, les écuries, les communs,
     le colombier et la maison des lierres ; le parc avec ses murs de clôture ; les façades et toitures de la maison de la
     ROBERDE et les deux allées à l'est et à l'ouest formant la perspective de l'édifice.

 

  Ah quand je fais dans la culture, c'est beau comme dans un livre.

 

Bon résultat du beau parcours bosselé : 102kms avec 715m de dénivelé. Mais que 25kms/h mais on n'était pas là pour faire de la vitesse. Et prendre des clichés freine mon score.

 

Vivement que Cigogne revienne. Bon, là, il va falloir se couvrir car le matin, il géle.

 

Numériser0041 (2) (Large)

 

 

Vous avez dit de la bosse. Pas mal, non?

Voir les commentaires

Retrouvaille avec un ancien circuit seine et marnais

Publié le par lariegeoise

 100 1665 (Large)

 

Par un beau mardi matin de septembre, je me décidais de refaire un circuit que je n'avais pas fait depuis longtemps avec une petite modification pour le final car je comptais bien l'agrémenter de quelques bosses. Eh oui, JP37 comme cela ne pourra pas dire que la S/M c'est plat.

 

Donc départ 7H30 par un temps assez couvert mais la météo n'avait pas prévu de la pluie. Donc pour une fois, je voulais la croire et puis j'avais envie de m'aérer. Assez que cet hiver , on sera confiné dans notre logis au coin du feu. Température un peu fraîche car elle annonçait 9° mais j'avais vu pire. Donc je partais avec des manchettes et une tenue habituelle. Et j'avais eu raison car j'allais avoir chaud très vite. Le compteur n'était pas loin des 30kms/h parfois et pas qu'en descente.

 

Direction Tournan en Brie, Courquetaine, Ozouer Le Voulgis où je passais devant l'église mais pas le temps d'aller mettre un cierge à l'église pour conjurer le mauvais sort. Mais j'avais sur moi une pompe en bon état de marche. Prévoyant le bougre!

 

Direction Chaumes en faisant attention en traversant la N36 car il y avait de la circulation. Loin d'être tranquille!

 

100 1666 (Large)

 

Première bosse à venir à répertorier chez Cigogne, la montée vers Forest où j'admirais une fois de plus cette demeure où bien vite, un chien allait me rappeler à l'ordre.

 

Je tournais au sommet à droite pour contourner Chaumes en Brie.

 

100 1667 (Large)

 

Passage par le Chateau du Vivier qui gardait encore la trace d'un mariage vécu le WK dernier. Quelques edeirs se baladaient dans le pré. Mais pas trace de lapin, ce matin. Il faut dire que la chasse était ouverte.

 

J'arrivais à l'entrée de Chaumes que j'évitais pour rejoindre Vilbert, Nesles , les Ormeaux. Et là, je n'étais plus harcelé par les voitures. Enfin un peu de calme.

 

 100 1668 (Large)

 

J'arrivais à Touquin portant encore les traces d'une manifestation. Direction Les étangs fleuris, lieu idéal pour les pêcheurs. Je retournais à gauche en direction de Touquin que je n'atteindrais pas pour prendre la direction de Brie. Encore une bosse à noter pour Cigogne. Superbe la route que je prendrais pour éviter d'aller jusqu'à l'Obélisque en direction de Neufmoutiers. Elle venait d'être refaite. Un billard et sans gravillons. Là, je remontais sur St Augustin.

 

100 1669 (Large)

 

Je traversais le village et un peu plus loin, j'allais sur la gauche pour rejoindre Le Poncet et sa célèbre bosse. 800m avec un superbe % aux alentours de 15%. Pas mal, non. Pour le puriste de JP37 qui maintenant monte cela comme un cabri.

 

100 1670 (Large)

 

J'arrivais sur Farmoutiers envahi par les travaux où j'allais me faire pieger. Descente vers la gare malgré le panneau, route barrée. Que cela ne tienne, j'essayais. Je remontais en bas vers la gauche mais bien vite je rebroussais chemin vue l'état de la route, je n'insistais pas. Je montais la côte vers La Celle S/Morin d'en Haut et au 3/4, je bifurquais à gauche croyant me retrouver à La Celle d'en Bas. Erreur une fois de plus car je me retrouvais au point de départ de Farmoutiers. Alors là, je montais toute la côte pour être vraiment à La Celle d'en Haut. Une bosse de plus, quoi!

 

100 1671 (Large)

 

Et cette fois-ci, je pouvais rejoindre la Celle d'en Bas. Petit clin d'oeil pour mon ami Cigogne qui m'avait envoyé ce cliché cet été, histoire que je n'oublie pas la S/M. Montée sur Guérard pour redescendre comme il se doit et revenir su Monthérand bien connu des cyclos. D'ailleurs, j'en croisais quelques uns. Cigogne n'en savoure pas la descente.

 

100 1672 (Large)

 

Et un peu plus loin la côte de Tigeaux m'attendait. Dernière véritable bosse!

 

Et toujours pas de soleil.

 

100 1673 (Large)

 

Montée de 2,5kms avec le premier kilomètre avec un pourcentage intéressant. En haut , je rencontrais des cyclos mais pas question de rentrer avec eux. Cela roulait trop doucement. Donc j'embrayais le grand plateau et allais à une vitesse intéressante. Le vent se faisait sentir. Retour sur Villeneuve Le Comte, Villeneuve St Denis et 7kms plus loin, j'étais presqu'arrivé.

 

Numériser0041 (Large) (2)

 

 

Graphique du dénivelé de ce matin pour montrer que j'ai grimpé un peu.

 

Eh oui : 102kms à une vitesse moyenne de 25kms/h pour un dénivelé que de 590m seulement.

 

Bref, j'avais pris l'air. Et demain, je remettrai cela avec Cigogne!

Voir les commentaires

Des bosses en Seine et Marne!

Publié le par lariegeoise

100 1662 (Large)

 

Eh, oui, cela peut sembler drôle mais cela existe. Il suffit de bien chercher et en ce dimanche matin, c'était bien mon intention de le faire.

 

Après une nuit courte suite à une petite fête familiale, je me décidais à essayer de trouver ces bosses. J'en connaissais quelques unes depuis que j'avais fait une randonnée avec mon ami Cigogne et son lieutenant Jean-Claude. Donc je partais gallairdement vers la région de Meaux où je pouvais trouver ces montagnes russes, belle expression de mon compagnon habituel de route. Mais la qualité de la route ne serait pas top.

 

7H45, le signal était donné et je partais en direction de Villeneuve Le Comte et Tigeaux pour monter ma première bosse pour me hisser en haut de Monthérand. Je rencontrais quelques voitures de chasseurs qui partaient en goguette essayer de tirer quelques gibiers. Le soleil était en train de se lever. Et parfois j'avais du mal à distinguer la route, ébloui par ses rayons.

 

En haut, je tournais à gauche évitant Guérard mais retrouver Crécy La Chapelle.

 

100 1663 (Large)

 

Crécy La Chapelle, petit clin d'oeil pour un pote qui se reconnaitra. Mais je n'étais pas là pour faire la messe mais pour escalader quelques bosses. J'avais gardé les manchettes car il ne faisait que 8°. Plus tard, je rencontrerai quelques cyclos emmitouflés. Pas mon genre. Surtout que lors de tous ces efforts, on attrappe vite chaud.

 

Pas le temps ni l'envie de faire quelques clichés car il n'y avait pas grand chose de pittoresque à part les champs de maïs qu'il y avait un peu partout.

 

Donc montée sur Montgrolle, Férolles, Bouleurs, Nanteuil les Meaux (oui, je contournais un peu Meaux, mais pas question de rouler dans la ville) Quincy Voisins, Couilly Pont aux Dames, Coutevroult, Villiers S/Morin, Voulangis, Tigeaux.

 

Là, j'enlevais mes manchettes. Quelle chaleur! Le printemps, je vous dis!

 

Bon là, je commençais à voir quelques cyclos ou des clubs mais pas dans mon sens. Ce sera pour plus tard.

 

Mortcerf, Crêvecoeur, La Houssaye, Neufmoutiers. Et là je croisais le club de Villiers S/Marne qui était au nombre d'une quinzaine de cyclos avec une femme. Eh oui, il fallait bien qu'elle se distingue.

 

100 1664 (Large)

 

Après avoir fait une pose technique aux Lycéens (là encore arrêt incontournable de Cigogne!), ils revenaient à ma hauteur et avaient bien l'intention, je suppose, de me liquider! Mais que cela tienne, je mettais le grand plateau et je suivais l'homme de tête à une vitesse raisonnable que j'apprécie toujours en fin de parcours entre 32/35kms/h. Et je les ai suivi jusqu'à l'embranchement de Pontcarré/Villeneuve St Denis. car eux tournaient à gauche pour rentrer chez eux.

 

J'étais presque arrivé chez moi. Il me restait 4kms à faire. Là, un autre cyclo me nargait aussi en passant devant moi. J'embrayais sa roue et le laissais sur place à la fin de la bosse avant le village en montant à 35kms/h. J'avais la forme.

 

Numériser0041 (Large)

 

 

Et voilà, le graphique du circuit de ce matin avec seulement 785m de dénivelé mais de belles bosses. Eh, ce n'est pas toujours si plat la Seine/Marne.

 

98kms au compteur à une moyenne de 25,65kms/h, mais que pour 785m de dénivelé. Rien à voir avec cet été!

 

La température avait atteint en fin de parcours 19°. Le printemps, quoi car le soleil était toujours là. Une bonne douche pour remettre en forme le bonhomme. Et c'était reparti!

Voir les commentaires

Retrouvailles avec Cigogne et ses gardes du corps!

Publié le par lariegeoise

 

100 1641 (Large)

 

Après quelques jours passés dans mon jardin à le remettre en état et après ma longue absence de l'été, je décidais de retrouver de mon compagnon de route Cigogne pour une virée en Seine et Marne, en vue de sa préparation pour sa randonnée de Versailles/Chambord de 200kms environ.

 

On nous avait promis le soleil mais il avait vraiment beaucoup de mal à sortir et nous avions plutôt droit à un vent assez fort.

 

Je le retrouvais lors d'un après-midi de septembre au plan d'eau de Vaires comme d'habitude. J'avais fait un petit détour en faisant la bosse des Hauts de Lagny, histoire de faire monter les pulsations et d'être assez chaud à son arrivée.

 

100 1642 (Large)

 

Il arborait son nouveau maillot de la randonnée Levallois/Honfleur de la semaine passée et était accompagné de ses mousquetaires qui était trois comme la tradition l'indiquait.

 

100 1643 (Large)

 

Il avait prévu de faire un 90kms, histoire de se dégourdir les jambes. Son lieutenant était tout près de lui, tout comme Bernard et Roland. Ils seraient trois pour la randonnée de Chambord. Direction Gouvernes mais nous allions faire beaucoup de plat.

 

100 1644 (Large)

 

Une petite église toujours à l'attention de JP37 qui devait se préparer plutôt à son 180kms avec ses copains de Cestat.

Direction Bussy St Martin pour rejoindre Bussy St Georges et Ferrières. Pour sûr que c'était beaucoup de route en ville pour démarrer le périple.

 

100 1645 (Large)

 

Ah, une petite bosse en sortant de Ferrières en Brie où Cigogne jouait la danseuse mais sans tutu ni chichi. Et toujours ces voitures. Dans l'Ariège, j'étais tout de même plus tranquille.

 

  100 1646 (Large)

 

 

Bon, là, ce n'était pas une pose technique mais simplement un arrêt à un feu à Pontcarré. Eh oui, il y a des cyclos qui respectent les feux.

 

100 1647 (Large)

 

Direction Favières en passant par le bois de Ferrières. Cigogne jouait son rôle de capitaine en emmenant ses compagnons de route. Eh, la semaine suivante, il avait fait la randonnée à 27,7kms/h de moyenne. Et son allure montrait qu'il était vraiment au top.Quel jeune oiseau.

 

100 1648 (Large)

 

A Favières, on nous faisait contourner le village car il y avait des travaux. Nous respections une fois de plus les ordres! Obligés!

 

100 1649 (Large)

 

Cela nous permettait de découvrir un peu plus le village et nous remarquions la beauté des habitations. Bon, la route suivante pour rejoindre Tournan en Brie n'était pas terrible. Et c'était peut-être là que mes pneus allaient souffrir un peu.

 

100 1650 (Large)

 

Il y a des points stratégiques pour Cigogne pour faire des poses techniques et en voilà un. Une ancienne ferme qui a été transformé en plusieurs habitations individuelles. Assez remarquable.

 

100 1651 (Large)

 

Ravitaillement en solide, appels teléphoniques de Cigogne pour donner sa position à son PC. Et puis la suite logique. Pas besoin de vous faire un dessin.

 

Petit bémol pour mon article, mon blog n'accepte pas les photos prises par Cigogne. Désolé!

 

100 1653 (Large)

 

Après cette pose en ayant soulagé plus d'un et réparation de certains matériels divers, nous reprenions la route pour aller en direction de Liverdy. Là, vous n'aurez pas de cliché car mon vélo s'était permis de m'accorder une chute pour arrêt trop brutale. Donc pour ne pas retarder le groupe, je rechevauchais ma monture en direction de Liverdy, Retal, Forest.

 

100 1654 (Large)

 

 

Fontenay Tresigny et toujours une église à l'horizon. Direction prise à gauche pour rejoindre Marles en Brie.

 

100 1655 (Large)

 

Après une deuxième pose technique au carrefour précédant Marles en Brie, nous poursuivions notre circuit pour rejoindre La Houssaye. Et là, je me faisais piquer à la lèvre par une guêpe. Inutile de vous dire que ma lèvre supérieure allait enfler. Bonjour lèvres en feu! Mais je n'arrêtais pas le cortège.

 

100 1657 (Large)

 

Direction Neufmoutiers avec cette belle allure de Cigogne toujours en tête. Il parrait qu'il roule toujours sur le même pignon. Un costaud!

 

100 1658 (Large)

 

Et le soleil qui commençait à pointer son nez. Il était temps.

 

100 1659 (Large)

 

Détour par "Les Lycéens" pour éviter la route de Villeneuve St Denis qui venait d'être gravillonnée. Favières à l'horizon et nous avions sorti la plaque! Cela allait chauffer.

 

100 1660 (Large)

 

 

Traversée de Jossigny car j'allais  accompagner mes amis  jusqu'au plan d'eau de Vaires en passant par Guermantes et Gouvernes comme nous faisions à chaque fois.

 

Là, je lâchais mes compagnons mais l'aventure allait commencer ensuite pour moi. A savoir que je crevais à Gouvernes et impossible de réparer ma chambre à air , croyant que ma pompe était récalcitrante. J'appelais mon épouse pour me récupérer mais téléphone occupé. Je commençais à rentrer à pied (8kms! une paille) quand des automobilistes de Gouvernes s'arrêtait à côté de moi pour me proposer de ramener. Comme quoi, les relations cyclos/automobilistes peuvent se faire.

 

Résultat de la sortie : 106kms mais que 290m de dénivelé. Rien à voir avec l'Ariège. Mais vitesse moyenne 26,6kms/h avec un vent fort.

 

Cigogne et sa bande étaient prêts pour la rando de Versailles/Chambord.

Voir les commentaires

Retour en Seine et Marne. Une ....première!

Publié le par lariegeoise

100 1629 (Large)

 

De retour dans mes terres de l'ile de France après un passage de 3 mois et plus et 4000kms parcourus dans l'Ariège, je me décidais par un beau dimanche du mois de septembre 2012, d'aller faire quelques bosses pour voir comment je pouvais me comporter après un passage en altitude. Eh, on pouvait croire au miracle!

 

Donc départ 7H10 avec un lever de soleil (oui, le soleil se lève plus tôt en plaine!) je partais pour un périple qui avoisinerait les 100kms et qui me permettrait de me faire quelques bosses à défaut d'autre chose. Parfois il faut se contenter de ce qu'on a!

 

Direction Villeneuve Le Comte après avoir passé la première bosse au dessus de l'autoroute en forçant un peu, histoire de faire monter les pulsations. 135, cela pouvait encore aller. Il y avait déjà du mouvement car il y avait une brocante. Et à cette époque-ci, cela fleurissait pas mal dans la région.

 

Que cela tenait, je contournais l'évenement pour me diriger vers Tigeaux.

 

100 1630 (Large)

 

Seconde bosse conséquente qui m'amenait à Montherand. Je longeais quelques champs de maïs, culture qui pouvait me protéger du vent. L'autre culture encore en terre était la betterave. Mais pour une fois, les agriculteurs n'étaient pas dans leurs champs. Ils n'avaient peut-être pas régardé "L'amour est dans le pré"!

 

100 1631 (Large)

 

Plongeon sur Guérard que je ne traversais pas puisqu'avant le Grand Morin, je filais sur la gauche pour retrouver Farmoutiers. J'avais droit à de belles bosses que connait bien mon ami Cigogne. Mais là, il devait se remettre de son périple "Levallois-Honfleur" ou alors il jouait le repos du guerrier! Les voitures par contre étaient présentes. J'étais loin du calme que j'avais rencontré en Ariège. L'essence devait être moins chère ici.

 

100 1632 (Large)

 

Je n'atteindrais pas le sommet de la ville car la route était barrée. D'ailleurs lors de mon périple, plein de routes étaient en réfection. Direction Pommeuse où j'allais repasser sur le Grand Morin mais pas de pêcheur. J'entendais plutôt les coups de fusil des chasseurs. La chasse venait d'ouvrir.

 

100 1633 (Large)

 

Direction ST Augustin mais je m'arrêtais en haut de la bosse pour faire une petite pose technique. Le froid avait déclenchait l'alerte. Donc j'allais me recueiller mais non pas derrière l'église comme doit le faire parfois mon ami JP. Lol! Puisqu'il prend toujours des clochers en photo.

 

100 1634 (Large)

 

Un peu plus à l'aise, j'arrivais au croisement de Mauperthuis que je traversais pour rejoindre Saints. J'approchais déjà des 45 kms mais j'étais dans les temps. Eh oui, je gardais le même projet de rentrer avant Midi.

 

100 1635 (Large)

 

Les bosses étaient toujours là mais là, cela allait être plutôt style montagne russe. Elles se montaient dans l'élan. le revêtement toujours aussi pas terrible!

 

100 1636 (Large)

 

 

Jouy Le Chatel en vue. Premier silo pour les récoltes futures. Je traversais le village pour prendre la direction de Mormant. Au loin, j'apercevais un groupe de cyclo que je n'arriverai pas à rejoindre. D'autres groupes me croisaient. Eh oui, il était 10heures et c'était à cette heure-ci qu'ils sortaient.

 

100 1637 (Large)

 

Je n'atteindrais pas Mormant car bien avant, je bifurquais pour rejoindre Aubepierre. Cela m'intéressais pas de retrouver la circulation des voitures. Tiens , une église pour JP. Pas le même style qu'en Ariège.

 

100 1638 (Large)

 

Je traversais Chaumes avec encore une bosse pour rejoindre Fontenay Tresigny où là, la circulation était dense mais voyant l'heure, je me disais que je pouvais prolonger mon périple. Et en plus je m'arrêtais au feu. Il faut dire qu'il y avait au carrefour une voiture de police. Tout s'expliquait.

 

100 1639 (Large)

 

Un peu plus loin, je bifurquais pour rejoindre Chapelles Bourbons malgré un panneau me disant que la route était barrée. Mais nous étions un dimanche, et il y avait forte chance qu'il n'y ait pas d'ouvriers. Et j'avais raison car on pouvait prendre la route par contre le lieu de roulage était étroit suite à une tranchée en cours. Il n'y avait que des cyclos pour désobéir!

 

100 1640 (Large)

 

Et je me retrouvais sur la forêt de Ferrières qui me ramenait chez moi. Là, je rencontrais des cyclos dans mon sens.

Petite anecdote : un cyclo avait embrayé lors du passage du bois dans ma roue, sans prendre un seul relais. Et au dernier carrefour avant Jossigny, il me dépassait comme une bombe pendant que je buvais un peu. Mais que cela tenait, je le rattrappais tranquillement et le laisser mourir dans la dernière montée. Je le dépassais comme une fusée à mi côte, le laissant sur place. D'ailleurs, je ne l'ai plus revu et là, je passais dans le rouge jusqu'à 160 en pulsations, roulant à 35kms/h.

 

Bonne sortie pour une reprise en Seine et Marne avec 118kms pour une moyenne de 26,55kms/h mais pour que 605m de dénivelé. Tout s'expliquait! Mais c'était une remise en route. Maintenant je n'ai plus qu'à attendre mon ami Cigogne. Et petit rensiegnement, ils ont gravillonné dans le coin mais moins terrible qu'en Ariège dans le Col de Port.

Voir les commentaires

1 2 > >>