Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Publié le par lariegeoise

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Lundi après-midi, j'avais décidé de me faire un petit circuit pas trop long, ni trop bosselé. Mais peut-on vraiment le réaliser dans cette région car il y a toujours un moment où ça monte? Pas question de monter vers les cols après la neige qui était tombée la veille. Et là, le vrai soleil était revenu, alors il n'était pas question d'en profiter. Bien sûr que ce serait une sortie en solo car mes potes ariégeois travaillaient en cette journée. Mais j'avais l'habitude de sortir de cette façon. D'ailleurs je n'étais pas le seul dans ce cas car je croisais pas mal de cyclos isolés.

A peine avoir attaqué par la descente vers Tarascon, j'étais arrêté par mon téléphone qui sonnait. Rien de spécial et j'en profitais pour prendre le cliché des sommets pour la dédier à mon ami Jean-Charles. Et très vite, je reprenais ma route pour traverser la ville et partir en direction de Foix par le côté le plus facile. La neige était bien sur les hauteurs à partir de 1000m mais allait fondre par la chaleur qu'il faisait actuellement.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Parfois des couples roulaient tranquillement mais pas de danger que je dépasse la vitesse limitée! Lol! Traversée des quelques villages avant d'arriver à Mongaillard, banlieue de Foix. Je filais tout droit vers Varilhes comme l'un des après-midi dernier avec le club mais beaucoup plus cool! Petit contournement du village avant de continuer en direction de Pamiers que je n'atteindrais pas puisque je partirai vers Verniolle.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Je ne traversais pas le village et dès le passage de la zone industrielle, je tournais à droite pour partir en direction de St Félix de Rieutord, soit revenir vers la chaîne des Pyrénées. Je passais non loin du château de Fiches qui est visité pour ses plafonds peints du XVIème siècle. Une belle bosse aussi à monter.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

De belles lignes droites m'étaient offertes mais ne subissant pas trop le vent qui n'était pas trop fort dans notre région. Heureusement car je n'avais pas d'endroit où j'aurais pu me protéger. Tiens le village de Seigneurix, un village qui avait été nommé par un breton peut-être! Lol! Et toujours des cyclos isolés. Des jeunes qui roulaient rien que pour le plaisir peut-être.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Au loin j'apercevais les sommets des Monts d'olmes enneigés mais pas tant que d'habitude. Mais très vite , j'allais attaquer mon retour par quelques sommets et le col de Py en serait le point culminant de ma sortie. Plus de cinq kilomètres à parcourir en douceur en passant un dernier village. Et toujours des travaux de la voierie en cette période de l'année.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Une montée assez buccolique avant d'arriver au col de Chacarny où Patrick passait assez souvent lors ses sorties en fin d'après-midi. Une petite descente avant de remonter à nouveau vers le col de Py.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Et ces quelques maisons isolées sur les hauteurs, comme quoi la région est vraiment belle. J'arrivais très vite au col de Py avant de plonger sur Foix.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Et j'allais finir mon parcours par la route prise à l'aller, passant Mercus, Bompas où je pouvais voir le Soudor que j'allais gravir en partie.

Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment
Certainement une dernière sortie en Ariège avant un petit moment

Retour vers Tarascon où j'allais me faire approcher par mon pote Didier avec son taxi. Partie de rigolade car lui, travaillait. Et j'allais savoir plus tard qu'il avait espionner ma montée! Lol! Et toujours ces quatre bornes à gravir. Mais ça commençait à aller mieux pour moi.

Résultat de la sortie : 84kms pour 925m de dénivelé.

Et maintenant à moi Toulouse pour une nouvelle vie mais je reviendrai souvent en Ariège dès que l'envie me prendra et tout au moins cet été.

Voir les commentaires

Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Publié le par lariegeoise

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Avant de retrouver mes copains ariégeois, j'avais eu le plaisir d'effectuer une sortie tranquille en solo jeudi après-midi. Et oui, mon cher Cigogne, en ce moment, je me limitais à des sorties d'après midi comme le gel étant souvent présent le matin, je préférais sortir à ce moment-là pour éviter de subir les inconvénients des routes glissantes. Les chutes je connaissais depuis longtemps et je ne voulais pas renouveler ces expériences. Donc je partais tranquille vers un peu plus de 13H pour une sortie de 70kms. Bon, là, j'avais encore de la chance d'avoir un appareil photo qui fonctionnait pour pouvoir vous offrir des images. La malchance me poursuivrait dans les jours suivants mais là cette fois-ci le mal était plus grand. Donc à voir sérieusement avec le vendeur de l'appareil. Cela étant dit, je vais vous conter cette sortie.

Descente rapide sur Tarascon comme souvent mais je sentais un petit vent de face que je subirais assez longtemps. Mais certains amis m'ont déjà prévenu que dans la région de Toulouse c'était pire! A voir..... Sur les sommets la neige étaient encore là mais elle n'était pas vraiment en abondance comme l'an passé. Comme quoi les skieurs n'en auront pas pour leur argent cette année.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

J'avais décidé de partir vers Foix par ces fameuses bosses d'Amplaing. Il fallait bien y passer un jour. Et puis, au moins, là, j'avais droit à de vraies bosses. Arignac, j'allais dominer le plan d'eau de Mercus dont les eaux étaient basses en cette saison. Amplaing et ses bosses, bon, un peu raides au départ et surtout montée en pleine digestion, pas terrible comme toujours! Génibat et je passais près du domicile de Didier mais je n'avais pas droit à une admiratrice à la fenêtre. Elle ne devait qu'être amoureuse que d'une seule personne!

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

J'allais vite atteindre Foix où un ciel bleu azur mettait en valeur encore plus le château de Gaston Phébus. De quoi rendre jaloux mon ami Jean-Charles du Nord! J'avais décidé de faire la montée d'un vrai col, accessible en cette saison puisqu'il n'était pas très haut. Toutefois cinq kilomètres d'ascension par une route de bonne qualité qui serpentait. Quelques cyclistes en ce bel après mdi me saluaient au passage. Beaucoup plus courant qu'en RP.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Avant le sommet, j'allais me faire dépasser par une charmante dame qui me saluait elle aussi au passage. Certainement le respect des personnes âgées! Lol! Puis basculement sur la route qui allait en direction de La Bastide de Sérou que je n'atteindrais pas puisque je reprendrais la route qui me referait revenir sur Foix.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Et j'allais me retrouver sur une route beaucoup plus bucolique qui me ramènerait vers Labouiche pour atteindre en final Vernajoul. Et cette fois-ci, je ne plongerais pas sur Foix tout de suite puisque je partais vers St Jean de Verges. Au loin, j'apercevais un groupe de cyclo mais pas de bol, il allait tourner à gauche au niveau du passage de la voie ferrée. Moi j'allais passer par le centre du village pour retrouver Foix.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Petit cliché du célèbre cours d'eau de l'Ariège bien connu de ses habitants. Traversée de Foix pour retrouver Montgaillard. Et j'allais être pratiquement sur la phase terminale de ma sortie. Au loin, les sommets encore enneigés.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Avant d'arriver à Mercus, je réussissais de rattraper un cyclotouriste! Au moins, un que je dépassais! Lol! Je n'étais pas si mauvais, tout au moins je le croyais. Avant d'arriver à Bompas, j'étais arrêter par des travaux d'élagage. Les platanes allaient se retrouver dépouillés. Et je repartais tranquille n'étant plus loin de Tarascon.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois
Retrouvailles avec mes copains ariégeois

J'allais me faire dépasser avant l'entrée de la ville par deux gars du club qui me saluaient au passage. Je n'essayais pas spécialement de les suivre. Et oui, j'étais encore en rodage. Bon le plus dur me restait à faire : la bosse des 4 kilomètres pour arriver chez moi. Et toujours la surveillance des protecteurs du Calamès s'affichait sur une banderole dans la montée.

Belle sortie de 74kms pour 1200m de dénivelé. A suivre.......

Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Samedi après midi, j'avais réussi à concocter une sortie avec des potes ariègeois. Ils allaient sortir le vieux! Et oui, je pouvais être leur père sauf Didier qui est entre les deux. Donc RDV avait été pris avec Didier qui allait descendre de Niaux, Patrick et Franck que nous allions retrouver près du lycée de Ferrières. C'était bien bon de les retrouver. J'avais prévu un circuit sympa que Didier allait presque découvrir puisqu'il ne l'avait jamais fait dans ce sens. Bon, du dénivelé serait au programme. D'ailleurs de ne pas en faire en Ariège, ce serait difficile. Donc je retrouvais Didier au rond point avant de partir vers Arignac. En descendant j'allais faire une descente rapide en dépassant les voitures qui étaient bloquées sur plus de 5 kms. Il fallait vraiment en vouloir pour eux, pour aller skier surtout qu'en ce moment la neige était vraiment rare. Une petite bavette avec Didier pour bien commencer le parcours. Montée sur Arignac, surplomb de Mercus pour arriver aux deux bosses d'Amplaing. Là c'était comme toujours un gros morceau. Et oui, il y avait du 13%, de quoi rester planté rapidement. Et puis nous allions arriver à Ferrières. On attendait quelques minutes Franck et Patrick car nous étions un peu en avance. Là encore une petite bavette, il parait que ça se fait dans les rencontres de potes. Avec Patrick cela faisait presque deux ans que nous n'avions pas roulé ensemble. Donc des retrouvailles sympas. Foix, et nous filions sur Vernajoul. Franck et Patrick avaient adopté la cadence rando donc ça ne pouvait qu'être sympa.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Petite montée vers Labouiche, Didier me précisait qu'il n'avait jamais parcouru la route dans ce sens. Une première quoi! Heureusement que j'étais là pour le sortir! Lol! Et nous allions nous diriger vers notre premier col. Le pas du Portel.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Cela risquait de rendre jaloux certains car Patrick avait adopté la tenue été. Ca fait rêver, non? Mais le temps devait se rafraichir dans les jours suivants même la tombée de la neige à partir de 800m. Belle descente où nous rencontrions d'autres cyclos isolés mais eux en bavaient dans la montée. Traversée de la route Pailhès/ St Jean deVerges, pour remonter sur Loubens où à nouveau, une nouvelle bosse s'offrait à nous. Et bien sûr, ce n'est jamais ici que sur quelques centaines de mètres mais quelques kilomètres. Plongée ensuite sur Rieux de Pelleport où devait toujours habiter la fille d'Eric, le Cathare! Dans le centre du village, on filait à droite pour arriver à Varihes où nous partions en direction de Dalou et là encore, ça montait mais doucement. Franck et Patrick venaient prendre régulièrement de mes nouvelles car j'étais toujours en queue de peloton, voire un peu décramponné.

Retrouvailles avec mes copains ariégeois

Nous partions en direction du col de Py où Patrick allait s'offrir un démarrage, digne d'un pro. Il fallait dire qu'on l'avait freiner depuis le départ. En haut du col, les trois compères m'attendaient. Une bavette mais je leur disais que je ne m'arrêtais jamais. Je les invitais à repartir en direction de Foix. Ils allaient nous accompagner jusqu'à Tarascon et on allait se quitter au niveau de la gare, partant chacun de son côté. Franck et Patrick vers Foix et Didier repartait retrouver sa belle à Niaux quand à moi, je me payais mes quatre kilomètres de bosse. On se donnait rendez-vous pour une prochaine rencontre. Avec grand plaisir bien sûr.

Résultat de la sortie ; 84kms pour plus de 1200m de dénivelé. Pas mal, non?

Voir les commentaires

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Publié le par lariegeoise

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Lundi après-midi, après m'être remis de mon voyage ou plus exactement de mon déménagement de la région parisienne, je décidais de tourner tranquille dans mes circuits habituels en Ariège. Et oui, j'étais revenu au pays, près de mes montagnes qui me manquaient tant. Une pause avant de regagner Toulouse qui sera le lieu de ma prochaine résidence principale. Regarde Vitor cette belle région de l'Ariège et tu comprendras pourquoi je l'aime tant. Bon, ce serait une sortie hiver, avec des arbres dénudés mais pas de neige. Elle n'était que sur les sommets et encore en petite quantité, tant le temps était doux en cette période. J'allais retrouver mon carbone qui dormait dans ma résidence secondaire depuis quelques mois. Descente à fond, comme je l'aimais si souvent pour retrouver Tarascon s/Ariège et sa célèbre tour sans oublier le cours d'eau. Bon, j'avais décidé de ne pas faire trop long car je savais que ça me changerait de mes parcours seine et marnais. Ici, ça montait souvent et sur plusieurs kilomètres. Donc direction Foix par l'ancienne N20 pour partir vers Lavelanet et retour par La Charmille.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

C'était vrai que le paysage était bien dépouillé, me permettant de voir des lieux cachés l'été mais surtout j'avais droit à un vent violent de face. Pas top pour une reprise en main d'un bike. Bompas, Mercus allaient être passés tout de même sans problème. Quelques cyclos le long de la route et j'allais les retrouver sur ma route du retour. Foix, j'avais une pensée pour mes potes Patrick et Pierre qui devaient être au boulot alors que je me promenais en vélo. L'avantage de la retraite!

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Petit ralentissement lors de la traversée de la ville mais j'allais bifurquer à droite avant la sortie, laissant le château sur l'autre rive. Et déjà ça montait un peu, histoire de me mettre en jambes. Et toujours quelques cyclos qui ne manquaient pas de me saluer au passage. Bien différent de la région parisienne. Et une bosse de quatre kilomètres m'attendait pour arriver au premier col. J'allais me faire dépasser par un cyclo qui me dirait un petit mot au passage. Je n'essayais même pas de le suivre car j'étais en rodage dans la région. Surtout qu'il accélérait après mon passage.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Et j'arrivais au col de Py que je laissais sur la gauche mais la montée n'était pas terminée pour autant. Je sentais un peu moins le vent, me permettant d'avancer sans trop de peine. Bon, le plafond était bas en cet après-midi alors que le soleil était présent dans la matinée.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Et trois kilomètres plus loin, j'allais basculer vers Rapy après passage à Carol où je me méfiais car souvent j'avais vu des chiens couchés au milieu de la chaussée. Je ne voulais pas jouer les Nicolas! Lol! Dans les champs les animaux étaient encore présents. Il fallait dire qu'il ne faisait pas si froid à cette époque. Même des mérens et des vaches, sans parler de quelques ânes.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Rapy allait être très vite en vue et après être tourné à droite dans le centre du village, une bosse était bien présente. Comme quoi, je me doutais que j'aurai un peu de dénivelé sur cette sortie.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Le bout de la montée se terminait dans le centre du village de Raissac et plongée sur Lavelanet que j'allais tout juste contourner pour attaquer la route du retour.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Et j'allais remonter encore sur une route assez fréquentée puisque c'était celle qui permettait de rejoindre Foix. Je laissais à droite la montée vers Roquefixade avant d'arriver au village de Nalzen. Et après je pouvais glisser jusqu'à Celles.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Je pensais pouvoir rouler à fond mais que nenni le vent était encore de face, me ralentissant une fois de plus. La Charmille qui était le croisement de la N20 et la route de Tarascon/Foix allait arriver et j'espérais pouvoir rouler cool jusqu'à chez moi car cela commençait à me brûler sur le haut des cuisses.

Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse
Retour en Ariège avant de s'installer à Toulouse

Je reprenais la route prise à l'aller, apercevant au loin les sommets enneigés. Et des cyclos que j'avais croisés quelques temps plus tôt. Tarascon et le Soudor, bien connu des cyclos de l'ariégeoise. Et cinq kilomètres m'attentaient pour rejoindre mon domicile. Un circuit que je ne savourais toujours aussi peu car c'était une bosse de quatre kilomètres à 7% de moyenne. Pas évident en fin de parcours.

Arrivée chez moi vers 16H45, avant la nuit quoi. J'avais parcouru 79kms pour 1006m de dénivelé. Pas si mal pour une reprise en Ariège, non?

Voir les commentaires

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Publié le par lariegeoise

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Il y a des jours comme cela! J'avais décidé d'aller faire un dernier tour de roue avec mon ami Cigogne. Le temps semblait être clément car le franc soleil était là. Rendez-vous était pris et je pensais qu'on allait se retrouver au même endroit, soit sur le plan d'eau de Vaires. Mais le sort allait être contre nous, car nous nous sommes jamais rencontrés. Lui était déjà à Jossigny quand moi, j'étais à Vaires. Après différents appels téléphoniques ou de SMS, je convenais de le retrouver chez moi mais le sort allait une fois de plus être contre moi car je crevais juste à la sortie de la base nautique. Je réparais rapidement mais lui ne me retrouvant plus, décidait d'aller faire quelques bosses sur Thorigny. Moi, dépité, je rentrais chez moi. Et la rencontre avec Cigogne n'aurait pas lieu. Tant pis! Mais tout de même dommage mais je le retrouverai maintenant sur FB ayant décidé de changer de région et de retrouver le soleil du sud. Bye, bye, Cigogne et bon vent.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Dimanche matin, 6H du matin, il tombait un petit crachin. Ca risquait d'être rappé pour une sortie au sec. Il paraissait que le soleil devait sortir en cette matinée. Donc ne pas désespérer et attendre. Je refaisais un saut au lit, histoire d'attendre! Lol! Vers 7H, je me décidais à me lever pour faire cette éventuelle dernière sortie. Bon la pluie avait cessé et donc je devais prendre mon courage à deux mains pour faire vraiment cette sortie qui allait démarrer vers 8H15'. Et oui, il fallait bien que ce soit disant soleil se lève. Bon , cette fois-ci j'allais m'arrêter à un lever du jour car le ciel restait vraiment brumeux. Su ma route dans le bois de Ferrières, une auto me dépassait. C'était mon pote Alain qui allait rejoindre son club de Pontcarré. Mais je n'étais pas seul sur la route car je croisais un cyclo, celui que je voyais sans arrêt , tôt le matin avec son éclairage avant. Il y avait des habitués tout de même. La route était très grasse donc la prudence devait être de mise. Je n'avais pas de circuit vraiment préparé donc j'allais rouler à l'instinct. Direction Villeneuve Le Comte et toujours des cyclos isolés. Un peu moins d'embouteillage en ce dimanche matin.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Neufmoutiers, Les Lycéens et le fameux arbre de Bernard mais à cette heure-ci, il devait dormir en Alsace. Châtres n'était plus loin. J'allais bifurquer sur la droite dans le centre du village pour rejoindre Liverdy, histoire de faire un peu plus de kilomètres. Mais c'était bien tranquille.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Liverdy et son plan d'eau mais pas de pêcheur à l'horizon. Il devait faire trop froid. En passant à Retal, j'apercevais quelques cavaliers qui se préparaient pour un concours de saut d'obstacle. Là par contre il y avait du monde. Forest n'était plus loin après le passage de la route toujours fréquentée de Melun. Et toujours son célèbre pigeonnier. J'en verrai moins souvent d'identique dans la région de Toulouse. J'allais filer vers Fontenay Trésigny.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

J'allais traverser la ville par le passage pavé en faisant très attention car cela risquait de glisser. Marles n'était plus loin et toujours des cyclos isolés. Je n'avais pas trop envie de faire beaucoup de kilomètres et j'allais emprunter au niveau de l'église, la route de La Houssaye.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Quelques joggers matinaux et vers 10H je croisais mes premiers clubs cyclistes. Mais ça roulait tranquille. Il fallait dire qu'en hiver, on ne faisait que de l'entretien. A ma gauche je laissais le village des Chapelles Bourbon. Et j'allais emprunter la route de l'aller.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Si je rencontrais des groupes, j'étais souvent dépassé par d'autres mais je n'essayais pas de faire la course avec eux. J'avais envie de rouler tranquille. Villeneuve le Comte et mon périple allait s'achever.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......
Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

J'allais tout de même me mêler à un dernier groupe car c'était plus fort que moi. Et après la traversée du bois de Ferrières, l'allais me faire ma dernière bosse. Mon village serait en haut de celui-ci.

Mes derniers tours de roue en Seine et Marne......

Au feu tricolore, regard sur le château de mon village dont je n'aurai plus beaucoup d'occasions de voir.

Fin de ma sortie qui m'aura fait parcourir 66 kilomètres tranquilles.Je venais de faire mes adieux à la Seine et Marne. Maintenant à moi les sommets de l'Ariège mais j'attendrai peu-être la fonte des neiges pour les franchir. Plus que quelques jours.......... Désolé Cigogne, je ne t'aurai pas revu mais je te suivrais sur tes périples avec tes canaris. Bye, bye Seine et Marne, ce sera l'Ariège, le Gers, la Haute Garonne, le Tarn, de nouveaux départements!

Voir les commentaires

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Publié le par lariegeoise

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Dimanche matin, la météo prévoyait pour la RP un temps plus ou moins mitigé mais sans véritable pluie, donc je n'avais plus d'excuse pour débloquer le compteur de mon vélo et puis, je l'avoue, cela allait me faire le plus grand bien physiquement comme moralement. Tous ces jours derniers avaient été difficiles et il fallait que je me donne un coup de pied aux fesses, mais sans me faire mal. C'était vrai que les jours à venir allaient être de plus en plus compliqués, entre les cartons à faire, les apéros chez les amis comme les repas pour dire "au revoir", la météo qui n'était pas top (encore un coup des bretons! Lol!) et enfin le déménagement! Bah, les montagnes ne seront plus tellement loin après tout cela et je retrouverai mon pote Didier pour rouler un peu en plaine parce que là-haut la neige était vraiment retombée. Donc nada pour le franchissement des cols mais en plaine on pourra aussi faire du bon dénivelé.

8H25' et c'était parti. Il fallait dire que j'étais déjà sur le pied de guerre depuis 6H. Je n'arrivais plus à dormir et l'excitation de sortir me taraudait un peu l'esprit. Mince, j'avais déjà en effectuant mes premiers tours de roue, une mauvaise sensation car je recevais quelques gouttes. Je faisais le tour du pâté de maison pour voir si ça évoluait et good look, c'était tout bon. C'était simplement le brouillard qui tombait un peu. Bon, cela ne serait pas terrible pour les photos. Je ne pouvais pas tout avoir.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Direction Villeneuve le Comte via la forêt de Ferrières. Un peu de voiture mais j'allais faire attention car ils étaient loin de me dépasser à une distance de 1m50. Neufmoutiers, je croisais le premier cycliste qui avait mis sa lumière avant. C'était vrai que le jour commençait tout juste à pointer et par plafond bas, c'était préférable. Au croisement de la route de Tournan, je filais sur Marles en Brie en passant par Les Chapelles Bourbon. D'autres cyclistes mais ce serait les derniers que je croiserai en début de sortie. D'ailleurs, en cette matinée, pas la trace de club. Pourtant les cyclo-sportives n'étaient pas commencées.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

J'allais me faire un circuit à l'improvisation tout en sachant qu'il faudrait que je reste dans un petit 80kms. Lumigny était en vue mais je tournais à droite bien avant pour me diriger vers Les Ormeaux. C'était vrai que de ce côté de l'A4, j'étais nettement plus tranquille au niveau circulation. Et puis de l'autre côté, il y avait souvent beaucoup de brouillard. Un conseil intéressant pour mon ami Vitor qui sera le cycliste de remplacement, une fois que je serai parti rejoindre Toulouse. Mais lui, je crois, est plus adepte du VTT. Une autre discipline mais je me promets bien dans faire dans l'avenir pour découvrir d'autres paysages. Je tournais à droite pour revenir vers le parc aux félins.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Fontenay Trésigny n'était plus qu'à quelques kilomètres mais j'allais me faire un petit détour vers l'aérodrome qui cachait une résidence "Châteauform'". Comique la situation car je me permettais de rentrer dans le parc après le passage d'une voiture et voilà-t-il pas que le portail se refermait après son passage. Bon, pour sortir, je trouvais un peu plus loin un passage pour sortir en faisant un peu d'exercice. Imaginez la situation! Comique, non! Et tout ça pour dénicher un cliché pour mon ami Eric.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Une fois revenu sur la route, j'allais jusqu'à l'aérodrome pour prendre le cliché du grand porteur qui servait de restaurant pour les actionnaires. Mais très vite, je reprenais ma route en direction de Fontenay Trésigny.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

J'essayais d'éviter les passages pavés car la chaussée étant encore glissante à cette heure-ci, je n'avais pas envie de me prendre une gamelle comme l'avait subi dernièrement mon ami breton Penn. Traversée de la ville pour rejoindre Forest par une route toujours aussi tranquille. Au loin la fameuse ferme où je pouvais voir le pigeonnier tant admiré par certains randonneurs. D'ailleurs, je croisais un groupe un peu avant.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Traversée de la route de Melun avec prudence car il y avait pas mal de voitures en cette matinée pour arriver à Liverdy et passer à côté du château de Monceau où certains repas de mariage peuvent y être effectués. Un truc pour mon ami Damien qui prépare son mariage depuis bien longtemps.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Les cerfs broutaient dans le parc et je m'arrêtais pour un cliché moins commun. Parfois, il faut savoir faire une pause! Pas mon truc pourtant. Je refilais vers Tournan en Brie poussé par le vent. Le soleil s'était enfin levé. Il avait dû faire la grasse matinée comme nous étions en début de week-end! Et j'allais commencer à retrouver quelques cyclos isolés. Mais je n'étais plus tellement loin de mon domicile.

J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!
J'ai débloqué mon compteur vélo pour 2016!

Traversée de la ville où il n'y avait pas encore trop de monde pour rejoindre Favières. Le bois de Ferrières qui avait perdu toutes ses feuilles en cette période de fin d'automne. Et deux kilomètres me séparaient de mon village. Fin de parcours sans trop forcé!

Fin du périple de 74kms: pas trop mal pour une reprise! Le compteur était débloqué. Mais la prochaine sortie serait certainement très éloignée comme j'étais en plein préparation de déménagement et que le temps plus que pluvieux était annoncé. Je ne sais si je pourrai réaliser ma dernière sortie avec Cigogne!

Voir les commentaires

Entre les deux fêtes.......

Publié le par lariegeoise

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Ayant besoin de prendre l'air en ce moment et pour essayer d'arriver aux 11000kms parcourus pour cette année, j'allais partir au lever du soleil comme souvent sans programmer véritablement un circuit. Je décidais de partir à l'aventure tout en sachant que je ne pourrais me limiter qu'à un petit 80 kilomètres, le jour ne se levant guère avant 8H30'. Bon pour les 11000 kilomètres, ce sera rappé pour cette année mais ce n'était pas véritablement mon objectif, simplement rouler pour le plaisir.

Donc départ en direction de Favières où mon appareil photo allait commencer à me donner des signes de fatigue. Il me faudra au retour changer les piles! Traversée de la route qui rejoignait Neufmoutiers en passant par Les Lycéens. Le jour allait se lever petit à petit mais je savourais l'absence de circulation.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Je rejoignais la route de Tournan pour partir en direction de La Houssaye où le château devait être encore endormi.

Et toujours peu de circulation et c'était tant mieux!

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Traversée de la route de Melun avec prudence car bon nombre de camions y roulaient à vive allure. Une bosse avant l'arrivée au centre du village m'attendait pour bifurquer à droite pour reprendre cette belle ligne droite qui allait me mener à Lumigny.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Les Ormeaux et j'allais passer à côté du parc aux félins. Direction Rozay en Brie que j'allais traverser partiellement pour me retrouver sur la route de Vilbert.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Chaumes ne serait plus qu'à quelques tours de roue ou presque. Passage derrière ce fameux château de la Plumasserie qui aurait bien plu à mon ami Eric pour qu'il y prenne un certain repos.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

J'allais contourner Chaumes pour passer près du château du Vivier qui celui-là était en ruine. Mais les ruines n'ont-elles parfois un certain charme. J'allais recouper cette route de Melun pour arriver à Châtres. Pas trop de cyclos, non plus, sur les routes. Ils avaient dû faire le pont ou la trêve des confiseurs.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Et très vite, j'allais arriver à Villeneuve le Comte pour emprunter les derniers kilomètres qui me séparaient de mon domicile, non loin du fameux moulin que Bernard, allias Cigogne, devait saluer lors de ses dernières sorties.

Résultat de mon escapade : un petit 78 kilomètres comme prévu.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Jeudi matin, j'allais me faire ma dernière sortie de l'année comme demain je vais réveillonner avec des amis, je ne tenais pas à être HS! Et puis je n'atteindrai pas les 11000kms cette année mais ce n'avait pas trop d'importance pour moi après tous les pépins de cette année, entre autre ce traumatisme crânien. Tout compte fait, je m'en étais bien sorti. Alors j'allais rouler pour le plaisir, tout en restant dans le créneau prévu à cette époque.

Bon le départ, comme d'hab, au lever du jour soit vers 8H20. Il y avait encore un peu de circulation, à croire qu'ils n'étaient pas tous en vacances. Direction Favières, Tournan en faisant un petit détour vers le lycée de Gretz. Mais là pas de lycéens mais juste un RER qui passait à ma gauche. La barrière ne serait pas fermée.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Presles en Brie et j'allais filer vers Liverdy en me faisant cette bosse que je ne montais pas trop souvent. Après le village j'allais être rejoint par un cycliste que j'allais suivre jusqu'à mon fameux château du Vivier. C'est vrai que c'était plus confortable quand quelqu'un vous protège du vent. Je roulais presqu'en roue libre.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Au haras, je tournais à droite pour retrouver mon château en ayant une pensée pour mon ami Eric qui rêve toujours d'une maison isolée. Et là, il aurait peut-être droit à la belle au bois dormant.

Des canards faisaient un bruit du diable en s'ébattant dans les mares.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Après être remonté sur la route de Lumigny/Chaumes, je tournais à droite pour ne pas atteindre Chaumes car après la bosse je bifurquais à gauche pour aller en direction de Rozay en Brie. Passage par Vilbert, désert à cette heure-ci. Traversée de Rozay sur sa droite pour revenir vers Chaumes après avoir parcouru 40 kilomètres.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Petite bosse qui allait me ramener sur la route de Beauvoir à droite. Au loin je pouvais voir le prieuré de Bernay. Je passais à côté de la ferme qui est souvent le repère des chasseurs le week-end. Mais là personne.

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Traversée tranquille du village avant d'arriver à Chaumes et combattre les deux dernières véritables bosses. Le retour était amorcé!

Entre les deux fêtes.......
Entre les deux fêtes.......

Traversée de la route de Melun en deux temps car il y avait pas mal de circulation avant d'arriver à Châtres. Et j'allais laisser de côté Les Lycéens si chers à mon ami Cigogne pour rejoindre Neufmoutiers et rencontrer un peu plus de cyclos.

Entre les deux fêtes.......

Et final avec d'autres cyclos qui allaient lever le pied en retrouvant deux autres cyclos. Villeneuve le Comte, Villeneuve St Denis et mon domicile n'était plus loin.

Fin de la sortie 79kms et je n'atteindrais pas cette année le chiffre des 11000kms parcourus suite à différents problèmes, entre autre de santé. Mais pour moi, ce n'était plus véritablement un objectif. J'ai dépassé l'âge. Maintenant je roule pour le plaisir d'être sur un vélo et être en forme pour faire la cyclo-sportive L'Ariégeoise. Maintenant je suis dans la dernière catégorie. Donc tout pour le fun et y réaliser un beau reportage. Cette année la montée de Pailhères sera au programme.

Mais à tous mes chers lecteurs, bonne et heureuse année 2016. Que vos vœux se réalisent au maximum car on n'arrive jamais à tout avoir. Mais surtout gardez la santé et le plaisir de rouler comme moi.

Pour ma part, je vais changer de domicile et m'installer à Toulouse pour être encore plus près de mon Ariège que j'aime tant, même si ce n'est pas mon département d'origine. A l'année prochaine.......

Voir les commentaires

Sur les tracesdu Père Noël.........

Publié le par lariegeoise

Sur les tracesdu Père Noël.........
Sur les tracesdu Père Noël.........

Après des semaines passées avec des moments difficiles émotionnellement suite au décès du frère de mon épouse, et une fatigue accumulée pour la recherche de mon futur appartement à Toulouse, donc des allers et venues en Ariège, j'aspirais à une chevauchée sur mon destrier (le carbone étant déjà en Ariège!) dans la campagne de Seine et Marne. Bon, bien sûr, je devais attendre le lever du soleil car nous étions encore dans les journées les plus courtes de l'année. J'avais imaginé un circuit dans ma tête tout en sachant que je ne devrais pas dépasser les 75kms pour être rentré pas trop tard. Comme d'hab! Mais mon imagination allait bousculer toutes les prévisions, désirant rouler sur des routes tranquilles. Oh, les routes seraient calmes car les automobilistes étaient certainement en vacances.

Direction Villeneuve St Denis, Villeneuve le Comte, Neufmoutiers. La température était tout de même plutôt celle d'un climat d'automne mais j'avais mis la tenue longue. J'avais décidé de rouler cool comme le feraient tous les cyclos que je croiserais. Châtres ne serait pas loin. Et déjà mon premier cycliste. Comme je n'étais pas le seul à vouloir être sur les routes.

Sur les tracesdu Père Noël.........
Sur les tracesdu Père Noël.........

Et toujours cette route en velours à partir de Neufmoutiers. Et là mon appareil photo allait me jouer un caprice. Imaginez! Châtres, plus trace de crèche près de l'église, un comble! Liverdy et dans le centre du village, je tournais à gauche pour rejoindre Forest et direction Fontenay Trésigny. Quelques coureurs à pied qui s'ébrouaient.

Sur les tracesdu Père Noël.........
Sur les tracesdu Père Noël.........

Traversée de la ville sans problème pour rejoindre Marles en Brie et prendre la direction de Lumigny. Quelques traces de lampions et d'éclairage de fête dans les villages que je traversais. Dans le centre de Lumigny, je tournais à gauche pour rouler en direction de Mortcerf. Bon les couleurs des paysage n'étaient pas très brillantes à cause de ce soleil rasant. Un peu de vent contraire allait me freiner un peu.

Sur les tracesdu Père Noël.........
Sur les tracesdu Père Noël.........

A l'entrée de Mortcerf, je tournais à gauche pour remonter sur La Houssaye en prenant bien garde en traversant la route venant de Melun. La Houssaye et sa chocolaterie, à recommander. Et j'allais remonter sur Neufmoutiers.

Sur les tracesdu Père Noël.........

Dans le ciel, j'apercevais des avions qui arrivaient en ligne indienne pour atterrir à Orly. Mais moi, j'allais reprendre la route du retour vers Villeneuve le Comte. Et là, j'allais croiser pas mal de cyclos isolés ou à trois tout au plus. Les clubs devaient être en vacances.

Sur les tracesdu Père Noël.........

Et toujours ce ciel bleu. Deux cyclos allaient me dépasser et j'allais les suivre quelques temps avant de les laisser filer, ne voulant pas trop forcer. Et j'allais regagner les derniers kilomètres de la forêt de Ferrières.

Résultat de la sortie : 77kms sans trop de bosse et pour un température tout juste supérieur à trois heures. Et toujours pas de père noël!

Voir les commentaires

Retour en Seine et Marne

Publié le par lariegeoise

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Et oui, j'étais de retour en Seine et Marne à grands regrets quand je savais le soleil qui brillait dans le sud et le plaisir que devait avoir mon ami Didier à rouler sur des routes un peu plus bosselées. Mais il fallait bien que je finalise la vente de mon pavillon avant de regagner l'Ariège où je pourrai rouler tout à mon aise dans quelques mois. Bon, j'avais laissé mon destrier là-bas et je devais me contenter de mon mulet pour les sorties. Et très vite , j'allais m'apercevoir de la différence de sensation que l'on peut avoir de rouler avec un acier au lieu d'un carbone. Et en plus, le temps était au brouillard. Pas terrible quoi, mais j'allais m'en contenter. J'avais garder mes lunettes avec les verres jaunes. Peut-être à modifier pour les prochaines sorties car je ne voyais pas grand chose. Le départ allait s'effectuer à 8H20 car les journées commençaient à diminuer largement jusqu'à fin décembre. J'avais adopté la tenue longue comme il se doit mais ce n'était tout de même, pas les grands froids.

J'avais établi le parcours pour un circuit classique car j'allais être limité par le temps. Un petit 80 kms était au programme. Départ en direction de Favières, où j'allais commencer à rencontrer des cyclos isolés. Certains par sécurité avaient la lumière. Mais pas trop de circulation en ce dimanche matin. Favières, Tournan, Presles en Brie, des lieux classiques.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Passage à niveau pour filer sur Courquetaine où des oies m'attendaient. Il valait mieux qu'elles en profitent car leurs heures étaient comptés à cette époque de l'année. Et toujours ce brouillard de plus en plus épais. Je me demandais si je ne devais pas ôter mes lunettes. Je poursuivais en direction d'Ozouer le Voulgis.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Le lavoir s'était paré de son sapin de noël. Je devais prêter attention car la route était étroite et certains véhicules arrivaient en sens inverse. Petite montée en direction de Chaumes que j'évitais pour aller sur Forest. Le passage boisé me précisait qu'ici, les arbres avaient vraiment perdu leurs feuilles, contrairement au sud.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Fontenay Trésigny, Marles en Brie avec quelques voitures et quelques piétons dans les rues. La journée de vote régional avait fait sortir plus tôt les gens. Mais pas de vision de père noël. A croire que cela ne se faisait plus.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Je croisais quelques groupes de cyclos qui émergeaient du brouillard. Mais ça roulait tranquille. Lumigny, j'allais me diriger vers Pézarches pour reprendre la route de Hautefeuille.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Le vent était absent et j'appréciais largement car là, même dans la forêt je n'aurai pu en être protégé, tant les arbres étaient dénudés. Mortcerf n'était pas loin mais j'allais le laisser sur ma gauche à l'intersection de Faremoutiers/Mortcerf.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Après la petite bosse d'usage, une belle descente m'était offerte où j'atteignais les 50kms/h pour traverser Dammartin sur Tigeaux et Tigeaux. Après le village, je montais cette belle côte de 2kms pour aller sur la route de Villeneuve le Comte. Et j'allais rencontrer quelques clubs qui roulaient à des allures bien différentes. Entre autre je dépassais celui de Brou sur Chantereine que mon ami Cigogne devait bien connaître.

Retour en Seine et Marne
Retour en Seine et Marne

Villeneuve le Comte n'était plus loin et j'allais m'amuser à me fondre dans des groupes plus roulants. C'est vrai que dans cette position, on fatiguait moins, tout en roulant plus vite. Là, ils étaient bien une cinquantaine. Même un allait me pousser dans la montée au dessus de la ligne TGV pour je raccroche au peloton. Mais j'allais les quitter au carrefour suivant car je filais à droite pour rejoindre mon domicile.

Retour en Seine et Marne

Fin du périple en contournant l'allée du château, tranquille car tous les cyclos partaient en direction de Lagny s/Marne.

Sortie de 78 kms ce qui était raisonnable en cette période de l'année mais j'étais bien loin du dénivelé que j'avais fait la semaine passée en Ariège.

Voir les commentaires

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Publié le par lariegeoise

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Et oui, tout à une fin et j'avais décidé avec mon ami Didier de faire un dernier tour de piste ensemble avant ma remontée sur la RP. Un autre cadre s'offrirait à moi, bien loin de ces belles montagnes que j'appréciais toujours même en hiver même si je ne pouvais franchir les sommets à cause de la neige.

Mais auparavant j'avais dû changer mon pneu arrière qui était bien entamé et la prudence étant de mise, je l'avais fait sans problème. Je m'étais même lancé à tester un 700X25 car mes amis cyclos m'avaient dit que c'était beaucoup plus confortable à l'usage. Et effectivement, cela l'était.

Pour mon compteur, la pile m'avait lâché mais bizarre car je l'avais changée dans les jours précédents. A croire que j'avais la scoumoune mais bien loin de celle qu'avait mon ami Nicolas qui n'avait plus de vélo suite à sa chute.

Bref, 13H15, je dévalais sur Tarascon pour rejoindre Didier sur le parking de l'espace Mitterand. En descendant je pouvais encore apercevoir la neige sur les sommets mais la route était de bonne qualité. Pas de verglas car avec la température qui montait dans la journée, le risque était limité.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

J'arrivais en même temps que Didier sur le parking. Je lui avais signifié le circuit que nous allions faire sur Strava. Il n'avait pas vu que j'avais envisagé de faire les deux bosses d'Amplaing si redoutées en début de parcours avec ses 13%. Nous allions passer devant son domicile et il ne tardait pas d'appeler sa belle pour avoir droit à ses bravos lors de notre passage. Direction Arignac pour passer de l'autre côté de l'Ariège, le cours d'eau. Mercus en vue et Amplaing et ses deux bosses s'offraient à nous.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Après ce passage moins difficile dans ce sens mais toujours un endroit où il fallait s'arracher, nous arrivions à Génibat où nous avions la belle fille de l'Ariège qui allait nous applaudir à bâtons rompus lors de notre passage. Nous ne pouvions après qu'appuyer fortement sur les pédales. Tarascon n'était plus loin. Et une fois que nous avions passé ces bosses, c'était très roulant. La chaussée était toutefois assez humide et ce qui nous confortait dans notre décision de rouler l'après-midi.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

A la traversée de la ville, je recommandais à Didier de rester l'un derrière l'autre comme il y avait toujours un peu de circulation et des piétons qui ont la priorité pour traverser aux passages cloutés. La vue du château n'allait pas freiner notre allure. Direction le col des Marrous! Mais non on n'irait pas jusqu'à là.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Et déjà une première véritable bosse s'offrait à nous . On pouvait discerner les villages perchés sur les hauteurs. Les arbres avaient pratiquement perdus leurs feuilles. Je précisais à Didier qu'il y avait une chose amusante dans la région, c'était que les plaquemissiers restaient avec leurs fruits, les kakis, accrochés à leurs branches car personne ne les mangeait. D'ailleurs, Didier ne connaissait pas ce fruit. S'ils savaient les ariégeois comme c'est bon et rempli de vitamines. Bon, on n'était pas là pour parler nature mais pour effectuer une montée car pratiquement jusqu'à Alzen, nous devrions nous élever.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Nous allions trouver un peu de circulation jusqu'à La Mouline, des gens qui partaient au travail? Peu probable car il était plus de 14H. La Mouline, on tournait à droite pour traverser Serres sur Arget. Et nous allions rouler sur une route nettement plus étroite.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Et nous allions commencer à prendre quelques clichés respectifs pour vous montrer l'effort fourni! Lol! Le temps était assez couvert mais nous ne ressentions pas véritablement le froid. Il fallait dire que nous nous étions vêtus de vêtements longs. La pente n'était pas trop méchante pour l'instant.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Les montagnes s'étaient parées de belles couleurs d'automne. Une bosse de 5 kms environ nous attendait pour atteindre Alzen. L'eau d'un ruisseau descendait gentiment dans la vallée. Des castillons (chevaux) galopaient à nos côtés mais dans leur pré à notre approche. Voilà ce que j'aimais, rouler dans ces endroits tranquilles, profitant de la nature.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Je profitais de l'arrêt de Didier pour revenir à son niveau mais j'allais m'arrêter plus haut pour ne pas rater son cliché. Et puis une superbe descente de montagne allait s'offrir à nous avec des virages assez appuyés où il valait mieux être prudent car la route était assez dégradée. Direction Montels, un village que nous apercevions après la descente.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

A la sortie du village, nous apercevions des ruches mais sans les abeilles car elle devaient se reposer, la fleuraison étant terminée à cette époque. Et cette belle vue dans la descente. Nous allions retrouver Montels et la départementale qui allait vers Foix et le col Del Bouich.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Je dévalais la route assez vite, m'arrêtant au premier croisement pour attendre Didier qui était toujours prudent dans les descentes. Mais j'allais très vite m'inquiéter car je ne le voyais pas arriver. Je décidais de revenir sur mes pas et je le voyais très vite en train de changer sa chambre à air. L'automne nous offrait une fois de plus ses charmes de crevaison. Bref, il remettait son vélo en état de rouler très vite. Même une poubelle était là pour récupérer sa chambre abimée. Comme quoi! Et c'était parti car la descente n'était pas terminée.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Et nous retrouvions la départementale venant de St Girons pour partir vers Foix. Là, un peu de circulation et nous restions l'un derrière l'autre par prudence. Nous allions être arrêtés par un feu tricolore à l'origine de travaux. Quelques kilomètres et nous allions tourner à gauche pour retrouver la route qui allait sur Labouiche. Nous allions croiser la route d'un club de cyclos. Petit salut habituel qui se faisait sans problème. Et nous allions dévaler vers Foix. Dans les champs, les vaches broutaient encore mais l'herbe était loin d'être grasse. Il leur faudra attendre le printemps.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Foix, nous allions traverser la ville sans problème pour passer sur l'autre rive de l'Ariège, par une route plus facile et qu'on prenait souvent au retour. Mon appareil photo me donnait des signes de fatigue, donc pas de clichés du château. Il me restait presque 20 kms pour rejoindre mon domicile. Nous allions croiser la route d'un autre cyclo du club qui roulait seul. Roland, Didier me précisait son prénom car je n'avais pas encore capté leurs prénoms à tous, un ancien facteur. Je comprenais pourquoi il était assidu de vélo.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

Nous allions longer le cours d'eau comme la voie ferrée. Je quittais Didier un peu avant le parking où il avait garé sa voiture. On se souhaitait de bonnes fêtes de fin d'année et on se donnait rendez-vous début février où je serai en Ariège pour quelque temps avant de retrouver mon nouveau domicile à Toulouse et là, il faudra que j'étudie sérieusement des parcours comme je ne connais pas la région. Mais déjà des ballades en VTT le long du canal du midi. 4 kms pour arriver chez moi en montée m'attendaient.

Résultat du périple : 75kms pour 1246m de dénivelé

.

Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015
Dernière sortie avec mon ami ariégeois Didier pour 2015

J'y croiserai peut-être mon ami Jacky. Ca fait rêver comme ballade, non?

Voir les commentaires

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Publié le par lariegeoise

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Samedi après-midi, le soleil était plus que présent après une pluie qui était tombée dans la nuit , j'allais retrouver une partie du club de Tarascon sur le parking de l'espace Mitterand. Et oui la veille, j'avais participé à un repas organisé par le club. Bien sympa et avec certains, on s'était donné rendez-vous le lendemain pour cette sortie. J'avais plus ou moins compris le parcours qui serait fait mais pas tout à fait car un moment je me planterai après m'être fait largué! Et oui, je n'avais pas l'habitude de rouler à leur vitesse en faisant un peu de dénivelé. Mais dieu que s'était bon.

Mais dès le départ, tout était contre moi car ma chambre à air avant éclatait 300m après mon départ. J'avais du la coincer en la montant. Bref je réparais vite fait avec l'aide de mon épouse. Et hop, je dévalais vers Tarascon.

Bon, narrons un peu cet événement! Départ au delà de 13H 30' pour monter vers Arignac avec un petit tour dans le centre ville. Et oui il y a des sens interdits aussi dans cette petite ville de Tarascon s/Ariège. Nous étions une quinzaine de participants.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Passage par la gare pour attaquer la première bosse d'Arignac. Pour l'instant, ça suivait sans trop de problème. Pas de démarrage en trompe.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

La vraie bosse n'était pas loin et on apercevait déjà le rocher qui dominait cette montée.

Et oui on finissait avec du 13% mais les participants de l'ariégeoise connaissent bien maintenant. Et après, c'était cool jusqu'à Foix. Dans le centre, on filait à droite pour passer au dessus de l'Ariège et de la ligne de chemin de fer pour se diriger vers Varilhes.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Quelques arrêts forcés aux feux rouges, de quoi me permettre de les récupérer. Tout était top pour l'instant et d'un seul coup, les premiers du peloton allait mettre un coup d'accélérateur et là, perdu, par des passages de sens giratoire, je lâchais le peloton et impossible de me rendre compte dans quelle direction ils étaient partis. Donc j'allais tenter un parcours qui ne serait pas judicieux car ce n'était pas le bon. Dans Varilhes, j'allais tourner à droite pour me diriger vers St Félix.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

De toute façon, je ne les voyais plus et j'allais être dépassé par un groupe d'autres cyclos mais pas les miens. Qu'importe, je continuais ma sortie. Des cyclos, j'allais en apercevoir plein car avec ce temps, comment ne pas avoir envie de rouler. Une bosse sympa après Varilhes pour tourner à gauche au centre de St Félix pour me diriger vers Pamiers. Des routes que je connaissais bien après les avoir tant parcourues lors de mon passage à Pamiers. Une petite bosse mais rien de bien méchant car elle n'était pas longue.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Et dans la descente sur Verniolle, je croisais le groupe de mon club que j'avais perdu mais pas trace de Didier. Un retardataire me disait qu'il me cherchait. Donc je continuais ma route jusqu'à Verniolle où je n'allais pas traverser le village puisque j'allais filer à gauche pour revenir sur Varilhes. Ville que je traversais pour partir en direction de Foix.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Et peu de temps après être passé dans Varilhes, j'allais être dépassé par le train rapide du Club. Ils allaient me charrier au passage. Un me demandait si j'avais retrouvé le reste du groupe mais rien, ils avaient disparu! Foix avec toujours plein de voitures et une attention toute particulière devait être de mise pour traverser le pont établi en sens giratoire. Montgailhard quelque temps après, il allait me rester un peu plus de 15 kilomètres à parcourir.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Traversée tranquille du village pour arriver à La Charmille, où la route de Lavelanet arrivait. Mercus et je croisais la route d'un cyclo du club qui rentrait chez lui. Bompas et cette belle vue de l'Ariège qui était encore assez haute. Un regard sur le Soudor m'était offert comme des sommets enneigés.

Et oui j'ai encore des progrès à faire.....
Et oui j'ai encore des progrès à faire.....

Tarascon que je traversais tranquille. Je faisais un passage par le parking du départ mais tout le monde était parti. Et les 4 kilomètres pour arriver chez moi en montée, vous vous doutez. Mais maintenant, je montais cette bosse un peu plus facilement.

Fin du périple du jour pour une sortie de 79 kms pour 855m de montée avec un score assez intéressant mais la poursuite avec les gars du club avait dû me stimuler.

Bon, j'avais encore du chemin à parcourir avant d'arriver à leur niveau. Mais je devais certainement faire partie des vieux! Lol! Mais le plaisir de rouler était toujours là.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>