Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tombe la neige.....

Publié le par lariegeoise

Pas encore, mais cela ne saurait tarder d'après météo france. Et puis un hiver sans neige, ce n'est plus un hiver. En tout cas, ça me privera très certainement de mon ambition d'arriver au score de 1000kms à fin janvier. Tant pis, je n'en ferai pas une maladie. Simplement il faudrait que j'arrive à 5000kms pour la Mountagnole à fin juin mais je pense que ça devrait le faire!

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

Départ 8H15. Le jour se lèvait à peine et je me posais la question s'il était raisonnable que je roule ce matin, en voyant le sol un peu gelé après la pluie qui était tombée la veille. Je prenais mon courage à deux mains et c'était top départ. Il me suffirait d'emprunter des routes assez fréquentées. Le dégel allait bien se faire! Direction habituelle vers Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte par la forêt de Ferrières. Toujours autant de bouchons automobiles au niveau de Villeneuve le Comte et c'est pour cela que beaucoup de véhicules passaient par chez moi. Je ralentissais à l'entrée de Villeneuve pour prendre le cliché du matin et c'est là que je me faisais dépasser par un cyclo. Ni une, ni deux, je me mettais dans l'idée de le rattraper mais il roulait bien, le bougre. Et j'avais du mal à m'accrocher à son vélo comme j'étais à mon tour génait par des camions. Il partait dans ma direction. Chouette, cela pourrait être un bon coach! Je le rattrapais au niveau de Neufmoutiers mais pas de bol, il tournait à droite au niveau des Lycéens alors que moi, j'allais filer vers Châtres. Dommage! Mais cela devait être un cyclo qui roulait un peu avant de partir au boulot car il regardait sans arrêt sa montre.

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

J'avais décidé d'essayer de pousser un peu plus loin que d'habitude pour augmenter la distance que je parcourais tous ces derniers temps. Une fois Châtres passé, je filais sur Chaumes où le gel était encore apparent dans les champs. Petite montée pour rejoindre le centre et filer sur Vilbert et Rozay. Les voitures étaient largement moins nombreuses mais la route commençait à s'assécher un peu. Donc beaucoup moins risqué! Je traversais Rozay par les extérieurs pour arriver sur le premier château à proximité de la route que j'empruntais. Le château de Villé où paissent quelquefois des vaches mais en toc! Direction Pecy. De belles lignes droites s'offraient à moi. Allant pourtant assez vite à mon goût, je me faisais même dépasser par un tracteur. Il n'y a pas de vitesse limitée sur ces engins? Il va falloir que je demande à Sébastien!

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

Passage boisé comme je rencontrais souvent où se cachaient quelques bâtisses d'autrefois. Mais je ne m'arrêtais pas pour les découvrir. Pecy n'était qu'à une dizaine de kilomètres de Rozay. Et à l'entrée du village, je tournais à droite pour reprendre la direction de Gastins. Petit arrêt au château de Beaulieu qui a un certain charme avec l'église à côté de la bâtisse. Mais maintenant le lieu était devenu privé. Quelques bosses m'étaient offertes mais je ne subissais pas trop le vent de face.

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

Gastins, je bifurquais dans le centre du village vers La Chapelle Iger, laissant sur le côté le moulin à vent très prisé au XIIIème siècle, un des rares existants actuellement en Seine et Marne.

Je laissais un beau château sur ma gauche. A proximité de Paris, ce n'était pas ce qui manquait. Après le village de La Chapelle Iger et sa halle de la même époque, je tournais tout de suite à gauche pour rejoindre Courpalay. Encore une petite bosse, il fallait dire que c'était assez vallonné dans la région, tout en nous offrant de belles lignes droites.

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

Je traversais Courpalay pour revenir sur la route de Rozay qui allait à Beauvoir. Mais là je ne rencontrais guère de cyclos même isolés. J'avais en vue Verneuil l'Etang mais au croisement de la route de Mormant, je tournais à droite pour rejoindre Beauvoir. Traversée du village pour rejoindre Chaumes et j'allais faire le parcours aller dans l'autre sens. Je comprenais que je dépasserai les 90kms pour ma sortie matinale et que je risquais de rentrer un peu plus tard que prévu. A Chaumes, les employés municipaux enlevaient les décorations de Noel. A l'année prochaine, papa Noel!

Tombe la neige.....
Tombe la neige.....

Châtres n'était plus loin. Au croisement de la route de Tournan/La Houssaye, j'apercevais un club qui arrivait à ma rencontre mais pas de chance, il allait filer tout droit donc pas possible de me glisser dans leur groupe pour rentrer à mon domicile. Dommage car ils semblaient rouler à vitesse tranquille. Le bon truc pour rentrer en souplesse. Donc je filais en direction de Neufmoutiers pour rejoindre les Lycéens et rentrer par Favières. Il ne me restait plus qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir.

Tombe la neige.....

Encore une belle sortie car j'avais su augmenter la distance franchissant la barrière des 95kms pour 540m de dénivelé et une vitesse supérieure à 25kms/h et le vent n'avait pas été trop fort cette fois-ci.

Et je pense que je n'aurai pas d'autre sortie dans la semaine, vu le temps prévu car même la neige est envisagée. Un truc que les américains nous adresse!

Voir les commentaires

Sortez bien couverts!

Publié le par lariegeoise

Sortez bien couverts!

Difficile de rouler en ce moment , entre les invitations chez les amis, les autres soirées organisées, la visite de la petite fille, et le temps qui en plus s'y met, de quoi perdre le moral. Je vais vraiment avoir beaucoup de mal à réaliser le score que je m'étais fixé en début du mois, soit 1000kms pour rester dans les temps pour la nouvelle année cycliste qui m'attend. Mais je ne vais pas me mettre la pression car quand on est à la retraite, j'aurai bien l'occasion de rattraper le retard. Donc la dernière devise que je dois me mettre dans la tête : faire quand je peux.

Et en ce vendredi après-midi, la température et les routes sèches allaient m'inciter a faire une sortie, même si elle risquait d'être courte. Et oui, le baromètre allait indiquer 2°. Bon, j'avoue que je ne l'ai su qu'en voyant la sortie signalée pour mon ami Cigogne! 13H15, top départ par un début habituel : Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte, Neufmoutiers. Quelques cyclos isolés mais beaucoup avaient une cagoule. Moi, jamais, je n'aime pas trop cela mais j'avais tout de même mis un blouson assez chaud. En gros, j'avais envisagé un 70kms. De quoi respirer un peu. Avant d'arriver au dessus de la N4, j'allais tourner à droite pour rejoindre la zone industrielle de Tournan. Ah, le vent n'était pas trop fort pour une fois!

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Direction Liverdy que j'éviterai pour prendre la direction de Coubert. Passage au dessus de la voie ferrée comme d'habitude pour tourner à gauche au niveau de la partie boisée. GO pour Courquetaine. C'était toujours aussi calme! Repassage au dessus de la ligne SNCF mais plus exactement du TGV qui passait en même temps que moi. Mais ne vous inquiétez pas, je passais au dessus. Solers en vue. J'allais traverser le village pour tourner à gauche après l'ancienne voie ferrée, voie qui est utilisée par les adeptes de la CAP et du VTT, en allant sur Soignolles. Direction Barneau où j'allais rencontrer le premier gué de l'Yerres, rivière que je longerai quelques temps.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

A cet effet, je laissais à ma droite Soignolles que j'allais retrouver quelques temps après. Avant le gué, je rencontrerais pas mal de chevaux qui étaient dans les champs avoisinants. Le courant étant trop fort, le passage était interdit à tous véhicules mais un passage avait été fait pour les cyclistes. Une belle pente m'était offerte pour retrouver le centre du village mais je m'y égarais quelque peu car j'allais trouver des culs de sac. Comme quoi, tous les chemins ne menaient pas à Rome! Et j'allais retrouver Soignolles pour rencontrer un autre gué.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Après avoir rejoint Soignolles et être passé à côté de l'église, je filais à gauche en direction Evry Grégy. Peu de temps après, à la sortie du village, j'allais retrouver mon deuxième gué pour monter sur Cordon et là les voitures pouvaient passer sans problème. Direction Chevry Cossigny et j'allais être sollicité par un petit vent de face mais cela n'allait pas m'arrêter dans ma progression pour revenir chez moi. Au dernier village, j'allais, contrairement à de bon nombre de fois, en filant sur Ozoir mais tourner à droite en direction de Gretz. Traversée de la départementale assez fréquentée, entre autre par des CRS à cette heure-ci, qui allaient à Melun.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Petit passage en ville, mais j'allais être arrêté au premier passage à niveau par un train qui allait en direction de la gare de l'Est. Et j'allais retrouver très vite mon chemin habituel, soit Tournan, Favières avec le passage dans le bois de Ferrières où je rencontrais quelques maisons forestières qui avaient été remises en état. Et je n'étais plus qu'à 6kms de mon domicile. La froidure commençait à se faire sentir.

Sortez bien couverts!

Et pour la première fois, je peux vous offrir le tracé de ma sortie grâce à l'aide de mon ami Philippe.Merci @PH_O.

72kms avaient été parcourus avec une bonne moyenne puisqu'elle dépassait les 25kms/h mais avec seulement 396m de dénivelé. Tout s'expliquait. Maintenant à quand la prochaine sortie. Seul le temps le dira!

Sortez bien couverts!

Samedi matin, impossible de rouler ou alors ne pas avoir peur de tomber. Dans la nuit la neige était tombée et au petit matin, le verglas avait fait son apparition. Pour sûr que l'après-midi, il aurait été possible de rouler mais comme je devais aller manger chez des amis le soir, le repos était presque recommandé.

Que cela tienne, dimanche matin, j'allais sortir le bike même si la météo annonçait pas un superbe temps. D'ailleurs, en ouvrant les volets, je savais que cela allait être top même si cela allait cailler un maximum au départ. -2° était annoncé mais comme les routes avaient séchées dans l'après-midi de samedi, je savais que je pouvais rouler sans risque.

Donc 8H5' comme les jours rallongeaient, direction la forêt de Ferrières pour une sortie sympa. J'étais rentré vers minuit mais je savais que j'avais assez dormi. De toute façon la température extérieure me réveillerait. Pour le parcours, j'allais improviser suivant l'heure comme souvent. Le ciel était rouge au lever du soleil mais lui, je ne le verrai pas de la matinée. Go pour Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte et je commençais à croiser quelques cyclos isolés, mais bien couverts.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Je filais tout droit vers Châtres. Effectivement sur les bas côtés, les flaques d'eau étaient givrées tout comme l'herbe. Mais j'avais mis un bonnet et un bon blouson et comme dirait Philippe : même pas peur. Dans le village, je filais vers Liverdy pour rejoindre à gauche Forest. Des fumeurs se caillaient un maximum en dehors du bistro du coin. Tant pis pour eux. Et toujours des cyclos isolés. Direction Chaumes que je contournerai pour retrouver mon beau château en ruine du Vivier.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Un héron tout blanc allait s'envoler à mon arrivée. Je n'avais certainement pas été assez silencieux. Retour en direction de Chaumes mais avant l'entrée du village, je tournais à gauche pour rejoindre Vilbert. J'étais assez étonné qu'il y ait autant de voitures qui circulaient si bon matin. Puis j'allais me diriger vers Rozay en Brie. Oui, oui, Penn, le garage Renault était toujours là!

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Je n'allais aborder que très peu Rozay car j'allais me diriger vers Courpalay et le château de La Fayette. Mais je vous en ai parlé nombre de fois. Dans le village, j'allais tourner à droite pour me retrouver en direction de Courtemer que je ne verrai que de loin.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Et sur la route, à défaut de cyclos, j'allais rencontrer des chasseurs qui étaient aux aguets. Il valait mieux que je poursuivre ma route rapidement. J'allais commencer à subir un petit vent de face mais rien à voir avec les jours derniers. Go pour la direction de Beauvoir que je laisserai sur ma droite pour rejoindre l'Etang, village mitoyen avec Verneuil l'Etang. Mais toujours pas d'étang! Go pour Guignes qui est une bourgarde assez importante. Traversée de la ville pour aller en direction de Coubert.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Mais très vite, j'allais retrouver la route d'Ozouer le Voulgis. Je commençais à me rapprocher de chez moi. Dans le village quelques commerçants avaient sorti leur étalage. Je vous les montrerai une prochaine fois. Courquetaine, j'étais accueilli au niveau de la ferme par une armada d'oies. Et je vous prie de croire qu'elles faisaient du bruit. J'allais filais maintenant en direction de Tournan.

Sortez bien couverts!
Sortez bien couverts!

Encore quelques cyclos mais pas encore de club, tout au plus, ils étaient quatre. J'allais filer après le passage à niveau à gauche pour rejoindre Presles. Et là, j'allais entamer ma portion ville avant de retrouver Gretz, Tournan et enfin Favières. Plus que 10kms, j'étais dans les temps. Enfin un club me dépassait et c'était encore un de Gagny comme la semaine passée. Comme quoi, ils devaient me poursuivre. Je n'essayais pas de les suivre commençant à sentir un peu de fatigue malgré que j'appuyais toujours assez fort sur les pédales.

Sortez bien couverts!

Et là, j'allais rencontrer quelques clubs qui faisaient une pause mais moi, je continuais à tracer mon chemin. Petite montée pour passer au dessus de l'A4. Et l'allée de tilleuls m'attendait pour finir mon circuit matinal.

Sortez bien couverts!

J'avais parcouru 90kms pour 500m de dénivelé pour une vitesse approchant les 25kms/H. Enfin je commençais à allonger mes sorties.

Ainsi s'achevaient mes sorties de la semaine. Demain, repos car la pluie était annoncée. Je m'approchais des 1000kms espérés pour le mois.

Voir les commentaires

Quand la bise est venue.........

Publié le par lariegeoise

Quand la bise est venue.........

Lundi soir, le soleil se couchait gentiment après avoir subi toute la journée, les assauts d'un vent violant que je souhaitais qu'il disparaisse le lendemain car je m'étais promis une sortie bosses pour changer. Toujours la variation de mes parcours. Et puis en ce lundi, je m'étais accordé un jour de repos après ma belle sortie de la veille. Comme souvent depuis quelque temps, je m'étais tracé sur STRAVA le circuit que je voulais faire. Mais j'avais vite compris qu'il valait mieux que j'opte pour un départ matinal car le dénivelé était de 846m, ce qui n'est pas si mal pour la Seine et Marne. Donc après mes répétitions théâtrales de la veille, un bon sommeil était bien utile pour attaquer en pleine forme.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

8H15 et c'était parti pour une boucle d'au moins 80kms sous un ciel clair pour l'instant. Le soleil se levait à peine par contre il y avait pas mal de voitures sur la route. Donc il valait mieux que je garde ma droite. Direction Villeneuve St Denis par le circuit habituel qui malheureusement, je ne pouvais changer. Sur le plan d'eau après Villeneuve St Denis, les poules d'eau s'amusaient comme des petites folles. Et au rond point avant Villeneuve St Denis, je réalisais très vite pourquoi il y avait autant de voitures vers chez moi. La route était plus qu'encombrée, à cause des travaux à Serris au niveau de l'A4. Bon, je savais que passé Villeneuve, je serai un peu plus tranquille. Quelques avions commençaient à amorcer leur descente vers Orly. Et pour l'instant, la route était assez plate. De quoi me permettre de m'échauffer tranquillement. Descente sur Tigeaux pour filer à gauche vers Serbonne. J'avais depuis un moment arrêté de monter vers Monthérand, la route étant plus que sale à cause de nombreux tracteurs de la ferme en bas du Morin et de toute façon l'accès était toujours interdit.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Je longeais le Grand Morin car le cours d'eau n'avait pas encore débordé malgré les pluies des jours précédents. J'arrivais derrière l'église de Crécy la Chapelle pour monter en direction de Coulommiers. Un peu de voiture mais la route était large, donc pas trop de danger pour moi. Mais la montée avait un bon pourcentage. Il fallait dire que c'était ma première véritable bosse. A la première intersection, je filais à droite en direction de Montbrieux.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Après avoir longé le terrain de golf qui était assez désert à cette heure-ci, je ressentais un vent violent de face, ce qui allait me freiner un peu dans mon parcours. Direction Guérard, j'étais encore assez prudent dans les descentes car la route était encore pas mal mouillée. A l'entrée du village, je filais à gauche pour monter une belle côte en passant par Rouilly le Bas et revenir vers La Villeneuve pour arriver au bas de la côte montant sur le centre de Faremoutiers. Encore une belle bosse. C'était la troisième de la sortie et pas trop le temps de respirer car elles allaient s'enchaîner rapidement. Après le passage à niveau, le pourcentage de la pente était moins important.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Descente sur Pommeuse mais plus exactement dans le centre pour me diriger sur Mouroux. Au niveau du collège et avant d'être sur la N87 (anciennement!), je bifurquais à droite pour rejoindre la gare de Mouroux. Et là le vent se faisait sentir de plus belle, de face. Il fallait dire que j'étais sur un plateau non protégé par des parties boisées.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Mais j'admirais à ma droite en montant, des chevaux qui étaient couverts de boue. Les malheureux n'étaient pas invités à se mettre à l'abri. Derrière moi, je voyais la ville de Coulommiers. Mais il valait mieux que j'apuye fort sur les pédales pour avancer. J'arrivais dans le centre de St Augustin. Guère de personnes dans les rues. Je filais sur Maupertuis qui serait le point extrême de ma sortie mais je n'en avais pas fini avec les bosses. Au carrefour, je filais à droite pour une petite descente avant d'arriver à la route qui allait me mener à St Aubierge.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

La route était toujours autant en mauvaise état. A ma droite coulait l'Aubetin bien connu de Régis. Un peu plus loin, j'allais monter une des dernières bosses qui allait me ramener au stop, au centre de St Augustin. Oui, j'avais un peu tourné en rond mais pour faire vraiment du dénivelé en Seine et Marne, je n'avais pas tellement le choix. Retour vers Pommeuse mais après le village, j'allais filer sur Le Poncet pour rejoindre la rue des cascades. Et oui, il y en a une qui rappelle un peu la montagne! Mais surtout une bosse de 800m avec un pourcentage à plus de 8% pour rejoindre Faremoutiers.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Je laissais filer l'Aubetin à ma droite qui se dirigeait vers Pommeuse pour retrouver le petit Morin et le grand Morin. Que d'eau, que d'eau. De toute façon avec toute la pluie qui était tombée ces temps derniers, il ne pouvait en être autrement. J'arrivais dans le centre de Faremoutiers que j'allais traverser pour rejoindre la Celle sur Morin, dans un premier temps , le Haut!

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Je parcourais une descente assez tortueuse, traversant un passage à niveau dont les barrières venaient juste de se lever pour rejoindre la Celle d'en Bas et remonter vers Guérard. Je n'arrivais pas dans le centre du village puisque j'allais au stop, tourner à gauche pour aller en direction de Dammartin sur Tigeaux.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Le ciel commençait à s'assombrir largement et c'était pour cela que je prenais la décision d'écourter ma sortie qui aurait dû me ramener vers Mortcerf mais parfois certaines décisions sont tout de même assez sages. J'allais même sentir quelques gouttes sur la tête donc au stop à droite toute et je rentrais vers la montée de Tigeaux pour rejoindre Villeneuve le Comte. Je préférais être mouillé le moins possible même si je devais gravir une dernière bosse. Villeneuve n'était qu'à moins de 10kms. J'accélérais au maximum quand je me retrouvais sur le plat.

Bref, la sortie se terminait sans être trop mouillé et après avoir parcouru 80kms au lieu de 86kms prévus mais avec un dénivelé de 890m. Pas grâve, l'essentiel n'est-il pas de se faire plaisir et revenir mouiller n'a jamais été ma passion.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Mercredi, la matinée avait largement été arrosée par des pluies éparses, ce qui aurait contenter mon ami Joel. Une bonne averse était tombée peu de temps avant que je prenne la décision de sortir. Oui, ils avaient annoncé "rares averses". Mais j'allais très vite déchanté car quand elles tombaient , elles mouillaient largement son homme. Départ vers 13H10 par un temps à peu près clément, à savoir que le vent était toujours là. Direction Favières par la forêt de Ferrières comme assez souvent. Pas trop de voiture. Un bon climat pour rouler! Et c'est là qu'arrivé à Favières me tombait sur la tête, ce qui allait m'inciter à commencer mon retour vers mon domicile, étant un peu dépité par le temps. Passage par la route toujours aussi mauvaise pour aller vers Neufmoutiers ou plus exactement "Les Lycéens".

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

J'entamais mon retour vers Villeneuve le Comte et j'étais d'un seul coup, inondé par le soleil. Comme quoi, c'était bien une averse. En conséquence, je me disais que si je ne subissais pas une autre averse, je continuerai la sortie. Et c'est ce qui se passa puisque jusqu'au retour à mon domicile, je n'allais plus la rencontrer. J'allais même sécher quelque peu. Donc à Villeneuve, je tournais à droite dans le centre du village pour aller sur Tigeaux. L'avantage de rouler seul. Ma décision suffit pour toute modification de parcours. La route était toutefois bien mouillée. J'allais partir en direction de Lumigny. Mais au passage à niveau de Dammartin, j'allais tourner à droite pour rejoindre Mortcerf.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Ne subissant pas d'autre averse et semblant avoir séché quelque peu, je décidais de revenir sur Lumigny par le bois et continuer vers Marles en Brie. Et c'est là que mon appareil photo allait me jouer des tours car il ne voulait plus prendre aucun cliché. A croire qu'il n'appréciait pas d'avoir subi cette pluie assez forte. Donc des photos que j'avais prises ou que je croyais qu'elles étaient enregistrées ne figureront pas sur le blog. Fontenay Trésigny, je continuais sur Forest. Quelques cyclos isolés qui avaient combattu les averses!

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Je décidais de continuer ma sortie et de rentrer par Tournan. Et au loin, j'allais voir quelques cyclos. De quoi me stimuler pour accélerer un peu. Liverdy et ses daims. Certains n'avaient plus qu'un bois, dans les bois, c'est le comble. Mon retour était tout tracé.

Quand la bise est venue.........

J'arrivais dans l'approche de la zone industrielle de Tournan et j'allais me perdre un peu dans les cités de la ville. Pas grave, j'allais vite me remettre sur le bon chemin. Retour par Favières sous un ciel qui commençait à s'assombrir sérieusement. Mais j'allais rentrer avant la pluie.

J'avais tout de même fait 75kms avec juste une averse et j'avais commencé à sécher.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Samedi matin, après une soirée entre amis, j'avais décidé de me faire une sortie courte et facile pour éliminer les toxines accumulées. Et puis il ne me fallait pas rentrer trop tard, devant assister aux voeux du maire de mon village, comme le veut la tradition mais surtout retrouver des connaissances que je ne vois que très peu en hiver. Et oui, chacun reste dans son coin. Donc départ au lever du jour par la forêt de Ferrières pour rejoindre Villeneuve le Comte mais là, en cette matinée, il n'y avait pas d'embouteillage. Pas trop de cyclistes à cette heure-ci!

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Par contre le soleil avait beaucoup de mal à se lever. Ce serait très certainement une sortie brumeuse. Direction Les Chapelles Bourbon pour rejoindre Marles en Brie. Des chasseurs étaient déjà à l'ouvrage et je les rencontrerai assez souvent lors de mon parcours, ne serait-ce que leur signalement.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Et à partir de Marles, la vision allait commencer à s'assombrir sérieusement ou plutôt la brume était descendue rapidement. Les ânes n'étaient même pas encore sortis dans le village. Cela allait même devenir un peu hard. L'avantage que j'avais, c'était que je connaissais parfaitement le parcours. Retour vers Hautefeuille en passant par le centre du village. Et toujours ce signalement de la présence des chasseurs mais je n'entendais pas les coups de feu. Dans Hautefeuille, je décidais de filer sur Courtesoupe pour avoir un peu plus de visibilité, passant par un endroit boisé.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Je filais directement sur Dammartin sur Tigeaux pour rejoindre la bosse de Tigeaux, me ramenant à Villeneuve le Comte. Mais je commençais à rencontrer un peu plus de cyclos. Vue l'heure, je pouvais me permettre de rallonger ma sortie en revenant sur Neufmoutiers, histoire de rencontrer d'autres cyclos dans ma direction.

Quand la bise est venue.........

Malheureusement ils étaient à chaque fois assez loin et comme ils roulaient assez bien, j'avais beaucoup de mal à refaire mon retard! Mais peu importe, cela m'avait permis de me faire une petite accélération. 4kms me séparaient de mon domicile. J'étais dans les temps.

73kms à mon actif mais je remettrai cela le lendemain certainement. Une bonne douche pour décrasser le bonhomme, et bonjour les amis pour boire un verre ou plus, de champagne avec eux.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Dimanche matin, séance de rattrapage mais plutôt objectif "rouler" car la neige est attendue la semaine prochaine. La météo n'avait prévu qu'un ciel nuageux. Mais j'y étais presque parce que le vrai soleil, je n'allais le voir qu'en fin de sortie. Il avait un peu gelé la nuit mais rien de bien méchant et sur la route, le gel ne se faisait sentir que sur les bas côtés. Donc il valait mieux se tenir pas trop près du bas côté mais Sébastien n'aura pas à s'inquiéter pour moi, car en cas de vrai gel, je ne roule pas. Fou mais jusqu'à un certain point. Pour les chutes sur le verglas, je connais. J'ai encore des marques sur les cuisses et les clavicules cassées. Départ 8H30, j'avais pris un peu de retard. Direction Villeneuve St Denis comme souvent pour rejoindre Châtres. Très peu de cyclos dehors et d'ailleurs, je ne rencontrerai pas trop de club, ce matin. Je laissais filer un cyclo isolé au niveau de Châtres car même en VTT, il allait plus vite que moi. Direction Chaumes.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Retour en direction de Fontenay Trésigny pour filer très vite sur le garage Renault (pour amuser certains lecteurs de VT!) de Rozay en Brie. Les bas côtés de la route est assez gelé et j'allais rouler un peu au milieu pour éviter toute chute. Traversée de Vilbert et j'arrivais à Rozay où je traversais le village pour aller en direction de Nesles .

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Direction Lumigny par une petite bosse et passage près du parc aux félins, puis du site où l'on peut faire sa cueillette de produits de la terre mais là, ils étaient fermés pour congés. Ah, petit détail, depuis un bon bout de temps, au passage des endroits boisés, j'entendais les coups de fusil de ces chasseurs du dimanche. Mais je passais assez loin d'eux. donc rien à craindre! Lumigny, j'allais descendre en direction du rond point de Pézarches.

Quand la bise est venue.........
Quand la bise est venue.........

Toujours quelques cyclos isolés mais toujours pas de club. Ah si un tadem de Gournay que j'avais rencontré du côté de Neufmoutiers. Il y a des rencontres.... Hautefeuille, j'allais filer directement sur Corbon pour retrouver la route Faremoutiers/Mortcerf. Mais j'allais éviter Mortcerf puisque j'allais plonger sur Dammartin puis Tigeaux. J'allais commencer à rencontrer des clubs mais pas de chance, ils allaient filer sur Crécy la Chapelle. Je remontais la côte de Tigeaux pour retrouver Villeneuve le Comte et la route que j'avais pris dans l'autre sens au départ. Plus que 10kms à parcourir.

Quand la bise est venue.........

Au dernier rond point, je retrouvais un club de Gagny mais les cyclosportifs pas les anciens compagnons de Bernard. D'ailleurs ils ont des maillots jaunes. Je me glissais dans le paquet pour me mettre à l'abri quoique le vent ne m'était plus contraire. Il fallait faire attention car il y avait beaucoup de cyclos isolés que l'on voyait au dernier moment.

Fin du parcours pour 77kms pour 436m de dénivelé. Une bonne semaine somme toute. J'avais dépassé les 500kms depuis le début de l'année mais arriverais-je aux 1000 comme l'an passé, à la fin du mois? Là est la question. La neige est attendue.

Par contre, vous ne verrez toujours pas mes parcours car j'ai toujours des soucis pour basculer les tracés que je mets sur STRAVA et comme je n'ai pas de compteur adapté, la connexion est impossible.

Voir les commentaires

Avec le temps....

Publié le par lariegeoise

Et oui, il faut plus que composer avec le temps en ce moment.

Une éclaircie était prévue pour samedi matin après toute la pluie que nous avons eu toute la semaine. Et oui, pour moi, pas question de mettre le nez dehors pour me faire rincer. Réaction d'un retraité comme dirait Veloblan ou de tafiole par Penn, deux amis blogueurs. Et puis mercredi , jour d'accalmie, je devais jouer le grand-père avec ma petite fille. Donc là aussi , raté.

Donc j'avais tracé sur STRAVA un parcours pour voir s'il était possible de le faire en une matinée mais en partant à la pointe du jour.

Vaillant, petit, j'enfourchais mon mulet vers 8H15' pour une ballade, histoire de continuer ma progression.

Avec le temps....

Le jour se levait à peine par contre le vent violent était bien là et je devais tenir fortement le vélo pour passer sur le pont qui enjambait l'A4. Donc cela allait me décourager quelque peu, jugeant que c'était un peu trop hard pour une grande sortie. Donc je prenais la décision d'écourter assez vite mon parcours, ne voulant pas risquer une nouvelle chute. De plus, je sentais quelques gouttes me tombaient sur le nez. Il y a des jours.....

Bref je décidais de faire court, sachant que le lendemain, je pourrais ressortir, le soleil étant annoncé.

Avec le temps....
Avec le temps....

Direction forêt de Ferrières, pour aller sur Favières et Tournan où j'allais aller jusqu'à la zone industrielle pour retrouver la route de Châtres et revenir sur Villeneuve le Comte pour reprendre la route habituelle du retour. Mais je commençais à voir pas mal de cyclos isolés qui partaient faire leur périple. Mais cela n'allait pas changer ma décision. Retour maison pour une bonne douche. On verrait le lendemain.

J'avais parcouru en définitive que 40kms, le double presque des circuits de Cathare, donc ce n'était pas si mal que cela!

Avec le temps....
Avec le temps....

Dimanche, 8H15 départ comme prévu la veille et bien décidé de faire mon parcours prévu la veille. Le jour ne se levait qu'à peine mais ce n'était pas trop grave car les voitures, un dimanche matin, risquaient d'être rares. Bon, toujours un peu de vent mais il était tout de même moins fort que la veille. Inutile de vous dire que je ne croisais aucun cyclo contrairement à la semaine passée.

Direction la forêt de Ferrières et Penn, non, non, je n'y allais pas pour les champignons! Favières, les lumières du village étaient encore allumées. Tournan, je passais par la zone industrielle et du Lycée mais là pas de lycéens mais un RER qui passait. Gretz et j'allais arriver à Presles où je pouvais voir le lever du soleil. La température était assez agréable mais j'avais conservé le tenue longue. Pour me découvrir , j'attendrai le printemps.

Avec le temps....
Avec le temps....

Traversée du passage à niveau au dessus de Liverdy pour retrouver Coubert, en passant près du centre de rééducation moteur très connue des accidentés de la route. Au carrefour qui allait m'emmener à Soignolles, j'avais toujours les papilles qui salivaient au passage près de la boulangerie du village. Un vrai supplice! Mais ma devise : pas d'arrêt pour rentrer dans les temps. Descente sur Soignolles, pour partir vers Champdeuil et quitter la direction de Melun. Mon point extrême serait ce château bien connu que je vous ferai découvrir plus tard.

Avec le temps....
Avec le temps....

Champdeuil assez désert, seules quelques femmes promenaient leur chien. J'avais droit à de grandes lignes droites et heureusement je n'avais pas le vent de face mais de trois quart dos. Beaucoup plus agréable.

Avec le temps....
Avec le temps....

Crisenoy, quelques paroissiens arrivaient à la messe que je raterai une fois de plus. Sur la façade étaient dessinés des rois mages, bien connus à cette époque. Et après, sur la route allant à Mormant, je croisais mon premier groupe cycliste dans lequel je me glissais. Mais pas de chance, à Foujou, il filait tout droit sur Mormant. Donc je les quittais rapidement. Dommage, car j'étais assez facilement dans leur rythme.

Avec le temps....
Avec le temps....

Et j'arrivais à Blandy les Tours, lieu que j'aime beaucoup mais qui étaient assez calme à cette heure. J'étais au kilomètre 40. Presque la moitié de mon circuit prévu. Un petit arrêt pour prendre quelques clichés et je repartais.

Avec le temps....
Avec le temps....

J'allais me diriger vers St Mery sur une petite route tranquille mais assez vallonnée. Quelques marcheurs en pleine exercice. Dans le village, je pouvais apercevoir le château qui était toujours aussi bien caché. Pas de possibilité de prendre de cliché intéressant. J'allais filer sur Champeaux et donc sur ma route du retour.

Avec le temps....
Avec le temps....

Champeaux, un sens interdit à l'entrée du village mais pas pour les cyclistes. Je n'allais pas m'en priver puisqu'il m'emmenait à l'abbatiale du XIIIème siècle. En suite j'allais prendre la direction de Verneuil l'étang. Là aussi, j'avais droit à de belles lignes droites mais j'allais être sujet partiellement à du vent de face. Andrezel, petit village tranquille et assez typique de la Seine et Marne dont on a parlé assez souvent dernièrement. Mais là c'est beaucoup plus au sud! Un cygne grognait à mon passage. Je devais le déranger.

Avec le temps....
Avec le temps....

J'allais me retrouver sur des routes que je fréquentais assez souvent en direction de l'Etang où il n'y a pas d'étang mais surtout Verneuil l'étang. Je traversais le village pour partir vers Beauvoir où je passerai à sa limite. Go vers Chaumes. J'admirais ce viaduc sur ma droite où le train devait passer dans les temps anciens.

Avec le temps....
Avec le temps....

Au rond point, à l'entrée du village, je croisais la route de cyclos du club de Crécy la Chapelle, cher à Régis. Petite montée et j'apercevais au loin un autre groupe de cyclistes que je n'allais pas rejoindre car ils allaient partir en direction du château du Vivier. Direction Fontenay Trésigny, Il ne me restait plus qu'une trentaine de kilomètres à parcourir. J'étais dans les temps.

Avec le temps....
Avec le temps....

Direction Marles en Brie et je croisais la route d'un nouveau groupe mais pas de chance, une fois de plus, ils partaient en direction les Chapelles Bourbon. Mais je poursuivais le circuit que j'avais projeté. La Houssaye, un autre cyclo au feu tricolore mais j'allais le laisser partir car je commençais à avoir les grosses cuisses et il valait mieux que je me modère pour rentrer dans de bonnes conditions. Neufmoutiers en vue, il allait me rester 16kms à parcourir et là, j'allais bien rencontrer des cyclos qui allaient me ramener tranquillement car j'avais le vent de face.

Avec le temps....
Avec le temps....

Un cyclo me dépassait et je me mettais assez facilement dans ses roues. Par contre après Villeneuve le Comte, il lâchait prise après un relais de ma part. Pourtant je n'avais pas vraiment accéléré! Je me laissais dépasser par quelques avions mais au dernier carrefour; Je restais dans les roues d'un cyclo. Je n'avais plus que 4 kms à faire.

90kms pour ma dernière sortie et j'étais dans les temps. Une belle sortie avec enfin le soleil. Le vent était presque oublié. Demain, aurais-je le courage de refaire une sortie car la pluie est annoncée pour mardi? Mais j'avais enfin trouvé le rythme.

Voir les commentaires

Et c'est reparti

Publié le par lariegeoise

Les fêtes étant terminées et le ciel étant clément, ce matin, dimanche, il n'était pas question de rester au lit. Lever à 7H car le jour ne se lèvait pas encore très tôt malgré l'allongement des journées. Un petit déjeuner copieux comme d'habitude et une idée sur le parcours devant être effectué, feront une bonne motivation pour mettre le nez dehors. Une sortie de 80kms devrait être réalisable! Bon, il ne restait plus que le jour se lève. Bien sûr, l'utilisation du mulet était plus que recommandé surtout que la route devait être mouillée après toute la pluie qui était tombée la veille.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

8H20, Cela devait être tout bon pour démarrer le parcours. Par prudence, je mettais l'éclairage arrière car c'est là où on peut être le plus sujet à un accrochage, malgré qu'un dimanche matin, les voitures devaient être moins nombreuses.

Dès le passage du carrefour de mon village, j'apercevais un cyclo, un jeune! Je me faisais le plaisir d'arriver à sa hauteur et je le saluais au passage. Il revenait à ma hauteur pour me dire que mon éclairage était un peu caché par ma sacoche et il me demandait vers où je me dirigeais. Malheureusement, j'allais tourner à gauche pour rejoindre Villeneuve St Denis, alors que lui, allait vers Tournan où devait se trouver son club, le nom étant indiqué sur son cuissard. Donc j'allais continuer tout seul. Le plan d'eau avant Villeneuve le Comte n'était plus gelé et les poules d'eau pouvaient y nager avec grand plaisir.

Villeneuve, je filais sur Tigeaux pour remonter la bosse pour laisser sur ma droite Mortcerf. J'allais caler mon parcours par rapport à l'heure et au kilomètrage. Mais pour l'instant, je roulais à l'instinct.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Direction Liverdy. J'avais droit à de grandes lignes droites et les routes étaient assez propres. D'ailleurs, je ne voyais aucun cultivateur dans les champs. Je croisais quelques cyclos isolés. C'était qu'un dimanche matin, tous les sportifs étaient dehors, dont pas mal de "joggers"! J'allais arriver très vite sur Rozay. Je ne ressentais pratiquement pas le vent qui était assez faible, ce matin.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

J'avais droit parfois à quelques bosses. Oh pas un pourcentage élevé mais de quoi, pour se remuer un peu. La température n'était pas trop basse. Il fallait en profiter car elles devraient descendre dans les jours à venir. Je laissais à ma droite le village de Rozay en Brie. J'allais continuer vers Courpalais et je passais à côté du dernier château de La Fayette en France dont j'apercevais les toits.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Dans le centre du village, je tourner à droite pour revenir ver Le Grand Bréau avant de passer pas loin de Courtomer. Au croisement de Beauvoir, j'étais obligé de mettre le pied à terre car j'apercevais le club assez conséquent de Pontcarré qui venait dans ma direction avec une voiture suiveuse à l'arrière. Moi j'allais tout droit pour aller sur l'Etang où je n'ai jamais vu d'étang. Donc si quelqu'un pouvait me l'indiquer!

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Au stop, je tournais à droite pour revenir sur Verneuil l'Etang que je traversais croisant quelques club. Et oui, la sortie du dimanche! Je rejoignais au niveau de l'église, la route qui allait me mener à Beauvoir. Ensuite, je filais à gauche pour rejoindre Chaumes que j'allais traverser partiellement pour rejoindre la direction d'Ozouer le Voulgis que je n'atteindrai pas.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

J'allais monter vers Forest pour retrouver Liverdy. A ce moment, je me disais que j'allais bien croiser d'autres cyclistes que j'essaierai d'accompagner quelque peu. Ce qui me décida pour rejoindre directement Tournan en Brie mais le club que j'avais rejoint, partait en direction de Coubert. Que cela tenait, j'étais presque sur mes terres. Traversée avec un autre cyclo de Tournan avant d'arriver à Favières. Et je n'étais plus qu'à 9kms de chez moi. Au carrefour de la direction Villeneuve/Pontcarré, je retrouvais un club de Gagny qui avait fait une pause et qui repartait. J'allais les accompagner jusqu'à chez moi.

Mon périple s'achevait avec 83kms et 546m de dénivelé. Un bon début, non?

(par ailleurs, je m'aperçois que mes lecteurs ne me mettent plus de commentaire. A cet effet, il leur suffit de cliquer "voir les commentaires" pour en mettre un. Donc ne vous privez pas!)

Sur ces mots, je vous adresse à tous mes meilleurs voeux pour l'année qui démarre et plein de plaisir sur votre vélo si vous êtes un pratiquant.

Sportivez-vous, bien!

Voir les commentaires

Entre les fêtes

Publié le par lariegeoise

Vendredi après midi, pour un besoin de faire le vide du trop plein de ces victuailles ingérées et voulant tester mon nouvel appareil photo, je me lançais dans une petite sortie car la nuit arrivant vite, il me serait difficile de faire plus de 70kms à allure tranquille. Il ne fallait pas trop forcer sur la bête! Je tenais à être encore disponible pour la deuxième fête. Bon, le ciel était un peu plombé mais aucune pluie n'était annoncée et le vent n'était pas trop fort pour une fois. Il valait mieux en profiter car les jours suivants annoncés par la météo n'étaient pas top. Et oui, la neige était annoncée et comme je n'ai pas de VTT....

Entre les fêtes
Entre les fêtes

Direction la forêt de Ferrières, tout au moins sa traversée. Je croisais déjà quelques cyclos qui devaient revenir de leur escapade car il n'était guère plus de 13H. Au croisement, je filais à gauche pour rejoindre Villeneuve St Denis où des poules d'eau s'ébattaient sur le plan d'eau. Villeneuve le Comte, j'allais filer dans le centre pour aller vers Châtres. Effectivement le vent n'était pas trop violent. Pour l'instant pas de cyclo dans mon sens. De toute façon, j'allais rouler au feeling, soit partir comme le vent me pousse. Arrivé à Liverdy, sans m'arrêter aux daims, je filais au centre du village vers Forest.

Entre les fêtes
Entre les fêtes

Forest et son pigeonnier légendaire. Tout le monde connait-il la raison de ces pigeonniers dans les fermes ou autre? A savoir! Mais moi, j'étais venu pour rouler. Direction la ville voisine, soit Fontenay Trésigny. Juste un détour par les pavés toujours pour ralentir la circulation mais pas terrible pour les pneus. Ou alors pour se croire en Belgique. Passage par le porche de la ville pour laisser croire que la ville était fortifiée autrefois. Mais je faisais un détour pour éviter le feu du croisement et revenir sur la gare ferrovière. Go pour Marles en Brie qui me servira de base car je ferai juste un petit circuit circulaire autour du village. A la sortie, je prenais la direction de Crèvecoeur en Brie. Bon, la pluie et la boue étaient assez présentes mais en cette saison, difficile de l'éviter. Dans le centre du village, après le passage du haras, à droite toute, pour rejoindre Mortcerf que j'atteindrai brièvement.

Entre les fêtes
Entre les fêtes

J'allais me retrouver dans cette partie boisée mais aucun cueilleur de champignon, mon cher Penn! J'atteindrai très vite Mortcerf et je tournerai à droite pour revenir sur la partie boisée avant Lumigny. Un arrêt devait ponctué au croisement de la route qui allait sur Melun car il y avait pas mal de circulation. Au centre, je tournais à droite pour revenir sur Marles en Brie. Et j'avais effectué la boucle. J'étais dans les temps pour rentrer avant la nuit. Dans le centre, j'allais être témoin d'un déplacement d'un drôle de véhicule. Une oie qui rentrait tranquillement au milieu de la chaussée vers la ferme avoisinante. Elle était guidée par ses propriétaires. Comique, non? Mais moi j'allais me diriger vers Les Chapelles Bourbon.

Entre les fêtes
Entre les fêtes

J'allais longer la voie ferrée jusqu'au passage à niveau avant de rejoindre le village. J'avais un petit vent qui contrariait quelque peu mon avancée. Retour vers Neufmoutiers ou plus exactement Les Lycéens où la route allait m'emmener à Favières. 9kms me restaient à parcourir pour arriver à mon domicile. Je ressentais quelques tiraillements dans les jambes, n'ayant pas roulé depuis une semaine. Je croisais un cyclo que j'avais rencontré lors de ma dernière sortie, qui avait déjà mis en fonction son éclairage facial .

Sortie tranquille de 71kms à un peu plus de 25kms. Pas si mal que cela pour un cyclotouriste!

Mais à quand la prochaine, seule la météo me le dira!

Entre les fêtes
Entre les fêtes

Lundi après-midi, une envie de sortie me titillait depuis plusieurs jours et j'allais certainement effectuer mes tours de roue dans ma campagne pour la dernière fois de l'année. Pourtant la température ne m'incitait pas trop car nous avions un chiffre bien en dessous de 0°. Pas un temps pour les sudistes! Les flaques d'eau sur le bas côté de la route étaient encore bien gelés. Que cela ne tenait. Equipement plus que d'hiver en long : blouson le plus épais possible, bonnet chaud utilisé pour la premier fois mais gants avec juste le pouce couvert (très pratique pour les photos!) couvre-chaussures. Bref, j'étais prêt. Pour la distance, rien de prévu, je ferai à l'instinct comme souvent mais en essayant de rentrer avant la nuit. Tiens, j'ai l'impression d'entendre Cigogne! Départ comme souvent vers Villeneuve St Denis par le bois de Ferrières, Villeneuve le Comte, Faremoutiers et déjà quelques cyclos. Comme je disais les autres fois, des cyclos qui rentraient! Certains avaient même des cagoules! Aux Lycéens, j'apercevais au loin un cyclo qui allait me servir de motivation pour mon parcours. Malheureusement, je n'arriverai jamais à le rattraper. Direction Châtres que je n'atteindrai pas, car au niveau de la N4, je tournais à droite pour aller sur la zone artisanale de Tournan. Dans le centre, je tournais à gauche en passant au dessus de la N4 pour prendre la direction de Liverdy que j'évitais pour aller en direction de Coubert en passant par le sous bois. Et toujours ce cycliste devant moi. Je récupérais un peu de la distance qui nous séparait dès qu'il y avait une bosse. Coubert et j'allais le perdre avant d'arriver dans le centre. Il avait dû filer tout droit. Tant pis!

Entre les fêtes
Entre les fêtes

Je décidais de partir vers Soignolles et peut-être prendre le circuit qui me ramènerait par Pontcarré. En arrivant au stop, j'en décidais autrement et je montais en direction de Solers. J'avais parcouru plus d'une trentaine de kilomètres. Je ne ressentais pas trop le vent de face pour l'instant. Courquetaine, je croisais quelques marcheurs. Un bon moyen pour se déplacer tout en faisant de l'exercice. Je passais au dessus de la ligne TGV. J'allais partir vers Chaumes.

Entre les fêtes
Entre les fêtes

A la ferme, à la sortie du village, aucun canard sur la mare. Ils n'avaient pas envie de faire du patin à glace. Ils étaient planqués dans un coin. Ozouer le Voulgis, direction CHaumes en traversant la partie boisée où bon nombre de cyclos font leur pause technique. Pour l'instant, je n'avais pas d'envie pressante! J'étais prudent pour traverser la route qui allait vers Melun et un arrêt m'était plus que recommandé.

Entre les fêtes
Entre les fêtes

Après le passage du croisement, j'allais monter sur Forest où j'allais rencontrer quelques cavaliers. Il y avait un haras un peu plus loin. Une belle ligne droite m'attendait avant d'arriver à Fontenay Trésigny. Je commençais à sentir le vent sur le côté qui était assez fort, ce qui amplifiait cette sensation de froid. Petit tour dans la ville pour prendre la direction de Marles en Brie. Au niveau de l'église, je tournais à gauche pour me diriger vers La Houssaye. Pas question de m'arrêter au chocolatier car le soleil avait disparu et les heures avançaient.

Entre les fêtes

Dans le centre du village, au feu tricolore, je filais sur Neufmoutiers. Je sentais de temps à autre quelques gouttes. Du verglas certainement! Il ne me restait que 16 kilomètres à parcourir mais depuis Marles en Brie, j'avais droit à un vent violent de face, ce qui ne facilitait pas mon retour en plus du froid! Villeneuve le Comte et j'apercevais quelques cyclos isolés, entre autre celui que je voyais depuis quelque temps avec son éclairage. Fin de mon parcours au bout de 80kms mais une bonne douche chaude tout comme un thé m'attendaient. Un grand besoin de rester au chaud se faisait ressentir!

Et ce serait ma dernière sortie de l'année, ayant quelques dernières activités autres avant le réveillon du nouvel an.

J'aurai dépassé les 14000kms, cette année. Un score que je n'avais pas encore atteint jusqu'à là.

A mes chers lecteurs , fidèles pour certains, Je leur souhaite une bonne fin d'année en pleine santé pour profiter de ce réveillon que nous avons bien mérité, non?

A l'année prochaine.... si vous le voulez bien!

Voir les commentaires

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Publié le par lariegeoise

Difficile de rouler au sec en ce moment ou alors il faut s'appeler Veloblan! Mais il parait que c'est la saison qui veut ça. Le réchauffement de la planète! En conséquence la semaine dernière a été une semaine sans out door. Seulement deux séances d'une heure sur mon vélo d'appartement pour respecter le jargon de Sébastien. Là, j'ai vraiment mouillé le maillot mais pas avec le même plaisir. Allez, avant les fêtes, il faut s'économiser un peu et puis une petite coupure en fin de saison ne fera pas de mal. Noël approche!

Mais mardi après-midi, un rayon de soleil s'est invité à notre ciel. Un miracle certainement dans ce monde de brut! Donc je n'allais surtout pas m'en priver pour une fois. Par prudence, je traçais sur Strava le parcours pour vérifier le kilométrage, quoique je l'avais un peu calculé dans ma tête, le circuit l'ayant fait par mes soins dans le passé plusieurs fois. Car avec la nuit qui tombe vite maintenant, il valait mieux que je n'aille pas trop loin.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Départ habituel par Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte. Et oui, je ne pouvais aller vers de nouveaux tracés, ne voulant pas m'éloigner. Direction Neufmoutiers, Châtres en passant au dessus de la N4 où Sébastien avait signalé un grave accident le samedi précédent pour lequel la police avait lancé un appel à témoin. Mais là n'était pas ma recherche puisque j'allais me diriger vers Chaumes. En passant à Châtres, j'admirais la décoration de cette année. Pas de crèche, ni de père noël, comme quoi, tout change dans cette vie moderne. Par ce beau temps, je croisais quelques cyclos isolés.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Un peu plus loin, j'allais dépassé un petit groupe d'anciens, un peu comme moi, quoi! Et même un tandem, ce qui est assez rare dans ma région. Il valait mieux faire attention en traversant la route allant sur Melun. La route était encore un peu humide avec la pluie qui était tombée le matin même. J'allais filer directement sur le centre de Chaumes pour me faire la petite bosse que l'on monte assez facilement avec l'élan ou presque. Dans le village je repartais partiellement en direction de Fontenay Trésigny car je tournais à droite assez vite pour me diriger vers Rozay en Brie. Un cyclo allait me dépasser pendant que je m'alimentais un peu. J'allais rester à quelques distances de lui pendant un bon moment car il allait tourner à gauche vers la N4. Pour ma part, j'allais traverser Rozay pour revenir vers Beauvoir.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

A l'entrée de Rozay, je laissais sur la gauche la N4 et sur la droite, un tracé circulaire fait par les habitants d'un haras. Nous ne sommes pas si loin de Vincennes! En haut de la côte de Rozay, je bifurquais à droite pour prendre cette route où je pouvais apercevoir le village de Courtomer et la construction d'un site d'épuration d'eau. Des travaux à cette époque ne pouvait que laisser des routes assez sales et il valait mieux rouler avec un mulet. Beauvoir était en vue et pas trop de vent. Une bonne chose car ces derniers temps, il était assez fort, nous cassant assez rapidement.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je laissais sur ma droite Beauvoir, Verneuil l'Erang pour traverser L'étang (le village!) pour ne jamais le recontrer. Direction Guignes où je rencontrais un peu de circulation sur cette route qui allait à Melun. Pour ma part, j'allais tourner à droite pour aller en direction de Coubert. Une grande ligne droite m'attendait mais cette fois-ci, je n'avais pas le vent qui me freinait dans la descente.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

J'étais au tiers de mon parcours souhaité. En bas de la côte, je bifurquais à droite pour rejoindre Ozouer le Voulgis et sa tour d'église style moyen-âge. Courquetaine qui allait me permettre de revenir sur Tournan en Brie. Un petit arrêt pour admirer le château.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Au loin, je pouvais voir le village de Gretz mais je l'avais évité pour ne pas passer sur les pavés qui devaient être glissants après la pluie des derniers jours. Je repassais au dessus de la N4, citée au début de mon article où le fameux accident avait dû se passer. J'arrivais dans la zone industrielle de Tournan.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je passais par le centre pour prendre la direction de Favières et voir quelles décorations ils avaient mis pour les fêtes. C'était assez léger. Favières me tendait les bras pour la dernière dizaine de kilomètres qu'il me restait à parcourir. Et j'arrivais à l'Auberge du Cheval Blanc, bien connue par les cyclistes. Dans le bois, la fraîcheur commençait à se faire sentir. Mais j'étais arrivé au bout de mon périple.

81kms après une grande interruption due au temps, cela ne devait pas être si mal. Bon pour le dénivelé, je me contentais que de 436m, bien loin de l'Ariège.

Et maintenant à quand la prochaine sortie. Seul le ciel me le dira!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Jeudi après-midi, je remets le couvert. Bon, d'accord le plafond est bas et les risques de pluie sont promises pour la fin de journée, mais que cela tienne, je vais prendre l'air! Un petit tiraillement encore au niveau de mon hématome à ma cuisse gauche mais rien de bien méchant. Je le ressens surtout quand je rentre à mon domicile du portail à l'entrée en surélevant le vélo pour éviter tout intrus sur mes pneus. Vu l'arbre en boule!

13H, j'ai le temps de faire au moins 70kms avant la nuit et puis moi, je partais directement dans la campagne. Direction le bois de Ferrières comme d'habitude pour aller en direction de Favières. Je croisais quelques cyclos qui rentaient peut-être de leur périple mais personne dans mon sens comme trop souvent. A l'entrée du village, je bifurquais à gauche pour rejoindre les Lycéens. La route était encore assez humide par rapport à toute cette pluie qui était tombée ces derniers temps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Direction Châtres que j'éviterai en partant vers Les Chapelles Bourbon et aujourd'hui encore j'allais avoir droit à un vent violent. De quoi, te casser rapidement. Marles en Brie et je prenais la route vers Lumigny. Je passais à côté de différentes fermes assez isolées et sans agriculteurs dans les champs. D'ailleurs la route était un peu plus propre. Ils doivaient rester au chaud ou faire la trêve des confiseurs! A Lumigny, je traversais le village pour rejoindre Pézarches en faisant bien attention sur le passage de la route allant vers Provins. Beaucoup de camions et toujours le vent! J'éviterai le village pour partir en direction d'Hautefeuille. Les ruisseaux regorgeaient d'eau mais pas d'inondation sur la route. Un cyclo isolé mais lui, il avait le vent dans le dos.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Les arbres étaient vraiment dénudés maintenant et pas de possibilité de se sentir abrité du vent en cette saison. A gauche dans le village pour aller sur Courtesoupe et rejoindre ce coin boisé où parfois il y a des chasseurs. A éviter. Mortcerf, je tournais à gauche à l'entrée du village pour aller sur Crêvecoeur. Là, la route était toujours en mauvais état. Il valait mieux éviter les trous. Et dire, qu'une fois les gendarmes m'ont posé la question : pourquoi je roulais à gauche. Pour éviter les trous, pardi!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Prudence, pour traverser la route qui va de Melun à Villeneuve le Comte. Et oui les voitures roulaient très vite et les camions étaient nombreux. Crêvecoeur, pas trace de crêche à la mairie! Rien que des noeuds de fête. La Houssaye, voyant l'heure et le kilomètrage, je décidais de rallonger la distance. Tiens, le chocolatier était fermé. Dommage car je me serai bien arrêté! Mais je filais sur Marles que j'avais traversé quelques temps avant.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

En passant le passage à niveau, je croisais pour la première fois la route du père noël qui commençait à faire des exercices en vue de la soirée de noël. D'ailleurs, il lui faudra une certaine pêche avec toutes ces cheminées à regagner. Mais attention en cette saison elles sont allumées. Et toujours ce vent violent. Il faudra que je me fasse une raison! Direction Fontenay Trésigny.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Fontenay Trésigny et ses passages pavés, mais là pas de danger car la route s'était asséchée. A l'entrée, j'allais tourner à droite pour repartir directement sur Châtres par de petites routes tranquilles. Et là, vlan le vent en pleine face. De quoi, te décourager d'être sorti.

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Châtres, j'allais emprunter assez rapidement la route que j'avais prise à l'aller en regagnant Les Lycéens où je croisais un cyclo qui avait déjà mis ses lumières. Favières et go mon domicile.

Belle petite sortie sous un ciel gris mais sans pluie mais avec un vent à décorner ceux que vous savez. 76kms tout de même. Un bon entraînement hivernal.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Samedi matin, enfin une sortie matinale, cela faisait bien longtemps. C'est vrai que je préfère cette heure. La température était toujours clémente car il n'avait pas gelé. Un plafond bas et je ne suis pas prêt de montrer un lever de soleil à mon ami Sébastien. Mais et surtout, toujours ce vent violent! La veille, il était tombé des cordes et bien sûr, ce matin, la route était détrempée. Direction la forêt de Ferrières pour rejoindre Tournan en Brie. Quelques voitures de gens qui allaient au travail. Mon attention était plus que présente et vous comprendrez pourquoi! Un circuit que je n'avais pas pris depuis bien longtemps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

A l'entrée de la ville, je prends à droite pour éviter le centre et rejoindre Gretz que je traversais rapidement pour arriver à Presles et sa route pavée. Très à la mode en Seine et Marne. Adroite, toute, pour rejoindre Courquetaine. A la ferme, à la sortie du village, pas trace d'oies car elles devaient être déjà plumées à la vue des fêtes qui sont très proches. J'évitais les flaques restantes, tout comme les trous pour regagner Ozouer le Voulgis.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Très vite, je traversais le village pour partir en direction de Chaumes que j'éviterai en montant sur Forest. Pas de cyclo pour l'instant à l'horizon. Et toujours le vent. Grande ligne droite pour aller à Fontenay Trésigny.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Quelques CAP isolés s'ébrouaient dans la campagne. Même des jeunes femmes qui m'évitaient à mon passage. Je devais les impressionner! Toujours à la recherche de vitesse. Traversée de Fontenay Trésigny où il y avait des gens dans les rues, pour regagner Marles en Brie.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Les ânes du village étaient déjà de sortie et un cycliste isolé, un. Le premier! Direction Lumigny que je traverserai pour rejoindre Pézarches comme la fois précédente. Et toujours autant de camions.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Et au loin, le premier cycliste dans ma direction. Pas de chance, il allait s'arrêter quelque temps après, mais il allait repartir à mon passage pour faire quelques kilomètres avec moi. Mais j'allais le quitter peu de temps après Hautefeuille. Il voulait certainement éviter la route de Faremoutiers et ce vent violent. C'est une route que j'évite maintenant, y ayant crevé à chaque passage et sachant qu'il y avait plein de trous. Parfois il vaut mieux éviter, non?

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

J'allais le retrouver à un autre croisement mais moi je descendais sur Tigeaux et lui filait sur Mortcerf. Et après le village, je tournais à gauche pour remonter sur Villeneuve le Comte. 2kms de montée. En fin de parcours, cela se montait encore. Un cyclo au loin mais je n'allais pas le rejoindre car j'avais toujours ce vent fort de face.

Il pleut, il pleut, il pleut.....

Villeneuve le Comte, je n'étais plus qu'à une dizaine de kilomètres de chez moi. Des cyclos par ci par là mais je n'allais jamais pouvoir les rejoindre, bloqué par le vent de face. Mais l'arrivée était proche.

78kms pour une bonne sortie matinale.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Dimanche matin, j'en profitais encore car le temps le permettait malgré un plafond bas mais beaucoup moins de vent que les jours passés. Pour la semaine qui suit, j'aurai beaucoup moins de temps, revêtant ma tenue de GP comme ma petite fille vient pour trois jours à la maison avant Noël. Ce sera une autre activité! Mais un grand plaisir car pour moi, les petits enfants, ça toujours était sacré!

Bon départ au lever du jour ou presque car c'était encore bien sombre et inutile de prendre des clichés au départ. Déjà des cyclos sur la route. Mais ils n'allaient pas dans mon sens. D'ailleurs je n'en verrai pas beaucoup en début de sortie. Et oui, là où j'allais, ça montait! Bizarre! Direction opposé à l'habitude : Chanteloup, je laissais sur ma droite Val d'Europe. Montevrain et je contournais Disneyland en voyant juste dépasser des arbustes la tour de la Belle au Bois Dormant et le site d'Indiana john. Je repiquais sur Chessy mais en sillonnant à travers toutes les rues car cela avait construit un maximum. Chalifert et le premier château que connait très certainement Alex mais non, ce n'était qu'une maison améliorée. Lesches, et déjà je trouvais des lieux de chasse annoncés. Attention ces messieurs tiraient à balle réelle. Un lapin était écrasé sur la route. Il n'aura pas eu le temps de voir les chasseurs. Tribaldou, je passais au dessus le la Marne. Bien sale à cette époque avec toutes les pluies de ces derniers temps.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Tribaldou franchi, je laissais sur la gauche la direction de la N3 qui allait à Meaux que j'éviterai lors de ma sortie. Direction Esbly par Vignely. Un cyclo devant moi que je rattrapais assez facilement car en VTT, il allait beaucoup moins vite que moi. Tiens, quelques cyclos isolés mais pour l'instant c'était pratiquement plat. Après avoir traversé Esbly à droite près de la gare, je bifurquais à gauche pour aller vers Condé Ste Libiaire

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Passage au dessus du canal de l'Ourcq, pas très loin du Grand Morin au dessus duquel je passais un peu plus loin mais toujours aussi sale. Et je montais cette bosse dont parle si souvent mon ami Cigogne, lors de ses randonnées de printemps qui était assez longue, dépassant les 2kms. Au feu, j'apercevais le château mais j'allais plutôt dans le centre pour partir en direction de Bouleurs. Déjà, plus de cyclo. Bizarre!

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Au loin, je pouvais voir l'A4 pour me diriger sur Coulommes, lieu stratégique de pas mal de chasseurs mais cette fois-ci je n'en voyais pas. Je laissais à droite Bouleurs. Déjà je pouvais admirer les quelques bosses qui m'étaient offertes.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je partais en direction de Sancy Les Meaux. Beaucoup de villages étant proches de Meaux avaient ce particule attaché à son nom. J'allais en direction de Coulommiers à ne pas confondre avec Colomiers qui est près de Toulouse. Je croisais la route Crécy la Chapelle/ La Ferté Gaucher que j'allais prendre pour partir en direction de Crécy. Mais bien avant l'entrée de la ville, j'allais remonter vers Bouleurs en passant par Férolles. Toujours cette direction qui n'était pas indiquée! Mais j'allais suivre mon instinct pour retrouver la sortie de Bouleurs et partir sur Crécy.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je faisais juste un détour pour me faire quelques bosses et arriver au kilomètrage que je souhaitais. J'arrivais sur la N34 que connaissent beaucoup de gens, allant de Couilly Pont aux Dames vers Coulommiers. Je la traversais pour arriver dans le centre de Crécy animé par le marché hebdomadaire. Je filais en direction de Voulangis.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Une belle bosse de 2kms environ, un peu parallèle à celle de Tigeaux qui était un peu plus loin. Quelques groupes descendaient et j'allais commencer à rencontrer pas mal de groupe. C'était un peu leur fief! Au loin, j'entendais des coups de fusil du ball trap très fréquenté à cette époque. J'allais emprunter la route qui venait de Melun et qui rejoignait l'A4. Mais moi, j'allais en direction de Villeneuve le Comte pour terminer mon périple.

Il pleut, il pleut, il pleut.....
Il pleut, il pleut, il pleut.....

Je croisais pas mal de cyclo qui faisait un break après la montée de Tigeaux pour rejoindre Villeneuve le Comte qui n'était plus qu'à 4kms. Retour par la route habituelle mais en faisant un détour par la Dénicherie pour arrondir le kilomètrage de ma sortie.

70kms tout rond pour cette sortie vers le Nord avec un peu de bosse puisque j'avais 643m de dénivelé.

Ainsi se terminait ma semaine sportive. Maintenant à moi l'activité papy!

Bon Noël à tous mes lecteurs.

J'espère bien faire quelques sorties avant la fin de l'année qui sera plus calme.

J'avais dépassé mes 14000kms mais je n'atteindrai pas les 15000kms envisagés mais est-ce important.

Voir les commentaires

Et c'est reparti

Publié le par JP Lariegeoise

Parfois les discours disparaissent ou restent dans l'oubli

Voir les commentaires

Et c'est reparti

Publié le par lariegeoise

Après avoir fait tous les examens nécessaires et recommandés par mon médecin : bilan sanguin complet, scanner du crane, hécographie de la cuisse gauche, il s'est avéré que j'avais un hématome cranien qui allait se résorber petit à petit mais qu'il fallait surveiller, un superbe hématome à la cuisse gauche et non une déchirure musculaire, et un bilan sanguin bon. Pas encore de problème de prostate. Et après une visite à mon médecin traitant, j'avais son feu vert pour reprendre mon activité sportive ou plutôt mes sorties de cyclotouriste. Je n'allais surtout pas m'en priver car le vélo d'appartement n'a jamais été pour moi, mon dada! J'ai plutôt besoin de grand air même si parfois les éléments extérieurs me sont contraires. Donc c'est avec grand plaisir que vendredi après midi, j'allais chevaucher à nouveau mon mulet pour une première sortie assez courte car il me fallait reprendre doucement car de toute façon le record des 15000kms dont j'avais rêvé pendant quelques temps, tombait à l'eau par la force des choses. Le temps était agréable même si un peu frais : 3° au compteur. Je mettais mon équipement d'hiver mais par contre je négligeais de chausser mes sur-chaussures. Grave erreur car j'allais avoir un peu froid aux pieds.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

13H, et c'était parti pour mes premiers tours de roue. Pour sûr que je n'allais pas emprunter des routes inconnues car mon kilométrage prévu qui allait se situer aux alentours de 60kms, me limitait dans mon parcours. Circuit pas trop accidenté car je ne voulais pas forcer sur ma jambe gauche qui était encore un peu douloureuse. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières en empruntant cette belle route nouvellement bitumée. Un peu de voitures comme toujours mais je n'avais pas d'appréhension comme me le précisait dernièrement mon ami Lolo 90. La peur n'évite pas le danger. Et d'ailleurs, je partais seul comme toujours malgré les recommandations de Cigogne qui m'avait indiqué le contraire. Mais je suis un râleur comme Véloblan et je préfère être seul pour pouvoir partir quand je le désire, aller où je veux et rouler à la vitesse que je désire quoique rouler en groupe permet parfois de s'économiser un peu, dynamisé par les autres cyclistes. Villeneuve le Comte, quelques cyclos isolés comme souvent en ce moment et surtout en semaine. A l'intersection de la route Tournan/La Houssaye, je bifurquais au calvaire des Chapelles Bourbon. Un circuit princier quoi, pour une bonne reprise où je ne subissais pas trop le vent. Direction Marles en Brie.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Je laissais sur la droite Faremoutiers pour me diriger vers Lumigny qui sera le village extrême de ma sortie. Les forêts avaient perdu leurs feuilles et plus question de se sentir abrité du vent. Mais toujours ces belles lignes droites. Dans le bois, je croisais la route de chasseurs qui partaient à la chasse aux sangliers ou à quelque biche. Il valait mieux s'éloigner d'eux car ces messieurs tiraient à balle réelle. Mortcerf était à l'horizon. Je maintenais toutefois un bon rythme sans forcer pour autant.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

J'allais juste approcher le village de Mortcerf car j'allais partir en direction de Crêvecoeur, toujours pas de belles routes boisées. Le téléthon était déjà annoncé pour le week-end. La Houssaye, la chocolaterie si délicieuse était fermée à cette heure-ci. Je filais au feu rouge, tout droit pour rejoindre Neufmoutiers qui allait sonner la fin de mon périple de l'après-midi.

Et c'est reparti

Je passais par les Lycéens, où l'arbre de la pause technique de Cigogne était encore là! Favières, et plus que 9kms à franchir pour finir ma boucle de l'après-midi.

62kms au compteur à une vitesse acceptable pour une reprise d'un cyclotouriste puisqu'elle dépasserait les 25kms/H.

Mais dieu que cela avait agréable de rouler à nouveau dans la nature même si le temps était frais. Un peu froid aux pieds mais je modifierai cela à ma prochaine sortie. Une bonne douche chaude m'attendait.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Samedi après-midi, je remettais le couvert pour une sortie un peu plus longue mais avec un vent assez fort ressenti. Il faudra donc composer avec! Départ à l'identique par la forêt de Ferrières mais cette fois-ci, je filais sur Favières. Je n'hésitais pas à mettre pied à terre au premier croisement car la circulation était présente. A l'entrée du village, je filais à gauche pour rejoindre Les Lycéens que je croisais souvent dans l'autre sens. Direction Châtres pour aller sur Chaumes que je n'atteindrai pas puisque je tournerai à droite pour rejoindre Forest.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Dans le village, à gauche toute pour rejoindre Ozouer Le Voulgis et retrouver Courquetaine. Et là, je commençais à subir énormément le vent de face, m'obligeant à relancer sans arrêt pour essayer de garder une bonne vitesse. Et là, c'est vrai que cela aurait été plus agréable de ne pas être seul. Dans le village, quelques jeunes traînaient. Direction Solers, en espérant que les travaux seraient finis dans le village.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Les travaux étaient bien terminés et j'avais droit à une superbe route où les bosses avaient été supprimées. Descente sur Soignolles où quelques pêcheurs taquinaient les petits poissons. Je partais en Direction d'Evry Grégy que j'éviterai pour tourner en haut de la bosse vers Cordon. Et toujours ce vent violent de face.

Et c'est reparti
Et c'est reparti

Suisnes, Grisy-Suisnes où je croisais encore quelques cyclos qui devaient apprécier le vent dans le dos. Cossigny, Chevry-Cossigny et plus que 5kms pour rejoindre Ozoir la Ferrière. Petit coup d'oeil sur la N4 où les radars de l'éco-taxe trônaient encore. Je traversais la ville qui avaient encore pas mal de circulation et cette grande ligne droite jonchée de plein de sens giratoire. Pas possible de rouler trop vite. Je n'étais plus qu'à 13kms de mon domicile mais je commençais à avoir de grosses cuisses, ayant bagarré pas mal avec le vent.

Et c'est reparti

Pontcarré à l'horizon, quelques groupes rentraient de leur périple. Dernier passage boisé à travers la forêt de Ferrières mais toujours pas la possibilité de se protéger du vent contraire. Dans la dernière bosse, je me faisais dépasser par un petit groupe de jeunes qui me saluaient au passage, comme quoi certains ont une certaine civilité. J'essayais de les suivre un peu sans trop forcer mais de toute façon j'arrivais chez moi.

Fin de la sortie pour un kilométrage de 68kms pour une moyenne plus faible puisqu'elle se situait en dessous des 25kms/h. Mais belle sortie tout de même.

La gelée étant attendue le matin et un repas avec les anciens du village organisé par la mairie, le midi, m'incitait à arrêter mes sorties de la semaine. Et pour la suite, il faudra faire avec le temps car la pluie était plus ou moins annoncée. Et j'essaierai de rouler un peu plus quoique les journées commencent à diminuer sérieusement.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>