Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Publié le par lariegeoise

Difficile de rouler au sec en ce moment ou alors il faut s'appeler Veloblan! Mais il parait que c'est la saison qui veut ça. Le réchauffement de la planète! En conséquence la semaine dernière a été une semaine sans out door. Seulement deux séances d'une heure sur mon vélo d'appartement pour respecter le jargon de Sébastien. Là, j'ai vraiment mouillé le maillot mais pas avec le même plaisir. Allez, avant les fêtes, il faut s'économiser un peu et puis une petite coupure en fin de saison ne fera pas de mal. Noël approche!

Mais mardi après-midi, un rayon de soleil s'est invité à notre ciel. Un miracle certainement dans ce monde de brut! Donc je n'allais surtout pas m'en priver pour une fois. Par prudence, je traçais sur Strava le parcours pour vérifier le kilométrage, quoique je l'avais un peu calculé dans ma tête, le circuit l'ayant fait par mes soins dans le passé plusieurs fois. Car avec la nuit qui tombe vite maintenant, il valait mieux que je n'aille pas trop loin.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Départ habituel par Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte. Et oui, je ne pouvais aller vers de nouveaux tracés, ne voulant pas m'éloigner. Direction Neufmoutiers, Châtres en passant au dessus de la N4 où Sébastien avait signalé un grave accident le samedi précédent pour lequel la police avait lancé un appel à témoin. Mais là n'était pas ma recherche puisque j'allais me diriger vers Chaumes. En passant à Châtres, j'admirais la décoration de cette année. Pas de crèche, ni de père noël, comme quoi, tout change dans cette vie moderne. Par ce beau temps, je croisais quelques cyclos isolés.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Un peu plus loin, j'allais dépassé un petit groupe d'anciens, un peu comme moi, quoi! Et même un tandem, ce qui est assez rare dans ma région. Il valait mieux faire attention en traversant la route allant sur Melun. La route était encore un peu humide avec la pluie qui était tombée le matin même. J'allais filer directement sur le centre de Chaumes pour me faire la petite bosse que l'on monte assez facilement avec l'élan ou presque. Dans le village je repartais partiellement en direction de Fontenay Trésigny car je tournais à droite assez vite pour me diriger vers Rozay en Brie. Un cyclo allait me dépasser pendant que je m'alimentais un peu. J'allais rester à quelques distances de lui pendant un bon moment car il allait tourner à gauche vers la N4. Pour ma part, j'allais traverser Rozay pour revenir vers Beauvoir.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

A l'entrée de Rozay, je laissais sur la gauche la N4 et sur la droite, un tracé circulaire fait par les habitants d'un haras. Nous ne sommes pas si loin de Vincennes! En haut de la côte de Rozay, je bifurquais à droite pour prendre cette route où je pouvais apercevoir le village de Courtomer et la construction d'un site d'épuration d'eau. Des travaux à cette époque ne pouvait que laisser des routes assez sales et il valait mieux rouler avec un mulet. Beauvoir était en vue et pas trop de vent. Une bonne chose car ces derniers temps, il était assez fort, nous cassant assez rapidement.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je laissais sur ma droite Beauvoir, Verneuil l'Erang pour traverser L'étang (le village!) pour ne jamais le recontrer. Direction Guignes où je rencontrais un peu de circulation sur cette route qui allait à Melun. Pour ma part, j'allais tourner à droite pour aller en direction de Coubert. Une grande ligne droite m'attendait mais cette fois-ci, je n'avais pas le vent qui me freinait dans la descente.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

J'étais au tiers de mon parcours souhaité. En bas de la côte, je bifurquais à droite pour rejoindre Ozouer le Voulgis et sa tour d'église style moyen-âge. Courquetaine qui allait me permettre de revenir sur Tournan en Brie. Un petit arrêt pour admirer le château.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Au loin, je pouvais voir le village de Gretz mais je l'avais évité pour ne pas passer sur les pavés qui devaient être glissants après la pluie des derniers jours. Je repassais au dessus de la N4, citée au début de mon article où le fameux accident avait dû se passer. J'arrivais dans la zone industrielle de Tournan.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je passais par le centre pour prendre la direction de Favières et voir quelles décorations ils avaient mis pour les fêtes. C'était assez léger. Favières me tendait les bras pour la dernière dizaine de kilomètres qu'il me restait à parcourir. Et j'arrivais à l'Auberge du Cheval Blanc, bien connue par les cyclistes. Dans le bois, la fraîcheur commençait à se faire sentir. Mais j'étais arrivé au bout de mon périple.

81kms après une grande interruption due au temps, cela ne devait pas être si mal. Bon pour le dénivelé, je me contentais que de 436m, bien loin de l'Ariège.

Et maintenant à quand la prochaine sortie. Seul le ciel me le dira!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Jeudi après-midi, je remets le couvert. Bon, d'accord le plafond est bas et les risques de pluie sont promises pour la fin de journée, mais que cela tienne, je vais prendre l'air! Un petit tiraillement encore au niveau de mon hématome à ma cuisse gauche mais rien de bien méchant. Je le ressens surtout quand je rentre à mon domicile du portail à l'entrée en surélevant le vélo pour éviter tout intrus sur mes pneus. Vu l'arbre en boule!

13H, j'ai le temps de faire au moins 70kms avant la nuit et puis moi, je partais directement dans la campagne. Direction le bois de Ferrières comme d'habitude pour aller en direction de Favières. Je croisais quelques cyclos qui rentaient peut-être de leur périple mais personne dans mon sens comme trop souvent. A l'entrée du village, je bifurquais à gauche pour rejoindre les Lycéens. La route était encore assez humide par rapport à toute cette pluie qui était tombée ces derniers temps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Direction Châtres que j'éviterai en partant vers Les Chapelles Bourbon et aujourd'hui encore j'allais avoir droit à un vent violent. De quoi, te casser rapidement. Marles en Brie et je prenais la route vers Lumigny. Je passais à côté de différentes fermes assez isolées et sans agriculteurs dans les champs. D'ailleurs la route était un peu plus propre. Ils doivaient rester au chaud ou faire la trêve des confiseurs! A Lumigny, je traversais le village pour rejoindre Pézarches en faisant bien attention sur le passage de la route allant vers Provins. Beaucoup de camions et toujours le vent! J'éviterai le village pour partir en direction d'Hautefeuille. Les ruisseaux regorgeaient d'eau mais pas d'inondation sur la route. Un cyclo isolé mais lui, il avait le vent dans le dos.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Les arbres étaient vraiment dénudés maintenant et pas de possibilité de se sentir abrité du vent en cette saison. A gauche dans le village pour aller sur Courtesoupe et rejoindre ce coin boisé où parfois il y a des chasseurs. A éviter. Mortcerf, je tournais à gauche à l'entrée du village pour aller sur Crêvecoeur. Là, la route était toujours en mauvais état. Il valait mieux éviter les trous. Et dire, qu'une fois les gendarmes m'ont posé la question : pourquoi je roulais à gauche. Pour éviter les trous, pardi!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Prudence, pour traverser la route qui va de Melun à Villeneuve le Comte. Et oui les voitures roulaient très vite et les camions étaient nombreux. Crêvecoeur, pas trace de crêche à la mairie! Rien que des noeuds de fête. La Houssaye, voyant l'heure et le kilomètrage, je décidais de rallonger la distance. Tiens, le chocolatier était fermé. Dommage car je me serai bien arrêté! Mais je filais sur Marles que j'avais traversé quelques temps avant.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

En passant le passage à niveau, je croisais pour la première fois la route du père noël qui commençait à faire des exercices en vue de la soirée de noël. D'ailleurs, il lui faudra une certaine pêche avec toutes ces cheminées à regagner. Mais attention en cette saison elles sont allumées. Et toujours ce vent violent. Il faudra que je me fasse une raison! Direction Fontenay Trésigny.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Fontenay Trésigny et ses passages pavés, mais là pas de danger car la route s'était asséchée. A l'entrée, j'allais tourner à droite pour repartir directement sur Châtres par de petites routes tranquilles. Et là, vlan le vent en pleine face. De quoi, te décourager d'être sorti.

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Châtres, j'allais emprunter assez rapidement la route que j'avais prise à l'aller en regagnant Les Lycéens où je croisais un cyclo qui avait déjà mis ses lumières. Favières et go mon domicile.

Belle petite sortie sous un ciel gris mais sans pluie mais avec un vent à décorner ceux que vous savez. 76kms tout de même. Un bon entraînement hivernal.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Samedi matin, enfin une sortie matinale, cela faisait bien longtemps. C'est vrai que je préfère cette heure. La température était toujours clémente car il n'avait pas gelé. Un plafond bas et je ne suis pas prêt de montrer un lever de soleil à mon ami Sébastien. Mais et surtout, toujours ce vent violent! La veille, il était tombé des cordes et bien sûr, ce matin, la route était détrempée. Direction la forêt de Ferrières pour rejoindre Tournan en Brie. Quelques voitures de gens qui allaient au travail. Mon attention était plus que présente et vous comprendrez pourquoi! Un circuit que je n'avais pas pris depuis bien longtemps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

A l'entrée de la ville, je prends à droite pour éviter le centre et rejoindre Gretz que je traversais rapidement pour arriver à Presles et sa route pavée. Très à la mode en Seine et Marne. Adroite, toute, pour rejoindre Courquetaine. A la ferme, à la sortie du village, pas trace d'oies car elles devaient être déjà plumées à la vue des fêtes qui sont très proches. J'évitais les flaques restantes, tout comme les trous pour regagner Ozouer le Voulgis.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Très vite, je traversais le village pour partir en direction de Chaumes que j'éviterai en montant sur Forest. Pas de cyclo pour l'instant à l'horizon. Et toujours le vent. Grande ligne droite pour aller à Fontenay Trésigny.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Quelques CAP isolés s'ébrouaient dans la campagne. Même des jeunes femmes qui m'évitaient à mon passage. Je devais les impressionner! Toujours à la recherche de vitesse. Traversée de Fontenay Trésigny où il y avait des gens dans les rues, pour regagner Marles en Brie.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Les ânes du village étaient déjà de sortie et un cycliste isolé, un. Le premier! Direction Lumigny que je traverserai pour rejoindre Pézarches comme la fois précédente. Et toujours autant de camions.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Et au loin, le premier cycliste dans ma direction. Pas de chance, il allait s'arrêter quelque temps après, mais il allait repartir à mon passage pour faire quelques kilomètres avec moi. Mais j'allais le quitter peu de temps après Hautefeuille. Il voulait certainement éviter la route de Faremoutiers et ce vent violent. C'est une route que j'évite maintenant, y ayant crevé à chaque passage et sachant qu'il y avait plein de trous. Parfois il vaut mieux éviter, non?

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

J'allais le retrouver à un autre croisement mais moi je descendais sur Tigeaux et lui filait sur Mortcerf. Et après le village, je tournais à gauche pour remonter sur Villeneuve le Comte. 2kms de montée. En fin de parcours, cela se montait encore. Un cyclo au loin mais je n'allais pas le rejoindre car j'avais toujours ce vent fort de face.

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Villeneuve le Comte, je n'étais plus qu'à une dizaine de kilomètres de chez moi. Des cyclos par ci par là mais je n'allais jamais pouvoir les rejoindre, bloqué par le vent de face. Mais l'arrivée était proche.

78kms pour une bonne sortie matinale.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Dimanche matin, j'en profitais encore car le temps le permettait malgré un plafond bas mais beaucoup moins de vent que les jours passés. Pour la semaine qui suit, j'aurai beaucoup moins de temps, revêtant ma tenue de GP comme ma petite fille vient pour trois jours à la maison avant Noël. Ce sera une autre activité! Mais un grand plaisir car pour moi, les petits enfants, ça toujours était sacré!

Bon départ au lever du jour ou presque car c'était encore bien sombre et inutile de prendre des clichés au départ. Déjà des cyclos sur la route. Mais ils n'allaient pas dans mon sens. D'ailleurs je n'en verrai pas beaucoup en début de sortie. Et oui, là où j'allais, ça montait! Bizarre! Direction opposé à l'habitude : Chanteloup, je laissais sur ma droite Val d'Europe. Montevrain et je contournais Disneyland en voyant juste dépasser des arbustes la tour de la Belle au Bois Dormant et le site d'Indiana john. Je repiquais sur Chessy mais en sillonnant à travers toutes les rues car cela avait construit un maximum. Chalifert et le premier château que connait très certainement Alex mais non, ce n'était qu'une maison améliorée. Lesches, et déjà je trouvais des lieux de chasse annoncés. Attention ces messieurs tiraient à balle réelle. Un lapin était écrasé sur la route. Il n'aura pas eu le temps de voir les chasseurs. Tribaldou, je passais au dessus le la Marne. Bien sale à cette époque avec toutes les pluies de ces derniers temps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Tribaldou franchi, je laissais sur la gauche la direction de la N3 qui allait à Meaux que j'éviterai lors de ma sortie. Direction Esbly par Vignely. Un cyclo devant moi que je rattrapais assez facilement car en VTT, il allait beaucoup moins vite que moi. Tiens, quelques cyclos isolés mais pour l'instant c'était pratiquement plat. Après avoir traversé Esbly à droite près de la gare, je bifurquais à gauche pour aller vers Condé Ste Libiaire

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Passage au dessus du canal de l'Ourcq, pas très loin du Grand Morin au dessus duquel je passais un peu plus loin mais toujours aussi sale. Et je montais cette bosse dont parle si souvent mon ami Cigogne, lors de ses randonnées de printemps qui était assez longue, dépassant les 2kms. Au feu, j'apercevais le château mais j'allais plutôt dans le centre pour partir en direction de Bouleurs. Déjà, plus de cyclo. Bizarre!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Au loin, je pouvais voir l'A4 pour me diriger sur Coulommes, lieu stratégique de pas mal de chasseurs mais cette fois-ci je n'en voyais pas. Je laissais à droite Bouleurs. Déjà je pouvais admirer les quelques bosses qui m'étaient offertes.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je partais en direction de Sancy Les Meaux. Beaucoup de villages étant proches de Meaux avaient ce particule attaché à son nom. J'allais en direction de Coulommiers à ne pas confondre avec Colomiers qui est près de Toulouse. Je croisais la route Crécy la Chapelle/ La Ferté Gaucher que j'allais prendre pour partir en direction de Crécy. Mais bien avant l'entrée de la ville, j'allais remonter vers Bouleurs en passant par Férolles. Toujours cette direction qui n'était pas indiquée! Mais j'allais suivre mon instinct pour retrouver la sortie de Bouleurs et partir sur Crécy.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je faisais juste un détour pour me faire quelques bosses et arriver au kilomètrage que je souhaitais. J'arrivais sur la N34 que connaissent beaucoup de gens, allant de Couilly Pont aux Dames vers Coulommiers. Je la traversais pour arriver dans le centre de Crécy animé par le marché hebdomadaire. Je filais en direction de Voulangis.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Une belle bosse de 2kms environ, un peu parallèle à celle de Tigeaux qui était un peu plus loin. Quelques groupes descendaient et j'allais commencer à rencontrer pas mal de groupe. C'était un peu leur fief! Au loin, j'entendais des coups de fusil du ball trap très fréquenté à cette époque. J'allais emprunter la route qui venait de Melun et qui rejoignait l'A4. Mais moi, j'allais en direction de Villeneuve le Comte pour terminer mon périple.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je croisais pas mal de cyclo qui faisait un break après la montée de Tigeaux pour rejoindre Villeneuve le Comte qui n'était plus qu'à 4kms. Retour par la route habituelle mais en faisant un détour par la Dénicherie pour arrondir le kilomètrage de ma sortie.

70kms tout rond pour cette sortie vers le Nord avec un peu de bosse puisque j'avais 643m de dénivelé.

Ainsi se terminait ma semaine sportive. Maintenant à moi l'activité papy!

Bon Noël à tous mes lecteurs.

J'espère bien faire quelques sorties avant la fin de l'année qui sera plus calme.

J'avais dépassé mes 14000kms mais je n'atteindrai pas les 15000kms envisagés mais est-ce important.

Voir les commentaires

Et c'est reparti

Publié le par JP Lariegeoise

Parfois les discours disparaissent ou restent dans l'oubli

Voir les commentaires

Et c'est reparti

Publié le par lariegeoise

Après avoir fait tous les examens nécessaires et recommandés par mon médecin : bilan sanguin complet, scanner du crane, hécographie de la cuisse gauche, il s'est avéré que j'avais un hématome cranien qui allait se résorber petit à petit mais qu'il fallait surveiller, un superbe hématome à la cuisse gauche et non une déchirure musculaire, et un bilan sanguin bon. Pas encore de problème de prostate. Et après une visite à mon médecin traitant, j'avais son feu vert pour reprendre mon activité sportive ou plutôt mes sorties de cyclotouriste. Je n'allais surtout pas m'en priver car le vélo d'appartement n'a jamais été pour moi, mon dada! J'ai plutôt besoin de grand air même si parfois les éléments extérieurs me sont contraires. Donc c'est avec grand plaisir que vendredi après midi, j'allais chevaucher à nouveau mon mulet pour une première sortie assez courte car il me fallait reprendre doucement car de toute façon le record des 15000kms dont j'avais rêvé pendant quelques temps, tombait à l'eau par la force des choses. Le temps était agréable même si un peu frais : 3° au compteur. Je mettais mon équipement d'hiver mais par contre je négligeais de chausser mes sur-chaussures. Grave erreur car j'allais avoir un peu froid aux pieds.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

13H, et c'était parti pour mes premiers tours de roue. Pour sûr que je n'allais pas emprunter des routes inconnues car mon kilométrage prévu qui allait se situer aux alentours de 60kms, me limitait dans mon parcours. Circuit pas trop accidenté car je ne voulais pas forcer sur ma jambe gauche qui était encore un peu douloureuse. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières en empruntant cette belle route nouvellement bitumée. Un peu de voitures comme toujours mais je n'avais pas d'appréhension comme me le précisait dernièrement mon ami Lolo 90. La peur n'évite pas le danger. Et d'ailleurs, je partais seul comme toujours malgré les recommandations de Cigogne qui m'avait indiqué le contraire. Mais je suis un râleur comme Véloblan et je préfère être seul pour pouvoir partir quand je le désire, aller où je veux et rouler à la vitesse que je désire quoique rouler en groupe permet parfois de s'économiser un peu, dynamisé par les autres cyclistes. Villeneuve le Comte, quelques cyclos isolés comme souvent en ce moment et surtout en semaine. A l'intersection de la route Tournan/La Houssaye, je bifurquais au calvaire des Chapelles Bourbon. Un circuit princier quoi, pour une bonne reprise où je ne subissais pas trop le vent. Direction Marles en Brie.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Je laissais sur la droite Faremoutiers pour me diriger vers Lumigny qui sera le village extrême de ma sortie. Les forêts avaient perdu leurs feuilles et plus question de se sentir abrité du vent. Mais toujours ces belles lignes droites. Dans le bois, je croisais la route de chasseurs qui partaient à la chasse aux sangliers ou à quelque biche. Il valait mieux s'éloigner d'eux car ces messieurs tiraient à balle réelle. Mortcerf était à l'horizon. Je maintenais toutefois un bon rythme sans forcer pour autant.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

J'allais juste approcher le village de Mortcerf car j'allais partir en direction de Crêvecoeur, toujours pas de belles routes boisées. Le téléthon était déjà annoncé pour le week-end. La Houssaye, la chocolaterie si délicieuse était fermée à cette heure-ci. Je filais au feu rouge, tout droit pour rejoindre Neufmoutiers qui allait sonner la fin de mon périple de l'après-midi.

Et c'est reparti

Je passais par les Lycéens, où l'arbre de la pause technique de Cigogne était encore là! Favières, et plus que 9kms à franchir pour finir ma boucle de l'après-midi.

62kms au compteur à une vitesse acceptable pour une reprise d'un cyclotouriste puisqu'elle dépasserait les 25kms/H.

Mais dieu que cela avait agréable de rouler à nouveau dans la nature même si le temps était frais. Un peu froid aux pieds mais je modifierai cela à ma prochaine sortie. Une bonne douche chaude m'attendait.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Samedi après-midi, je remettais le couvert pour une sortie un peu plus longue mais avec un vent assez fort ressenti. Il faudra donc composer avec! Départ à l'identique par la forêt de Ferrières mais cette fois-ci, je filais sur Favières. Je n'hésitais pas à mettre pied à terre au premier croisement car la circulation était présente. A l'entrée du village, je filais à gauche pour rejoindre Les Lycéens que je croisais souvent dans l'autre sens. Direction Châtres pour aller sur Chaumes que je n'atteindrai pas puisque je tournerai à droite pour rejoindre Forest.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Dans le village, à gauche toute pour rejoindre Ozouer Le Voulgis et retrouver Courquetaine. Et là, je commençais à subir énormément le vent de face, m'obligeant à relancer sans arrêt pour essayer de garder une bonne vitesse. Et là, c'est vrai que cela aurait été plus agréable de ne pas être seul. Dans le village, quelques jeunes traînaient. Direction Solers, en espérant que les travaux seraient finis dans le village.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Les travaux étaient bien terminés et j'avais droit à une superbe route où les bosses avaient été supprimées. Descente sur Soignolles où quelques pêcheurs taquinaient les petits poissons. Je partais en Direction d'Evry Grégy que j'éviterai pour tourner en haut de la bosse vers Cordon. Et toujours ce vent violent de face.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Suisnes, Grisy-Suisnes où je croisais encore quelques cyclos qui devaient apprécier le vent dans le dos. Cossigny, Chevry-Cossigny et plus que 5kms pour rejoindre Ozoir la Ferrière. Petit coup d'oeil sur la N4 où les radars de l'éco-taxe trônaient encore. Je traversais la ville qui avaient encore pas mal de circulation et cette grande ligne droite jonchée de plein de sens giratoire. Pas possible de rouler trop vite. Je n'étais plus qu'à 13kms de mon domicile mais je commençais à avoir de grosses cuisses, ayant bagarré pas mal avec le vent.

Et c'est reparti

Pontcarré à l'horizon, quelques groupes rentraient de leur périple. Dernier passage boisé à travers la forêt de Ferrières mais toujours pas la possibilité de se protéger du vent contraire. Dans la dernière bosse, je me faisais dépasser par un petit groupe de jeunes qui me saluaient au passage, comme quoi certains ont une certaine civilité. J'essayais de les suivre un peu sans trop forcer mais de toute façon j'arrivais chez moi.

Fin de la sortie pour un kilométrage de 68kms pour une moyenne plus faible puisqu'elle se situait en dessous des 25kms/h. Mais belle sortie tout de même.

La gelée étant attendue le matin et un repas avec les anciens du village organisé par la mairie, le midi, m'incitait à arrêter mes sorties de la semaine. Et pour la suite, il faudra faire avec le temps car la pluie était plus ou moins annoncée. Et j'essaierai de rouler un peu plus quoique les journées commencent à diminuer sérieusement.

Voir les commentaires

Parfois il faut se montrer patient...

Publié le par lariegeoise

Facile à dire mais pas facile à faire, parfois quand on vient de faire une grosse chute dont une perte de conscience avec un trou noir de cet événement et qu'on ne se sent pas si mal que cela.

En conséquence et selon les instructions de mon épouse et de ma fille après le scanner que j'ai subi cette semaine, je n'ai pas continué à reprendre le cours des routes de la Seine et Marne. Et oui le CR du scanner disait : Hématome sous-dural de la convexité gauche sans signe de saignement actif mais pas de retentissement notable sur le aprenchyme adjacent. Donc état général à surveiller. Donc j'ai suivi les ordres de ces dames et je me suis contenté de faire du vélo d'appartement. pas véritablement mon truc mais j'ai réussi à rouler pendant une heure pour 32Kms avec difficulté 1 et 2. Donc sans trop forcer.

Il ne me reste plus qu'à avoir mon écographie de ma cuisse gauche pour voir si j'ai un déchirement musculaire. La bosse est toujours présente à ce jour. Comme quoi.

Donc mes chers lecteurs vous n'aurez pas d'image cette semaine de mes randonnées en Seine et Marne mais j'espère très vite remonter sur mon bike pour offrir de belles images, entre autre ce petit clin d'oeil lors de mes sorties en Ariège, l'endroit où j'espère très vite y retourner.

Parfois il faut se montrer patient...

Voir les commentaires

Reprise après la chute

Publié le par lariegeoise

Et oui, voilà déjà qu'il y a une dizaine de jours que j'ai été victime d'une chute que je ne m'explique toujours pas comme j'ai perdu conscience à ce moment-là et qu'à l'heure d'aujourd'hui, c'est encore le trou noir pour moi. Mais je reste encore, presque certain que j'ai été victime d'un accident de la route provoqué par un autre véhicule car mon état de santé ne me semble pas pouvoir à cette heure déclencher un AVC ou autre malaise, ni l'état de la route à cet endroit n'a pu me faire provoquer une chute aussi importante provoquant le bris de mon casque (me renforçant la nécessité de son port). Après interrogation des pompiers après coup, je ne peux avoir connaissance de leur rapport, ni la présence de la personne étrangère à côté de moi au moment de l'incident ne m'a pas été expliquée. Bref ce moment restera pour moi un grand mystère.

Mes blessures sont assez limitées mais m'handicapant encore, par un énorme hématome à la cuisse gauche qui me bloque encore dans mes déplacements, et une ouverture limitée de l'arcade sourcilière gauche. Je me remettais gentiment, voulant reprendre le vélo rapidement car je m'étais fait l'objectif d'arriver à 15000kms en fin d'année et là j'ai bien peur de penser que je n'y arriverai pas.

Ne tenant pas en place, j'ai voulu me remettre sur mon vélo d'appartement pour faire tourner les jambes, ne prenant pas trop d'appui sur cette jambe gauche. Chose que j'ai réalisé deux fois cette semaine mais que pour 1/2h à chaque fois car ce n'est vraiment pas ma passion et sur des parcours cools. Et oui, je voulais doser l'effort.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Les résultats semblant être positifs, je me décidais à passer à l'action supérieure, soit tester en milieu naturel si je pouvais faire tourner mes jambes. En clair, rouler sur route! Et ce fut avec grand plaisir que samedi après midi, j'allais tester sur un circuit court mes réactions. Pas d'appréhension au départ, restant presque certain qu'on m'avait fait tomber, trouvant le frein droit déplacé alors que j'étais tombé sur la gauche. Il y a parfois des choses révélatrices. Je me limitais à faire une sortie de 50kms environ. Juste de quoi ne pas trop me fatiguer car ma jambe gauche était encore assez bloquée par la douleur. Et pas question de faire de bosse. Juste de quoi passer au dessus de l'autoroute, donc montée très courte.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Inutile pour moi d'essayer de vérifier le kilométrage sur STRAVA car le circuit je l'avais déjà fait de multiples fois. Direction Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte. Quelques cyclos isolés mais le samedi il y a moins de monde sur la route. Un cyclo me dépassait mais pas question de prendre sa roue. J'avais décidé de rouler cool. Mes sensations étaient bonnes et je n'avais pas trop de douleur. Bon, cela me tirait un peu dans les jambes mais c'était supportable. Les routes avaient vraiment pris les couleurs de l'automne. Neufmoutiers, Marles était en vue.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Je traversais la grande artère venant de Melun pour me diriger vers Chaumes que je n'atteindrais pas puisque je filais sur Forest, Retal où un concours hippique s'effectuait comme très souvent le week-end. De très beaux chevaux étaient présents. Mais mon ami Alex devait connaitre pour son épouse qui est adepte de cheval. Je filais très vite sur Liverdy.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

A Liverdy, je me permettais de faire une pause....photo pour admirer les magnifiques daims qui étaient dans le parc du château. Je comprends que Bernard y fasse sa pause....mais technique. Il allie le plaisir des yeux au soulagement physique. Mais j'avais beaucoup de mal à poser le pied par terre et ma démarche était encore chaloupée. Bien vite, je repartais en direction de Tournan.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

J'allais dans le centre pour prendre un cliché plus typique mais je repartais sur ma fin de parcours sachant qu'il ne me resterait que 13kms à parcourir. Direction Favières et j'arrivais chez moi après avoir parcouru 53kms à une allure tranquille sans trop forcer. J'avais pas trop souffert mais par contre la pose du pied au sol était une autre paire de manches.

Il ne me restait plus qu'à poursuivre ma reprise pour peut-être réaliser mon objectif des 15000kms parcourus à la fin de l'année.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Dimanche matin, départ aux aurores comme par le passé pour une ballade un peu plus conséquente. La brume envahissait les champs aux alentours et parfois, c'était limite brouillard. Petit arrêt au premier plan d'eau avant d'arriver à Villeneuve le Comte où j'avais aussi croisé des cyclos isolés. Je distinguais un héron cendré perché sur un arbre pendant que des canards s'ébattaient sur l'eau. Mais je n'étais pas là pour rêver et je repartais vers Neufmoutiers pur reprendre ma course de la veille sur ses tous premiers kilomètres.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Châtres, le circuit habituel. Avant d'arriver à Chaumes, sur le plateau, je filais à gauche pour partir en direction de Fontenay Trésigny où je croisais que quelques coureurs à pied. Et oui, le dimanche, toutes les disciplines étaient de sortie. Dans le village, c'était encore bien tranquille. Je pouvais admirer le château qui n'était toujours pas réhabilité. Il est vrai que ce genre d'activité demande beaucoup d'investissement, entre autre financier. Pas de paroissien à l'église. Et je filais sur Marles en Brie en traversant le village par le centre.

Reprise après la chute
Reprise après la chute

J'allais commencer à rencontrer pas mal de clubs puisqu'en général, leur heure de départ est 9H. Lumigny, je filais à gauche au centre pour arriver sur Morcerf. Je croisais la garde de Crécy la Chapelle, chère à mon ami Régis qui en était le président avant de filer sur le Béarn, une bien belle et autre style de région. Dans le centre de Mortcerf, je tournais à gauche pour partir sur Crêvecoeur et toujours ces traversées de routes boisées. Ne dit-on pas que la Seine et Marne est l'un des départements le plus boisé en France. Ne manque plus que de vraies bosses mais je n'y ai pas encore emmené les montagnes!

Reprise après la chute
Reprise après la chute

Le soleil commençait à pointer le bout de son nez et le nombre de cyclos aussi. La Houssaye et je faisais le grand tour pour revenir par la route de Tournan avant de rejoindre Neufmoutiers. Quelques cyclos à l'horizon que j'essayais de rattraper histoire de me tester un peu. Mais je n'allais pas m'attacher à un wagon qui allait partir vers Pontcarré. Villeneuve le Comte, Villeneuve St Denis, il ne me restait plus beaucoup de kilomètres à parcourir. Et dernière rampe passant au dessus de l'A4 qui me permettait de faire un peu de dénivelé mais ce n'était pas mon but premier.

Résultat de ma sortie : 77kms à allure de cyclotouriste mais au delà des 25kms/h de moyenne. Pour une reprise, ce n'était pas si mal.

La semaine suivante ne sera peut-être aussi riche en sorties devant être pris pas pas mal de choses, entre autre un rendez-vous chez le médecin pour essayer de retrouver plus vite la vraie forme.

Voir les commentaires

Et une chute............une!

Publié le par lariegeoise

Lundi matin, j'avais déjà fait mon circuit sur STRAVA avant de me lancer dans l'inconnu. C'est mieux pour connaitre le kilomètrage envisagé et savoir si je peux rentrer à temps.

Le départ serait à peu près à la même heure que les jours précédents, soit vers 7H30. Un peu de vent et un peu de voiture sur la route. Départ vers Favières. Inutile de prendre de photos à cette heure-ci car le jour ne s'est pas assez levé. Passage par le lieu de pause de Bernard mais à cette heure-ci il n'était pas encore debout. De toute façon il ne roule que l'après midi.Et moi, n'étant qu'au début de mon périple, je n'allais pas faire encore de pause technique. Direction Villé pour rejoindre Tournan par le moulin qui n'est plus qu'un lieu dit. Go pour Liverdy.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Dans le centre du village, je pouvais faire la première photo du château qui était encore dans la brume. Pas de biches dans le parc. Elles devaient être mis à l'abri! Direction Forest tout près de Chaumes. Et toujours ces belles couleurs en traversant les parties boisées.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Première bosse pour atteindre le centre du village en venant d'Ozouer où je n'étais pas passé. Juste pour la direction. Une incursion dans le village pour prendre le château, bien caché qui avait été restauré, il y a peu de temps. Dans le centre du village, j'allais quitter la direction de Verneuil l'Etang pour tourner à gauche pour aller vers Courtomer. Une direction que j'avais envie de découvrir. Comme quoi, il y a toujours de nouvelles pistes. Bon la route n'était pas en très bonne état mais avec mon mulet, je ne craignais pas trop. Arcy et ce vestige de l'ancien château. Comme quoi, certains essayaient de garder le patrimoine. Direction Courtomer qui n'était plus très loin.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Au centre du village des sens interdits allaient me diriger vers d'autres chemins prévus pour rejoindre la route qui allait sur Rozay en Brie. Petites routes tranquilles et surtout pas de cyclos! Segrès, je passais au niveau de cette belle bâtisse et son lavoir bien conservés. Je regagnais la route Mormant/Rozay.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Je contournais Rozay pour être plus tranquille et me diriger vers La Chapelle Iger. Gastins et son toujours célèbre moulin à vent. Dans le centre du village, je filais à gauche pour aller sur Pécy. Je rencontrais mon premier cyclo. Comme quoi il y avait d'autres courageux!

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Au centre du village, je filais à gauche pour partir en direction de Vaudoy. Mais cette fois-ci, je n'allais pas emprunter cette grande route qui allait sur Villeneuve le Comte où déjà bon nombre de camions roulaient. J'avais auparavant étudié un peu mieux la carte! Au passage, encore des forages de pétrole. Comme quoi, la S/M avait peut-être trouvé le trésor.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

J'allais en direction d'Amillis que je laisserai sur la droite au niveau du silo. A gauche toute, pour rejoindre Touquin. Désolé mais les photos n'auront pas cette qualité souhaitée mais avec un ciel bâché, c'était difficile de faire mieux. Je passais à côté de cette ferme classée mais qui ne me dévoilera pas ses beautés, étant bien cachée.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Pézarches, direction Tournefeuille où je ne pourrai aller sur Courtesoupe, la route étant fermée à cause de travaux. Courbon et je parcourrai la route de Faremoutiers/Mortcerf sur peu de distance puisque je filais sur Dammartin sur Tigeaux, Tigeaux. Et je remontais cette belle côte pour me diriger sur Villeneuve le Comte. Un cyclo allait me dépasser mais je n'allais le suivre que peu de temps puisqu'il s'arrêtait au centre de Villeneuve, certainement pour prendre de l'eau. Et je filais sur les 10 deniers kilomètres qu'il me restait à parcourir pour arriver chez moi.

Résultat de la sortie : 101 kms pour une vitesse de 25kms/h et 636m de dénivelé

Demain je sortirai car mon objectif restait toujours le même : parvenir à 15000kms parcourus à la fin de l'année.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Mardi matin, je me remettais cela mais sur un circuit beaucoup plus connu mais bosselé à souhait car je l'avais fait bon nombre de fois les années passées. J'avais toutefois paramétré le kilomètrage et j'avais décidé de le raccourcir quelque peu pour rester dans un chiffre raisonnable.

Départ comme assez souvent par la forêt de Ferrières pour me diriger vers Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte, Tigeaux. Un démarrage en douceur car la seule bosse que j'allais rencontré était la montée par dessus la ligne TGV. J'allais éviter la montée vers Monthérand ayant déjà jugé que la route était trop sale en ce moment de période de labour. Passage par Serbonne pour monter la route de Crécy la Chapelle en direction de Coulommiers. En passant au dessus du Grand Morin, des canards en couple qui allaient s'envoler à mon passage. Pas de biche dans le coin pour l'instant.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Pas trop de circulation dans ce sens.Belle bosse d'1,5kms pour un pourcentage de 7/8% pour atteindre la plateau en direction de Montbrieux. Rencontre avec le terrain de golf où déjà les participants étaient arrivés.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Descente sur Guérard que je n'abordais que partiellement car je n'arrivais pas à franchir le Grand Morin pour remonter sur la Villeneuve pour une deuxième bosse, plus douce. Redescente par Pommeuse pour arriver à la montée vers Faremoutiers en passant à côté de la gare. Là, on était plus près de 2kms d'ascension à un bon pourcentage aussi.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Redescente sur l'autre versent de Pommeuse et direction Mouroux qui est un peu la banlieue de Coulommiers. Passage par le centre et au dessus du Grand Morin où déjà un pêcheur était au travail. On n'arrête pas le pélerin!

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Je laissais Mouroux s'éveiller tranquillement pour me diriger vers St Augustin. Je croisais d'autres cyclos qui s'attendaient avant d'attaquer. Malheureusement ils ne partaient pas dans ma direction. St Augustin, passage au premier stop où je passerai au retour en venant de la droite.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Mauperthuis, je croisais la route Coulommiers/Melun que je prenais à droite pour me diriger vers Ste Aubierge, un peu plus loin à droite. Je remontais vers les Bordes pour revenir à St Augustin. Et enfin d'autres cyclos! Mais pas dans ma direction!

Et une chute............une!
Et une chute............une!

A la sortie de St Augustin, je filais vers Le Poncet où une belle bosse m'attendait pour remonter vers Faremoutiers. En haut je tournais à gauche pour aller sur la Celle d'en Haut et arriver à La Celle d'en Bas. Quelques cyclos, normal, l'heure s'avançait.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

A La celle d'en Bas, je remontais en direction de Guerard pour descendre à gauche au stop pour me diriger sur Dammartin sur Tigeaux et là, j'aurai un peu plus de cyclos. Mardi était le jour des sorties club.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Une nouvelle bosse en direction de Dammartin, des cyclos me saluaient au passage. Ca allait me changer un peu.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Au stop, j'allais filer à gauche pour aller sur Mortcerf, la direction de l'autre fois n'ayant pas été concluante. Remontée vers La Houssaye où j'allais au niveau du feu tricolore prendre la direction de Neufmoutiers. Et la route du retour n'était pas loin.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Vers Villeneuve le Comte, j'allais retrouver un club que j'allais suivre quelque temps mais que j'allais filer au niveau de Villeneuve St Denis, étant un peu émoussé par mes quelques bosses franchies. Dernière bosse de Jossigny et je n'étais plus qu'à trois kilomètres de chez moi. Un dernier cyclo que j'allais dépasser rapidement.

Résultat de la sortie : 90kms pour 926m de dénivelé et une vitesse d'un peu moins de 25kms/h

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Jeudi matin, une sortie de 96kms était prévu mais les événements allaient en décidé autrement. Toujours circuit préparé sur strava.

Départ un peu plus tard que d'habitude, 7H45. De toute façon, c'est de plus en plus difficile de partir tôt et on allait arriver sur les journées les plus courtes. Direction Favières pour passer par le bois de Ferrières et je ne savais pas encore qu'il y avait un tigre supposé auprès de qui on devait être en recherche, c'est à dire tout près de chez moi. Châtres, direction Chaumes, pas tellement loin. Ca ne bougeait pas trop et les clubs cyclos n'étaient pas encore sur la route.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Après être passé partiellement dans Chaumes, je prenais la direction de Vilbert et ainsi contourner un peu Rozay en brie. Pas envahi par les automobilistes. J'allais prendre la direction de La Chapelle Iger.

Et une chute............une!
Et une chute............une!

Je traversé le village partiellement pour partir en direction de Gastins. Je laissais le moulin à vent à ma gauche pour partir en direction de Nangis. 4kms plus loin, j'arrivais au centre du village de Clos Fontaine et là, le trou noir. Je ne sais pas trop ce qui m'était arrivé après, au centre du village. J'allais reprendre mes esprits auprès des pompiers qui arrivaient. Un homme était auparavant à côté de moi. Et je n'avais pas l'esprit de lui demander comment il m'avait retrouvé. Mystère! Car j'étais en pleine côte, en haut du village avant de partir sur Quiers. Bref, les pompiers m'emmenaient à l'hôpital de Melun après avoir laissé mon vélo à l'école juste à côté du lieu d'accident. Résultat deux points de suture à l'arcade gauche et un superbe hématome qui allait le plus me faire mal. J'étais pris en charge rapidement et j'attendais mon épouse pour rentrer après consultation après examen.

Résultat j'étai arrêté pendant quelques jours car la première nuit n'allait pas être calme suite à mes douleurs. J'avais parcouru 45kms pour 325m de dénivelé. Mais j'espère me remettre sur pied rapidement vers la voie des 15000kms que je voulais atteindre avant la fin de l'année.

A suivre.... mais quand!!!!!

Voir les commentaires

Bon, cette fois, l'automne est là!

Publié le par lariegeoise

Mardi matin, juste une brume était annoncée donc je décidais d'aller faire un petit tour, histoire de m'approcher un peu plus des 13000kms. J'avais tracé sur STRAVA, un autre site, le parcours et je rentrais dans le chiffre 100kms pour le parcours comme à l'habitude. D'ailleurs, si je réussis à faire ce style de score jusqu'à fin décembre, je serai assez content. 9° au compteur, inutile de vous dire que j'avais remis le long mais pas pour les gants encore! Cette fois-ci, j'avais prévu d'aller vers le nord sur des routes plus ou moins nouvelles. Malheureusement, je n'avais mémorisé les villages traversés que dans ma tête et partiellement. Un peu trop d'ailleurs car j'allais me planter une fois de plus. Mais il n'y aurait rien de bien dramatique car l'essentiel était bien de me faire plaisir sur le vélo quoique j'entends déjà les remarques de certains. Voilà donc cet épisode de cyclotouriste.

Ah, petit détail, la chaussée était assez humide et je me doutais que le vélo devrait passer au nettoyage au retour. Je n'avais pas encore pris mon mulet car il était chez le docteur pour une future reprise en mains pour l'hiver. Mais cela ne saurait tarder!

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Départ à la pointe du jour, soit vers 7H30 par la route habituelle : bois de Ferrières, Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte. Toujours autant de voitures et même sur le circulaire de Villeneuve, il y avait le bouchon habituel. Toujours à me demander pourquoi les gens persistent à prendre leur voiture. Descente sur Tigeaux en étant prudent dans la descente, la chaussée étant mouillée comme je vous l'avais dit. Direction Crécy la Chapelle dans le centre puisque je voulais monter sur Bouleurs. Après j'allais me retrouver sur des routes plus tranquilles.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Une belle côte m'attendait sur presque 1,5kms à un bon pourcentage déjà. De quoi, me réchauffer rapidement.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Coulommes, lieu de rendez-vous des chasseurs, des jeunes écoliers attendaient l'arrivée de leurs cars scolaires. A la sortie, cet engin pour puiser le pétrole mais ce n'était qu'une réplique car le pétrole n'était pas là. Je ne verrai pas le soleil ce matin! Mais l'essentiel est qu'il ne pleuvait pas. Vaucourtois, et oui, il y avait vraiment que les églises qui étaient des monuments remarquables dans chaque village traversé. J'avais prévu de monter vers St Jean les deux Jumeaux puis La Ferté sous Jouarre. Mais il en saura tout autrement puisque je n'avais pas noté les villages à traverser. J'étais parti simplement la fleur au fusil comme bien souvent. Et pour le GPS je verrai plus tard! L'essentiel était de me faire plaisir sur mon vélo.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

J'allais me planter dans le village et bifurquer à droite en direction de Sancy les Meaux. Et bien vite, j'allais comprendre mon erreur et je décidais de continuer ma route car mon timing était compté avec ces matinées qui devenaient de plus en plus courtes. Je partais en direction de Pommeuse en passant à côté du terrain d'aviation de Mouroux. Rouilly d'en Bas, que j'empruntais souvent dans l'autre sens, je filais sur Guérard pour remonter sur la route de Morcerf/Faremoutiers. Très vite, je m'apercevais que je pouvais rallonger mon circuit. Donc je prenais la direction de Hautefeuille.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Pézarches, Nesles la Giberde, je faisais une pause technique au plan d'eau avant d'arriver à Rozay et je mangeais même une banane car il fallait mieux prendre quelques calories. Je traversais Rozay où le cours d'eau l'Yerres coulait. Au loin un cyclo que j'allais facilement rattrappé. Je le saluais en passant mais pas de réponse. Certains sont muets!

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Vilbert et j'arrivais à l'entrée de Chaumes. Je bifurquais à droite pour remonter sur Fontenay Trésigny. Après le village, je tournais à droite pour aller sur Marles en Brie et revenir sur La Houssaye. Je prenais en photo le château pour changer un peu des églises.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

A la sortie du village, je me dirigeais vers Les Chapelles Bourbon, village auprès duquel je passais. Neufmoutiers en faisant le tour par le carrefour de Châtres/Tournan, et Villeneuve le Comte était à portée de fusil. J'étais dans les temps et je ferai mon 100kms comme souhaité.

Bon, cette fois, l'automne est là!

Villeneuve St Denis, je filais tout droit pour revenir chez moi. Quelques petits coups de manivelle avec des cyclos isolés. Toujours intéressant en fin de parcours.

Tout compte fait, j'aurai fait une belle ballade de 106kms pour 390m d'après mon compteur à une moyenne de 26kms/H. Pour une fois, je n'avais pas trop été gêné par le vent. Par contre, je refaisais mon parcours sur STRAVA qui m'indiquait aussi une différence importante de dénivelé puisque j'avais 610m. Qui croire après!

Par contre, je comprenais vite que mon vélo avait besoin d'un sérieux nettoyage. Etonant, non!

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Jeudi matin, on était pas loin du gel puisque le compteur annonçait 3° mais je n'allais pas encore mettre ma veste d'hiver car je savais que la température allait s'élever dans la matinée. Bien sûr, je m'étais tracé le circuit pour voir si je serai dans les temps. Petit bémol, je savais qu'à un moment, je serai obligé d'emprunter une route assez fréquentée par les camions sur une dizaine de kilomètres. Mais il m'était difficile de passer outre.

Départ 7H35' et encore j'avais de la chance car le temps était presque clair, juste une brume à certains endroits. Mais en automne, il faut bien faire avec. Je roulais encore avec mon carbone car je n'avais pas encore récupéré mon Bianchi. Les routes étaient moins sales car il n'avait pas plu la veille.

Go, pour la forêt de Ferrières pour rejoindre Favières et le passage des Lycéens. Toujours autant de voiture. Ce week-end ce sera plus calme. Remontée sur Châtres pour me diriger sur Liverdy. Le lever du soleil était un peu plombé par cette brume, donc je me limitais à la vue sur le plan d'eau avant Liverdy. Au carrefour, je tournais à gauche direction Forest. Pas question de m'arrêter pour regarder les biches et d'ailleurs ne faisant que commencer mon circuit, je n'allais pas faire d'arrêt.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Forest, je réussissais à prendre en photo la maison à droite, au niveau du carrefour. Avec ses couleurs chatoyantes, elle était splendide. Un magnifique labrador m'accueillait. Descente sur Maurevert, laissant à gauche Chaumes. Une petite bosse intéressante. Et j'étais à l'orée de Verneuil l'Etang. Les champs avaient été labourés dernièrement et la brume persistait encore quelque peu.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Je traversais la ville de Verneuil admirant les immenses silos qu'il y avait près de la gare. Je n'oubliais pas de prendre le cliché de l'église. Ma première! Direction Beauvoir. J'étais sur de petites routes mais cela ne me gênait pas car il n'y avait pratiquement pas de circulation. Direction Beauvoir.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Dans les champs, les camions récupéraient les betteraves en vue de les transporter à la sucrerie. Il y avait à cet effet, un chapelet de camions et je devais prêter attention en les dépassant car n'ayant pas l'habitude d'avoir de circulation sur ces routes qu'ils pouvaient ne pas me voir. Normalement j'aurai dû filer sur Courtomer mais par une mauvaise circonstance, je partais sur Aubepierre. Pas grâve, au carrefour, je filais à gauche en direction de la ferme Paradis. Après le passage des travaux, je filais à droite pour rejoindre Grand Bréau. Et là, je connaissais un peu car je l'avais pris dernièrement. Direction Courpalay.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Courpalay, la direction de Chapelle Iger m'était toute tracée. A la sortie du village, j'allais me faire une pause technique car le froid avait fait son effet. Oh un arrêt très court comme d'habitude. Il ne fallait pas refroidir l'homme. Passage à côté du château Champ Gueffier dont je vous ai parlé une dernière fois, puis le fameux moulin à vent de Gastins.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Gastins, je ne me rappelais plus qu'il n'y avait pas de route qui allait directement à Vaudoy en Brie, alors je me renseignais auprès d'un villageois. Je devais filer sur Pécy où j'aurai la direction souhaitée. En passant, je prenais le cliché du château de Mélenfoy. Belle bâtisse qui avait sa propre église. Mais je filais bien vite sur Vaudoy que j'atteindrai après être passé en dessous de la nationale 4 où déjà pas mal de camions passaient.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Vaudoy, juste un arrêt cliché et j'allais me diriger vers la D231 qui était une succession de bosses, style montagnes russes sur 8kms. Mais la route était assez étroite et j'allais souvent être bousculé par le passage des camions. Enfin ma souffrance serait de courte durée.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

A Touquin, j'allais quitter cette route très envahie par les camions et me retrouver sur un circuit plus tranquille. D'ailleurs, j'allais plus ou moins improviser le retour. Pézarches, je filais sur Hautefeuille où j'allais croiser le premier club. A priori, ils allaient sortir l'après-midi à cause du froid du matin.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Hautefeuille en vue avec sa maison de retraite mais ce ne sera pas pour moi encore! Dans le centre du village, je filais à gauche pour passer par Courtesoupe et revenir en direction de Mortcerf où je croisais un cueilleur de champignons. Pour l'instant son panier était vide. Dammartin, je descendais la côte pour arriver à Tigeaux où là, ce sera une bosse de 2kms à un petit pourcentage. Et go vers Villeneuve le Comte.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Villeneuve le Comte, j'allais parcourir les dix derniers kilomètres qu'il me restait pour rentrer chez moi par une route habituelle. Villeneuve St Denis, même pas de cycliste isolé! Et j'arrivais à cette voûte de tilleuls qui signale l'entrée dans mon village.

Belle sortie de 108kms pour 641m de dénivelé à une moyenne acceptable de 25,8kms/h et j'avais eu droit à mes premiers froids mais pas de neige!

Ah, petit détail, j'avais passé la barre des 13000kms!

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Samedi matin, le temps annoncé semblait être plus clément même si le ciel resterait plombé toute la matinée. Mais la température était plus que supportable par rapport à celle que j'avais subie cette semaine. J'avais repris mon mulet après entretien chez mon vélociste. Et oui, les routes étant de plus en plus pourries, j'avais préféré me remettre à mon vieil acier même si je trouvais qu'il était plus lourd à manier. J'avais cette fois-ci bien tracé sur STRAVA le parcours souhaité et même que j'avais fait une photocopie du passage douteux que j'avais raté la dernière fois. Oui, le parcours reprenait celui du début de la semaine où je n'avais pas été bon dans l'orientation. Tétu comme je suis, je voulais absolument découvrir ce tracé et je n'allais pas être déçu. Comme quoi, c'est bon parfois la découverte. Départ 7H35', le jour était à peine levé et je mettais par précaution la lumière arrière. Mais il n'y avait pas trop de monde sur la route. Seuls quelques travailleurs, sans doute.

Départ vers Villeneuve St Denis par le moulin de Jossigny pour une fois car je pouvais me permettre ce raccourci sachant que le circuit dépasserait les 100kms. Villeneuve le Comte, Tigeaux, je me dirigeais sur Crécy la Chapelle. Et toujours cette bonne odeur de pain quand je passais à côté de la boulangerie du centre. Montée sur Bouleurs et sa belle pente sur 1,5kms.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Coulommes, pas de chasseurs encore. Direction Vaucourtois que je franchissais pas puisque je tournais à gauche avant le village pour rejoindre Boutigny. St Fiacre et pas de cochers! De bonnes petites bosses, ça et là qui allaient en définitive me constituait un bon dénivelé.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

J'allais traverser quelques petits villages encore tranquilles. Villemareuil et j'allais me retrouver sur une route qui allait être parralèle à l'A4. Pas mal de circulation sur celle-ci. Direction St Jean les deux Jumeaux.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Les deux Jumeaux tout d'abord avant de rejoindre la N3 qui n'avait pas trop de circulation et surtout de camions. Le week-end, ils sont en général moins nombreux. Je ne pouvais pas faire autrement que de l'emprunter partiellement pour me retrouver sur l'autre rive de la Marne et surtout pouvoir emprunter une route beaucoup plus tranquille. Au loin j'avais pu apercevoir Trilport qui est la banlieue de Meaux.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Passage au dessus de la Marne pour regagner Changis sur Marne où je prenais à droite la direction d'Ussy sur Marne. Au loin j'apercevais quelques pêcheurs. Je me retrouvais sur une route parallèle à la N3 que je pouvais apercevoir de temps en temps mais qui était sur l'autre rive de la Marne. Je poussais jusqu'à La Ferté Gaucher qui était mon ultime point de mon circuit et j'atteignais mes 50kms. Ah, petit détail, j'avais changé de compteur qui était assez basique.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Et j'arrivais à la Ferté Gaucher où je retrouvais la N3 que j'empruntais que partiellement pour monter sur Jouarre par une belle bosse de 2kms. A Jouarre, je pouvais admirer l'ancienne abbaye dans le centre de la ville, avant de revenir sur mes pas pour partir en direction de Signy Signets. La route était toujours aussi grasse mais en bon état, ce qui était des plus agréables.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Quelques bosses et passage dans certains bois, la Seine et Marne n'étant pas l'un des départements le plus boisé. Et j'arrivais à cette intersection qui allait me ramenait en direction de Crécy La Chapelle que j'avais traversé en début de parcours.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Une belle bosse pour arriver à Pierre Levée et toujours cette petite chapelle presqu'en haut de la bosse sur la droite. Régis pourrait peut-être m'en dire plus sur l'existence de cette chapelle car cette présence en plein milieu des champs était assez bizarre.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Pierre Levée, Haute Maison, deux principaux villages que j'allais traverser avant de filer à gauche au rond point suivant pour rejoindre Maisoncelles en Brie. Pour la première fois, je croisais un groupe de cyclos. Mais ils n'étaient pas nombreux. Je me retrouvais en direction de l'aérodrome de Coulommiers. J'allais couper la N34 pour rejoindre Guérard en passant par Rouilly le Bas. C'était une route que j'avais emprunté en début de semaine.

Bon, cette fois, l'automne est là!
Bon, cette fois, l'automne est là!

Guérard, j'allais traversé le village pour tourner à droite en direction de Dammartin sur Tigeaux. Pour l'instant, la route allait être à peu près correcte. A la sortie du village, je décidais de filer tout droit pour rejoindre St Evoye que j'avais vu emprunter dernièrement par un cyclo, pensant que j'arriverai plus loin au centre de Mortcerf. Et quelle erreur de ma part car la route était dans un piteux état et je ne conseille à personne de l'emprunter. Enfin j'avais fait sa découverte. Au loin, j'entendais le bruit des coups de fusil des chasseurs qui étaient nombreux. Ils chassaient le garenne!

Bon, cette fois, l'automne est là!

Toutefois, j'arrivais à la sortie de Mortcerf comme je le pensais et j'apercevais un cyclo qui montait la côte allant sur La Houssaye. J'essayais de le rattraper mais il allait s'arrêter juste avant le village. Au niveau du feu unique, je tournais à droite pour aller sur Neufmoutiers. Vu l'heure et le kilomètrage, je préférai rentrer par Favières. Je dépassais quelques cyclos isolés que je saluais en passant mais qui ne me répondait pas. Comme quoi, la prochaine fois, je m'en abstiendrais. Plus que 9kms pour rejoindre mon domicile et je n'avais plus le vent de face mais il m'avait bien fait mal aux jambes.

Bilan de la sortie : 110kms au compteur avec un vent fort pour une moyenne de 25kms/h comme un bon cyclotouriste et pour un dénivelé de 960m. Comme quoi on peut parfois trouver des bosses en Seine et Marne.

Ainsi allait s'achever ma semaine de cycliste puisque la pluie était annoncé pour demain!

Voir les commentaires

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Publié le par lariegeoise

Mardi matin, je décidais de repartir pour un circuit d'un peu moins de 100kms car maintenant la lumière du jour n'allait nous permettre que ce type de score et puis, il fallait engranger du foncier en vue du printemps prochain. Si le soleil était présent hier encore, ce matin, il avait totalement disparu et j'allais avoir droit à un plafond bas donc brume avec des passages crachin. Mais mon ami Joel, le belge, m'avait conditionné cet été pour rouler même par temps pluvieux.

Donc 7H30, je partais à l'attaque avec un équipement long et des lunettes blanches que j'allais garder même s'il y avait un peu de pluie fine. Cela protégeait au maximum ma vue sans la gêner vraiment. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières comme souvent. J'avais installé un petit éclairage arrière car en cette saison il valait mieux être vu et comme il y avait toujours pas mal de circulation, c'était plus prudent. Villeneuve St Denis, Châtres, j'allais filer vers Chaumes.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je croisais les doigts pour ne pas être sujet à une crevaison comme lors de mes dernières sorties. On ne peut pas avoir la scoumoune à chaque fois. Les feuilles commençait à longer sérieusement les bas côtés des routes. Il n'y avait que 9° au compteur et aussi un vent assez fort de face. Tout ce que j'aime! Je tournais à gauche bien avant Chaumes pour me diriger vers le château du Vivier. Quelques lapins traversaient la route et les canards faisaient leurs gammes dans le plan d'eau d'à côté. Je revenais en direction de Chaumes mais que je ne traversais pas.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je pensais bien que c'était raté pour voir le soleil ce matin. Vilbert, je n'étais pas loin de Rozay en Brie qui serait ma destination extrême à l'est. J'étais assez prudent sur la route car la pluie fine rendait glissante la chaussée. Dès l'entrée de Rozay je filais à droite pour revenir en direction de Beauvoir. Quelques petites bosses mais rien de méchant. J'étais bien loin des montées du week-end. Mais c'était un parcours que je n'avais pas fait depuis longtemps.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Du côté de Courtomer les machines agricoles pour la récolte du maïs étaient à l'action. Le gibier n'aura bientôt plus rien pour se cacher, entre autre les sangliers. L'étang, le nom du lieu dit, je me dirigeais sur Guignes où déjà pas mal de camions circulaient. Direction Moissy Cramayel, une grande ligne droite avec un bon bitume s'offrait à moi. J'allais être presque poussé par les bourrasques que déclenchaient les camions qui me dépassaient. Heureusement que je n'empruntais cette route que brièvement.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

5kms plus loin, je prenais la direction de Barneau pour me rapprocher au plus vite de Soignolles en brie que j'allais traverser jusqu'à l'église pour tourner à gauche pour aller vers Sénart. Mais bien vite, j'allais tourner à droite pour monter par le gué pour rejoindre Cordon. je commençais à croiser pas mal de cyclos isolés. Je n'étais pas le seul à braver les intempéries. Belle bosse que j'avais découvert dernièrement et route tranquille. J'arrivais sur le haras au centre du lieu dit.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'allais me diriger vers Ozoir la Ferrière comme la semaine passée.Suisnes, Cossigny, Chevry Cossigny, je n'étais plus sujet au vent de face et je pouvais à loisir appuyer sur les pédales. Il parait que ça aide pour avancer! Aux environs d'Atilly et bien loin des fauves, je m'autorisais une pause technique car vous savez que le froid me déclenche toujours certaines réactions. Ozoir la Ferrière, ville qui bouge en général, je passais au dessus de la N4 pour me diriger dans le centre et partir sur Pontcarré. Je passais à côté du site qui avait été restauré agréablement. Le jardin public, il ne me restait qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

4 kilomètres plus loin, j'arrivais au croisement de Favières où j'allais tourner à gauche pour rejoindre mon domicile. Je croisais le club d'Emerainville qui faisait sa sortie club comme souvent les mardis de la semaine.

Fin de mon périple matinal : j'aurai parcouru 94kms à une moyenne de 25,5kms/H acceptable par ce temps même si le dénivelé n'était que de 280m.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Jeudi matin, le temps est encore propice pour faire une belle sortie même en solo. En conséquence, je me décidais pour descendre vers le sud dans un circuit plus ou moins connu, tout au moins dans le sens de celui-ci.

9° au compteur, je préférais m'habiller en long quoique j'aurai un peu chaud en fin de parcours mais le vent que j'avais de face ne me faisait pas regretter ce style d'équipement. Direction Favières. Toujours de la circulation en début de parcours. Le soleil se levait à peine, il était 7H30'. Il fallait en profiter car les jours commencent à raccourcir. Neufmoutiers ou plus exactement Les Lycéens, Les Chapelles Bourbon. Une brume envahissait encore les champs.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Marles en brie, je me dirigeais vers Lumigny que je n'atteindrais pas car je tournais à droite avant l'entrée du village pour prendre la direction des Ormeaux. Dans les champs, le colza avait commencé à repousser sur les terrains laissés en jachère. Peu de temps après je tournais à droite pour reprendre la direction de Rozay en Brie. A gauche, des champs où les gens pouvaient venir récolter leurs fruits ou leurs légumes de saison. Très prisé à notre époque. J'avais droit à de belles lignes droites au bitume agréable.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

A Nesles je passais à côté du parc aux félins mais c'était très calme à cette heure matinale. Je longeais Rozay en Brie en passant au dessus de la N4. Avant Courpalay, je tournais à gauche pour regagner La Chapelle Iger. Pas de circulation pour l'instant et encore moins de cyclo.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Champ Gueffier, une belle demeure qui était loué pour des manifestations. Avant j'avais droit à une petite bosse mais rien de méchant. Pour le dénivelé, ce serait pour plus tard.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Gastins et son célèbre moulin à vent du 15/19ème siècle, l'un des rares moulins en Seine et Marne existant, le deuxième étant celui de Jossigny. J'allais prendre une route beaucoup bosselé après l'église pour aller sur La Croix en Brie. un peu les montagnes russes. Les agriculteurs travaillaient dur dans les champs. Et les mouettes, les corbeaux sans parler des étourneaux volaient en grand nombre.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

La Croix en Brie, Chateaubleau, je n'étais qu'à une vingtaine de kilomètres de Provins mais pas question d'y aller car des distances supérieures à 100kms sont peu réalisables en moins de cinq heures de route. Eh, je ne suis qu'un cyclotouriste. Je bifurquais à gauche pour revenir vers Pécy. Chateaubleau serait le point extrême de ma sortie. St Just en Brie, petit village bien tranquille.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'empruntais la D209 qui était très fréquentée par nombre de camions comme j'étais sur la route qui menait à la N4. Mais en contrepartie j'avais droit à une route de bonne qualité, donc je pouvais lâcher les chevaux, n'étant plus sujet au vent de face. Les Orbies, quelques forages, du pétrole en Seine et Marne? Petit gisement. J'allais tourner après à gauche pour rejoindre Pécy.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'étais sur la route de Rozay en Brie. Ma route du retour était tout tracée car j'atteignais plus de 50kms. J'allais avoir droit à passage boisé comme assez souvent lors de ce circuit. Il faut dire que la Seine et Marne était un département le plus boisé. Vilpré, encore un château privé avec sa ferme adjacente. J'allais arriver à Rozay.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je traversais la ville de Rozay pour me diriger vers Vilbert, Chaumes que j'évitais en passant à côté du château du Vivier. Pas de lapin qui passait devant mon vélo, ni le bruit des canards sur le plan d'eau. Châtres, je n'étais plus qu'à quelques encablures de chez moi.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

En fin de parcours, je n'aurai croisé que quelques cyclos isolés. Les Lycéens, Favières, le périple allait se terminer. Cela avait été encore une belle sortie.

108kms à une moyenne de 26,7kms mais pour un dénivelé de 350m mais avec des passages de vent fort contraire. A refaire!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Vendredi après-midi, comme le matin j'avais fait les courses alimentaires de la semaine, je m'accordais une belle sortie comme la température était encore idéale. Je pouvais mettre du court aussi bien en haut comme en bas. Bref, presqu'une sortie d'été. 21° au compteur, la chaleur idéale. Cette fois-ci, j'avais décidé de me faire un circuit bosses comme certains me charrient sur mes parcours plats. En Seine et Marne, il n'y a pas encore de montagne. 13h top départ. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières comme très souvent et très vite, j'allais rattraper un autre cyclo avec qui j'allais rouler à un bon rythme jusqu'à Villeneuve le Comte puisque nos chemins se séparaient. Pas très causant, le bougre. Il voulait peut-être m'impressionner. Il faut dire que dans la région, beaucoup veulent jouer les vedettes. Moi, je continue autant soi peu, à saluer en les dépassant. Mais certains répondent. Direction Tigeaux mais je ne montais pas Monthérand par la route habituelle, ayant jugé depuis un moment que la route était dans un état déplorable. Et puis, assez pour les crevaisons. J'allais partir à l'entrée du village en direction de Crécy la Chapelle.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Petite bifurcation par Serbonne pour longer le Grand Morin et effectuer la belle bosse à 7% de moyenne sur 1,5kms. De quoi se réchauffer un peu plus. En haut, je tournais à droite en direction de Montbrieux. Je passais à côté du terrain de golf où quelques acharnés allaient se faire quelques trous.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

A l'entrée du village de Guérard, je tournais à gauche pour monter Rouilly en direction de La Villeneuve, deuxième bosse mais un peu moins sévère. Je plongeais ensuite sur Pommeuse pour rejoindre la troisième bosse de Faremoutiers. Au passage, le Grand Morin qui allait être un peu mon fil conducteur de ma sortie. Et en haut, au niveau de l'église, je plongeais sur l'autre côté de Pommeuse pour rejoindre Mouroux.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Un dernier cliché de Pommeuse pour la compagne de JP37, MJo qui a repris tranquillement l'activité sportive, tout comme JP mais pas dans la même pratique. Mouroux, pas trace de pêcheur. Il devait faire trop chaud. J'allais monter sur la gare SNCF pour tourner à droite au passage à niveau. Mais aucun train n'allait m'arrêter! Au loin, un cycliste isolé que je me faisais le plaisir de rattraper. Un petit challenge, j'aime bien parfois.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Courrois, j'allais couper la route de Coulommiers assez fréquentée encore à cette heure-ci. Une grand ligne droite allait m'attendre pour rejoindre Bautheil mais aussi un vent fort de face. Pas la chose que j'apprécie vraiment. Dans les champs, les agriculteurs étaient toujours en pleine activité. L'épandage pour faire pousser encore plus vite les plants. Très écolo, n'est-ce pas!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'arrivais au centre de Bautheil et j'allais prendre la région des trois rivières. J'étais en direction de Touquin que je quitterai au niveau de la route des Etangs Fleuris pour me diriger vers Saints et sa petite bosse sympa qui allait me ramener au centre du village. J'allais tourner à gauche au niveau du lavoir qu'ils avaient réhabilité dernièrement.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Mauperthuis, j'allais prendre cette route assez fréquentée de Coulommiers quelque temps, appréciant toujours ce moulin à eau dont les dépendances servent souvent à des réunions festives. J'étais ralenti par un tracteur comme bon nombre de voitures. En bas, je tournais à droite pour rejoindre St Aubierge.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je longeais l'Aubetin, petit cours d'eau que j'allais quitter quelque temps pour remonter sur St Augustin. Au passage, je jetais un coup d'oeil sur un autre lavoir qui avait été réhabilité. Très en vogue en ce moment. C'était le lieu de rassemblement des pêcheurs le matin où on avait installé des tables et bancs en bois. Et oui, ils aiment toujours autant boire un verre d'amitié.Je traversais St Augustin pour redescendre sur Le Poncet et retrouver la cascade de l'Aubetin. J'avais l'impression d'être dans mes montagnes! Mais aussi par la belle montée dont les pourcentages allaient sur du 8/10% sur 600m environ.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Faremoutiers, je prenais la direction de Morcerf que je quitterai à hauteur de la fin du village pour me diriger vers La Celle d'en Haut. Descente sur La Celle d'en Bas où je retrouvais l'Aubetin et son moulin à eau. Remontée vers Guérard pour tourner à gauche au niveau du stop vers Dammartin sur Tigeaux. J'allais être accompagné par un cyclo quelque temps mais j'allais le laisser filer au niveau du virage à gauche pour aller sur le centre du village. Je le voyais filer sur St Avoye. Il faudra qu'un jour j'emprunte cette route que je ne connais pas et qui m'emmène en bas de Morcerf. Mais moi, j'allais virer à gauche pour aller vers le passage à niveau où je tournais à droite pour remonter sur Mortcerf.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Au milieu de la montée qui allait m'emmener vers La Houssaye, je m'arrêtais pour prendre le cliché des pêcheurs sur le plan d'eau très prisé par les puristes. J'allais rejoindre Neufmoutiers en lâchant les chevaux car j'arrivais à la fin de ma sortie. Les Lycéens mais pas de cyclo! Favières et au carrefour de la route qui allait de Pontcarré à Villeneuve St Demis, j'étais rattrapé par un club de Bussy St Georges. Je me glissais au milieu de leur groupe mais personne ne m'adressait la parole. En général, certains clubs n'aiment pas. Au pied de la dernière bosse qui allait au dessus de l'A4, je plaçais un démarrage pour le fun. Un seul allait mourir à côté de moi en haut de la bosse. J'en profitais pour en remettre une couche. J'aime bien ce truc surtout à ce moment car ils jouaient un peu les costauds. Le truc par contre qui m'énerve! Bref j'arrivais chez moi après une belle sortie.

Bilan : 98kms pour 710m de dénivelé et une moyenne de 25kms/H.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Samedi matin, le soleil se levait à peine quand je décidais de partir pour une belle ballade qui serait encore une découverte. C'est un peu mon objectif actuel : découvrir des lieux nouveaux. La veille bien sûr, j'avais préparé mon circuit sur openrunner. C'est plus sérieux et j'avais cette fois-ci, fait la photocopie du plan en mettant à côté les lieux principaux. Et puis cette étude me permettait de connaitre le kilométrage exact que j'allais effectuer. Au départ, j'avais envie d'aller jusqu'à Chantilly et après examen, je m'apercevais que c'était un projet trop ambitieux pour une sortie d'une demie journée. Alors ce serait tout simplement une montée sur Ermenonville et sa mer....de sable! Je ne serai pas loin de Senlis mais là n'était pas pour l'instant le but.

7H15, go pour cette ballade qui devrait faire entre 100 et 110kms. Direction le nord, presqu'en ligne droite. A Ermenonville, je serai à 45kms environ, soit presque mi parcours. Ce qui me convenait amplement. Direction Lagny s/Marne pour monter la bosse de Thorigny, assez longue mais qui se montait bien. De quoi me réchauffer rapidement. Je n'avais mis qu'un cuissard court. Ayant garder toutefois le blouson. Je pouvais admirer le lever du soleil du côté de La Violette. Annet et j'allais dans le centre du village, tourner à gauche pour rejoindre Claye Souilly et le canal de l'Ourcq. Et là, allait commencer l'aventure car c'était une route que je n'avais jamais prise.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'allais rencontrer quelques cyclos isolés qui voulaient profiter du temps encore clément en cette belle journée d'automne. J'allais traverser plusieurs petits villages, encore tranquilles à cette heure-ci. J'étais sur la D 404. Messy que je ne faisais qu'aborder, St Mesmes (beaucoup de noms de villages commençant par Saint!) Nantouillet. La température était douce puisque mon compteur affichait 12°. Je ne subissais pas encore le vent. Mais on le subissait souvent à partir de 10H.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Juilly, un cycliste s'était trompé de route à priori. Comme quoi, je ne suis pas le seul à faire des erreurs. Mais à priori, il avait un plan sur sa sacoche mais il ne répondait pas à mon bonjour. Il n'était peut-être pas réveillé. Je traversais quelque temps le village de St Mard où il y avait un mini marché, avant de revenir sur mes pas pour partir en direction de Dammartin en Goële.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Depuis le départ, j'avais droit à une route assez agréable au bon revêtement mais un peu style montagnes russes. Mais ça se montait assez facilement. Et je passais en dessous de l'autoroute pour apercevoir sur les hauteurs Dammartin. Comme à l'habitude, je décidais de traverser la ville pour découvrir quelque peu. Par contre, je ne trouvais plus de direction pour Othis qui devait être le village suivant. Je demandais le renseignement à une commerçante fort agréable qui nettoyait sa vitrine. J'allais en définitive retrouver une route qui contournais Dammatin, pour me retrouver en ligne droite sur la fin extrême de mon périple.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Othis en vue tout comme toujours quelques cyclos isolés. D'ailleurs j'en croiserai pas mal. Et enfin je trouvais la direction indiquée sur les pancartes. Il fallait dire que je n'étais qu'à 6kms d'Ermenonville. Pas trop circulation pour l'instant. Même à un moment, une camionnette allait s'arrêter pour me laisser prendre une photo. Sympa, non!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Ver sur Launette, dernier village avant Ermenonville où je passais à côté du village. Il fallait vous dire, que je voulais découvrir en premier la mer.....de sable, si chère à Jean Richard qui y avait construit un parc d'attractions qui aura été un gouffre financier pour lui. Je passais à côté d'un jardin extraordinaire qui aurait été apprécié par Charles Trenet. Demi-tour pour rentrer dans le village propre car la route ne le traversait pas.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'arrivais au magnifique château où se tenait un très grand restaurant. Le parc était magnifique avec ses couleurs d'automne. Mes jambes allaient être récompensées par la beauté du paysage.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et après le cliché d'usage, je filais vers cette mer de sable qui n'était qu'à 4kms. Je traversais la forêt où il y avait pas mal de circulation puisque je n'étais qu'à une dizaine de kilomètres de Senlis. Pas mal de plans d'eau où barbotaient quelques canards.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et dans un premier temps, je m'attardais sur la droite à l'ancienne abbatiale de Chaalis où il y avait quelques visiteurs mais la grille était fermée.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'allais revenir sur mes pas car le parc d'attraction était juste en face. Je passais sur un terrain sablonneux. Et oui, la mer n'était pas loin!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'arrivais au parc d'attraction qui était fermé comme chaque année à cette époque. Un peu comme celui d'Astérix qui n'était pas loin en bordure de l'Autoroute du nord. Il ne ré-ouvrirait qu'au printemps. Voilà j'avais vu la mer....même si elle n'était que de sable et j'allais attaquer la route du retour que je situais à peu près.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et go pour le chemin du retour qui serait un peu plus difficile à cause de ce foutu vent fort de face. Et sur les grands plateaux que j'allais rencontrer , pas un seul endroit pour se protéger. Bon, je traînais encore un peu dans le lieu d'Ermenonville que je trouvais superbe. Je pensais que j'y reviendrai y faire un tour au printemps. Bref, j'étais heureux d'être venu jusque là. Retour sur les premiers kilomètres sur le chemin inverse que j'avais emprunté à l'aller. Puis au premier rond point, je filais à gauche sur la D 330 en direction de Le Plessis Belleville. Et là, j'allais me retrouver sur une route très fréquentée puisqu'elle allait de Meaux à Senlis. Je ne vous dis pas le nombre de voitures qui allaient me raser mais que voulez-vous, je déteste prendre le même chemin pour le retour. Je n'avais que 20 kms à subir et après je retrouvais des routes plus tranquilles à partir de St Soupplets que j'allais traverser partiellement pour partir à droite vers Cuisy. Au dessus de ma tête j'entendais pas mal de gros porteurs qui allaient atterrir à l'aéroport de Roissy Charles De Gaulle. Une bosse m'attendait et toujours ce vent. Je galérais un maximum, ayant était un peu cramé par la route que je venais d'emprunté, m'étant battu contre le vent. Et toujours quelques cyclos isolés.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Charny, j'étais toujours étonné de voir ces poules en liberté qui vous accueille à l'entrée du village. Le stop a peut-être été créé pour elles, afin que l'on ne les écrase pas! Et j'arrivais à Fresnes. Non, ce n'était pas le village de cette célèbre prison mais là, où passe le canal de l'Ourcq. Un halage a été laissé en état pour les VTTistes ou promeneurs à pied. Une chouette ballade. Au feu, j'allais tourner à gauche en direction de Charmentray, Précy s/Marne où Yves Duteil est toujours maire. Et là, je longeais la Marne sur ma droite jusqu'à Tribaldou. Le canal et le cours d'eau allaient se suivre quelque peu.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Tribaldou, la route était encore calme. Je partais vers Vignely pour rejoindre Esbly où là, j'allais retrouver un peu de circulation. La montée pour rejoindre le plateau de Disneyland. Je n'étais plus tellement loin de chez moi, tout comme mon compteur n'allait pas tarder à afficher le chiffre 100 au niveau du kilométrage. Tiens, en haut de la bosse, ils avaient modifié les voies et créait un sens giratoire. Plus prudent pour cette route très fréquentée.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je faisais un détour pour apercevoir Space Mountain mais c'était le seul lieu du parc que je pouvais voir car le château de la belle au bois dormant était maintenant caché de l'extérieur par les arbres. Il faut dire que le parc a déjà plus de 20 ans d'existence. Je le contournais jusqu'au centre commercial de Val d'Europe, pour prendre la dernière ligne droite qui allait me mener chez moi, longeant la ligne du RER.

Voilà, belle sortie de 105kms pour 660m de dénivelé à une moyenne de 25kms/h. Et toujours le soleil.

Et ainsi se terminait ma semaine bike qui m'aura permis de faire quatre belles sorties. Aujourd'hui dimanche, je m'accordais une pause comme le mauvais temps était prévu et d'ailleurs pour une bonne partie de la semaine. Mes 13000kms était à ma portée.

J'avais fait encore de belles découvertes et c'est pour cela qu'en définitive les sorties solitaires me conviennent bien car elles me mènent où je veux et quand je veux sans refus de tout compagnon, puisqu'il n'existe pas et aussi à la vitesse que je veux.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>