Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quelques courtes sorties!

Publié le par lariegeoise

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Mes petits enfants étant chez moi depuis quelques jours, je n'allais faire que de courtes sorties tous ces derniers temps pour ne pas être absent trop longtemps. Mais sachant qu'ils dormaient bien le matin, je pouvais me permettre de partir tôt, soit pratiquement au lever du soleil. Et en plus j'allais jouer un peu avec le climat car nous subissions depuis quelques temps des orages le soir, laissant le matin quelques nuages bas mais la température était encore élevée, d'où la continuité de sortir de bonne heure.

Dans un premier temps, j'avais prévu de reprendre un circuit classique par le passage par Foix qui s'éveillait encore et montée vers le col de Py. Je m'apercevais que j'arrivais à le faire avec un peu plus de facilité, ayant pris la notion des grimpettes assez longues. Il fallait dire qu'il y avait bien quatre kilomètres d'ascension mais dans des pourcentages assez raisonnables.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Descente sur Rapy pour remonter vers Lavelanet. Je commençais à rencontrer quelques cyclos. Je n'étais pas le seul à profiter d'une température plus clémente pour une sortie. Plongée sur Lavelanet et j'allais repartir en direction de La Charmille.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Mais vue l'heure encore raisonnable, j'allais rallonger mon circuit en montant vers Roquefixade que je n'avais pas traversé depuis bien longtemps. Et toujours ce beau soleil, ce qui ne pouvait que m'enchanter. Et déjà je pouvais apercevoir les ruines du château après quatre kilomètres d'ascension. Mais j'étais bien seul sur la route et je n'allais pas m'en plaindre! Je pouvais par ailleurs, avoir une belle vue sur la vallée où serpentait la N20 allant vers l'Andorre.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

J'étais toujours en admiration sur ce château cathare. A cette heure pas d'animation mais le soir il y avait souvent des concerts dans l'église.

Quelques courtes sorties!

Après une descente assez vallonnée, j'allais arriver sur Foix où j'allais prendre la route habituelle pour revenir sur Tarascon et remonter chez moi.

C'était tout de même une sortie sympa de 84kms pour 1045m de dénivelé.

L'après-midi, j'allais pouvoir m'installer devant la télé pour regarder les pros du TDF qui allaient monter à Beille en final.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Depuis quelques temps, j'avais su que la route des corniches avait été ré-ouverte depuis plusieurs jours par voie de presse. Et oui il y avait eu un éboulement sur la route depuis trois semaines, coupant la liaison des deux villages d'Arnave et Cazenave. Et puis c'était une belle bosse à escalader, montée qui était souvent prise pour rejoindre les Cabannes et celle qui permettait d'accéder à la montée de Beille mais ce serait pour moi, pour une autre fois.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Effectivement le glissement avait été assez important et les travaux avaient été bien sécurisés la route entre contre bas. Tiens mon premier cycliste! Cazenave franchi, j'allais continuer ma montée vers le col de Souloumbrie et descendre jusqu'à l'embranchement vers Verdun. J'arrivais aux Cabannes que j'allais traverser pour retrouver partiellement la N20 que j'allais parcourir quelques kilomètres car au centre de Sinsat, j'allais tourner à droite pour remonter sur Verdun. Et là, j'allais prendre la route inverse de celle de l'aller.

Quelques courtes sorties!

Verdun, j'allais remonter sur cinq kilomètres pour rejoindre la route des corniches et là, j'allais croiser pas mal de cyclos. Et oui, quand l'heure avance, ils sont de plus en plus nombreux. Lors ce certains virages, je pouvais apercevoir le village des Cabannes. Remontée chez moi par Tarascon. Il y a des routes incontournables et déjà pas mal de voitures dans l'autre sens qui montaient en Andorre.

Fin de la sortie de 56kms seulement mais 1130m de dénivelé. J'avais largement dépassé des 1% de rapport.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Cette sortie cette fois-ci était établie pour régler un problème téléphonique. J'allais joindre l'utilité au plaisir de rouler. Direction Pamiers pour retrouver l'agence SFR qui m'avait vendu mon téléphone. Je n'avais plus la possibilité d'utiliser mon téléphone dans le vrai sens : téléphone!

Direction Tarascon pour rejoindre l'ancienne N20 et rejoindre Foix. J'allais monter le col de Py car j'étais largement en avance sur l'heure d'ouverture de l'agence. Et déjà après le passage sous le pont allant au tunnel de Foix, nous allions avoir la surprise de croiser des vaches qui avaient pris la poudre d'escampette de leur champ. Imaginez les automobilistes arrivant à grande vitesse et se trouvant confronter à ce genre de problème.

J'allais jusqu'à Rapy pour rejoindre la route la plus directe de Pamiers en passant par Carla de Roquefort. Une petite bosse m'attendait mais je la montais maintenant sans trop de peine.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Mon deuxième de la journée! Oh ce n'était pas très haut mais c'était un col. Et j'allais sortir le grand plateau et j'allais rencontrer pas mal de cyclos et même beaucoup de filles. Ces dames se mettaient au vélo! Et c'était bien à leur honneur. Tout près de Pamiers, j'allais croiser un bon groupe qui devait partir en randonnée car ils menaient une allure cyclotouriste. Et mon premier champ de tournesols. j'adorais cette couleur jaune rappelant les rayons du soleil.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Verniolle, je n'étais plus très loin de Pamiers. Et j'allais arriver à l'agence SFR où j'allais attendre l'ouverture car j'étais encore en avance. Mon problème téléphonique allait être réglé très rapidement. J'avais tout simplement mis en mode "avion" me coupant de toute transaction téléphonique. Comme quoi!

Je revenais par la route principale, la plus rapide soit par Varilhes/Foix/Tarascon.

Et mon périple s'achevait avec 104kms mais que pour 895m de dénivelé.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Dimanche matin, j'allais faire mon dernier périple de la semaine par des routes que j'affectionnais assez. Et oui, la montée du Port de Lers. De bonne heure, cela se montait dans une certaine quiétude, à part certains véhicules de randonneurs. Départ 6H45, le jour se levait de plus en plus tard. Tarascon et je filais sur Vicdessos par une montée en pente douce sur une quinzaine de kilomètres. J'allais être obligé de faire une pause technique suite à un petit problème de santé. Bref, je reprenais ma route et j'attaquais la montée avec ces fameux trois premiers kilomètres assez pentus. 12kms d'ascension, mais avant j'apercevais certaines cascades sur les sommets. Il ne me restait plus que quatre kilomètres à parcourir.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

J'allais de plus en plus rencontrer de voitures de randonneur. Mais normal puisque nous étions dimanche et le soleil était présent. Certains faisaient une pause casse-croûte avant le départ. Sur les derniers kilomètres, je pouvais apercevoir la vallée que je venais de quitter.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Et j'arrivais au sommet avant de plonger sur l'étang de Lers. Mais pas encore de cyclo simplement le premier buron où broutaient des vaches. Des campeurs avaient placé une tente tout près.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Et j'allais croiser la route de pas mal de vaches qui pouvaient même être sur la route. Et j'allais plonger sur la vallée ou plus exactement vers Massat sur 15 kilomètres où j'allais croiser cette fois-ci des cyclos. Je ne manquais pas de les saluer en passant car eux montaient! Juste un regard sur l'étang avant de lâcher les freins dans la descente.

Quelques courtes sorties!
Quelques courtes sorties!

Si la descente lors de ma dernière venue avait été hard lors de ma dernière descente à cause de gravillons, là c'était nickel suite au passage du tour. Je pouvais même atteindre une vitesse dépassant les 60kms/H. Massat, il y avait un marché comme tous les ans lors de la période de l'été. En montant, je pouvais voir, la chaîne des Pyrénées qui cette fois-ci était plus que visible. 12,5kms d'ascension.

Quelques courtes sorties!
  • Et j'arrivais au sommet où pas mal de cyclos faisaient une pause. Il ne me restait plus qu'à plonger vers mon domicile.
  • Résultat de la sortie 76kms pour 1755m d'ascension.

De bien belles ballades tout de même.

Voir les commentaires

Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Publié le par lariegeoise

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Mardi matin, nous avions planifié une sortie matinale avec mon ami Didier car vu la chaleur qu'il faisait actuellement, il était préférable de toujours sortir aux aurores. Petit bémol de départ, mon compteur ne m'indiquait plus ma vitesse. J'avais beau essayer de relancer, impossible de rétablir la bonne option. Mais j'ai souvent ce problème quand j'enlève ma roue avant pour un déplacement en voiture. Pas grave, je retrouvais Didier qui avait déjà à roulé à ma rencontre. J'avais planifié un profil sympa par le col de Legrillou et retour par le col de Port en passant par les cols du Portel et de la Crouzette, sur Strava. Cela ferait un parcours de 100kms mais je n'avais pas le dénivelé. Donc départ habituel par Foix, pour remonter sur Cadirac.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Ganac, Brassac, nous pouvions dominer la vallée de Foix qui commençait à se parer d'un soleil assez chaud. Pour l'instant, nous avions 17°. Parfait pour rouler dans de bonnes conditions. Au centre de Brassac, nous allions tourner à gauche où le col était signalé sur une pancarte. L'autre fois, j'étais parti à droite mais là, il était question de monter un col.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Passage encore près de quelques habitations avant d'atteindre la fameuse ferme où l'on pouvait récolter des myrtilles. Mais ce n'était pas notre but pour aujourd'hui. Par contre, un petit clin d'œil en pensant pour mon ami Eric en voyant ce troupeau de brebis noirs. Il fallait dire qu'il n'y avait que là que j'en voyais. Mais nous ne faisions que les premiers kilomètres de notre montée vers le col. La pente était toutefois aux alentours de 7/8% assez souvent, de quoi se réchauffer tôt le matin.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Montée en zig-zag comme dans de vrais cols. Elle était boisée, ce qui était très agréable par période de grosse chaleur et cette fois-ci, le soleil était plus que présent contrairement à ma dernière sortie. Passage au dessus de petits cours d'eau.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

On allait s'attendre tour à tour pour se prendre en photo mais j'avouais que Didier était plus souvent devant mais je restais fidèle à ma façon de rouler, en ne me mettant jamais dans le rouge. La pente était toujours aussi importante. Mais je savais déjà quand je serai en haut du col, je ne descendrai pas pour autant.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Je savais que lors d'une trouée dans cette partie boisée, je n'étais pas au bout de ma montée. J'apercevais un peu plus haut la bâtisse que je trouverai vraiment au sommet. Et ça montait toujours autant.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Et après le dernier coup de rein, j'arrivais à ce fameux sommet du col de Legrillou. J'avais déjà parcouru 15 kms depuis Foix et je savais, l'ayant déjà parcouru, qu'il me restait encore autant pour arriver à l'intersection de la route de Foix.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Mais je me trouvais toujours dans une partie boisée et je n'étais pas inondé par le soleil qui était déjà bien présent. Par rapport à mon dernier passage, plus de partie boueuse, elle avait séchée et c'était plus facile à franchir. Je m'accordais une pause technique car j'avais encore des kilomètres à parcourir.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Dommage pour les photos de paysage car les brumes de chaleur ne permettent pas de bien profiter de cette vue magnifique. Et comme prévu, Didier m'attendait au croisement mais nous avions encore de la route à monter.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Nous allions encore rencontrer quelques cols et des voitures lors de notre périple.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

J'allais laisser filer Didier car je savais que je le rejoindrai lors de la descente. Là, c'était le col de Péguére, beaucoup plus beau que lors de l'Ariégeoise. 4kms restaient à parcourir jusqu'au prochain col.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Col du Portel, nous étions au sommet de la bosse. Des personnes étaient en train de ramasser certaines choses dans les champs au dessus. Des myrtilles peut-être. Et nous plongions jusqu'au col de la Crouzette.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Col de la Crouzette, nous avions la chance de profiter d'un superbe panorama. Didier allait se montrer plus que prudent dans la descente ayant été victime d'une chute lors de la cyclo-sportive il y a deux ans. J'allais en profiter pour le dépasser.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Juste au dessus de Biert, j'allais m'arrêter pour prendre la photo souvenir pour mon ami Matthieu. Mais nous nous retrouvions en bas avec Didier pour filer sur Massat et faire notre dernière ascension : le col de Port. Je le laissais filer car je savais qu'il m'attendrait au sommet.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Quelques cols que nous croisions au cours de notre périple, entre autre celui qui aurait pu nous amener directement au col de Péguére. 12,5kms de montée et une source bien utile avant le col où je peux vous assurer, l'eau était fraîche.

Encore une belle sortie avec mon pote Didier
Encore une belle sortie avec mon pote Didier

Et j'arrivais au sommet où Didier m'attendait comme d'habitude. Il m'avouait que cela faisait bien longtemps qu'il n'était pas passé par là et qu'il avait été juste sur la fin.

Encore une belle ballade de 100kms pour plus de 2000m de dénivelé.

Dernier détail : j'avais retrouvé la cause de l'absence d'indication de ma vitesse sur mon compteur. Il avait été positionné sur un vélo 2 donc pas celui que j'utilisais.

Voir les commentaires

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Publié le par lariegeoise

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Dimanche matin, j'avais repéré depuis plusieurs jours cette randonnée à laquelle mon ami Nicolas avait envie de participer puisqu'il devait finir son périple par un pique nique avec toute sa famille sur les bords du plan d'eau de Mondély et aussi qu'il m'avait indiquée. Au départ, j'avais simplement prévu d'aller à sa rencontre par la route de Labouiche en voyant les circuits proposés, puis je me disais que cela devait être sympa d'y participer et cela me permettrait de connaître certains membres de son club au cas que je m'installe dans les années futures à Toulouse. Le lieu de départ n'était pas à Lézat mais à Campagne sur arize. Bon, je connaissais un peu la région mais pas tout et je n'allais pas être déçu. Au départ avec Nicolas, nous avions envisagé le parcours 4 qui était de 116kms mais plein de choses allaient modifier notre choix.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Les organisateurs avaient ouvert un parking à côté de la mairie où on devait s'inscrire pour la modique somme de 2 euros, étant licencié. Ils nous accueillaient avec café et gâteaux mais j'évitais d'en prendre car je connaissais les réactions d'utilité de pause technique un peu plus tard. Je retrouvais Nicolas qui arrivait en même temps que moi un peu avant 7H. On envisageait de rouler avec le groupe 3 de son club mais celui-ci ne voulait pas faire ce circuit donc il réussissait à trouver deux potes du groupe 2 qui envisageaient éventuellement de le faire en partant toutefois sur le parcours 3, squizzant la première partie du 4, mais qui pouvait être raccourci en fonction de l'heure. Ca nous convenait bien et de partir à plus, c'était mieux.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

7H30, et nous partions pour notre périple. Sortie du village de Campagne sur Arize (L'Arize, le cours d'eau) sur un terrain assez plat. Les difficultés seraient pour plus tard, enfin presque, car dès le dixième kilomètre, nous commencions à nous élever. L'altitude maximum serait de 700 mètres mais avec des montées assez longues. Un de nos compagnons faisait déjà une pause technique, bien utile pour rouler dans de bonnes conditions. Pour l'instant nous avions tous le sourire.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Et c'était parti pour les quatre mousquetaires car il fallait être mordant pour s'attaquer à cette sortie. Sympa car les organisateurs avaient bien fait les choses. Pour les indications même si c'était limité au minimum, cela restait suffisant. Daumazan sur Arize était le premier village que nous allions traverser pas très loin du départ. Et après nous allions attaquer de vraies bosses.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Tant que les bosses n'étaient pas présentes, nous allions rester groupés. Il était évident que quand cela allait s'élever trop longtemps, je les laisserai partir. Toujours ma devise, ne pas me mettre dans le rouge. Nous allions tour à tour passer d'un département à un autre à partir de Montbrun Bocage. Belle cadence des mousquetaires qui faisaient partie du groupe 2 du club de Nicolas.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Les organisateurs avaient chercher toutes les bosses qu'ils pouvaient trouver et parfois les pourcentages allaient être aux alentours de 7/8%. Et je vous prie de croire que nous ne pouvions que nous réchauffer. J'avais mis mes manchettes de crainte d'être juste au niveau température mais bien vite je les avais baissées!

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

À la faveur de certaines descentes je récupérais le groupe des mousquetaires! Lahitière et nous allions retrouver l'Ariège mais toujours pas de superbes visions sur la vallée semée de monts. La plafond restait bas comme il le fut toute la journée nous privant de vues magnifiques. Ste Croix Volvestre, je n'étais pas loin de chez mon ami Pilou. Mais pas ce cyclo sur ma route!

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Traversant de temps en temps des petits villages bien tranquilles encore en ce dimanche matin, nous aurions pu filer directement sur Mérigon mais que neni les organisateurs allaient nous faire bifurquer sur la droite pour se faire encore quelques bosses et on n'allait pas être déçu. Nous laissions partir nos compagnons de route. Nicolas ayant des problèmes actuellement avec un genou, ne pouvait monter les bosses qu'assis. Courageux, ce mousquetaire.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Lasserre, nous allions descendre encore plus bas pour remonter sur Mérigon. Les routes toutefois, même si elles étaient étroites assez souvent, étaient en bon état. Et nous étions à la moitié de notre périple. Je précisais à Nicolas qu'on resterait sur le parcours 3, vue l'heure qui s'avançait.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Tout près de Mérigon, nous allions bifurquer à droite pour prendre la direction de Camarade. Là, je connaissais bien le circuit car je l'avais déjà fait plusieurs fois. Et dans la montée, nous allions être détourné pour participer avec joie à un poste de ravitaillement qui sera l'unique. Nous n'allions pas être déçu car il y avait de quoi contenter nos estomacs où la charcutaille était de mise. Ca, ça pouvait s'appeler un vrai ravitaillement! Ils savaient vivre ces ariégeois.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Mais je proposais à Nicolas de ne pas trop trainer à ce ravitaillement car je n'aimais pas trop me refroidir quoique la température était largement clémente. Je pensais qu'on allait plonger sur Clermont et là encore j'allais me planter car les organisateurs allaient nous faire tourner à droite pour escalader quelques bosses en direction de Montesquieu.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Et après avoir une superbe vue sur les monts avoisinants, nous allions plonger sur la D119 et là nous pouvions mettre la plaque pour partir en direction du Mas d'Azil. Surtout qu'on descendait assez pour retrouver les bords de l'Arize. Nous avions perdu nos compagnons de route que nous avions laissé au ravitaillement mais qui allaient nous dépasser et nous déborder assez facilement.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Lacourt, Rieubach, le Mas n'était plus loin. Les organisateurs allaient nous faire passer au dessus par sécurité. Traversée du village où nous allions croiser pas mal de cyclos et nous allions bifurquer à droite pour prendre la direction de Gabre. Nous avions droit un faux plat montant. Notre périple allait atteindre presque sa phase finale.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Sachant que nous arrivions à la fin de notre sortie, nous avions adopté une vitesse plus grande. Et bientôt Nicolas allait être témoin d'une belle surprise.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Il allait retrouver une partie de sa petite famille qu'il devait retrouver sur les bords du plan d'eau de Mondély. Son frêre et sa sœur l'attendaient, l'ayant aperçu. Mais nous n'allions pas trop nous attarder car il fallait revenir à la ligne de départ pour récupérer nos véhicules.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat
Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Et nous quittions les environs du plan d'eau de Mondély pour rejoindre Campagne sur Arize en passant par une route avant Aigues Juntes, route assez risquée puisqu'elle venait d'être gravillonnée. Parfois, c'était assez hard. Nous retrouvions la route principale passant par Sabarat et nous mettions la plaque pour le retour.

Randonnée cyclotouriste organisée par le club de Lezat

Fin de notre périple de 105kms pour moi pour 1570m de dénivelé. Je quittais Nicolas qui allait retrouver sa petite famille pour un bon pique nique au bord de l'eau et moi je regagnais mon domicile.

Une belle matinée qui m'avait fait découvrir de nouvelles routes mais je me disais que pour les années futures, je ne manquerai pas de mettre cette randonnée sur mon calendrier de vélo. Et bravo pour les organisateurs qui avaient bien fait les choses. Et c'était la dernière sortie en compagnie de Nicolas que je ne retrouverai qu'en Août pour des raisons diverses.

Voir les commentaires

Deux sorties en images

Publié le par lariegeoise

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Après toutes ces journées à préparer physiquement la Mountagnole, j'aspirais à des sorties plus cools, juste de quoi s'ébrouer et se faire plaisir. Donc départ pour un circuit court par Arignac en n'oubliant pas les bosses d'Amplaing que je commençais à passer sans trop peiner. Foix toujours aussi calme car inutile de vous dire que j'avais gardé mes heures de départ matinales pour éviter la grosse chaleur. Montée vers Vernajoul pour passer par Labouiche mais pas encore de touristes. Et avant d'arriver à Baulou, j'allais apercevoir un campement de touristes en gauguette, style gitans. Je n'allais pas être le seul à regarder le spectacle puis une voiture allait s'arrêter. Et je continuais vers le Pas du Portel. Oh, une toute petite bosse.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Loubens et déjà d'autres cyclos, quand je vous dis que les ariégeois savent rouler tôt! Petit salut en passant et je filais sur Rieux de Pelleport. Et toujours pas la vision de la fille d'Eric! Une arlésienne, certainement! Varilhes, je passais dans le centre du village. Des cyclos qui attendaient d'autres potes mais moi, je continuais ma route. Direction le Col de Py en passant par Dalou, Gustas, des routes que devait bien connaître mon ami Patrick. Et j'allais plonger sur Foix.

Deux sorties en images

Et le retour m'était tout tracé par l'ancienne N20. Vingt kilomètres tranquilles en passant par Tarascon. La chaleur était déjà là.

Sortie de 93kms pour 1800m de dénivelé.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Jeudi matin, après ma journée peinture à mon domicile, j'allais partir vers un col que j'avais découvert et apprécié l'année dernière, le col de Legrillou. La montée passait par Foix et j'allais prendre la route habituelle pour arriver le plus rapidement à Foix. Déjà un soleil rouge commençait à apparaître mais en regardant les sommets je me disais que je risquais d'arriver dans les nuages quand je serai dans les hauteurs, tant le plafond semblait bas. Dans le haut de Villotte, je filais à gauche pour passer par Cadirac, Ganac, Brassac et dans le centre du dernier village, je filais à gauche pour me diriger vers le col souhaité. Et je commençais à apercevoir le village de St Pierre de Rivière. Plus j'allais monter, plus j'allais avoir une vue plongeante sur la vallée.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Cazals et j'arrivais à la ferme du Malpassadou où ils font la récolte de myrtilles. Effectivement avec le temps chaud qu'il y avait eu dernièrement, la récolte était en avance de quinze jours. A visiter et à conseiller. La montée était intéressante et m'offrait de beaux pourcentages allant souvent à 7/8%. Parfois le sol était mouillé, à comprendre qu'il avait dû pleuvoir dans la nuit. De plus, ça serpentait un maximum comme dans la montée d'un grand col. Je pouvais comme cela me rendre compte que je m'élevais rapidement.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Après quinze kilomètres d'ascension depuis Foix, j'allais atteindre le sommet et toujours cette vue sur les sommets. Mais j'allais beaucoup moins monter dans les hauteurs mais longer les flancs de la montagne pour rejoindre la route qui allait vers la Tour Laffont depuis Foix. Tiens d'autres copains de FB étaient passés par là mais pour l'instant pas d'âme qui vive.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

Bon endroit pour les champignons et pour mon ami breton Penn qui est certainement un fin connaisseur. J'allais serpenter la montagne sans pour autant descendre et il me fallait garder des forces. Et là, j'étais dans des endroits beaucoup plus boisés. Et je commençais à apercevoir ce brouillard qui m'attendait. C'est vrai que la route était plus propice à des adeptes de VTT.

Deux sorties en images
Deux sorties en images

J'allais toutefois rencontrer des agents du Conseil Général qui étaient en train d'élaguer mais cela en avait besoin. Avec cet engin, vous devez imaginer qu'il me serait difficile de croiser un quatre roues. Par contre j'allais être prudent à certains endroits car les cascades avaient ramené de la boue sur la route et la chaussée était glissante. Dernier regard sur la vallée car après j'allais être dans le brouillard, rendant même la température juste chaude.

Deux sorties en images

Voyez comme je roulais en bord du précipice!

Mais je terminais mon périple pour retrouver la route principale allant jusqu'à Foix. Et j'allais me retrouver en terre connue. Un retour tranquille comme je l'avais décidé car la chaleur était encore là.

Sortie de 98kms pour 1500m de dénivelé.

Bon, maintenant, je vais rester en attente de la randonnée organisée par le club cyclo de Lézat à Campagne s/arize, rando sympa très certainement. Normalement je devrais retrouver mon pote Nicolas, s'il ne souffre pas trop de son genou qui a craqué lors d'une montée folle avec les potes de son club. Cela me permettra peut-être de connaître son club pour d'éventuelles sorties futures.

Voir les commentaires

Une belle sortie en compagnie de Didier

Publié le par lariegeoise

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Depuis quelques temps, je me posais la question s'il était vraiment utile de continuer à aller au rendez-vous du club le samedi matin puisqu'il n'y avait plus de personnes qui ont la même conception du cycliste cool comme moi! Les gars du club continuaient à faire la course à chaque sortie. J'avais posé la question, il y a quelques jours à Didier avec qui j'avais sympathisé et qui voit le vélo dans la même optique que moi, pour savoir s'il roulerait samedi matin. Il était d'accord pour faire une sortie avec ma seule compagnie. Cela me convenait bien et j'en planifiais une sur Strava comme je faisais souvent. Je lui proposais en lui précisant que cela ferait aux alentours de 100 kilomètres. Cela lui convenait et en plus, chose qui allait me ravir, il était d'accord pour sortir à 7H. Et oui, il faut être fou pour sortir par grosse chaleur en ce moment donc on appréciait largement la semie-fraîcheur du matin. Donc, top, c'était ok avec Didier. J'allais enfin avoir un compagnon de route autre que mon ami Nicolas. J'allais à sa rencontre à Montoulieu où il habitait en passant par Arignac en m'offrant les bosses d'Amplaing. Ca réveillait le matin! Lol! Top départ, nous partions vers Foix. Les brocanteurs s'installaient sur les allées de Vilotte. Cette fois-ci, nous allions filer vers les hauteurs en direction de Ganac en passant par Cadirac.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Après Foix, nous nous élevions quelque peu, traversant quelques petits villages et passant à côté du site où les parapentistes du Prat d'Albis atterrissaient. Le soleil se permettait même de mettre une auréole au dessus de la tête de mon ami Didier qui me distançait de temps en temps. Mais pour moi, pas question de me mettre dans le rouge comme assez souvent. Nous commencions à avoir une belle vue sur la vallée.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Au loin, nous pouvions apercevoir St Pierre de Rivière. Mais nous devions monter un peu plus avant de replonger sur La Mouline. Le ciel restait nuageux alors que la chaleur était présente, tout à fait supportable.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Nous n'allions pas filer sur le col de Le Grillou comme on avait envisagé auparavent mais parfois on est obligé de choisir pour faire un parcours intéressant. Didier jouait aussi le photographe ayant la possibilité de me devancer dans chaque bosse.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Nous allions traverser la descente sur Foix pour rejoindre Serres sur Arget. Et nous allions remonter sur Alzen dont l'ascension était intéressante par sa longueur mais aussi par sa situation ombragée.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de DidierUne belle sortie en compagnie de Didier

Nous allions rencontrer nos premiers cyclistes. Il est vrai que depuis quelques temps, beaucoup de cyclos avaient optés pour des sorties matinales. Alzen passé, nous allions attaquer la descente vers La Bastide de Sérou

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Nous commencions à avoir une superbe vue ou presque sur la vallée où serpentait une route à grande circulation. Et toujours ce ciel plombé.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Parfois nous avions l'occasion de rencontrer des cyclos mais celui-là n'était pas trop causant! Même pas un bonjour! Et j'allais entraîné Didier vers une route qu'il ne connaissait pas et qui allait directement sur La Bastide de Sérou.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Nous allions emprunter une route assez étroite et qui serpentait jusqu'à la vallée. Intéressant à monter aussi. On allait nous retrouver au croisement sur la route qui allait vers le col des Marrous mais nous revenions sur La Bastide de Sérou. Après avoir traversé la ville, on empruntait sur quelques kilomètres la route de St Girons pour retrouver la route d'Allières.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Nous restions bien l'un derrière l'autre car il y avait pas mal de circulation jusqu'à l'embranchement de la route d'Allières que nous atteindrions pas avant 4 kilomètres. Nous étions aussi sur la route de la ferme aux reptiles. Très intéressant à visiter. Et on pouvait voir la montée qui nous attendait.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de DidierUne belle sortie en compagnie de Didier

Didier filait déjà dans la bosse et ne manquerait pas de suivre mon ascension une fois en haut. Quelques fermes où les vaches paissaient dans les champs avoisinants alors que d'autres broutaient dans les alpages.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Allières, nous allions plonger sur le Mas d'Azil par une descente tortueuse. Didier allait descendre assez sagement, ne connaissant pas la route. Impossible d'avoir une belle vue sur la vallée, tant que c'était embrûmé.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Après avoir attendu Didier en bas de la descente, je lui proposais de lui faire découvrir le chemin de croix de Rieubach qu'il ne connaissait. Vous vous rendez compte, j'allais faire connaître un lieu à un ariégeois. Comme quoi, on a toujours quelque chose à découvrir. On était revenu un peu sur nos pas avant le Mas en direction de Lescure. Cliché d'usage, bien sûr et go pour le mas qui était notre destination principale.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Arrêt pour prendre le cliché d'usage et je lui demandais s'il voulait traverser la grotte car normalement on n'avait pas le droit de le traverser sans lumière. OK on y allait et on croisait un autre cycliste qui avait bravé l'interdit.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Traversée du village où il y avait un peu d'animation mais pas vraiment de touristes pour l'instant. A la sortie, on allait prendre une route plus bucolique pour revenir vers Foix.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Gabre, premier village et on allait rencontrer quelques cyclos. Il fallait dire que si pour nous, nous avions droit à un faux plat montant, eux pouvaient descendre comme des bombes. Et toujours pas de soleil.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Non, non, ne croyez pas que Didier traînait mais simplement il avait mis pied à terre pour me prendre en photo! Lol! Un peu plus loin, nous allions passer non loin du plan d'eau artificiel de Mondely. Mais impossible d'emprunter la route après ce lieu car la route était défoncée. Quel dommage car le lieu est sympa. Et nous continuions notre route pour retrouver celle venant de Pamiers.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Aigues Juntes, nous traversions encore des lieux dits. mais nous n'étions pas loin de l'intersection.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de DidierUne belle sortie en compagnie de Didier

Encore un petit effort et nous étions sur la route qui allait nous ramener à Foix. Mais c'était beaucoup plus roulant, on descendait; presque.... On passait non loin de la voie verte où une fête était organisé ce week-end. Et on croisait un peu plus de cyclos. C'était un jour férié!

Une belle sortie en compagnie de Didier

La cité comtale nous attendait et Didier me précisait qu'il allait m'accompagner jusqu'à Mercus.

Une belle sortie en compagnie de Didier
Une belle sortie en compagnie de Didier

Plus qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir pour ma part et Quinze pour Didier et ces deux belles bosses d'Amplaing. Je le quittais à Mercus au niveau du plan d'eau et moi je passais par le centre de Tarascon.

Belle ballade , non? De 119kms pour 1700m de dénivelé.

Voir les commentaires

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Publié le par lariegeoise

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Lundi matin, après avoir fait un break dimanche, j'allais pratiquer à un décrassage comme diraient les pros après la course de samedi. Là, c'était complétement différent car le vrai soleil était déjà bien présent et mon départ plus que matinal était fortement conseillé pour ne pas souffrir de la grosse chaleur. Pour le parcours envisagé, j'optais pour un dénivelé moyen et dans la direction qu'avait pris mon ami Patrick la veille : Le Mas d'Azil. Grand souvenir de l'an passé avec mes amis de Velotrainer. Et vers 6H, c'était parti. Je prenais la route qu'avait empruntée La Mountagnole samedi, après avoir bien gonflé mes pneus cette fois-ci et c'est vrai que je tournais mieux. Donc j'avais droit à cette belle bosse après Amplaing mais là, je pouvais me lâcher complétement puisqu'il n'y avait pas d'encombrement de cyclos. 20 kilomètres plus loin, j'étais à Foix qui se réveillait tranquillement. Direction Vernajoul pour rejoindre Labouiche, rivière souterraine que l'on peut visiter.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Direction Loubens mais que je n'atteindrai pas. Le soleil était vraiment présent en cette matinée et même je croisais un autre cycliste, comme quoi le soleil avait invité plus d'un à sortir plus tôt. Vernajoul, je pouvais voir encore le cours d'eau, l'Ariège. Je bifurquais à gauche pour rejoindre le lieu de la rivière souterraine de Labouiche. Mais pour l'instant pas trace de touriste. j'allais tourner à droite à l'embranchement de la route venant de La Bastide de Sérou. Je déroulais calmement, considérant que je devais faire un décrassage et il n'y avait plus de compétition.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

J'allais quitter la route qui menait au Pas du Portel pour prendre la direction du Mas d'Azil. La route était un peu plus étroite mais en très bon état. Je pouvais me lâcher car c'était assez roulant. Je traversais différents villages : Aigues Juntes, Gabre, pour arriver au croisement de la route venant de Pailhès. Les moissons étaient bien entamées et l'odeur du foin fraîchement coupé était très agréable. Pas de rapace dans le ciel. Seules quelques voitures de temps à autre. J'allais me permettre une pause technique.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Je distinguais au loin les premiers sommets du Mas d'Azil que j'allais atteindre sans problème. Je me permettais même de faire un petit détour pour mieux admirer l'église du village. C'était assez calme pour l'instant car la saison touristique n'était pas encore commencée. Petite montée vers la grotte à la sortie du village.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Je m'offrais le passage dans la grotte alors qu'il était interdit de le faire sans lumière. Mais en roulant vite! Et le spectacle était toujours magnifique. Cela faisait partie des sites classées de l'Ariège. Et j'allais prendre une route que je n'avais pas l'habitude de suivre. Encore une innovation! En conséquence, je tournais tout de suite à gauche à la sortie de la grotte pour partir sur Allières, me rapprochant ainsi de La Bastide de Sérou.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Une belle montée allait m'être offerte et je la conseillais à mon ami Patrick sur FB, malgré qu'il devait connaître la région. De l'autre côté s'offrait à moi la chaîne des Pyrénées. Mais en contre bas une superbe vue de la vallée. Et avec un grand soleil, il n'y avait pas photo!

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

J'allais me retrouver quelque temps sur un plateau où la quiétude régnait sur cette route étroite. Tiens, un espèce de château, une merveille que je ne connaissais pas. Parfois il y a de belles découvertes quand on ose.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Après une superbe descente où j'allais rencontrer d'autres cyclos, je retrouvais la route qui venait de St Girons. Et je me retrouvais à quelques kilomètres de La Bastide de Sérou que j'atteignais assez rapidement. Contrairement à mes intentions premières, je filais directement sur Foix pour éviter de ne trop faire de kilomètres pour l'instant.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Bon j'allais me retrouver sur une route à grande circulation où je devais être assez prudent pour atteindre le Col Del Bouich avant de plonger sur Foix. La route du retour était toute tracée.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Je prenais l'autre versant de l'Ariège, un peu moins accidenté. J'allais repasser par le centre de Tarascon avant de remonter chez moi. Toujours autant de cyclos dans la région à cette heure!

Sortie de 103kms pour 1800m de dénivelé. Une bonne sortie de décrassage et j'avouais que je me ressentais bien, prêt à affronter d'autres circuits.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Mercredi matin, j'allais partir toujours à la même heure pour ne pas trop subir les grosses chaleurs et cette fois-ci, j'attaquais directement la montée vers le col de Port. J'apercevais petit à petit le lever du soleil sur la vallée. Très vite, je m'élevais et je commençais à apercevoir le village de Saurat. Et très peu de voiture et cela me convenait bien. Les pourcentages étaient assez élevés jusqu'à la sortie du village Port Communal. Pour arriver en haut, je devais parcourir une quinzaine de kilomètres.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Dans les derniers kilomètres, je pouvais tour à tour voir le sommet du col, tout comme la vallée que je venais de quitter. Les sommets étaient encore plongés dans les brumes de chaleur. Plus que trois kilomètres à monter!

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et je commençais à entendre les cloches des vaches qui étaient en train de brouter dans les fougères. Mais j'en rencontrais une qui semblait être perdue. Elle ne voyait plus ses copines. Je la dépassais tranquillement car je me méfiais de son éventuelle réaction. Puis je franchissais le col et j'attaquais une descente de plus de douze kilomètres.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et là je rencontrais d'autres vaches tout comme leur chef de file! Une belle bête! Là aussi je me méfiais en les dépassant car leurs petits veaux étaient sur la chaussée et quelquefois les mères ont de mauvaises réactions de protection. Je commençais à voir, au loin la vallée mais j'allais faire une bonne descente surtout qu'il y avait quelques voitures qui étaient présentes. Et même je croisais d'autres cyclos qui montaient, à croire qu'eux aussi ils avaient compris qu'il valait mieux rouler tôt.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Massat en vue, je décidais de monter le col de Saraillé que j'aurai pu prendre à partir de l'église à la sortie du village mais je me rappelais que la descente était souvent remplie de gravillons, donc je préférais prendre la route de St Girons pour le monter dans l'autre sens. Mais j'allais plus tard regretter cette décision.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas emprunté cette vallée que j'appréciais toujours autant surtout par grosse chaleur car la fraîcheur apportée par l'Arac qui coulait tout le long de la vallée était bien agréable et toujours des cyclos. J'arrivais très vite à Biert mais je n'allais pas rejoindre le col de Saraillé par la route au centre du village. Je filais tout droit. La route était assez roulante car assez descendante.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Je croisais aussi quelques travaux pour assurer les virages où parfois le bas côté qui s'était effondré, tout comme le renforcement des petits murets le long de la rivière. Et encore un cyclo qui ne manquait pas de me saluer. Castet d'Aleu dernier village avant l'embranchement de St Girons.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Kerbarnac où il y avait une stèle à l'attention des résistants de la dernière guerre car la frontière n'était pas loin. Et je quittais la route de St Girons pour prendre la direction de Vic D'oust. Et ce soleil qui baignait les montagnes.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et au niveau du rond point, je changeais de cours d'eau puisque j'allais suivre le Garbet et tourner à gauche laissant Seix où les coureurs de la cyclo-sportive l'Ariégeoise avaient traversé le samedi d'avant en descendant le col de La Core. Moi j'allais à gauche vers Oust en direction du col d'Agnes mais que je quitterai très tôt la route pour monter vraiment la bosse du col de Saraillé. Et très vite, j'allais m'élever pouvant admirer la vallée. Un paysage que l'on n'avait pu voir samedi à cause du brouillard.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et j'arrivais au village de Cominac avec ses granges assez caractéristiques. Et là je continuais ma route en prenant quelques photos pour montrer à ceux qui n'avaient pas eu le plaisir de voir le paysage, samedi à cause du brouillard.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Je comprenais que les Toulousains soient amoureux de cette région du Couserans si belle par temps clair. Une maison à la toiture caractéristique de la région.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Un dernier regard sur la vallée où les randonneurs peuvent faire une halte en mangeant leur pique nique. Et je traversais une partie en grosse partie, boisée. Pour l'instant, la route était à peu près correcte. Mais après..........

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

J'arrivais au col de Saraillé qui n'était pas trop haut. Et au lieu dit Saraillé, j'allais commencer à rencontrer une route assez gravillonneuse et j'allais me montrer assez prudent dans la descente pour rejoindre Massat.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et sur le côté, je pouvais apercevoir ou plutôt deviner la montée vers le col par Biert. Quelques kilomètres, j'atteignais Massat en ayant en premier lieu, une vue sur le sommet que je devais passer après douze kilomètres d'ascension.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Après une heure de grimpette, je franchissais à nouveau le col de Port pour descendre sur douze kilomètres pour arriver à mon domicile.

Encore une sortie sympa de 93kms pour 1800m de dénivelé. Et sous une très bonne chaleur.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Vendredi matin, 6H10', j'étais prêt pour faire une belle randonnée, entre autre celle qui était prévue par le club pour le samedi comme je savais que je n'irai pas avec celui-ci le lendemain. Et oui, ils vont trop vite et je suis vraiment à la traine. Donc aucun plaisir pour moi, donc je préférai faire des circuits en solo. Et de plus mon ami Didier n'avait pas prévu de venir, cela avait conforté ma position. Dommage qu'un club ne soit que pour les champions! Je comprends aussi pourquoi les filles ne viennent pas se frotter à ces rouleurs.

Donc départ par Tarascon pour rejoindre Bompas, Mercus. Quelques voitures mais rien de méchant. Il fallait dire qu'il était encore tôt. La Charmille ne serait plus très loin et mon compteur affichait 15 kilomètres. St Paul de Jarrat, j'étais en direction de Lavelanet. Le soleil commençait tout juste, à se lever.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

La route avait juste été goudronnée et c'était un vrai boulevard. Je pouvais me lâcher un maximum malgré un faux plat montant jusqu'à Nalzen. Et belle descente sur Lavelanet. Je commençais à avoir un peu de brume de chaleur qui entourait les agglomérations à partir de Lavelanet. C'était très amusant car c'était assez local.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et cette brume persistait jusqu'à Belesta après être descendu sur l'Aiguillon où c'était limité à 70kms/h mais j'en étais loin. C'était le lieu où il y a une usine du peigne à corne. Je rentrais dans le village de Belesta et je prenais la direction de Montségur pour une direction connue.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et juste à la sortie de Belesta, j'allais prendre la route à gauche pour prendre la direction de Belcaire. 7kilomètres d'ascension avec des pourcentages assez conséquents au début. Et comme me l'avait précisé un cyclo dernièrement, il valait mieux que je tire moins gros et là je passais le petit plateau sans problème. Un petit clin d'œil à mon ami Penn de Velotrainer en lui montrant la forêt de Belesta où l'on peut ramasser de magnifiques ceps à la bonne période. Mais je ne pense pas qu'il descende de sa Bretagne pour si peu!

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et j'arrivais au premier vrai col, celui de la Croix des Morts. Et je me retrouvais sur le plateau du Pays de Sault qui culmine à 1000mètres. Pas trop de vent et une température très agréable en cette période de canicule. Je ne manquais pas de m'alimenter en solide comme en liquide. Au loin, je pouvais voir quelques massifs.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Belcaire était en vue et par chance pas trop de vent de face car là pas de possibilité de m'abriter. Tiens, mon premier cyclo. Il descendait en direction de Quillan. Et j'avais fait une petite incursion dans l'Aude.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Arrivé dans le village, la route commençait à s'élever pendant 4 kilomètres pour un nouveau col. Je pouvais de temps à autre voir la vallée, la montée serpentant.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Les pourcentages de la montée n'étaient pas trop importants et j'arrivais en haut du col des Trois Frères. J'allais descendre quelque peu mais à un taux pas très important.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Au loin, je pouvais voir le village de Montaillou où ile ne reste que les vestiges de l'ancien château. Je revenais dans mon cher département de l'Ariège. Et go, pour mon dernier col, celui de Marmare.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Et le dernier village avant le col s'offrait à moi. J'avais prévu de me recharger en eau avant d'attaquer la descente sur la N20. Prades en vue.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

J'en buvais autant que j'en mettais dans mon bidon tellement la chaleur se faisait sentir. En gauche je pouvais deviner le col de la Chioula où il y a une station de ski de fond l'hiver. La pente n'était pas difficile.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Col de Marmare franchi, il ne me restait plus qu'à amorcer la descente qui allait être vertigineuse. Sur la droite et dans les hauteurs, je pouvais apercevoir la carrière de Talc.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Une bonne descente assez boisée allait m'être offerte, me donnant un peu de fraîcheur.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Des vues magnifiques sur la vallée allait m'être offertes aussi bien le dernier village de Caussou où les wagonnets de talc descendaient. Et je continuais à descendre.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Après être passé le village de Caussou, j'allais quitter la route des corniches pour descendre jusqu'à Luzenac et retrouver la N20.

Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......
Quelques sorties après La Mountagnole mais sous le soleil.......

Luzenac et son usine de talc, il ne me restait plus qu'une vingtaine de kilomètres à parcourir pour arriver à mon domicile.

Résultat, j'aurai parcouru 119kms pour 1700m de dénivelé en 5H20

Voir les commentaires

Rencontre avec les légionnaires

Publié le par lariegeoise

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Les légionnaires de Castelnaudarry avaient organisé pour essayer de récolter des fonds pour une association de leur régiment, un circuit cycliste sur trois jours partant de Lourdes. Nous avions prévu avec le club de les retrouver en haut du col de Port pour les accompagner jusqu'à Tarascon. Ils étaient partis de Bagnères de Luchon pour la montée de trois cols : Mente, Portet d'Aspet et Port sur une étape de 135kms. Belle sortie, non? Ils étaient divisés en 5 groupes suivant leur force. Notre rencontre ne s'effectuerait qu'avec le groupe 1.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Nous nous retrouvions sur le parking habituel de Tarascon vers 10H30 et nous serions au nombre de 9. J'allais rouler pour la première fois avec Claude et son frère, ainsi que Bernard. Serge était accompagné par une personne de sa connaissance qui était de Narbonne. Je retrouvais Didier avec qui je roule souvent. Pas mal de papotages comme souvent en début de circuit et nous avions prévu de monter jusqu'au col de Port où nous attendrions les légionnaires, ou tout au moins le groupe 1. Nous avions prévu de manger au restaurant La Sapinnière qui est situé en haut du col. Donc une montée tranquille car deux jours après, nous avions la cyclosportive La Mountagnole. Pour ma part, j'avais monté mes nouveaux pneus et cela me permettrait de les tester. La chaleur était déjà bien là et j'avouais que ce n'était pas mon truc de rouler par ces chaleurs.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Bon, je lançais les hostilités car les bavardages ne cessaient pas et si ils voulaient monter tranquillement, il valait mieux donner le top départ. Pas de bol pour moi car je devais remonter les quatre kilomètres que j'avais descendu quelques heures avant. Didier et moi, nous nous faisions concurrence pour prendre des photos. Les deux Lavigne allaient être très vite en tête de la montée mais c'était plus cool que les montées du samedi.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Une fois Bedeilhac passé, nous avions droit à une petite descente que le frère de Claude oubliera qu'il faudra la monter au retour. Le piège après une superbe descente. Les deux frères Lavigne réunis au niveau de Saurat mais j'allais les laisser filer après le panneau annonçant la distance à parcourir pour arriver au col de Port.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Le frère de Claude allait m'accompagner quelques temps mais je le laisserai partir car on était dans le dur de la montée qui sévissait sur 6kms et après on retrouvait des pourcentage largement gérables. Claude et son frère allaient redescendre pour voir où en étaient les cyclos car chacun montait à son rythme et très cool. Moi j'attendais dans un virage pour prendre quelques clichés souvenirs.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Tout le monde était vraiment éparpillé et Claude me prévenait que les derniers étaient très loin. Je décidais de continuer ma montée car nous n'étions plus qu'à trois kilomètres du sommet.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Je finissais tranquillement avec un petit regard en arrière où les sommets étaient encore noyés dans les brumes de chaleur. Et le sommet n'était plus loin ainsi que le restaurant La Sapinière.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Certains montaient au sommet pour prendre le cliché souvenir. oh ça n'avait rien d'un exploit. Certains avaient mis le maillot de l'ariégeoise de l'an passé et d'autres celui du club. Mais je rappelais à tous que ce serait bien d'aller vers le restaurant pour leur annoncer notre présence.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Le reste de la troupe allait arriver un peu en désordre sans forcer. L'ami de Narbonne fermait la marche avec Serge qui l'avait accompagné. Bon, eux aussi allaient faire quelques photos au sommet et venaient nous rejoindre rapidement.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Une place de choix nous était proposée, nous permettant de surveiller l'arrivée des légionnaires. Et nous allions commander notre repas après avoir siroter une bonne bière en temps de cyclo qui se respecte.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Délicieux repas que nous allions faire avec des produits régionaux et moyen de faire mieux connaissance entre nous. Des moments privilégiés qu'il faut surtout conserver dans un club. Le commandant nous prévenait de la situation des légionnaires cyclos. Nous n'avions pas pris notre dessert que le premier arrivait. Mais on avait le temps de finir notre repas car ils restaient bien éparpillés et il était souhaité que l'on descende tous ensemble.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Le repas terminé, nous nous mettions assez rapidement en place pour attendre les derniers du groupe 1 qui était devancé par une moto de sécurité. Les légionnaires venaient nous saluer, ne manquant pas aux usages du bien se conduire.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Nous entamions très rapidement la conversation et très vite, on s'apercevait que c'était des gens simples et plus que sympas. Nous étions contents de cette rencontre.

Rencontre avec les légionnaires

Mais avant de donner le top départ de la descente, nous allions faire la photo souvenir aussi bien pour eux que pour le club.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Bon souvenir, non? En tout cas, c'était plus que sympa. Je décidais d'envoyer la photo à la dépêche qui allait s'en servir pour faire un article sur "La Solidaire". D'ailleurs ils feraient un très bel article.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Et nous attaquions en tête la descente qui se ferait à une vitesse vertigineuse puisque j'allais atteindre à un moment les 62kms/h. Les légionnaires n'étaient pas en manque pour s'éclater par contre un légionnaire perdait un bidon et traversait la route pour le récupérer au moment où j'arrivais. Ouf, je passais sans encombre! Et nous allions arriver à Saurat.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Saurat, on décidait de faire un arrêt pour récupérer tout le groupe car nous étions une vingtaine et il était nécessaire qu'on arrive ensemble pour se montrer au public, ensemble! D'ailleurs c'était les ordres du commandant. Et toujours la moto qui nous ouvrait la route. On leur disait qu'on aurait encore un kilomètre à montrer avant le village de Bedeilhac et plonger sur Tarascon.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Et c'était reparti pour finir en beauté.

Rencontre avec les légionnaires
Rencontre avec les légionnaires

Et après un arrêt au dernier rond point à la sortie de la quatre voies, nous finissions la descente tous ensemble, soit à 20 comme nous avions entamé cette plongée. Nous étions accueillis par d'autres légionnaires qui avaient monté un stand dans le centre de la ville, nous offrant une bière. Moi je devrais remonter chez moi en vélo. Le soir, nous étions invités à un pot d'amitié où on nous offrait une casquette.

Belle rencontre pour le club. Les cyclos, le lendemain allaient filer vers Castelnaudarry en passant par le col de Marmarre. De vrais champions car le circuit que le premier avait fait, avait été parcouru à la moyenne de 27kms/h.

Voir les commentaires

La Mountagnole 2015

Publié le par lariegeoise

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

26/6/2015, le top départ n'était pas loin d'être lancé dans les 24h mais nous pouvions retirer ce maillot tant désiré offert par la cyclo-sportive. Certains avaient acheté le cuissard court qui va avec, très confortable et à recommander. Cette année, les organisateurs avaient donné un nouveau look au maillot, tout comme au logo. Très sympa! De plus, ils avaient eu la bonne idée de faire inscrire le nom du coureur sur le dossard tout comme le drapeau de sa nationalité. La rencontre serait top comme d'habitude car tous les bénévoles étaient encore nombreux et dévoués à cette cyclo-sportive. C'était tout le département qui était mobilisé. Et oui plus de 4600 participants cette année, record une fois de plus, battu, exactement 4648 participants. Il fallait s'en occuper pour que tous partent contents de leur participation. L'organisation et une partie de ses bénévoles étaient déjà prêts pour délivrer les fameux sésames pour participer à la compétition le lendemain : dossard, plaque, maillot offert, recommandations. Tout était déjà au top. Sur les lieux de l'ancienne caserne de pompiers, beaucoup d'exposants étaient présents, ce qui ne pouvait que ravir les participants. Pour ma part, j'allais acheté deux coups de fouet qui me seraient bien utiles lors de la course, n'envisageant de m'arrêter qu'une fois à Aulus, Mais de leur utilisation, j'en reparlerai. Le soir même, je préparais mon équipement mais j'allais plutôt porter les couleurs de mon club qui était aussi "L'Ariégeoise" mais noir, jaune et blanc. Tout était prêt. il ne me restait plus qu'à dormir un peu pour attendre le vrai jour.

La Mountagnole 2015

Je me levais assez tôt pour être bien réveillé pour le top départ prévu à 8H30 de la rue longeant l'Ariège et en dessous de l'horloge si légendaire de Tarascon s/Ariège. Et après m'avoir préparé après un petit déjeuner consistant. Les coups de fouet dans la poche ainsi que quelques figues séchées, deux bidons de 500cc, mon cardio mis, mon compteur mis en place mais je négligeais de regonfler un peu mes pneus. Erreur de débutant, me direz-vous! Et vers 6H50, je partais pour mon tour de chauffe habituel, soit une montée sur Arignac pour revenir par Mercus et prendre l'ancienne N20 qui m'amènerait au centre de la ville. Je monterai vers vicaria pour redescendre dans la rue longeant l'Ariège, le cours d'eau. Mon dossard 2235 me permettrait de partir avec les prioritaires. Malheureusement je ne pourrai voir mes copains qui partaient sur la grande car on me stopperait en haut de la rue. Après le départ de L'Ariégeoise (la grande), nous pouvions avancer. J'avais déjà retrouvé mon pote Didier puis après d'autres copains du club.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

2800 partants, une paille, qui allaient patienter jusqu'à 8H30 pour entendre le top départ. 117kms pour 2750m de dénivelé étaient le plat de résistance de la journée. Pour le parcours, je le connaissais bien donc ce ne serait pas un handicap pour moi. Mais ça allait partir très fort comme à chaque fois. Et il fallait se montrer assez prudent car des accrochages pouvaient être nombreux vu le nombre de participants. Pour ma part, j'avais décidé de ne pas me formuler par le départ canon car la route serait longue.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Le top départ était donné à l'heure avec l'égrainement des secondes et très vite, on entendait le "clac" des pédales automatiques qui se mettaient en place. Et le serpent des cyclos allait s'étirer très rapidement, atteignant des vitesses folles dès les premiers mètres comme à chaque fois. J'avais décidé de ne pas m'affoler et de garder mon rythme pour ne pas me mettre dans le rouge rapidement. D'ailleurs quelques kilomètres plus loin, les premières bosses et sens giratoires s'offraient à nouveau, calmant le jeu de certains. Tout comme cette bosse après Amplaing qui atteignait de forts pourcentages soit 13%. Cela allait bien calmer certains pendant quelque temps, mais bien provisoirement car très vite on revenait à des vitesses de 40/50kms/h. J'essayais tout de même de garder le rythme imposé par l'effet d'aspiration. Foix allait bien vite être en vue après 15 kilomètres déjà parcourus. Les bénévoles assuraient notre sécurité aux points stratégiques comme toujours. D'ailleurs ils auront été bien précieux pendant toute la course, donnant même parfois des coups de main pour des réparations.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

A Foix, l'organisation allait nous faire descendre vers les bords de l'Ariège pour essayer de prendre des routes assez larges puisque les pelotons étant assez compacts. J'étais dépassé par mon ami Patrick de Foix mais rien ne m'étonnait puisqu'il était en forme , malgré ses "dires"! Et on allait quitter la route de St Girons après Vilotte et déjà pas mal de spectateurs sur le bord des routes qui nous encourageaient. Des moments très précieux dans les heures suivantes. Et déjà la route s'élevait mais à des pourcentages encore doux. Quelques villages à traverser avant la vraie montée. St Pierre de Rivière et encore quelques dos d'âne, bêtes noires des cyclos.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Et on allait commencer à rencontrer notre première pancarte nous indiquant la distance qui nous séparait du premier col mais en réalité pour atteindre le col de Portel, il y avait plus de 35 kilomètres à parcourir depuis Foix. Les pourcentages étaient encore gérables sur les trois premiers kilomètres après des passages en montagnes russes comme dirait mon ami Cigogne. La route commençait à être étroite à certains passages mais le peu de voiture qui descendaient se garer sur le bas côté pour éviter certains incidents de course. Les ariégeois se sentaient bien impliqués pour le bon déroulement de la course. Pourtant nous croisions pas mal de cyclos qui avaient été victimes de crevaisons et déjà les premières chutes qui seront un peu trop nombreuses lors de la course. Le Samu aura tout au long de la journée du travail, entre autre pour des cyclos qui auront été au delà de leur possibilité physique. La montagne, ça se mérite! Et on ne peut se lancer dans une telle aventure sans entrainement.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Je me faisais dépasser par quelques membres du club qui m'encourageaient en passant, entre autre Bernard que j'allais suivre quelques temps. Et déjà certains cyclos me précisaient que j'avais percé à l'arrière, ce qui allait m'inquiéter quelque peu, semant un peu le trouble. En définitive, je n'avais pas pensé à regonfler correctement mes pneus pour me permettre un meilleur rendement. Comme quoi, il ne faut rien négliger quand on se lance dans un tel périple. Et déjà nous trouvions un brouillard assez épais, ce qui allait me contraindre dans les quelques kilomètres suivants à retirer mes lunettes. Là aussi pas facile de rouler correctement dans ces conditions et la prudence devait être de mise. Col des Marrous, premier col franchi mais on devait encore monter. Certains s'arrêtaient déjà. Pour ma part, j'avais décidé de ne le faire qu'à Aulus pour rester sur le même tempo. Certains avaient quelques voitures qui les attendaient pour leur donner du ravitaillement comme pour les encourager. Je mettais pied à terre pour juste voir l'état de mon pneu arrière. Et je voyais bien que je n'avais pas percé. Un arrêt inutile qui n'allait durer que quelques secondes.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Col de Péguére et celui du Portel franchis, nous étions vraiment dans le brouillard total. Dur, dur la descente de la Crouzette! La prudence allait être de mise chez les cyclos et je pouvais me lâcher un peu, connaissant bien le terrain. Mais quelle tristesse d'être privé d'un magnifique paysage. Je conseille à tous les cyclos d'y revenir quand le soleil sera là. Et ils verront une véritable splendeur, entre autre une partie de la chaîne des Pyrénées. Et j'allais attaquer la descente prévue sur 10 kilomètres. déjà certains étaient bloqués sur leur frein. C'était parfois difficile de passer car en plus il y avait des camions du Samu. Et oui certains avaient dérapés.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Et par obligation, j'allais me montrer prudent mais je réussissais à en doubler certains. Biert, nous traversions le village et la route de St Girons pour montrer vers le col de Saraillé. Pas le temps de récupérer car une véritable bosse s'offrait à nous sur cinq kilomètres. Les organisateurs nous avaient prévenus que cette partie allait être dangereuse car la DDE n'avait pas trouvé mieux de goudronner la veille et de mettre un peu de gravillons. Mais pour ma part, en faisant attention, on pouvait passer sans de gros risques. Là aussi, il fallait savoir gérer la montée mais l'ayant faite plusieurs fois, j'avais mes points de repère.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Dans la partie boisée, un cyclo ne trouvait pas mieux de toucher ma roue arrière, risquant de me mettre au tas! Je râlais comme vous vous doutez et en accélérant, j'évitais la chute. Il avait voulu boire sans prêter attention qu'il était proche de moi et par conséquence ne pas être maître de son vélo. Ouf! On arrivait en haut du col mais cela montait encore un peu avant d'arriver à Cominac.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Cominac en vue, un cyclo me râlait après parce que je prenais une photo en roulant dans une descente. Il ne savait pas que j'étais un expert dans le domaine! Lol! Traversée du village, avant de filer à gauche pour arriver à Ercé. Ca remontait à certains moments et il fallait toujours être prudent surtout que nous allions avoir droit à des virages assez serrés avec un peu de gravillons. Toujours pas possible de vraiment se lâcher. Là aussi, pas de possibilité de voir le paysage. Mais tout le monde pouvait voir les granges qui avaient été remises en valeur surtout pas des Toulousains, amoureux de ce paysage.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

On arrivait bien vite à Ercé pour retrouver la route principale qui venait de St Girons et d'autres cyclos venant de la grande que nous avions quitté en haut de la Crouzette. Déjà des fusées allaient nous dépasser dont sept gars du même club. J'en profitais pour m'alimenter un peu et surtout avaler le contenu des deux "coups de fouet" achetés la veille. Cela semblait efficace mais j'envisageais de m'arrêter à Aulus au ravitaillement pour prendre un peu plus de solide et surtout du liquide car j'étais à sec. Heureusement qu'il n'y avait pas la grosse chaleur de ces jours derniers. Nous avions une dizaine de kilomètres à parcourir avant d'arriver à Aulus.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Un faux plat montant nous était offert et des cyclos partout. Aulus atteint, il fallait se frayer un chemin pour arriver au ravitaillement comme à chaque fois, d'ailleurs on était obligé de ralentir à chaque ravitaillement car les cyclos s'arrêtaient n'importe comment, tout comme de traverser sans regarder. Je me faisais servir par les bénévoles qui étaient plus qu'agréables, de vrais serviteurs pour la réussite de l'épreuve. J'avalais quelques morceaux de bananes comme quelques verres d'eau. Je faisais remplir mes bidons. Entre temps, je voyais Serge qui arrivait du grand circuit. Mais je le perdais vite de vue. Un champion quoi , qui n'avait pas le même objectif que moi. Et hop, je repartais pour escalader les dix kilomètres pour arriver en haut du col d'Agnes. Je savais que les trois derniers kilomètres étaient assez difficiles. Et je les gérais au mieux, je réussissais à remonter certains concurrents parfois un peu en perdition. Le Samu avait du travail, des gens super sympas, pour aider les cyclos qui avaient été aussi au delà de leur possibilité. Une telle épreuve se prépare et la montagne, ça se mérite.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Pas de possibilité de voir les sommets, nous allions tomber dans le brouillard comme cela a été souvent le cas lors de cette épreuve. C'était un peu chacun pour soi et inutile d'essayer de suivre les roues de ceux qui vous dépassaient sinon vous alliez au suicide. C'était vraiment le juge de paix. Quelques coureurs du grand circuit parvenaient à nous dépasser mais ils n'étaient pas spécialement fringants.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Il fallait une certaine force de caractère pour continuer. Bon nombre de spectateurs nous encourageaient sur le bas côté de la route, nous indiquant parfois le nombre de kilomètres qui nous restaient à parcourir. Souvent ils étaient là pour pique niquer ou encourager quelques membres de leur famille. D'autres voitures étaient présents pour alimenter certains participants. C'était un moment où chacun se bâtait avec soi.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Et parfois nous avions des troués pour distinguer le paysage mais pas de possibilité d'apercevoir Aulus comme cela devrait être le cas en période de temps clair Le sommet n'était plus loin et je ne manquais pas de me repérer par rapport aux panneaux placés sur les bas côtés de la route.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Le sommet n'était plus loin et une fois de plus, bien connaître le terrain parfois donne des ailes! Et nous allions retomber partiellement dans le brouillard au sommet. Le panneau de "Ouf" au sommet était le bienvenu. De plus, nous pouvions nous approvisionner en eau.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Des vaches bien curieuses se demandaient ce que venaient faire dans ces sommets tous ces cyclos. Et hop, c'était une descente vertigineuse sur cinq kilomètres, qui nous était offerte pour atteindre l'étang de Lers. La route était assez large et la visibilité bonne. Il n'y avait pas trop de risque. Donc j'allais me lâcher au maximum.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Une petite remontée nous était offerte pour rejoindre l'étang. Et toujours ces spectateurs qui allaient être nombreux jusqu'au sommet du Port de Lers. Les vaches regardaient tous ces cyclos qui s'époumoner pour rejoindre les sommets. Il nous restait cinq kilomètres à franchir et après ce serait la délivrance ou plutôt une forte descente.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Nous pouvions presque voir le sommet. Je savais qu'il y aurait un passage de récupération à deux kilomètres du sommet. Des petits groupes se formaient pour savoir qui basculera en tête.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Pas mal de filles étaient présentes lors de cet événement et roulaient même très bien. Nous allions attaquer le passage plus facile. Nous allions retrouver les spectateurs assez nombreux surtout dans le dernier kilomètre.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Ce dernier kilomètre semblait interminable car les pourcentages étaient aux alentours de 8% et la grosse chaleur se faisait sentir. Au sommet, je prenais au vol un gobelet d'eau que je rejetais quelques mètres plus loin. Et c'était la plongée vers Vicdessos. Là je sortais le grand plateau et j'allais pouvoir me lâcher au maximum, connaissant bien le terrain mais après tous ces virages assez tournants , style épingle à cheveux.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

10,5kilomètres s'offraient à moi. J'allais pouvoir me rattraper car certains allaient se montrer assez prudents. J'allais même atteindre les 62kms/h dans les trois derniers kilomètres en faisant bien attention aux derniers virages avant d'arriver à Vicdessos. La route à l'entrée du village allait être séparée en deux pour protéger au maximum les coureurs. Je devais traverser le village contrairement à l'an dernier avant de passer le panneau de l'arrivée.

La Mountagnole 2015
La Mountagnole 2015

Et toujours autant de spectateurs pour nous encourager. Mon ami Eric m'attendait comme tous les ans et après avoir mis mon vélo au parc vélos, j'allais déguster une bonne mousse. Toute même sympa le geste d'Eric. J'espère bien rouler un peu avec lui au mois d'août, cela le changera de ses exercices de gonflettes! Je retrouvais d'autres amis, Patrick qui allait rentrer, David avec qui j'allais manger un repas offert par l'organisation. Et après cela, j'allais redescendre sur 15 kilomètres pour rejoindre Tarascon où mon épouse m'attendait.

Résultat de la sortie 120 kms pour moi avec 2750m de dénivelé en moins de 7H mais le temps pour moi n'avait pas trop d'importance. Mon classement serait 2106 au scratch sur plus de 2800 partants et 160 dans ma catégorie alors que l'an passé j'étais 187. Donc assez content de moi et sans de vraie douleur, quoique avant le basculement du Port de Lers j'avais hâte d'arriver.

Pour mémoire le vainqueur de la grande avait réalisé les 160kms à une moyenne de 32kms/h pour 3570m de dénivelé. Une paille!

Merci à l'organisation pour cette superbe journée et aux bénévoles qui ont toujours étaient là pour nous servir ou nous protéger. Merci à tous ces gens qui vous applaudissaient anonymement sur le bas côté de la route. Une belle cyclo-sportive à plus que recommander.

A l'année prochaine, si Dieu le veut et l'arrivée sera à Beille. Un autre challenge.

Voir les commentaires

Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Publié le par lariegeoise

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Après avoir subi à contre cœur, cette reconnaissance avortée à cause d'un bris de pédalier, j'avais pu faire réparer rapidement ou tout au moins le plus vite possible, mon vélo pour pouvoir rouler à nouveau mais surtout pouvoir participer à la Mountagnole qui fait partie des courses les plus recherchées de l'Ariège. D'abord un grand merci à "Ariège Cycles" qui ont été très pros et qui ont remis en état mon vélo. Et comme vous devez vous en douter, j'ai voulu tester mon vélo pour connaître ses réactions après sa remise en état. Oh j'allais faire un circuit pas trop long mais qui aurait tout de même du dénivelé. Départ vers Tarascon pour rejoindre Vicdessos qui était à 15 kilomètres de la ligne de départ de la Mountagnole. Le temps était clair malgré une petite fraîcheur mais j'avais gardé le blouson. Petite montée en faux plat qui ne pouvait que m'échauffer. Niaux, et quelques villages pour arriver à Vicdessos.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Après une montée en douceur parce que les pourcentages sont aux environs de 3%, j'arrivais au pied de la première difficulté de la journée : la montée vers le Port de Lers. 11 kilomètres dont les trois premiers kilomètres assez difficiles puisque les pourcentages oscillaient entre 7 et 9%. Assez casse pattes pour celui qui ne connaît pas. Et très vite la première maison annonçant un pourcentage plus facile était en vue. Il fallait dire que je voulais vérifier si les travaux entamés par la DDE étaient terminés car c'était après Sentenac que ceux-ci avaient été entamés.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Mon vélo répondait parfaitement mais j'avais remarqué que mon frein arrière était très réactif et je comprenais très vite que je devrais être très prudent sur son utilisation. A quatre kilomètres du sommet je commençais à apercevoir les premières cascades. L'eau descendait très fort. La route était en parfait état, à part un peu de gravillons au premier virage avant le village dans la descente. Par contre dans le grand virage après le nouveau pont qu'ils avaient créé la chaussée était encore déformée et remplie de gravillons mais en passant à droite en descendant ça devait passer sans problème.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

A trois kilomètres du sommet, je pouvais apercevoir la route que je venais de gravir et très vite, j'arrivais au sommet atteignant plus de 1500m. Une petite halte pour prendre le cliché qui s'imposait et prendre quelques victuailles. J'allais repasser sur le plateau moyen et très vite, je me rendais compte que je devrais me montrer prudent dans la descente car la route avait été gravillonnée jusqu'à Massat, soit sur 17 kms. Quelques randonneurs m'avaient dépassé dans la montée mais en voiture!

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Et c'était parti pour 17kms de descente vers Massat mais il fallait se montrer prudent car la route était parsemée de gravillons. Je testais mes freins pour la descente et ça répondait même parfois un peu trop. Les vaches étaient remontées sur les hauteurs et il faudra être prudent au cas où elles iraient sur la route lors de la course. Bon, les gravillons en montée samedi, ce ne sera pas un problème.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Et très vite j'allais revoir la vallée au niveau du lancer des parapentes où malheureusement le week-end dernier une personne s'est tuée en sautant. Tout comme la vue sur la descente du col d'Agnes. Quand j'aurai cette vision, je ne serai pas loin de plonger sur Auzat.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

J'allais descendre gentiment car il y avait pas mal de voitures qui montaient et toujours cette peur de rencontre une vache suivant son veau. Un peu plus bas, l'Etang de Lers où déjà quelques camping-cars étaient en stationnement.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Après l'étang, dernier regard sur le Port de Lers avant d'attaquer la descente vers Massat. J'allais même un moment me faire une frayeur en passant un passage gravillonneux que je n'avais pas vu. La roue arrière avait chassé un max! Le Port dernier village avant Massat.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Massat, toujours animé à la mi matinée par quelques commerçants touristiques. Et 12,5kms de montée à des moyennes plus raisonnables 5/6%. Col de Caougnous qui annonçait l'arrivée à moitié du col. A gauche, la montée vers Péguére. Samedi, nous serons dans les hauteurs.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....
Après une bonne réparation, c'est reparti.....

Plus que quatre kilomètres avant le sommet que je pouvais apercevoir. Et toujours des cyclos prenant la pause devant le panneau. Il ne me restait plus qu'à plonger vers mon domicile.

Après une bonne réparation, c'est reparti.....

9kms à parcourir jusqu'à Massat et cette bosse qui vous coupe les jambes avant le village

76kms parcourus pour 1800m de dénivelé.
Une sortie sympa avant d'aller retrouver les légionnaires le lendemain.

Le vélo tournait bien après leur intervention. Go pour la mountagnole.

Voir les commentaires

La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

Publié le par lariegeoise

La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

7H30, j'avais donné RDV à Nicolas pour faire cette reconnaissance, la fleur au fusil. Bon, pour l'instant le ciel était assez nuageux mais le soleil était promis dans la journée. Donc tous les ingrédients étaient réunis. Top départ, Nicolas connaissait un peu le départ car il était déjà passé par là.

La reconnaissance de l'ariégeoise ratée
La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

Toujours au top, ce petit! Il n'était pas question de faire la course car la route prévue était longue puisqu'il y avait 180kms à parcourir. Montée sur Arignac où les premières bosses étaient là. Premier rond point que nous suivions très bien mais je coupais celui d'Amplaing. La belle bosse à 13% nous attendait. Dans la descente je me rattrapais pour le rejoindre atteignant les 61kms/h. Direction Foix sur une route parallèle à la quatre voies.

La reconnaissance de l'ariégeoise ratéeLa reconnaissance de l'ariégeoise ratée
La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

Nicolas avait toujours le beau sourire d'un vainqueur! Premier arrêt avant de monter le premier col à Foix pour faire le premier strip tease. On avait eu l'occasion de se réchauffer rapidement.

La reconnaissance de l'ariégeoise ratée
La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

Je faisais un peu l'accordéon avec Nicolas, le récupérant au passage des faux plats montants. Mais à la vue du premier panneau, je lui précisais qu'il n'allait qu'à filer jusqu'au col de Rille. Après il aurait besoin de moi pour lui indiquer la route.

La reconnaissance de l'ariégeoise ratée

Mais 3 kilomètres après le premier panneau, je subissais un bris de pédalier me privant de cette belle sortie attendue. Résultat j'essayais de joindre Nicolas pour le prévenir de mon incident et aussi pour lui demander de revenir chercher les clés de sa voiture. Ma petite femme venait me récupérer pour que j'aille rapidement emmener au médecin mon bike pour être prêt pour la Mountagnole. A l'arrivée de Nicolas, je lui disais qu'il ne devait pas se priver d'une sortie dans les cols. J'arrivais à le décider et j'espère qu'il en aura profiter. J'étais assez déçu de cet incident pour lui. J'espère que je pourrai me rattraper prochainement. Mille pardons Nicolas.

Maintenant prions pour que je puisse récupérer mon bike pour la Mountagnole car tout mon entrainement a été axé sur cet événement.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>