Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Publié le par lariegeoise

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Juste pour le plaisir et pour vous montrer que quand le soleil est là, une sortie vélo, c'est top. Un résumé de celle de samedi de 103kms en allant jusqu'à Saverdun (Ariège) et retour par les bords du canal du Midi, en passant par la belle bosse de Calmont. Et oui, Jean-Michel, j'ai encore découvert une bosse et ce n'est pas fini!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Lundi matin, la météo prévoit un temps couvert avec quelques risques de pluie mais comme le soleil est annoncé pour l'après-midi, je me dis que je risque de ne pas la rencontrer du tout. Donc tous les espoirs me sont permis. J'ai envie de partir sur la route des crêtes où Jean-Michel m'avait emmené dans la semaine. J'ai bien l'intention d'y aller, ne serait-ce pour savoir si j'ai bien retenu toutes ses indications. Bon, ce n'est pas gagné car il m'en avait beaucoup dit, voulant m'indiquer au maximum de lieux intéressants. Mais les personnes âgées ne se rappellent pas toujours de tout donc dur,dur. Lol! Mais par précaution, j'ai fait un tirage papier de la carte de la région tout comme, en entourant les points stratégiques. Au début, tout se passe à peu près bien, sauf que je vais plus loin qu'il ne faut pour rejoindre Quint Fonsegrives car je passe par la route de Cayrac me faisant aborder Fonsegrives par l'autre côté. Pas grave pour l'instant car je ne suis qu'à la période d'échauffement donc je ne force pas trop. Par contre, j'ai toujours cette douleur à la cuisse gauche au démarrage. Un peu plus loin que la mairie, je tourne à droite pour m'élever, très vite (enfin tout est relatif!) laissant en contrebas la ville de Jean-Michel et je passe à côté de l'étang de Flourens où les pêcheurs sont nombreux pour me diriger vers Mons. Et ça grimpe toujours!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Traversée du village qui est bien calme à cette heure-ci. Et oui, je suis parti à 7H30 à la pointe du jour pour espérer ne pas rentrer trop tard! Et les bosses continuent. Gauré, autre petit village bien tranquille. Mais je vais aller me frotter à celle de Lavalette dont m'avait parlé Jean-Michel. Il parait que les Toulousains y viennent s'entrainer. Il faut dire qu'elle n'est pas mal et les bosses, ici sont souvent d'une distance respectable soit 1 à 2kms. Bon, pour les baroudeurs. Je sens parfois quelques petites gouttes mais vraiment rien de méchant et de plus le vent est pratiquement absent. Assez rare dans le Lauragais. Une bonne découverte, cette côte!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Le paysage ne varie pas beaucoup mais c'est un coin bien agréable. Toujours ces villages perchés en haut des collines. J'ai même la chance d'apercevoir partiellement la chaine des Pyrénées, contrairement à l'autre fois. Mais ce doit être encore plus superbe quand le soleil est présent. Mais je reviendrai! Et toujours pareil, mon cher Alex, pas trace de tournesol!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Je rejoins la D112 qui n'est pas très fréquentée à cette heure-ci surtout que nous sommes un jour férié. Je l'emprunte pendant un bon nombre de kilomètres avant d'arriver à Le Ramet comme prévu sur mon plan. Le village de Verfeil est assez typique mais je ne m'y attarde pas trop, simplement je suis un peu ralenti par la pente. Surtout qu'elle est quand même conséquente. Que c'est bon quand je bascule au sommet (quand on y arrive car parfois cela semble interminable!) mais très vite, une autre bosse m'attend. Il parait que c'est une route qui plait à David, un autre bolide!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Et de bien belles rencontres surprenantes sur mon parcours. Comme quoi, même au cimetière on peut trouver de belles filles. De quoi, ne pas s'ennuyer. Et toujours en arrière plan la chaîne des Pyrénées.

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Court passage par le Tarn avant de bifurquer vers Belcastel. Sur les hauteurs, je m'accorde une pause technique. Le froid comme d'habitude quoique j'ai connu plus froid. Et quelques villages au lointain. D'ailleurs, je me dis qu'ils sont bien isolés au milieu de la campagne.

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Belcastel ne me déçoit pas avec son église fortifiée. Je n'en avais jamais vu jusque là. Pour l'instant, tout va bien mais je rencontre un immense engin agricole qui m'oblige à m'arrêter sur le bas côté. Comme quoi, je suis bien sur des routes étroites. Bon maintenant, il faut que je me retrouve sur la route qui mène à Camaran. Endroit stratégique pour Jean-Michel!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Mais là, ça commence à se compliquer car je ne trouve pas d'indication sur les quelles pancartes que je découvre. Je me permets de faire un demi tour à moment donné car je sens que je ne suis pas dans bonne direction. Tiens une pancarte Lanta/Camaran. Parfait je dois être sur le bon chemin. Mais plus tard, je ne vais pas bien situer Lanta par rapport à Camaran, d'où de nombreuses erreurs. Et là je suis bien seul! Bannières, je crois que ça commence à être la croix et la bannière! Enfin je me repère par rapport à la chaîne des Pyrénées. Je n'ai pas raison Jean-Michel de faire ainsi?

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Bourg St Bernard, j'aperçois quelques cyclistes qui ont fait une halte. Bon, je ne suis pas seul mais je continue selon mon instinct en espérant me retrouver. Au loin, j'aperçois un village en empruntant une route assez étroite. Allez, je vais bien m'en sortir! Je vois le nom de Gauré, donc je suis dans la bonne direction! Roques, je vais essayer de revenir sur la N126.

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo
Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Et là, je commence à rouler comme une bombe, ayant peut-être le vent plus favorable surtout que j'ai vu la direction "Toulouse" sur une pancarte. Au loin, j'aperçois un cyclo isolé et j'essaye de revenir à son niveau mais malheureusement il tourne à droite pour partir sur Flourens. Quint Fonsegrives, je ne suis pas loin de chez moi. J'appuie sur les pédales car je sens que je suis suivi par une voiture et comme je n'ai pas choisi la piste cyclabe, je dois la gêner. Déjà j'ai la vue sur la banlieue de Toulouse. Mais j'oublie de bifurquer dans Fonsegrives pour me retrouver sur la D2. Encore une erreur. A croire que c'est le jour!

Une sortie sur les crêtes du Lauragais en solo

Et je retrouve la première pancarte de Toulouse et à cause de mon erreur, je me vois obligé de monter la bosse de Balma avant de me retrouver au dessus du canal du Midi. bref avec un peu d'hésitation, j'arrive à retrouver le pont des demoiselles qui me ramène sur l'avenue Crampel. Ouf, ça y est, j'ai retrouvé ma maison. Comme quoi, il vaut mieux bien connaître sa route.

Bref une sortie de 86kms pour plus de 1000m de dénivelé. Mais je suis assez content de ma sortie.

Voir les commentaires

La route des crêtes

Publié le par lariegeoise

La route des crêtes
La route des crêtes

Jeudi matin, j'ai rendez-vous avec Jean Michel que j'ai eu la joie de connaître grâce à FB, car parfois la passion d'un sport permet à certains de partager leur loisir et de se rencontrer par l'intermédiaire des réseaux sociaux. Donc on peut dire que cette formule de rencontre a du bon. Il faut simplement savoir en faire bon usage. Donc 7H45, j'enfourche mon mulet pour le retrouver sur la place de la mairie à Quint Fonsegrives. A peine une dizaine de kilomètres à parcourir de chez moi en empruntant la route de Revel que j'avais pris lors de mon dernier périple, pour le rejoindre si je ne me plante pas et malheureusement je me perds dans le dédale de la zone industriel du village. Bon, pas grave car je suis largement en avance par rapport à l'heure de rendez-vous. Mais d'abord, départ par le pont des Demoiselles et déjà il y a de la circulation et pas mal de cyclos. A croire que c'est un des principaux moyens de locomotion pour la région de Toulouse. Après être passé en dessous de l'autoroute, je bifurque à gauche mais comme tout mauvais cyclo, je n'utilise pas la piste cyclabe, ayant toujours de mauvais souvenir de celles de la RP qui ne sont pas entretenues! Inutile de vous dire que je me fais klaxonner! Et j'emprunte la zone industrielle qui ne m'emmène nulle pas, donc retour en arrière et demande de renseignement auprès des habitants. Enfin j'arrive à trouver ma route en me faufilant à travers les voitures car les bouchons sont là.

La route des crêtes
La route des crêtes

Bon, j'arrive au point de rendez-vous sur le parking de la mairie largement en avance et je préviens Jean Michel de mon arrivée qui n'arrivera que plus tard, n'étant pas tout à fait prêt. Normal, je suis largement sur place avant les 8H45 prévues. Mais quel plaisir de faire sa connaissance physique car dès le matin, il a la banane. Et c'est bien le type d'homme que je me doutais de rencontrer. Il essaye de m'expliquer le circuit qu'il veut me faire faire. Je lui fais entièrement confiance car je n'ai aucune notion de la région. Tout le long de ce périple, il se montre très patient car je suis largement en dessous de son niveau. Peut-être normal car nous n'avons pas le même âge! Et un point que je veux demander à Jean Michel avant de commencer à narrer la randonnée, c'est qu'il m'excuse car je n'est pas retenu tous les points de passage mais ça viendra car je compte bien revenir dans la région.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et c'est parti. Il m'emmène sur les hauteurs au dessus de Quint, me permettant d'avoir un aperçu de Toulouse et de ses environs et plus précisément de Balma. Jean Michel me propose de m'arrêter pour prendre le cliché. Il ne sait peut-être pas que je le fais toujours en roulant. Et toujours un peu de circulation et JM (Jean Michel) me précise que s'il part si tard c'est qu'il veut éviter le flot des voitures. D'ailleurs il décide de m'emmener sur des routes tranquilles. Le top pour pouvoir papoter l'un à côté de l'autre et dieu s'il va en raconter des choses. Pas sûr que j'ai tout retenu mais quand je reviendrai, je pense que cela m'évoquera certaines choses. Il me précise que nous allions trainer nos roues sur la route des crêtes, très empruntée par les cyclos de Toulouse.

La route des crêtes
La route des crêtes

JM a toujours la banane, et c'est bien plaisant. Mais les bosses aussi et ce n'est que le début.

On va zigzaguer plus d'une fois pour trouver les routes les moins fréquentées. Mons, Flourens, petits villages que nous apercevons parfois de loin. Quelques plans d'eau, malgré que nous soyons sur les hauteurs. Le bon coin pour les pêcheurs.

La route des crêtes
La route des crêtes

Nous passons près d'une ferme où des futurs chiens de berger s'exercent avec des chevaux pour les diriger, avant de s'occuper des troupeaux de mouton. Ca amuse toujours autant JM. Nous croisons quelques marcheurs à défaut de cyclos. Et le vent est déjà bien présent. Pour l'instant on ne le subit pas trop de face.

La route des crêtes
La route des crêtes

Gauré, Les Fangeaux, Teulat, des noms qui m'évoquent pas trop de chose pour l'instant, simplement je vois que je me fais décrocher à chaque bosse de JM. Pas grave, je n'ai pas d'objectif à établir et ce n'est qu'un échauffement pour JM après son opération. Toujours ces villages typiques avec des égises en accord avec les couleurs du paysage. Dommage qu'une brume reste au fond des vallées, me privant d'un paysage plus majestueux. Nous faisons une incursion dans le Tarn mais ce sera de courte durée.

La route des crêtes
La route des crêtes

Au loin, le lac de Balerme. Nous traversons la grande départementale qui va à Castres, pour rester sur des routes beaucoup plus tranquilles. C'est le mot d'ordre de JM.

La route des crêtes

Non loin de Verfeil, cette fameuse route des poubelles si je ne me trompe pas mais JM me corrigera. Simplement ce sont les cyclos qui l'ont nommée comme cela car c'est leur lieu de pause "pipi". Ils ont leur points stratégiques ces cyclos. Moi, pour l'instant, je ne subis pas trop les méfaits de la prostate!

La route des crêtes
La route des crêtes

Au loin le château de Belcastel, une prochaine fois, je ferai le détour pour pouvoir faire un meilleur cliché car la brume envahie les profondeurs, me privant d'un plus beau spectacle.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et toujours ces routes bordées par des platanes, typiques dans cette région. JM me précise comme l'a fait dernièrement Alex que le paysage est souvent illuminé par les tournesols et les maïs. Pourtant le paysage est assez vallonné. Bon nous commençons à subir plus ou moins le vent, ce qui nous ne permet pas de réaliser des scores de vitesse. D'habitude dans les descentes je suis souvent pas loin des 60kms/h alors que là, je n'atteins à peine 45kms/h!

La route des crêtes
La route des crêtes

Viviers, et nous apercevons au loin Lavaur. Un cliché que je savoure, comme quoi le paysage doit être encore plus beau par temps clair. Lacougotte et nous commençons à attaquer notre retour mais JM sait trouver les bosses comme il se doit.

La route des crêtes
La route des crêtes

JM me précise qu'une belle descente nous attendait jusqu'au croisement de la route de Castres. Mais je me méfie car le bougre me l'a déjà dit plusieurs fois! Et que les bosses étaient là! Lol! Nous retrouvons la Haute Garonne. Verdine, Albiac, des lieux traversés ou abordés.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et toujours des bosses en continu et dire que mon ami Pierre me disait que ça ne montait pas dans le Lauragais! Lol! Et quelques traversées de village. Nous nous dirigeons une fois de plus vers un endroit stratégique des cyclos , copains de JM. Et une fois de plus, nous n'allions pas prendre la route directe car JM a toujours le souci de rouler sur des routes tranquilles.

La route des crêtes
La route des crêtes

Mais cette fois-ci, JM me promet qu'on va arriver à Caraman, lieu de pause de ses copains?. Ils regonflent leurs accus à cette endroit avant de terminer comme des bombes car il ne leur reste plus que 20kms à parcourir. Des sprints à répétition jusqu'à ce que le maximum craque. Trop forts ces cyclos. L'heure avançant, je réclame à JM de rentrer au plus vite pour ne pas trop inquiéter mon épouse. Mais promis, je reviendrai.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et là, nous nous payons un vent violent de face. JM me propose de me couvrir mais c'est souvent peine perdue car dans les bosses je me fais larguer! Paureville, Tarabel et cette belle bosse à 13%! En fin de parcours , bonjour les dégâts! Bon, j'essaye de ne pas trop trainer. Il me précise les coups de bourre qu'il se fait avec ses potes de sortie.

La route des crêtes
La route des crêtes

Lauzerville, on commence à apercevoir les faubourgs de Toulouse. Il va m'accompagner jusqu'à la D2 pour me remettre sur la bonne route et après je n'aurai plus que 8kms à faire. Mais tout va bien. Bon nous sommes au delà de midi et la circulation est dense, en conséquence je faire quelques zigzags pour aller le plus vite possible.

La route des crêtes

Le pont des desmoiselles et je me retrouve à l'Avenue Crampel que je reconnais facilemment. Fin du périple dans de bonnes conditions.

92kms pour moi avec plus de 927m de dénivelé. Pour le dénivelé je me suis basé par rapport aux chiffres de JM.

Merci encore Jean Michel pour cette belle sortie. Tu m'as ouvert l'appétit pour revenir dans cette région. J'espère que je serai plus performant la prochaine fois.

Voir les commentaires

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Publié le par lariegeoise

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Mardi après-midi, je décide de sortir en solo n'ayant pas de nouvelle de mon ami Philippe et pour cause il est parti pour faire son 200kms du mois. Je décide de faire la route en sens inverse que j'avais prévue l'autre fois, toujours avec Philippe. Donc direction la D2 avec obligation d'une traversée en ville pendant quelques kilomètres. Pour sûr que je suis loin de mes sorties de Seine et Marne où très vite, j'étais dans la campagne en solo! Départ de mon domicile par l'avenue Crampels pour rejoindre ce pont historique des Demoiselles. Les historiens vous diront que c'était le lieu de rencontre des filles de petite vertu et des aristocrates. Mais là, elles n'y sont plus, je vous rassure mais près de la gare de Matabiau oui! Passage par la place de l'Ormeau où j'ai failli acheté un appartement et ensuite pour passer en dessous de la voie express pour retrouver un semblant de campagne car même si j'ai quitté Toulouse, j'ai toujours droit à la circulation et aux feus rouges.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je ressens déjà l'effet du vent de face et c'est là que je me dis que si nous étions deux, je souffrirai moins! Bon pour l'instant ce sont des petites montagnes russes et la circulation est moins dense. La route est assez large mais cela n'empêche pas certains conducteurs de me raser de près. Montaudran,, St Orens de Gameville, Fourquevaux, Labastide Beauvoir, une route presque rectiligne. La soif commence à m'atteindre mais pas possible de me désaltérer car une fois de plus, j'ai oublié mon bidon. Il faudra que je sois plus sérieux la prochaine fois. Les routes sont souvent bordées de platane, pas d'un grand secours en cette époque.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je suis bien dans le Lauragais car les bosses se suivent et sur les hauteurs, j'ai un paysage magnifique. Alex, pas encore de tournesols mais des cultivateurs qui font des labours ou sèment de l'engrais. On est loin du bio. Mais pas de paysage clair même si le soleil est bien présent.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

J'arrive au bout de 35 kms à l'intersection de la D25 qui me conduit à Villefranche de Lauragais. Cette fois-ci, je ne rate pas la ville mais il me reste pas mal de kilomètres à parcourir. Et toujours ces bosses interminables avec ce vent violent de face. Inutile de vous dire que je devais tenir sérieusement le guidon. Je croise quelques stèles isolées chrétiennes où les fleurs ne manquent pas. Mais le style est bien différent de celles du nord.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Villefranche de Lauragais n'est plus loin. Et bien je franchis la ville sans problème sans oublier le passage sur le canal du Midi où je vois un cyclo. Je me rends compte que le passage sur la rive est en bon état pour rouler en vélo de route. Je me promets de faire ce parcours une autre fois. Auterive est ma prochaine étape dans 25kms mais là, j'ai droit à de belles bosses. Le Lauragais comme me dirait mon ami Jean Michel!

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je traverse quelques villages typiques de la région toulousaine. Gardouch, Nailloux, je suis sur la D622. Je suis avec régularité cette départementale pour ne pas m'égarer n'ayant jamais fait le circuit qui est sympa. Je ne manquerai pas de le faire connaître à mes amis Nicolas et Philippe.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Même si j'ai droit à de belles descentes après les montées bien sûr, je ne peux espérer faire de la vitesse, tant le vent est violent et m'invite plus à tenir mon guidon. Je n'atteints pas plus les 45kms/h. Et toujours ce paysage sur le côtés qui me permet voir de superbes points de vue. Et quand je grimpe, je me demande toujours quand je basculerai!

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Au loin, je commence à apercevoir la ville d'Auterive où je sais que je me situerai sur des routes beaucoup moins accidentées. Passage au dessus de l'Ariège. Je sais que je retrouverai la Garonne beaucoup plus loin.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Auterive, je bascule dans la plaine de la Lèze, donc beaucoup moins accidentée mais le vent est toujours là. Et c'est pas top. Je pense à mon ami Philippe qui doit finir son 200 dans cet enfer. Quel courage il doit avoir. Je traverse la N20 qui va directement à Toulouse mais je me détourne de ma route directe pour essayer de me retrouver sur une route plus tranquille. Miremont, Beaumont sur Lèze et je me retrouve rapidement sur la D4 qui est la ligne directe pour rejoindre Toulouse.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Lagardelle sur Lèze qui me rappelle un circuit que j'avais fait pour aller voir mon ami Eric à Venerque. L'église est assez remarquable. Labarthe sur Lèze et le vent redevient de 3/4 de dos. C'est assez appréciable mais je ne suis plus qu'à une vingtaine de kilomètres de mon domicile.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Pins Justaret et je traverse le sens giratoire qui me permet de croiser la N20 où la circulation est plus que présente. Et je me retrouve sur une route qui longe la Garonne. Je la retrouve donc mais aussi en face pas mal de voitures qui arrivent de Toulouse. Et inutile de vous dire que je me fais souvent serrer par les voitures. Empalot et je croise le premier panneau de Toulouse. La rue des Récollets n'est plus loin, donc la ligne droite des derniers kilomètres.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Et voilà, je termine mon périple où souvent les cyclistes sont protégés par des lieux de circulation.

Fin de ma sortie de 97kms pour 1009m de dénivelé mais que c'est cassant ce vent. Mais j'ai repéré un bon parcours que je ne manquerai pas de montrer à mes amis Philippe et Nicolas.

Voir les commentaires

Une escapade en Ariége.......

Publié le par lariegeoise

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Vendredi après-midi, je suis arrivé depuis la veille à Bedeilhac pour un court séjour à Bedeilhac, soit en Ariège, en famille, donc de ce seul moment de liberté qu'on m'accorde, je ne vais pas m'en priver pour faire quelques tours de roue. Je ne prévois pas de faire un parcours innovant mais simplement effectuer quelques kilomètres pour tourner les jambes et respirer le bon air de mon Ariège. Bon, maintenant, je suis un homme du sud! Pas de bol, je me vois dans l'obligation de mettre une tenue courte car je n'ai pas emmené celle d'hiver. Mais ça ne m'arrête pas car de toute façon j'ai vraiment envie de sortir. La température est tout de même, clémente. Pas question de monter aussi dans les sommets pour l'instant car la neige est encore présente et puis la forme absente mais ça viendra! Donc descente rapide sur Tarascon sur Ariège pour rejoindre Arignac et prendre le côté le plus bosselé pour arriver à Foix. Mais je ne vais pas à bloc comme à l'habitude car j'ai droit à un vent violent de face et je me dis qu'il vaut mieux bien tenir son vélo. Par contre, j'apprécie grandement d'avoir retrouvé mon destrier. La première montée semble se faire dans de bonnes conditions. Je passe à côté du dépôt de Didier que je ne vois pas car il doit faire le chauffeur de maître en ce moment. Mercus est bien vite en vue. Le premier sens giratoire je le passe correctement. Prudent le bonhomme!

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Ah Amplaing et ses deux fameuses bosses dont une qui se termine à 13%, je les monte sans trop souffrir quoique en début de parcours, ce n'est pas top. Et après je trace un max car la roue est assez roulante, jusqu'à Foix, tout en ayant une pensée pour mes potes Patrick et Pierre qui doivent bosser. L'avantage d'être à la retraite. Première rencontre avec un cyclo qui me salue en centre ville mais malheureusement il ne m'accompagne pas! Le château de Foix qui fait partie des images régulières de mes sorties.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Je longe le cours d'eau l'Ariège pour rejoindre Vernajoul. Je suis sur les terres de Patrick! Au croisement, je crois rencontrer un autre pote Eric, l'ariégeois. Mais après renseignement par la messagerie, je sus que ce n'était pas lui. Je continue ma route pour rejoindre le passage de la rivière souterraine de Labouiche. Au loin, j'aperçois la piste cyclabe pour les VTTistes. J'espère qu'un jour, je pourrai la parcourir avec une autre monture. D'ailleurs, je sais que l'on peut rejoindre St Girons par cette route.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

J'ai droit à une petite pente qui se monte sans trop de difficulté. J'arrive à Baulou où il y a une certaine gare qui a été conservée par quelques résidents occasionnels car là, elle est fermée. Et pas de cycliste.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Et je remonte très vite vers le col du Pas de Portel. Oh ce n'est pas un haut sommet puisqu'il ne culmine qu'à 499m. T'inquiète Nicolas, je t'y emmènerai un jour prochain. Et je plonge rapidement pour rejoindre la route qui va vers St Girons. En face Loubens où il y a aussi une petite bosse à gravir.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Et je bascule rapidement pour arriver jusqu'à Rieux de Pelleport où j'ai une pensée pour la fille d'Eric qu'il me cache encore. Dans le centre du village, je bifurque à droite pour rejoindre Varilhes où la route du retour m'attend. Le vent m'est un peu plus favorable.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

Foix n'est plus tellement loin mais la circulation, oui. C'est le risque mais la route est plus accessible. Toujours pas de cyclo dans mon sens. Pas grave, je ne vais pas atteindre les vitesses de mon ami Patrick. Il faut dire que nous n'avons pas les mêmes objectifs. Et moi je n'en suis simplement qu'à faire des randonnées pour le plaisir.

Une escapade en Ariége.......
Une escapade en Ariége.......

L'arrivée n'est plus tellement loin car à partir du sens giratoire des Charmilles, je sais qu'il ne me reste plus que 15 kilomètres à franchir. Passage par Génibat, Mercus, Bompas, petits villages bien tranquilles non loin de l'Ariège et j'arrive à Tarascon que je traverse pour rejoindre sa gare avant de m'offrir cette belle bosse de 4 kms avec des passages à 7%. Content d'arriver au bout sans avoir eu trop froid.

Résultat de la sortie de 79kms pour 725m de dénivelé. Cela me change bien de mes sorties de Seine et Marne où on déroule souvent.

Voir les commentaires

A fond les manettes!!!!!!

Publié le par lariegeoise

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Ayant été sevré de route samedi matin avec mon ami Philippe par un circuit qui avait été bêtement écourté donc réduit de 100kms à 65kms à cause de mauvaises indications, nous avions décidé de remettre le couvert en ce lundi après-midi. Bien nous en a pris puisque le soleil était encore de la partie. J'allais même aller jusqu'à mettre le cuissard court. Et oui, les nordistes sont moins frileux! Philippe m'avait concocté un circuit sur son GPS de 100kms avec 900m de dénivelé à peu près. C'était bon pour moi et j'allais donc le retrouver vers 13H30 à son domicile à Blagnac. Et nous allions très vite afficher sur notre compteur des vitesses qui avoisinaient plus de 30kms/h, beaucoup pour un cyclotouriste, non? Par contre le départ se faisait avec beaucoup de voitures comme à chaque fois que nous sortions de la ville pour rejoindre la campagne. Beauzelle, Seilh allaient être abordés et il allait même se faire interpeller par les gendarmes parce qu'il n'était pas assez près du bas côté de la route. N'importe quoi alors qu'ils l'avaient abordés à 50cms. Mais que fait la police.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Nous allions longer quelques temps la Garonne sans vraiment la voir et nous partions en direction du Gers où nous savions que nous rencontrerions quelques bosses. Pour l'instant le vent était en notre faveur et on n'allait pas s'en plaindre. Ondes, Grenade sur Garonne et nous allions être un peu plus tranquilles sur la route. Un peu moins de pollution était préférable.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

J'étais toujours à la recherche de cette fameuse Garonne mais nous allions enfin la retrouver une fois passée le village de Grenade. Bon, je m'étais fait piégé avant par un simple cours d'eau.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Aucamville, Le Burgaud, les bosses n'allaient pas tarder à montrer leur bout du nez. Et nous ne serions pas déçus par des montées assez longues.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Je me faisais charrier par Philippe car je prenais le cliché d'une église à l'arrière. Je lui disais que je ne voulais pas trop le retarder! Et ça roulait toujours aussi fort. Pour l'instant, le GPS nous conduisait vers de bonnes directions car Philippe ne connaissait pas vraiment le parcours.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Dans certains villages, des halles avaient été conservées, gardant le patrimoine de la région. Vers Belleserre, nous allions avoir droit à une bosse assez longue. Nous allions même être dépassés par un autre cyclo qui allait nous saluer. Comme quoi on peut se tromper.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Philippe allait jouer les équilibristes ou plutôt rechercher son parcours sur son GPS. Pas évident quand on n'a jamais roulé dans la région. Bon, disons plutôt qu'il préparait son dernier cliché.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Première de sa part, le GPS nous faisait monter vers le centre du village de Lagraulet/Saint Nicolas mais très vite on allait voir que si on avait tout droit, on sortait derrière le village. Comme quoi! Une petite pensée pour notre ami Nicolas puisqu'on avait trouvé son saint. D'ailleurs le savait-il? Il ne doit aller guère rouler dans cette région. Cox nom de village dont la phonétique était utilisé par les américains pour désigner la coccinelle!

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Et après avoir franchi la bosse on allait se payer une belle descente que l'on pouvait vivre sans freiner surtout qu'il n'y avait pratiquement pas de circulation. Quelques cyclistes isolés mais là pas de "bonjour".Lariole, et on apercevait au loin un beau château mais pas facile de prendre le cliché, le soleil étant de face.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Philippe pensait faire mieux que moi! Et on remontait et puis après ce fut un passage routier où on se demandait où on était tant c'était très peu goudronné et très étroit. Mais c'était son GPS qui lui disait donc il fallait le croire. Tu crois pourquoi Bernard je me méfie de ces bêtes là! Mais on avait droit à de sacrées bosses comme il se doit. Et rouler dans un tel décor me faisait flipper à cause d'une éventuelle crevaison.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Quand je vous disais qu'il ne fallait pas se fier au GPS. On était dans un cul de sac mais en contournant la maison isolée, on arrivait à retrouver une route nettement plus roulante et moins pentue car là on avait droit à du 8%. Mais on avait peut-être trouvé la maison rêvée pour Eric!

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Cadours, Encausse, nous permettaient de remettre le turbo car nous n'avions pas encore droit au véritable vent. Mais on ne perdait rien pour attendre. Le GPS commençait à être fiable ou presque!

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Là, paysage nous montrait encore que des labours et la brume envahissait la vallée. Ce n'était pas aujourd'hui qu'on apercevrait la chaîne des Pyrénées. Et là comme on devait s'y attendre, on commençait à sentir le vent de face.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Et encore une fois le GPS égarait mon cher Philippe et nous devions faire demi tour pour retrouver une route plus tranquille et bucolique comme il se doit.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Levignac, là Philippe reconnaissait les lieux et savait qu'il y avait une superbe bosse après le village. Et je ne fus pas déçu comme vous devez vous en douter. Et on croyait qu'on en avait fini dès la première mais que nenni. Plus loin nous allions bifurquer à gauche en se faisant klaxonner par les automobilistes car nous leur coupions la route avant leur passage.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Pibrac, nous n'en avions pas fini avec les bosses puisqu'une superbe s'offrait à nous mais on s'approchait nos kilomètres finals. Bon, on laissait les boulistes au carrefour pour monter la pente. Et là, on commençait à avoir un peu de circulation sans parler du vent de face. Il fallait dire que nous nous approchions de Toulouse.

A fond les manettes!!!!!!
A fond les manettes!!!!!!

Corbebarrieu et nous allions tourner autour de l'aéroport pour s'approcher de Blagnac. Au loin on voyait le Bélouga qui aterrissait, tout comme des avions en construction qui étaient stockés dans un coin des pistes par EADS. Après avoir zigzagué sur des pistes cyclabes, nous atteignons notre but final.

Un peu plus de 100 kms comme prévu avec 683m de dénivelé. Encore une belle sortie en compagnie de mon ami Philippe. Ce week-end je serai très certainement en Ariège pour me frotter à d'autres bosses si le temps le permet.

Voir les commentaires

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Publié le par lariegeoise

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

On aurait bien voulu mais cela aura été raté pour cette fois-ci car les panneaux indicateurs ne nous auront pas du tout aidé encore une fois. Mais on aura fait une sortie, Philippe et moi, sympa qui nous aura permis de découvrir les routes adjacentes au Canal du Midi. Intéressant, quoi? Mais laissez moi vous conter cette sortie.

Philippe avait décliné l'offre de Nicolas avec qui nous étions sortis cette semaine (il devait faire un 200kms en direction de St Girons en compagnie de son club) et avait préféré venir avec moi découvrir un peu les environs de Toulouse. Le rendez-vous était fixé pour 8H samedi matin et nous partions à l'heure prévue. On espérait ne pas avoir trop de circulation pour sortir de la ville. Direction l'Avenue des Récollets pour rejoindre le pont qui enjambait la Garonne en direction du stade Toulousain. Eric et Laurent y vont assez souvent pour voir l'équipe de rugby. Bon, j'avais été un peu trop loin car on ne devait pas aller sur l'autre rive donc très vite, on redescendait pour longer la bonne rive de la Garonne qui était très haute en ce moment en direction d'Empalot.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

On allait se retrouver sur une route tranquille avec de petites bosses qui nous permettrait de s'échauffer rapidement. Philippe gardait son foulard sur le nez. Etait-ce pour le froid ou la pollution? 15 kms avant de retrouver l'ancienne N20 venant de l'ariége. Bon, le soleil avait du mal à sortir et on était pas loin au niveau de la température des 2°.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Lacroix Falgarde et nous passions au dessus du cours d'eau l'Ariège qui se jetait dans la Garonne au niveau de Pinsaguet. Mais nous allions peu de temps après quitter ces cours d'eau pour rejoindre le premier véritable sens giratoire où il valait mieux se montrer prudent.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Et nous commencions à rencontrer pas mal de cyclos isolés. Pour le bonjour, tout le monde ne réagissait pas de la même façon mais il parait qu'ils sont comme cela les Toulousains! Pour l'instant nous ne ressentions pas trop le vent de face et nous avions droit à de belles lignes droites. Pins Justaret, un petit village bien tranquille et nous allions ne pas être loin du domicile de Nicolas.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Mais même sur ces routes tranquilles, il y avait des travaux nous ralentissant dans notre parcours. Nous allions prendre quelques bifurcations pour rejoindre Labarthe sur Lèze, d'ailleurs nous allions au dessus du cours d'eau de la Lèze.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Et nous allions essayer de reprendre Auterive au dessus de l'ancienne N20 pour éviter la circulation en passant par Venerque, ancien domicile d'Eric. Et oui, il n'était plus là pour servir à boire. Par erreur, j'allais inviter Philippe à filer sur la gauche de l'église pensant que je trouverai plus loin la direction de Villefranche de Lauragais mais que nenni. Mais par contre on allait se payer de superbes bosses comme me l'avait indiqué Jean Michel, un pote de FB.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

On allait rouler vraiment au pif et on partait sur Espanès, apercevant au loin la banlieue de Toulouse car nous étions sur les hauteurs. On savait qu'on allait contourner Toulouse pour revenir dessus plus tard, tout en espérant rencontrer la direction de Villefranche et toujours de belles bosses. Imaginez que je me faisais décrampronner assez souvent par Philippe mais cela ne m'affolait pas pour autant.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Au loin, j'apercevais un moulin et je demandais à Philiipe si on ne pouvait pas se diriger vers lui. Ce qui fut fait et nous pouvions admirer la vallée que le moulin surplombait. Nous étions à Montbrun. Mais toujours loin de Villefranche. Je voyais la direction de Montgiscard, rien à voir avec un de nos anciens présidents de la république.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Et sur les bas côtés, toujours plein d'arbres fleuris qui nous annonçaient que le printemps était bien en avance. Montgiscard, village pittoresque que nous ne ferions qu'approcher car nous allions plonger sur la vallée, abandonnant de rejoindre Villefranche, ne sachant combien ils nous resterait à parcourir pour le rejoindre.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Et nous allions retrouver cette fameuse D813 que nous aurions dû emprunter pour rejoindre Toulouse mais apercevant un peu plus loin le Canal du Midi, nous décisions d'aller le rejoindre et bien nous aura pris puisque la route qui le longeait, était en train bon état. Donc nous prenions la décision de rejoindre Toulouse par cette voie.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Inutile de vous dire que la route était assez fréquentée par les piétons, joggers, cyclos. Bref pas mal de monde et nous devions être prudents. Nous rencontrions régulièrement des ponts qui auraient pu nous ramener sur la départementale.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Une voie était aménagée pour les flâneurs mais assez peu fréquentée car elle était boueuse. Et déjà quelques péniches qui étaient arrêtées. Des gens qui devaient rester à l'année.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

La route restait impeccable et on décidait de rester dessus jusqu'à l'entrée dans Toulouse puisqu'il passait par le centre de Toulouse. Philippe se demandait vraiment où il se trouvait car il trouvait cette route interminable.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

On allait même trouver des ports mais on se demandait comment ces bateaux pouvaient naviguer tant le canal semblait étroit. Même des avirons étaient utilisés pour faire du sport ludique.

A la rencontre de Villefranche de Lauragais......
A la rencontre de Villefranche de Lauragais......

Voyant la direction Busca sur les rives nous décisions de regagner le bitume et on se retrouvait au Grand Rond, pas loin de notre lieu de départ de notre périple. Bon d'accord, nous allions être très loin de kilométrage prévu puisque notre compteur n'indiquait que 65 kms mais nous avions découvert de nouvelles pistes cyclabes. On fera mieux la prochaine fois.

Après avoir invité Philippe à mon domicile toulousain pour boire une boisson, nous nous donnions rendez-vous à lundi après-midi et pour bien rouler 100kms. Enfin on aura profiter du soleil.

Voir les commentaires

De la Haute Garonne à l'Ariège

Publié le par lariegeoise

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Comme promis à mon ami Nicolas, j'avais décidé de le retrouver à son domicile et j'avais proposé cette sortie à Philippe qui était toujours prêt pour découvrir une région. Quoique ces départements que nous allions traverser n'étaient pas véritablement des inconnus. Donc départ d'Eaunes vers 14H à trois et Nicolas nous avait concocté un parcours assez bosselé. Je ne manquais pas de lui dire que je lui avais demandé un peu moins de 100kms et qu'il m'avait créé un parcours de 116kms. Pas top! De plus il allait être accidenté à souhait. Il nous avait vraiment gâté, surtout que moi je reprenais gentiment le vélo après une grosse rupture à cause de mon déménagement et les vacances scolaires de ma petite fille. Donc j'allais le payer sur la fin du parcours. Pour l'instant, je ne pensais pas à tout cela.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Et dès le départ, c'était assez pentu pour sortir du village. Pas notre truc avec Philippe! Pour ma part déjà que je ne savourais pas les sorties d'après-midi. Problème de digestion! Philippe disait que lui il ne mangeait pas dans ce cas. Au loin, on commençait à discerner les Pyrénées mais elles étaient assez brumeuses donc on ne pouvait voir distinctement les sommets; Le point extrême de cette sortie serait Carla Baye, donc traversée des départements de la Haute Garonne et l'Ariège où nous serions en grande partie. Les routes étaient assez tranquilles mais nous rencontrerions quelques cyclistes assez souvent isolés. Nous étions dans la vallée de la Lèze qui porte le nom du cours d'eau. Normalement ce n'était pas trop accidenté mais lui nous avait trouvé un circuit, style montagnes russes comme dirait notre ami Cigogne. Le soleil était de la partie après la pluie que nous avions eu tous ces jours derniers.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Beaumont sur Lèze, je pouvais encore me faire plaisir en les prenant tous les deux en photo. L'accrobatie était de mise. Mais très vite nous allions nous retrouver sur des routes plus étroites.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

St Sulpice et nous allions croiser un groupe de son club qui était à l'arrêt. Un arrêt technique certainement ou une crevaison. Je jouais déjà à l'élastique comme je me faisais souvent distancer dans les bosses.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Lezat sur Lèze et la forme était toujours là. Et toujours ce vent fort qui nous invitait à tenir sérieusement son guidon. Plusieurs intersections où l'on devait garder une certaine prudence.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Ils avaient toujours un œil sur moi, pour voir si je te tenais le coup. Et oui, un ancien ça se ménage. Lol! Pour l'instant, tout allait bien pour moi. Nicolas nous précisait que pour revenir, nous emprunterions la même route qui était très agréable, sans le vent bien sûr!

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Quelques plans d'eau sur notre parcours où des pêcheurs avaient installés leurs lignes et où des promeneurs se pavanaient. D'ailleurs nous en rencontrions quelques uns lors de notre périple puisque cela pouvait être un circuit pédestre tranquille.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Un tracteur utilisait son véhicule en remplacement d'un camion. Comme quoi, les cultivateurs ont toujours de nouvelles idées. J'allais commencer à avoir des concurrents pour les photos et même Philippe allait jouer à ce mode d'exercice.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Lors d'une bosse, mes compagnons de route allait m'attendre en haut et profiter pour prendre quelques clichés savourant la beauté de la nature. Parfois il faut savoir faire des pauses.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

J'en profitais aussi mais j'allais très vite les inciter à poursuivre notre chemin, le temps passant très vite. Et puis j'avouais que je n'aimais pas trop les pauses, sachant que parfois on a du mal à repartir.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Et le soleil nous accompagnait toujours tout comme le vent bien sûr. Le paysage était somptueux. Et pas la moindre trace de voiture. Nous étions toujours en Ariège puisque nous l'avions abordé au niveau de Lézat sur Lèze.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Nous traversions quelques petits villages où nous admirions les petites églises très pittoresques. Bon, on allait se méfier au passage des fermes, des chiens trainant toujours dans les environs! Je vous expliquerai pourquoi plus tard.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Nous arrivions dans le lieu où le pauvre Nicolas avait vu son destrier rendre l'âme à cause d'un chien qui avait traversé la route sans prévenir. Comme quoi, la vie de cycliste n'est jamais tranquille. Et nous approchions de Carla Bayle qui allait être notre étape la plus éloignée du circuit et cela valait bien un détour.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Ce village fortifié nous offrait un somptueux panorama où nous ne pouvions que nous arrêter pour prendre quelques clichés.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Pas de chance car nous avions le soleil de face et la brume au loin nous interdisait de voir la chaîne des Pyrénées.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Un dernier cliché et nous allions repartir vers le chemin du retour en empruntant encore quelques belles bosses comme nous le promettait Nicolas. Sainte Suzanne et autre...... Il valait mieux avoir un guide car j'avouais que ce n'était pas des routes que j'empruntais souvent.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Artigat qui avait défrayé la chronique ces derniers temps pour des problèmes islamiques ou détenteurs d'armes. L'Ariège serait-elle devenue un repaire de brigands! St Michel et nous allions presqu'avoir terminé avec les vraies bosses. Et ce n'était pas plus mal.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Nous allions traverser pas mal de villages dans la plaine. Lescousse, St Amans.......

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Uzent, Brie, nous attaquions la plaine et je ne le regrettais pas car j'avais les cuisses qui étaient échauffées. Imaginez le reste. J'allais demander assez souvent à Nicolas combien de kilomètres il nous restait à faire. St Martin d'Oydes, je n'étais pas en terre inconnue puisque j'avais un cousin qui n'habitait pas loin. Nous restions en file indienne car le vent soufflait encore assez fort. Bien mal pour moi quand je me faisais décrocher.

De la Haute Garonne à l'Ariège
De la Haute Garonne à l'Ariège

Et nous attaquions la route du retour par la route initialement prise, donc par conséquence quelques petites bosses à répétition. Retour Lagardelle s/Léze pour éviter des bosses supplémentaires mais la nuit approchait. D'ailleurs Nicolas et Philippe avait mis leur éclairage arrière. Moi, j'essayais de me glisser entre eux deux. On allait faire toutefois 5kms de plus. Quel plaisir quand j'avais aperçu le nom d'Eaunes mais un dernier rédillon nous attendait pour arriver chez lui.

Il était plus de 18H30. Nicolas avait prévu un trop long parcours car la nuit tombait encore assez tôt. 107kms au compteur pour plus de 1000m de dénivelé. J'allais rassurer mon épouse et je rentrais sur Toulouse après avoir salué mes compagnons de route . Et à plus...... Mais j'avais passé un bon après midi. Merci Nicolas. La prochaine j'essaierai de faire mieux!

Voir les commentaires

Oh Toulouse

Publié le par lariegeoise

Oh Toulouse
Oh Toulouse

Quelques images en attendant mes prochaines sorties vélo mais promis mardi je devrais m'y remettre

Oh Toulouse
Oh Toulouse

le jardin japonais vous connaissez?

Oh Toulouse
Oh Toulouse

Il y a des lieux magiques!

Oh Toulouse
Oh Toulouse

la péniche de la violette, vous envoûte!

Oh Toulouse

Bref il fait bon vivre à Toulouse. Maintenant il faudrait le soleil! Bon mardi je m'y remets....au vélo avec des potes!

Voir les commentaires