Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des bosses encore et encore....

Publié le par lariegeoise

800px-Chateau de Guermantes (Large)

 

En ce bel après midi de septembre sensoleillé mais un peu frais, je décidais en commun accord avec mon complice Cigogne et son garde du corps Roland d'aller faire quelques belles bosses en Seine et Marne. Tout compte fait, nous avions le choix.

 

Mais d'abord un peu de culture, comme le fait si bien JP37 lors de ces articles et qui ne peut qu'enrichir tout cyclotouriste que nous sommes. Donc la vue de ce beau chateau de Guermantes que je rencontrais et que je connais si bien.

 

eSi les premiers bâtis du château de Guermantes datent du milieu du XVIIe siècle, c'est sous l'influence de Paulain Prondre, receveur des Finances de Lyon puis grand audiencier de France, qui achète le domaine de Guermantes en 1698, que l'impossant château classique acquierera toute sa splendeur. Personnage influent de la cour du Roi Soleil, Prondre saura faire appel aux plus grands noms de l'époque pour réaliser sa résidence briarde. Ainsi, l'aménagement du parc du château est confié à André Le Nôtre, alors que les deux perrons sont signés du nom prestigieux de Jules Hardouin-Mansart.

Passé de famille en famille au cours du XIXe siècle, au grès des héritages, le domaine de Guermantes subira bien des affronts au cours du XXe siècle. Vendu à un négociant en bois en 1920, ce dernier cède au plus offrant la quasi-totalité du mobilier d'époque. Il débute également la taille de l'ensemble du domaine forestier et des futaies, mais ses projets de lotissement ou d'aménagement du château en clinique n'aboutissent finalement pas. Propriété du banquier Maurice Hottinguer juste avant la seconde guerre mondiale, le domaine est menacé d'incendie en 1944, en représaille de l'assassinat d'un soldat allemand par la résistance. Il faudra une délicate médiation de Blanche Hottinger, veuve du dernier propriétaire, pour éviter que Guermantes ne subisse le même sort que le domaine voisin de Rentilly.

Différents travaux débutés fin 2008 visent à transformer le château et ses dépendances en centre de séminaire international. Il reste néanmoins l'un des exemples les plus parlant de l'architecture classique dans la Brie. Hors le château lui-même, le domaine comprend également de nombreux communs, un pigeonnier ainsi qu'un très important ensemble de bâtiments fermiers dépendants directement du château.

 

Intéressant, n'est-ce-pas? Mais le but de cette sortie n'était pas de faire de la culture mais de grimper quelques bosses et Cigogne en était friand actuellement, car il était actuellement en train de recenser les bosses environnantes.

 

Mais au départ craignant de ne pas faire trop de bosses, je m'offrais celle de Gouvernes, la plus hard qui monte sur les Hauts de Lagny en passant devant le Chateau de Guermantes, ainsi que la montée de Torcy mais par le côté piste cyclabe. Donc un peu de dénivelé dans mon score de la journée. Mais je pouvais me permettre cette fantaisie car j'étais largement dans les temps.

 

 

 

 

 

100 1675 (Large)

 

Retrouvailles de mes compères de route vers 13H45 comme d'hab et décision de se faire quelques bosses. Cigogne avait prévu que nous ferions un circuit pas trop long comme il devait faire sa valise pour partir en Alsace, sur la terre de ses aîeux ou plus exactement chez ses parents. Un vent assez fort pour démarrer : il faudra vite que l'on se réchauffe!

 

Passage obligé au dessus de la Marne pour emprunter la montée de Torcy que j'avais fait à l'envers quelques minutes auparavant, à bonne allure pour pouvoir se réchauffer un peu. Cigogne regrettait de ne pas avoir mis de manchettes et pourtant c'est un homme prévoyant.

 

100 1677 (Large)

 

Nous passions au dessus de l'A104 pour arriver sur le haut de St Thibault. A gauche, le bâtiment des ouvriers de France. Nous allions descendre vers Guermantes en passant devant le parc de Rentilly dont je vous parlerai une autre fois. Encore une bosse pour passer devant le chateau de Guermantes.

 

 

 

100 1678 (Large)

 

Non, mes compagnons ne réclamaient pas une pose technique mais simplement l'arrêt à un feu tricolore. Raisonnables, non? Nous traversions le village pour rejoindre Jossigny, départ de mon périple. J'avais déjà plus de 20kms dans les jambes. Donc j'étais chaud.

 

100 1679 (Large)

 

Passage au dessus de l'A4 après avoir traversé le village. Quelques cyclos en déroute! Roland  se moquait de moi de me voir prendre sans arrêt des photos. Mais laissez-moi vous conter l'histoire ce ce moulin qui s'anime lors des journées du patrimoine et des fêtes des moulins.

 

n Dominant, à 148,6 mètres d’altitude, l’ensemble de la forêt de Ferrière, le moulin de la Belle-Assise à Jossigny est l’un des derniers exemples de moulin à vent dans l’est de la région parisienne. Son existence est attestée dès 1537. Le moulin passe de propriétaire en propriétaire au fil des siècles : de Nicolas Fouquet dans les terres dépendantes de Vaux-le-Vicomte au XVIIe siècle au baron James de Rothschild dans le vaste de domaine de Ferrière-en-Brie en 1828. Il devient finalement propriété d’EpaMarne en 1979 lors de la cession des biens Rothschild à l’état. Après avoir connu de longues décennies d’inactivité et avoir servi de base radar à l’OTAN dans les années 1950, le moulin retrouve ses ailes et son mécanisme intérieur en 1998.

De par sa position dominante, le moulin de la Belle-Assise sert naturellement de repère pour les géographes et les géomètres. Présent sur la toute première édition de la carte de Cassini, il sera également utilisé par Jean-Baptiste Delambre en 1792-1793 dans ses travaux visant à l’établissement du mètre-étalon. Et à la fin du XIXe siècle, l’Institut Géographique National fait bâtir à proximité du moulin une cheminée et une borne géodésique servant de repère dans les travaux de mesure de l’arc du méridien de Paris. La cheminée est depuis restée sur la butte de la Belle-Assise et complète avantageusement ce paysage de la Brie boisée.

 

Et c'est pour cela qu'il faut conserver le patrimoine.

 

    100 1680 (Large)

 

  

Villeneuve St Denis où ils venaient de refaire la chaussée. Pas terrible comme décision car ils avaient plein de construction en cours dans le village et alors avec le passage des camions! No comment!!!! Villeneuve Le Comte où nous devions faire un petit détour au carrefour car deux voitures venaient de se faire la bise. Ah, quand on aime!

Alors là, c'est la page culturel et chrétienne pour JP37. Et là, pas d'image satirique, voyez ce que je veux dire.....

 

 

 

100 1683 (Large)

 

Direction Tigeaux. Ah, j'oubliais après le carrefour, petite pose technique réglementaire pour tout cyclotouriste.

 

   

20120919 145325[1] (2)

 

Bon, j'en profitais aussi pour relever mon bike que mon ami Roland l'avait fait tomber après s'être assis sur la rambade. Il était lourd le gamin! Lol! Mais on n'était pas là que pour flaner. On avait encore du chemin à faire.

 

100 1684 (Large)

 

Direction Crécy La Chapelle où plein de gens gambadaient un peu partout. Ah, on venait de se faire une petite bosse. Mais vous le verrez dans le graphique. Tout était encore vert mais les feuilles commençaient à tomber.

 

100 1685 (Large)

 

Belle montée sur Voulangis que Cigogne affectionne particulièrement et en haut, nous basculerions vers Villiers S/Morin où Cigogne allait bien faire fonctionner ses patins. Mais non, pas à glace, ce n'est pas encore l'hiver. Et la glisse, il n'aime pas.

 

100 1686 (Large)

 

Villiers s/morin, Cigogne se mettait à accélérer pour grimper cette bosse pour arriver en haut de Coutevrout. Là, la bosse n'allait pas être terrible mais on avait l'impression que le goudron avait fondu ou qu'un camion avait lâché du grésille. Résultat un sifflement en montant et des pneus qui avaient pris toutes les saletés de la terre. On pouvait risquer la crevaison à tout moment. Cigogne roulait dans l'herbe pour essayer d'enlever les gravillons mais moi j'avais l'impression que c'était pire. Arrêt technique supplémentaire pour Roland. C'est cloche, il n'y a que des églises par là. Histoire de conjurer le sort certainement.

 

100 1687 (Large)

 

 

 Descente à fond sur St Germain sur Morin en passant au dessus de l'A4. J'atteignais le 59kms/h. Une broutille mais mes compagnons restaient prudents sur les freins. Cela me laissait le temps de me positionner pour les attendre de pied ferme. Après avoir tourné à gauche, tout sur Esbly. Après être passé sous la voie ferrée, on tournait à gauche pour monter la côte de Coupvray.

 

2334 lavoir du Haut Coupvray (Large)

 

 

Belle bosse que Cigogne était heureux d'avoir monté pour la mettre dans son répertoire. Bon maintenant un peu de culture :

 

Egalement  appelé Lavoir des médisances, le Lavoir du Haut à Coupvray date dans son état actuel du milieu du XIXe siècle. Si sa structure d'origine date de 1808, c'est en effet en 1851, sur la demande insistante des lavandières, qu'il recevra la toiture qui lui donne aujourd'hui tout son charme. Autrefois alimenté par les eaux de pluie, ce lavoir profite depuis 1868 d'un détournement des eaux de source du parc du château de Coupvray, et était ainsi alimenté en eau potable en permanence.

 

  Bon c'était vrai que Cigogne m'avait dit de tourner à droite après le lavoir mais comme j'étais médisant, je m'arrêtais pour prendre le cliché. Bon j'allais le payer car après la bosse pour arriver à Chalifert, j'allais me faire mettre dans le rouge pour les rattrapper. Et en plus, j'avais le vent de face. C'est ça qu'on appelle du cyclotouriste. On allait retrouver la circulation car nous abordions les environs de Disneyland. Il valait mieux rester en file indienne si on ne voulait pas être accrocher par les voitures. Direction Jossigny en passant par Val D'europe , grand centre commercial, pour reprendre le chemin du retour. Cigogne avait sa valise à faire.

 

 

100 1689 (Large)

 

Chemin habituel : La Jonchère et la montée sur Guermantes, Gouvernes, St Thibaut des Vignes, Vaires et on empruntait la piste cyclabe où quelques petits lapins prenaient le risque de passer devant nos roues. Passage au dessus de la Marne et on retrouver le plan d'eau de Vaires.

 

100 1690 (Large)

 

Je décidais de les accompagner jusqu'à la fin du plan d'eau. Nous avions un vent violent de face mais quel régal ce serait pour moi au retour. Là, j'allais aborder le 35kms/h. Bon voyage à Cigogne. Et Bernard me proposait de faire la randonnée de Gagny dimanche matin. A voir.

 

Retour sur Jossigny par un petit détour car je risquais de ne pas avoir mon kilomètrage dépassant 100 et je voulais encore de la bosse. Donc trajet de l'aller : Côte de Torcy et celle de Guermantes.

 

Jossigny : un petit détour par le chateau pour le plaisir de mes lecteurs.

 

100 1691 (Large)

 

 

Rien à voir avec celui de Guermantes. Et laissez noi vou conter son passé :

 

         Construit en 1743, par Jacques Hardouin Mansart de Sagonne, dernier architecte de la dynastie des Mansart, le
     château est un parfait exemple de l'architecture civile de l'époque Louis XV. Sur sa façade composée de trois pans
     une toiture légèrement courbée donne à ce petit  monument des allures de pagode. Jusqu'à son cambriolage à la
     fin du XXe siècle, le château possédait une importante collection de meubles d'époque, côté cours une importante
     grille surmontée d'une couronne ducale marque l'entrée du domaine. La vue se prolonge vers l'ouest par une
     perspective arborée allant jusqu'au château du GENITOY, aujourd'hui en attente de réhabilitation par la municipalité
     de Bussy-Saint-Georges. A l'est, un large parc arboré est attenant et offre une vue dégagée sur sa façade arrière.
 
     Eléments protégés MH : le château, les façades & toitures des dépendances, l'orangerie, les écuries, les communs,
     le colombier et la maison des lierres ; le parc avec ses murs de clôture ; les façades et toitures de la maison de la
     ROBERDE et les deux allées à l'est et à l'ouest formant la perspective de l'édifice.

 

  Ah quand je fais dans la culture, c'est beau comme dans un livre.

 

Bon résultat du beau parcours bosselé : 102kms avec 715m de dénivelé. Mais que 25kms/h mais on n'était pas là pour faire de la vitesse. Et prendre des clichés freine mon score.

 

Vivement que Cigogne revienne. Bon, là, il va falloir se couvrir car le matin, il géle.

 

Numériser0041 (2) (Large)

 

 

Vous avez dit de la bosse. Pas mal, non?

Commenter cet article

Jean-Charles 20/09/2012 21:39

Culturelle la chasse aux bosses ! J'ai pu tout lire : pas grand'chose à la télé ce soir !

lariegeoise 21/09/2012 07:47



J'ai voulu imiter mon ami JP 37 pour la culture et j'avoue que cela donne un plus aux articles. Son idée est bonne. Et pour les bosses Cigogne m'en a promis d'autres. Gardons nos forces! Par
contre pluie attendue pour la semaine prochaine. Donc il va falloir en profiter un max ce WK en faisant attention aux chasseurs car ils sont de sortie!



Cigogne 20/09/2012 17:55

Promis. Quand je serais reviendu de mon Alsace natale, on se fera d'autres sorties avec des bosses. J'en ai encore pas mal à référencer (Gibbs, la Violette, Esbly...)

lariegeoise 20/09/2012 19:54



J'y compte bien que tu reviennes car moi je ne suis pas équipé pour recenser tes bosses! Et il y a encore plein d'autres. Bon je vois que tu es bien arrivé en Alsace. Garde tes mitennes car ici
aussi il fait froid le matin. Bonnes vacances en famille. Je roulais pour prendre de l'avance.



jp37 20/09/2012 15:58

Faire des arrêts photo fait baisser le score, ok, mais ça enrichi le bonhomme. Des châteaux, des églises, des lavoirs, des moulins, des bosses, mais tu habites dans un véritable paradis!!!

lariegeoise 20/09/2012 17:12



Yes..............Non, ce n'est pas aussi beau que chez toi. Et parfois, je suis obligé de sprinter pour pouvoir prendre les devants pour prendre mes compagnons en plein effort! Imagine! Bon dans
les descentes, je n'ai pas de mal! Lol!


Et toi, où en es-tu? Tu dois bien courir ou rouler en solo, non?