Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Publié le par lariegeoise

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Depuis plusieurs jours à Toulouse, je désespère de ne pas pouvoir aller rouler à cause d'un brouillard épais qui sévit et pour diverses occupations personnelles. Donc je me suis rabattu pendant trois jours sur le HT avec des séances de 3/4H de variantes. Je suis toujours en admiration devant ceux qui roulent 2H30' même devant un film. Roulent-t-il sur le plat! Question à mes amis Gilles et Bernard qui sont les grands consommateurs. Et là, ce samedi, je rejoins l'Ariège où le soleil brille de tous ses rayons. Généreux le type! Mais la sécheresse sévissant depuis plusieurs mois sur le département, les feuilles ont bien commencé à tomber, me privant des belles couleurs de l'automne que j'avais appréciées la semaine précédente. Mais il parait que c'est normal! Donc j'arrive à temps dans le département pour pouvoir faire la sortie hebdomadaire avec le club, ayant apprécié la sortie de la semaine dernière. J'ai pris connaissance du parcours mais je l'avais déjà fait en solo la semaine précédente, enfin je le croyais car la réalité serait bien différente. Descente de mon village en habit court tant la température était élevée. Juste des manchettes car le fond de l'air risque d'être frais dans les passages à l'ombre.

 

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

13H40, les présents ne sont pas tous ceux de la semaine précédente sur le parking de l'espace François Mitterand et ça risque d'être un peu plus nerveux! Jean-Marc va se faire un peu le capitaine de la sortie avec l'aide de Claude. La chaleur est déjà présente et aucun n'a osé se mettre en long. Départ comme d'habitude vers Foix. Pour l'instant je suis en pleine possession de mes moyens et le vent est pratiquement nul, bien différent de la semaine passée. Bompas, Mercus, les petits villages défilent.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Prudents, nous restons en file indienne, au plus à deux de front car nous sommes sur une route assez fréquentée. Nous longeons comme toujours la voie ferrée jusqu'à La Charmille. Nous ne sommes guère nombreux à avoir arboré le maillot du club. Mais un grand nombre aura sur soi un équipement de l'ariégeoise.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Montgailhard, le train reste déjà à une allure allant presque jusqu'à  30kms/h. Nous ne sommes pas encore émoussé, tout au moins pour moi. Didier ferme la marche. Petite question à Claudine, notre Didier a quelques aérations à son cuissard. C'est pour aller plus vite ou pour éviter les grosses chaleurs! Foix et nous poursuivons tout droit vers Labarre. Didier sent que j'ai la gnaque car je monte la bosse pour sortir de la ville à bonne vitesse. Non, non, je n'ai pas manger de Mars!

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Après cette montée sur St Jean de Verges et son village, Claude décide brusquement de tourner à gauche pour partir sur Crampagna. J'ai juste le temps de freiner pour éviter la chute! Comme quoi en groupe, il vaut mieux être sur ses gardes. Mais très vite, nous sommes arrêtés par l'arrière du groupe car notre pauvre Didier a droit à sa première crevaison de l'automne.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et après réparation rapide, il faut dire qu'il avait du monde autour de lui, le groupe reprend le cours de sa sortie. Nous arrivons dans le centre du village et là, Claude siffle le groupe car nous sommes allés trop loin. Demi-tour, pour bifurquer à droite pour partir en direction de Varilhes mais par des routes d'enfer. Non pas pour la vraie difficulté des bosses qui se passent dans l'élan presque, mais par une route qui vient d'être recouverte de gravillons. L'enfer pour un cyclo! La prudence va être de mise pour chacun. On se retrouve ainsi à la sortie de Varilhes mais alors une superbe confusion du parcours, nous fait emprunter des chemins "limite". Comme quoi, Claude ne doit pas toujours reconnaître les parcours qui indique sur la brochure annuelle du club!

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Bref, on arrive à sortir de cette route plus que tortueuse à travers les pavillons (on a pas mal tourné en rond!)  et on part vers Rieux de Pelleport. Jean-Marc continue à être le capitaine de route car là il connaît bien le circuit  à prendre pour retrouver Bénagues. On passe sur le côté de Rieux, évitant le centre du village. 

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Nous retrouvons la route de Pamiers, passant à Guilhot pour laisser le cours d'eau l'Ariège à droite. La sécheresse a fait son œuvre et les pierres sont plus qu'apparentes dans le lit de la rivière. Avant le pont, nous tournons à gauche pour partir à la conquête de Bénagues et sa superbe montée sur plusieurs kilomètres. Je dis "au revoir" à Didier car je sais très bien que je vais me faire décramponner par le groupe car la bosse n'est pas de tout repos! Mais je sais qu'il m'attendra en haut.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Ca laisse le temps au groupe de reprendre son souffle et papoter un peu plus. Va-t-il arriver, doivent se dire certains? Entre temps, ils ont le loisir d'apercevoir la ville de Pamiers qu'il rejoindront bien plus tard.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et j'arrive quelques temps après, pour continuer à gauche, contrairement au parcours que j'avais fait dans la semaine. Et oui, le but est de se retrouver au pied de Vicaria, contrairement à ce que j'avais crû. Dans les champs, les agriculteurs sont déjà en plein labour. Et après une belle montée, nous allons plonger sur Rouzaud et la route qui vient de Pailhès.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et une nouvelle pause pour les forçats du club avant de plonger sur le bas de la bosse de Vicaria. L'enchaînement des bosses sont supportables et en plus sous ce soleil on affiche des températures supérieures à 20°, on ne peut que prend son pied. Mais le changement d'heure annoncé ne va plus nous permettre de faire de telles sorties dans un futur proche.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Nous croisons pas mal de cyclos isolés et pensez bien que par ce temps, ils ont tous envie de faire de la route. Pas de voiture sur cette route, c'est vraiment le top en plein après-midi.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et au croisement de la route de Pailhès on bifurque à droite pour se faire la belle montée de Vicaria. 4kms environ à des pourcentages pas trop difficiles, le groupe va vite s'étirer et Didier reste pendant quelque temps à mon contact. Et dans le début de la descente, le groupe m'attend. Rolland, l'ancien facteur, est venu à notre rencontre comme il était rentré tard d'Espagne. Heureusement pour lui car il aura évité les bosses. Et on plonge sur Pamiers. Je leur précise que je pars en éclaireur, n'aimant pas trop m'attarder sur le parcours. Claude me demande de les attendre en bas, au niveau du pont.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Ce départ en solo me permet de prendre le cliché de la vision de la ville de Pamiers. La route s'est élargie comme nous sommes sur une voie à grande circulation. Quelques lacets avant d'arriver au pont avant l'hôpital.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

A droite toute, pour sortir de la ville. Un cyclo profite de notre passage pour se glisser dans le groupe et rouler à bonne vitesse. Et là, on dépasse les 30kms/h. Les cyclos sont vraiment lancés. Après le dernier rond point, on a plongé à droite pour partir en direction de Rieux de Pelleport. Au stop, au lieu de filer comme prévu, on tourne à droite pour arriver vraiment sur le village de Rieux. On rallonge le parcours du départ. Qui a décidé cette modification : mystère mais Jean-Marc est en tête du groupe et a dû lancer les hostilités.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Dans Rieux, nous bifurquons à gauche pour rejoindre Varilhes que nous abordons encore par des routes détournées. Mais cette fois-ci, on s'en sort. Le peloton accélère et je décroche un peu en gardant en vue toutefois Didier qui restera avec moi jusqu'à la fin du parcours. On reprend en définitif la route de Crampagna, ce qui n'était pas prévu au départ.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et on se retrouve sur ces routes remplies de gravillons. Inutile de vous dire que je reste prudent. Je n'ai vraiment pas envie de me retrouver par terre. Et par lors d'un virage, on perd avec Didier  le contact avec le groupe. Deux routes devant et laquelle prendre. Tant pis, on file à gauche et on ne reverra plus nos collègues. Certainement que certains avaient des fourmis dans les jambes pour finir. Verges, je perds le contact avec Didier au croisement à cause d'une circulation importante. Nous filons à gauche pour rejoindre St Jean de Verges et le circuit de l'année. Labarre et Foix est en vue. Je récupère Didier à un feu tricolore en lui signalant que j'étais revenu. Montgailhard et il ne reste plus qu'une quinzaine de kilomètres avant d'arriver chez moi.

SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016
SORTIE CLUB ARIEGEOIS DU 29/10/2016

Et je déroule tranquille comme Didier  jusqu'au parking de Tarascon en passant par Mercus, Bompas. Un dernier "au revoir" à Didier avant de remonter à mon domicile. Et oui, j'ai encore une belle bosse à parcourir.

Résultat de la sortie pour moi : 102kms pour 1145m de dénivelé en 4H environ. Une belle moyenne pour moi mais l'effet de groupe favorise toujours une meilleure moyenne. Bon le parcours du club devait être de 81kms. On a bien rallongé, non! Merci Claude!

Voir les commentaires

UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Publié le par lariegeoise

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Mercredi après midi, je décide de profiter que le temps est encore clément pour me faire une petite sortie. Inutile de vous dire que j'ai abandonné les sorties matinales, le temps étant vraiment trop frais au départ mais surtout parce que j'ai oublié d'emmener un cuissard long en Ariège. Donc là, je suis juste avec un blouson d'automne. Je peux encore mettre mes cuisses à l'air! Lol! Bon le ciel n'est pas d'un bleu d'azur mais la température est largement acceptable. J'ai repéré sur le carnet de route du club, un circuit que je ne connais pas tout à fait et comme je suis toujours aussi curieux, je me lance dans ce défi. Direction Tarascon comme d'habitude et je croise déjà quelques cyclos isolés. Comme tous ces temps derniers, le vent violent de face est bien là. Foix n'est plus qu'à une quinzaine de kilomètres.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Le circuit du TDF 2017 étant dévoilé depuis mardi, j'ai une petite pensée pour les fans de l'épreuve pour leur préciser qu'une des arrivées se fera dans la bonne ville de Foix. Et puis ce fameux hippodrome où les coureurs tourneront pour se trouver dans le bon sens de l'arrivée. Mais moi, je file tout droit pour rejoindre St Jean de Verges et Varilhes. Petit tour dans l'agglomération pour partir en direction de Rieux de Pelleport. Et là, je retrouve une route beaucoup plus tranquille. Rauly, je laisse sur ma droite le cours d'eau de l'Ariége pour partir en direction de Bénagues.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et là, je me retrouve dans une vraie pente pour plusieurs kilomètres qui sera la plus grosse de ma sortie. Au loin, je commence à vite dominer la ville de Pamiers que je retrouverai d'ici quelques kilomètres.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Un peu plus haut, je m'accorde une pause technique pour être plus à l'aise dans la poursuite de la montée. Et je commence à apercevoir l'autre vallée de Pailhès que connaît bien mon ami Patrick qui y vient assez souvent lors de ces circuits cyclos. Non, non, Penn, ce n'est pas une croix malgré qu'ici ils simplifient les signes religieux.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

La bosse se termine et j'arrive au niveau de Vicaria que je connais particulièrement, ayant fait souvent des séjours à Pamiers. Plongée sur la ville pour passer au dessus du cours d'eau l'Ariège, dont le niveau est vraiment très bas en ce moment, la pluie ne tombant pratiquement pas. Et je vais remonter vers la route de St Jean de Falga.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Petite bosse pour sortir de la ville où je laisse s'essouffler un autre cyclo devant moi, qui n'a pas daigné me saluer quand il m'a croisé quelque temps avant, pour le dépasser vers la fin de la montée et le laisser sur place. Au niveau de la pompe à essence, je plonge vers Rieux pour éviter le passage très circulant de St Jean de Falga que j'aborde juste à la fin. Varilhes est en vue.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Traversée du bourg jusqu'au passage à niveau pour prendre une petite route à droite qui va longer quelques temps la voie ferrée. Bon, là, c'est très étroit mais dans l'ensemble la route est en bon état. Crampagna et je me retrouve au niveau du passage à niveau de St Jean de Verges. Petit village que j'évite pour rejoindre Vernajoul.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Vernajoul, au niveau du croisement, je file à gauche pour rejoindre Foix mais alors là, je vais connaître l'enfer puisque la DDE n'a pas trouvé mieux que de mettre plein de gravillons sur la chaussée jusqu'à la ville. Inutile de vous dire que je me montre dès prudent pour éviter toute chute. Bon, il faut dire que la chaussée avait besoin de ce revêtement. Passage par la préfecture pour revenir sur Vilotte et reprendre ma route habituelle pour que je regagne mon domicile.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et comme d'habitude, il me reste 20 kms à parcourir et surtout cette montée de 4kms que j'affectionne, vous comprenez bien, en fin de parcours. La montagne s'est vraiment parait de ses couleurs de l'automne. Belle saison où je peux rouler encore.

Résultat de la sortie : 91kms pour 1091m de dénivelé.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Vendredi après-midi, le soleil est toujours présent malgré qu'il commence à faire frais quand on se trouve à l'ombre, j'ai très envie de prendre l'air avant de retourner à Toulouse. Bon, je vais faire un peu plus court comme j'ai prévu de sortir le lendemain avec le club de Tarascon. Il faut que je m'entame pas trop! Mais je reste sur la même option, c'est à dire, faire un circuit basé sur le catalogue du club. Direction Foix comme très souvent mais c'est malheureusement le circuit obligé, si je ne vais pas aller dans les cols. Et la vue du château est vite à ma portée. Bon, j'ai droit à un vent fort de face. Pas grave, je l'aurai dans le dos pour le retour.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Vilotte, mais je en prends pas pour un coureur du TDF 2017! Passage sur le pont face au château pour monter partiellement la bosse qui pourrait me conduire au col Del Bouich. Une pente qui se monte assez facilement surtout sur une route en bon état. Normal car c'est une route qui est très fréquentée qui va à St Girons.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Après 3kms d'ascension, je trouve la route qui va vers Cos. Et oui, aujourd'hui, j'innove car je ne suis jamais passé par cette route. Elle me permet de descendre dans la vallée mais très vite la pente revient. Mais je ne suis obligé d'être prudent car ça tournicote un peu.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Par ce magnifique beau temps, la chaîne des Pyrénées m'offre son magnifique panorama. St Pierre de Rivière d'en Haut comme souvent se nomme certains villages avant de retrouve celui du Bas. Traversée de la route qui monte au Col de Péguére pour partir dans l'autre vallée. Joel ce lieu doit t'évoquer certains moments mais là il y a du soleil. Tu pourras le dire à Coco.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

La DDE n'a pas trouvé mieux que de mettre aussi à cet endroit des gravillons. Mais là il y en a tout de même moins, Et ça monte encore pour rejoindre Record, Brassac, des petits villages bien tranquilles. Et je vais revenir sur Foix.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Ganac, Cadirac, et j'arrive à Foix. Descente dans le centre ville pour reprendre la route qui peut me ramener chez moi. Mais là, j'ai décidé de poursuivre ma route en montant vers Roquefixade, histoire de continuer à faire un peu de dénivelé.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et ça s'élève assez vite, surtout dans le passage de la partie boisée.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Je décide de ne pas continuer de monter jusqu'à Roquefixade, ayant décidé de faire un circuit court. Donc au premier village, je tourne à droite pour rejoindre St Paul du Jarrat. Tiens un cyclo qui vient de monter la belle pente. Il a dû mouliner un max!: Mais moi je descends!

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et là j'ai dû me lâcher au maximum avant une petite bosse. Et j'arrive au niveau du rond point de Charmille. Plus que quinze kilomètres avant d'arriver chez moi. Et toujours cette vue sur la chaîne des Pyrénées.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Fin du parcours avant de me faire ma dernière grimpette.

Belle sortie courte mais assez pentue : 70kms pour 1250m de dénivelé

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Samedi, 13H30, heure de rendez-vous des membres du club de Tarascon sur le parking de l'espace François Miterrand. Didier, mon fidèle pote est déjà là, en train de sortir son vélo de la voiture. Bon, il est un peu trop couvert car le soleil est déjà et il risque d'avoir chaud très rapidement. Les cyclos arrivent petit à petit.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

13H 35' après une parlotte d'usage, heureux de se retrouver, je déclare le départ des hostilités, ou plutôt le démarrage du convoi. Nous ne sommes que six, quoique le nombre devient peau de chagrin. Espérons que l'enquête que nous avons lancé portera ses fruits et amènera plus de cyclos au rendez-vous. On repasse sur l'Ariège (cours d'eau) pour attaquer nos premiers kilomètres. Le vent est déjà là et de face. On va faire avec, mais en groupe, ça risque de moins difficile à supporter.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

C'est moi qui ait lancé de groupe et sur la première bosse, je me fais siffler. C'est Jean-Marc et Claude qui viennent de nous rejoindre ayant raté l'heure de départ, mais pas pour eux, à priori. Claude me dit qu'il fallait compter avec l'heure ariégeoise. Lol: Pas grave! J'entame la discussions avec eux comme cela devrait être fait à chaque retrouvaille. Didier traine en fin de groupe mais me précise qu'il va bien. L'allure est bonne.

 

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et très vite, le groupe se disloque. Normal, chacun veut monter à son rythme car d'autres cols nous attendent.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

A l'intersection, les plus costauds nous ont attendu et c'est bien comme cela qu'on conçoit la bonne entente dans un groupe. Une fois tout le monde réuni, tout le monde s'élance vers ce fameux col de Py.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Je suis en fin de groupe, vous vous doutez bien mais je vais très bien recoller. Bon après, ça descend pour remonter très vite. Des petits cols répétitifs qui font parfois mal.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Col de Chacarny, une fois de plus les costauds attendent et on va plonger jusqu'à la dernière intersection. Je file comme je sais qu'ils me rattraperont facilement. La route étroite est en bon état.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et une belle descente nous attend jusqu'au prochain village mais on va se montrer assez prudent sur les premiers kilomètres car cela tourne. Je pars en tête de la troupe car c'est là où je suis le meilleur. Didier ferme la marche, toujours un peu craintif. Tiens des chasseurs qui font le guet. Comme là, il vaut mieux se montrer prudent.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Juste le temps de prendre dès la prochaine intersection, une nouvelle bosse vers le col de Christaut. Notre facteur a décidé en mode cool. Il n'a jamais aimé les bosses! Lol! Mais tout le groupe papote encore en haut. La route était top cette fois-ci, alors il y a quelques temps, c'était rempli de gravillons. Bon, après une belle descente nous attend.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Une fois de plus, je fais la descente en tête jusqu'au villages de Merviel, Engraviès, toujours petits villages tranquilles mais où je fais toujours attention, de peur de voir surgir un chien. Mon ami Nicolas en sait quelque chose.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Mais certains réclament une pause technique! Bizarre, non! Lol! Et ça repart. Direction Vira et nous devons bifurquer à gauche à l'intersection. Le groupe se coupe en deux suite à l'arrivée d'une voiture qui ne fait que tourner à gauche. Mais la prudence nous a poussé à marquer le stop.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Ayant fait le circuit avec Yves et Georges dernièrement, je sais où il faut tourner pour partir en direction de Calzan qui sera notre prochaine bosse. Mais en voyant au loin le groupe, je m'aperçois qu'il fait tourner un peu plus loin du village. Et hop, la bosse commence d'entrée.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Passage assez raide dans le village et assez étroit, je préviens mes compagnons qu'il faut peut-être faire un effort supplémentaire. Et ça monte toujours. Cette bosse est beaucoup plus longue que celles que nous avons faites jusqu'ici.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Les trois compères du groupe arrivent tranquillement au col de Calzan, pendant que les costauds continuent à tailler une bavette! Et une fois le groupe reformé, on redémarre sur les chapeaux de roue. Forcément, ça descend! Direction la route qui va de Pamiers à Roquefort les Cascades. A l'intersection, nous tournons à gauche pour rejoindre St Martin, dit Ventenac.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Et comme c'est du plat, le rythme s'accélère, vous vous doutez bien. Au village, on tourne à droite pour monter encore un petit col.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Cette fois-ci, j'ai lâché un peu de lest avec le groupe dans la montée et là, cette fois-ci mes compagnons de route ne m'ont pas attendu au niveau du col de Maffé. Et une belle descente de 3kms m'attend jusqu'à la prochaine intersection.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Mais ils sont là! Ils ont voulu garder l'influx de la montée. A peine le temps de faire un break que je repars avec Didier. Vous vous doutez bien que mes compagnons sont vite revenus dans nos roues. Direction le col de Py que nous retrouvons pour attaquer la route du retour.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

L'approche de la fin du parcours donnent des ailes à certains. On va peut-être retrouver le vent d'en le dos. Mais que nenni car celui-ci à tourner. D'où l'utilité de rouler en groupe.

UNE SEMAINE ARIEGEOISE
UNE SEMAINE ARIEGEOISE

Une bonne descente de trois kilomètres nous attend avant le coup de cul pour arriver au dessus de Foix. Stop au feu tricolore et les costauds vont commencer à lâcher les chevaux. Nous allons finir à trois, les bons derniers, le parcours. Nous laissons le facteur au niveau de Garrabet où il a son domicile. Et on finit à deux dans un rythme tout de même soutenu. Le premier groupe est déjà loin. Mercus et nous arrivons à Tarascon. Petit tour au parking pour dire au revoir à certains et on se dit, peut-être, à la semaine prochaine. Cela aura été une belle sortie avec un bon état d'esprit. Et moi, bien sûr, je termine avec ma dernière bosse de 4kms! Habitué comme toujours!

Résultat de la sortie pour moi : 96kms pour 1450m de dénivelé avec une belle moyenne. Avec des moteurs devant, on ne peut être que plus performant. Mais j'avoue, que j'ai les cuisses qui chauffent.

 

Voir les commentaires

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Publié le par lariegeoise

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Dimanche, je décide d'aller faire cette randonnée que m'avait signalée Jean-Michel surtout qu'elle est tout près de Toulouse, plus exactement dans la région de Muret. Je pars en voiture pour arriver plus vite au point de départ quoique j'aurai pu partir de chez moi puisque le lieu de départ n'est qu'à 15kms mais n'étant pas pourvu d'éclairage, je préfère prendre mon véhicule. Je pense y être pour 8H et là le jour sera pratiquement levé. La distance tout comme le dénivelé me conviennent en cette fin de saison.  Je prévois de faire le circuit rouge de 75kms pour 683m de dénivelé. Il doit bien y avoir des bosses que je n'ai pas encore découvert.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Je trouve assez facilement ayant mis mon GPS en route mais je connais un peu le coin y ayant roulé plusieurs fois, entre autre avec mon ami Nicolas mais lui a préféré s'expatrier dans une région. Bon, je suis dans les temps, juste ce qu'il faut pour garer ma voiture, passer à l'inscription, monter mon vélo et hop c'est parti. Là je préfère, il y aura du monde, vu le nombre de cyclos qu'il y a auprès du lieu de départ et en plus le circuit est fléché d'ailleurs entre parenthèses , bravo aux organisateurs, car la signalisation est parfaite et certains sont présents aux points chauds pour faire la circulation. Et c'est parti. Juste le temps de partir tranquillement pour bien s'échauffer et je me mets à la poursuite de mon premier cyclo, histoire de ne pas rouler seul. On contourne Muret qui est une ville qui est assez importante mais un dimanche matin, la circulation est assez tranquille, depuis on emprunte que des petites routes assez étroites et pas en si mauvaise état comme je le craignais. Le soleil ne veut vraiment pas se lever. La météo prévoit un temps couvert mais la température est clémente : 14°.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Le parcours est commun au départ mais pas trop de cyclos pour l'instant car le jour se lève à peine. Et on commence à s'élever. Normal quand on voit le dénivelé annoncé. Pour l'instant, les pentes ne sont pas trop dures mais le vent fort est déjà là. Il est de face, donc au retour, on pourra plus en profiter dans le dos.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Eaunes, le premier circuit de 27kms va rebrousser chemin. J'ai une petite pensée pour mon copain Nicolas qui habitait ce village , il y a encore quelques temps. St Amans et on arrive au château de Vignolles que je ne connaissais pas. Et nous arrivons à Beaumont sur Lèze. La Lèze, cours d'eau sur lequel je viens de passer. Mais il n'a plus beaucoup de débit à cette heure-ci. Et là, j'ai droit à une belle montée pour arriver au centre du village et je n'en ai pas fini

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Et je me fais doubler par quelques cyclos qui jouent les costauds. Et la pente va se faire difficile, soit à plus de 13% deux fois au moins. Je me plante à la deuxième, à dix mètres du sommet, n'ayant pas passé le bon plateau. Par peur de me retrouver par terre, je préfère  mettre le pied à terre, et je finis donc à pied jusqu'au sommet. Pas grave, si je me fais dépasser! Le ridicule ne tue pas! Et ça grimpe encore pendant un bon moment. Je passe par des parties boisées et je commence à dominer Auterive.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

J'essaye de me caler avec des cyclos qui me dépassent pour essayer de me protéger du vent. Malin, non? Tiens, je me retrouve avec un cyclo de Balma, peut-être un copain à Jean-Michel qui roule souvent avec ce club. Auterive, on ne passe pas en ville, mais par des coins de pavillons, tout comme deux passages à niveau. Le point de ravitaillement n'est plus loin.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Je reste tranquillement avec mes compagnons de route et on roule à une vitesse respectable. Au loin, j'aperçois St Sulpice sur Lèze mais je fais un détour avant d'y arriver comme le circuit le précise. Puydaniel , le lieu de ravitaillement est annoncé mais pour y arriver, je quitte la D622 par une belle bosse, une de plus. Une pause ne se néglige pas et sur les plateaux, il de quoi s'alimenter. Pas besoin de me recharger d'eau car je n'ai pas trop bu, simplement je mange des bouts de saucisse, des morceaux de banane. Un cliché et hop, je redémarre. Le deuxième circuit file à droite pour redescendre dans la vallée mais moi, je file à gauche pour monter encore. La route n'est pas top, top et j'ai le vent de trois quart. Plus facile à gérer. Quelques groupes me dépassent mais je laisse filer fidèle à mes habitudes. Ne pas me mettre dans el rouge. J'ai dépassé la moitié du circuit.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Je n'ai pas oublié de prendre le cliché de l'église du lieu de ravitaillement, église vraiment typique de la région. Les champs de tournesol n'ont pas été moissonnés pour l'instant. Et là je sens véritablement le vent, n'étant pas protégé par d'autres cyclistes et je commence à être sur les hauteurs de la fin du Lauragais.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Des avions de chasse continuent à me dépasser mais bientôt je vais me trouver dans une descente où j'atteins la vitesse de 65kms/h, bien loin de ma vitesse de croisière. Je ne suis pas loin de Lézat sur Lèze que j'éviterai pour reprendre la direction de St Sulpice sur Lèze.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Et là je reconnais une route que j'avais empruntée avec des anciens compagnons du club de Seysses pour un tour en Ariège. Bon là, je retrouve les cyclos du circuit 2 qui  sont beaucoup plus calmes. Certains râlent parce que la route est clairsemée de gravillons. Mais dans l'ensemble, je peux lâcher les chevaux comme je dis souvent. Je me fais plaisir de remonter certains groupes. Et là le vent, semble un peu plus favorable.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Au loin, je commence à apercevoir les premières maisons de Beaumont sur Lèze. Et au centre, je bifurque à gauche pour emprunter pour quelques temps le circuit aller.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Et je recommence une ascension. C'est un circuit assez nerveux dans l'ensemble où il faut savoir gérer. Maurat et j'emprunte quelque temps la D4, très fréquentée puisqu'elle fait partie de la vallée de la Lèze.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Et très vite, je file à gauche pour faire cette célèbre bosse de la chouquette que certains connaissent. Elle est assez longue  mais le pourcentage est acceptable. Et très drôle, au sommet, on est accueilli par un groupe de la région qui offre aux participants des chouquettes. Très original, non? Moi je trouve cela très sympa mais je préfère filer sans faire d'arrêt. Et j'arrive très vite à Eaunes, où je suis obligé de mettre pied à terre à cause d'un feu tricolore. Il vaut mieux être prudent.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016
LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Je me glisse avec le club de Villefranche de Lauragais pour profiter de l'abri, surtout qu'ils roulent à une bonne vitesse. Ils sont assez étonnés de me voir prendre des photos en roulant. Mais sympa, ils entament la discussion avec moi. On n'est plus très loin de l'arrivée.

LA RONDE SAUBENOISE 16 OCTOBRE 2016

Voilà on arrive dans les faubourgs de Saubens. Chacun regagne sa voiture, le cas échéant. Belle sortie qui aurait plus agréable s'il avait eu un peu plus de soleil mais à cette période, c'est difficile de faire mieux.

Fin de la rando : 75kms pour 683m de dénivelé en 2H53. Pas trop mal, compte tenu du vent et des vraies bosses.

Voir les commentaires

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Publié le par lariegeoise

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Mardi matin, Serge, un ancien compagnon de route que j'avais rencontré lors d'un tour de l'Ariège cycliste, m'adresse par le biais de mon blog, un message me précisant qu'à Pechbonnieu un groupe de cyclos se formait au niveau de la mairie tous les mardis et les jeudis pour effectuer une sortie de 75/80kms vers 14H. De plus les cyclos venaient d'un peu tous les horizons et de différents clubs et étaient au nombre d'une trentaine. Ni une, ni deux, je décide en conséquence d'aller à cette rencontre, ayant opter pour sortir en cet après-midi. Bon, bien sûr, j'emprunte ma voiture pour me déplacer à ce lieu de rendez-vous mais je pars un peu trop tôt, ne sachant pas combien de temps il me faut pour y arriver. Merci, Madame GPS! Lol! Donc j'arrive largement avant l'heure mais cela me permet de préparer mon vélo tranquillement. Et vers 14H effectivement, ils arrivent tous d'un peu partout et tous en vélo. Et fait important, tout le monde vient me saluer et entame une conversation avec moi. Déjà, bonne entrée en matière, non?

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Et donc, à l'heure prévue, le groupe démarre tranquillement, permettant à certains de continuer leur conversation. Le peloton s'étire naturellement et juste à la sortie du village, je retrouve Serge qui ne m'avait pas vu. Moi, non plus d'ailleurs. Je suis ravi de le retrouver car dans un tel nouveau groupe, on se demande toujours comment on doit s'adapter. L'allure commence à être assez vive et des groupes par force se forment. Normal, jusqu'à là! Serge m'attend quelque fois et c'est largement préférable car on n'arrête pas de tournicoter pour retrouver des routes tranquilles mais aussi assez étroites et pas toujours en très bon état. On monte vers le nord de Toulouse. Labastide St Sernin et ça tourne toujours.Le ciel est encore plombé pour cet après-midi.

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Et très vite on va se retrouver dans un groupe de cinq cyclos, ce qui est largement suffisant pour garder un bon rythme. Et déjà on roule souvent à 30kms/h mais pour l'instant c'est assez plat. Bouloc, après avoir fait pas mal de zigzags. Il faut suivre! Je précise à Serge, qu'il vaut mieux que je reste à son contact car je serai incapable de retrouver ma route. D'où l'utilité d'avoir une carte routière sur soi! On domine à un certain moment la plaine en contre bas. Nous passons au dessus de l'A61 une première fois et on aperçoit les premiers chais de vigne de Fronton, nom qui m'évoque le bon vin mais sans plus.

 

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

St Rustice, nous sommes pour quelques temps dans le Tarn et Garonne. Mes compagnons de route réclament une pause technique aux milieux des vignes. Et deux minutes plus tard, on reprend notre route pour revenir dans la Haute Garonne et en repassant sur l'A61. Nous passons à côté de la cave de Fronton. Il n'y a pas beaucoup d'activité car les vendanges avaient dû être faites, il y a déjà quelques temps. La parlotte commence à s'entamer avec mes compagnons de route, me permettant de faire meilleure connaissance. Et j'avoue que je trouve le groupe hyper sympa, comme j'aimerai retrouver à Tarascon sur Ariège.

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

On continue notre remontée vers le nord en allant vers Orgueil. Nous longeons le Tarn et à l'intersection de la route de la D47, Serge me demande comment je vais et comme il l'a fait tout le long du parcours, si je me sens capable de faire une bosse. Pas de problème, je lui précise. Le cas échéant vous m'attendrai en haut de la bosse! Et c'est bien ce qu'ils font! Nous traversons le Tarn pour bifurquer très vite à droite pour partir en direction de Villebrumier. Des gars de la DDE nous précisent en passant qu'ils viennent de mettre des gravillons sur la chaussée et qu'on risque d'en rencontrer pas mal. Ce qui va nous pousser à être un peu plus prudent, en souhaitant qu'il n'y ait pas de crevaison!

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Varennes (mais pas celui que je connais en Seine et Marne), Le Born, on commence à faire notre retour vers notre point de départ. Et l'allure commence à augmenter car la route est en bon état. Inutile de vous dire, que je me cale dans les roues de mes équipiers pour me protéger du vent qui est bien présent. C'est un peu le problème de la région de Toulouse, ce vent!

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Villemur sur Tarn, nous retraversons le Tarn en ce montrant un peu plus prudent car la circulation est un peu plus dense. Et le soleil n'aura pas fait son apparition de  l'après-midi.

A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......
A LA DECOUVERTE D'UN NOUVEAU GROUPE.......

Villaudric, nous nous retrouvons sur des routes plus tranquilles. Vacquiers et mes compagnons de route nous quittent, tous ayant regagnés le départ en vélo. Serge reste avec moi pour finir le périple et ce n'est pas plus mal car je serai incapable de retrouver ma route! Lol! Car vous comprenez bien qu'on n'arrête toujours pas de tourner dans ces petites routes. Et nous arrivons à notre point de départ. Je quitte Serge en le remerciant de cette bonne sortie et je lui précise qu'à l'occasion, je me ferai un plaisir de les retrouver. Bon pour le jeudi suivant, la pluie étant annoncée, ce ne sera certainement pas pour cette fois-ci.

Résultat de la sortie : 86kms pour 650m de dénivelé à une moyenne dépassant les 26kms/H, vitesse que je n'ai pas atteint depuis longtemps.

Voir les commentaires

Une dernière sortie avec mon pote Didier

Publié le par lariegeoise

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Très occupé ces derniers temps par des problèmes de santé de mon épouse, je m'offre une sortie avec mon pote Didier en Ariège qui sera peut-être la dernière sortie cette année car le temps commence à se refroidir sérieusement et je vais peut-être songer à rester un peu plus sur la région toulousaine. Mais une escapade en Ariège, ne sera pas de refus de temps en temps. Et puis le club de Tarascon aura peut-être trouvé une solution pour fédérer un peu plus les sorties club aux adhérents. Les départs s'effectuant de plus en plus tard, je décide de raccourcir la distance à parcourir qui sera aux alentours de 80 kilomètres avec un dénivelé respectable. Bien sûr, vous vous doutez que j'avais tracé le parcours sur Strava, la veille. Départ au lever du soleil comme toujours en n'oubliant pas d'allumer mon feu de signalisation arrière. Je retrouve mon ami Didier devant chez lui vers 8H15'. Il est déjà dans les starting blocks mais là il s'est vraiment couvert au maximum. A croire que les sudistes sont plus frileux que les nordistes.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Départ habituel vers Foix pour rejoindre Vernajoul, en ayant une pensée pour nos amis Yves à Prayols et Patrick à Ferrières. Et le premier doit être déjà parti à la chasse au sanglier. Alors que nous, on roule! A Vernajoul, je fais un break pour éteindre mon feu arrière car les voitures vont être moins nombreuses et le jour est levé.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Direction Labouiche pour remonter le Pas du Portel qui est bien loin de la hauteur du Col de Portel car il n'est qu'à 540m au lieu de 1500m. Mais là, on a décidé de ne pas en faire trop, en fin de saison. On aura le temps d'appuyer sur les pédales au printemps. Et comme dirait mon ami Philippe, à cette époque, on roulotte!

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Le col franchi, on plonge sur Patau pour traverser la route qui va à St Jean de Verges pour rejoindre Loubens. Une petite bosse nous attend mais rien de méchant et elle n'est pas très longue.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Traversée du village de Loubens qui est bien calme à cette heure-ci. Et après la bosse, on plonge jusqu'à Rieux de Pelleport et je vais lâcher les chevaux comme à chaque fois que j'emprunte une descente. Tiens on croise un cyclo mais aussi les voitures de chasseurs. Je fais remarquer à Didier qu'on vient de dépasser un champ où il y avait un chasseur avec son fusil prêt à tirer en direction de la route. A croire qu'il faut se méfier de ces gens là.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Traversée du village de Rieux pour tourner dans le centre à droite pour rejoindre Varilhes que nous ne ferons que traverser pour partir en direction de Dalou. Un groupe de filles font du jogging comme quoi le samedi matin, tout le monde a envie de bouger. Gudas, je prends le temps de préciser le circuit sur lequel j'ai entraîné Yves et son copain Georges. Nous abordons un faux plat montant pour rejoindre le col de Py. On ressent à peine un vent de face. Mais en général, on ne le sent que vers 10H, c'est bien pourquoi j'aime bien partir tôt.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Le col de Py franchi, on plonge pour rejoindre Foix et là, quelle chance, nous avons droit au vent de dos. Je peux vous dire qu'on apprécie ce genre de chose. Une dizaine de kilomètres avant de rejoindre la ville.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

On quitte la région des Mont d'Olmes. On ne croise un peu de cyclos mais par ce froid, ils hésitent à sortir. Tiens un sportif d'un autre niveau. Intéressant comme entrainement quand il n'y a pas encore de neige.

Une dernière sortie avec mon pote Didier
Une dernière sortie avec mon pote Didier

Et très vite, on arrive en ville que nous traverserons partiellement pour nous diriger vers Montgailhard. Je pose la question à Didier s'il compte m'accompagner jusqu'à Tarascon. Et oui, il va me suivre. Il nous reste une quinzaine de kilomètres avant d'arriver en ville. Je le quitte au niveau du passage à niveau à côté de la gare, et le laisse partir vers son domicile. 4kms lui reste à parcourir avec ces deux belles bosses d'Amplaing que j'avais parcourues le matin. Et moi mes 5kms d'ascension. Comme quoi, chacun notre challenge.

Fin de cette sortie sympa : 86kms pour 1280m de dénivelé et le tout en plaine. Comme quoi, ça monte tout le temps en Ariège.

Voir les commentaires

ça roule toujours........

Publié le par lariegeoise

ça roule toujours........

Comme le soleil était encore là et que j'étais encore sur la région toulousaine, j'ai fait une sortie assez cool que connaît bien mon ami Jean-Michel et comme c'était un mercredi, je pensais le rencontrer sur la route. Nada, j'ai su plus tard qu'il était en déplacement sur la région parisienne. Mais je rencontre d'autres cyclos qui roulent par ce beau temps. Je prends la direction de Fonsegrives pour partir sur la D18 qui va jusqu'à l'entrée de St Félix de Lauragais. Cette route n'est pas une inconnue pour moi, l'ayant emprunté déjà de multiples fois. A la rencontre de la D2, je fais un retour arrière pour retrouver la D622 pour regagner Villefranche de Lauragais.

ça roule toujours........

Cette bifurcation me permet de passer en ville. Ne l'ayant jamais fait, je peux apprécier un peu plus l'église. Mais très vite je file en direction de Gardouch.

ça roule toujours........

Et là je retrouve l'accès au canal du midi qui me permet de rentrer tranquille jusqu'au centre de Toulouse. Je croise quelques cyclistes qui se baladent aussi.

Sortie de 86kms pour un petit dénivelé 427m mais je n'avais pas envie de forcer.

ça roule toujours........
ça roule toujours........

Une escapade en Ariège va me permettre de faire un peu plus de dénivelé car dès le départ au petit matin, bien sûr, j'attaque directement par la montée vers le col de Port. Bon, dans la vallée de Massat, la brume est bien là comme souvent en cette période. Et je suis bien content d'avoir mis un blouson d'automne. En arrivant en bas, j'ai presque l'onglé aux doigts. L'automne est pratiquement présent. Et les couleurs de la montagne en sont le reflet. Des voitures montent pour voir où en sont les troupeaux de vaches car elles ne sont pas encore descendues.

ça roule toujours........
ça roule toujours........

Massat, je file jusqu'à Biert pour me faire ces 8kms de montée qui vont m'emmener en haut du Col de la Crouzette. Effectivement les trois derniers kilomètres sont toujours terribles. Et là, pas question de mettre le pied à terre car la sanction serait immédiate, pas de reprise d'ascension. Direction le col de Portel pour un peu de dénivelé sur 3kms. Et c'est vrai, que cela semble interminable. En haut du col, j'ai le plaisir de dominer la vallée de La Bastide de Sérou. Mais encore 3kms pour arriver à l'autre col. Petit problème avec ma chaussure gauche car j'ai une vis qui s'est détachée de ma cale. Mais là, je n'oublie pas de défaire la droite pour éviter de me retrouver par terre. Et là pas de vache, ni d'automobile. Je peux respirer à plein poumons. Il parait que je prends de l'avance sur l'ariégeoise 2017!

ça roule toujours........
ça roule toujours........

Descente jusqu'au col de Péguére pour descendre le mur que je ne savoure pas plus car ça descend vraiment à pique, de quoi se faire peur. Et je me retrouve sur la route qui monte sur 6kms vers le col de Port. Je reviens sur mes pas.

ça roule toujours........

Et là haut, il y a un peu plus de touristes qui pique niquent sur les tables mises à leur disposition. Ils en profitent au maximum avec ce beau temps qui persiste. Les camions qui vont redescendre les vaches dans la vallée sont là. Et il ne me reste plus qu'à plonger vers mon domicile sur 14kms. Attention à la fin, il y a une belle bosse de 800m. Ca fait toujours mal aux jambes quand on a oublié de mouliner dans la descente. Expérience de vieux renard!

Sortie beaucoup plus courte de 70kms mais pour 1981m de dénivelé. Une vraie sortie montagne!

ça roule toujours........
ça roule toujours........

Sur Strava, je me trace une sortie avec quelques bosses au départ pour un retour plus cool. C'est toujours utile pour s'économiser un peu car la fin de saison est bien là. Direction la D4 en longeant la Garonne. Au niveau de Lacroix Lafargue, je bifurque à gauche pour prendre la D24 jusqu'à Montbrun Lauragais. Déjà je rencontre quelques cyclos qui me saluent au passage mais je n'essaye pas de suivre ceux qui me doublent, toujours isolés. Le soleil est toujours là et c'est bien agréable de rouler en court. Le départ est en faux plat montant, mais très vite de vraies bosses m'attendent où je passe en plus gros à l'arrière pour monter en souplesse.

ça roule toujours........
ça roule toujours........

A l'entrée du village, je me rappelle que je dois filer à droite pour rejoindre St Léon mais au retour, je me rends compte que j'aurai dû aller plus loin. Pas grave, l'essentiel est de se retrouver. J'arrive sur Issus par une route qui vient d'être refaite et remplie de gravillons. Et j'arrive sur la D19 assez fréquentée, un peu plus large et plus fréquentée. Et en plus ça monte. Direction Nailloux. Et ça va être un peu plus cool après, enfin c'est très relatif. Et toujours ce moulin rouge mais pas fait pour les starlettes. Direction Gardouch.

ça roule toujours........
ça roule toujours........

Dans le centre du village, je bifurque à droite pour plonger en direction de Villefranche du Lauragais. Ca descend un peu, me permettant de récupérer des bosses précédentes. Et à Gardouch, je rencontre l'accès au canal du midi. Et même si je croise des cyclotouristes, je continue ma route en direction de Caraman que je n'atteins pas puisqu'après avoir croisé la D2 (route de Toulouse/Revel) trop fréquentée, je monte jusqu'à la D18 où je peux retrouver un vent plus favorable car pour l'instant, il m'était contraire et assez fort. Et je file chez Jean-Michel vers Fonsegrives pour 23kms pour rejoindre mon domicile et l'entrée de Toulouse où il y a toujours autant de circulation.

Fin de la sortie de 93kms pour 894m. Et oui, ici, même si le Lauragais offre de belles bosses le dénivelé y est moins important.

Voir les commentaires