Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la rencontre du vin d'Ariège

Publié le par lariegeoise

100 1592 (Large)

 

Il y a quelque temps, j'avais découvert ce vin d'ariège dans un restaurant à côté de mon village mais je voulais découvrir le lieu d'implantation exact de la vigne. C'est vrai que j'avais plus ou moins eu une idée du lieu, ayant acquis dans les jours antérieurs quelques bouteilles chez le viticulteur. Donc il ne me restait plus qu'à y aller en bike, histoire de faire un parcours nouveau.

 

Bon, là, je partais vers 7H15, soit une heure plus tard que l'horaire du début de mon séjour en Ariège, donc il valait mieux que je surveille l'heure pour ne pas me laisser embarquer. Eh oui, je n'ai pas d'élément informatique qui me rappelle à l'ordre. Moi, je roule à l'instinct! Je suis un vieux qui n'a pas de base informatique.

 

Départ direction Foix par le chemin habituel, via Arignac. Traversée de différents petits villages, mais j'étais dépassé par des gens pressés de regagner leur travail. Bon, passage par la bosse JP que vous connaissez tous maintenant. Et mes pulsations n'affichaient encore que 140, chiffre qui sera le chiffre maximum lors de mon périple.

 

100 1593 (Large)

 

Passage par Foix encore tranquille. Eh oui les noctambules de la fête étaient en train de récupérer (Foix était en fête ce WK) mais pas question pour moi, de m'arrêter pour prendre un café. Direction Vernajoul en contournant la ville et go pour Labouiche.

 

100 1594 (Large)

 

Route tranquille par une température agréable quoique un peu fraîche. Le compteur n'indiquera que 11°. J'avais adopté la tenue automnale, soit le petit blouson mais c'était un peu chaud encore. Direction Loubens, au dessus de Varilhes. Je roulais déjà à une bonne allure. Les feuilles mortes jonchaient déjà le bas côté suite à la sécheresse des jours précédents.

 

 100 1595 (Large)

 

 Je m'offrais le premier col : le pas du Portel. Eh oui, c'était quand même une bosse. En S/M, il faudra bien que je les compte ces montées pour faire du dénivelé!

 

 

  100 1596 (Large)

 

 

Plongée sur la vallée de la Lèze qui allait m'offrir une grande ligne droite avec style toboggan. Le vent de face était assez violent mais j'allais mettre la plaque pour profiter de la lancée que cette route me permettait. Je tournais à gauche, laissant la direction Foix en sens inverse.

 

100 1597 (Large)

 

J'arrivais bien vite à Montegut où était la cave mais je n'avais pas repéré exactement où était le chemin pour aller aux coteaux de la vigne. Donc je faisais demi tour et prenait une petite route à gauche en sortant du village. Je ne voyais pas encore les plantations.

 

Mais laissez moi vous conter l'histoire de ce village de Montégut pour donner un peu plus de corps littéraire à mon article.

 

Le nom du village provient de "mons" ou "mont" qui signifie montagne et de "actus" , aigu ; au début du XXe siècle, le mot Plantaurel y fut adjoint pour le distinguer d'un autre Montégut situé dans le Couserans.
Comme la plupart des villages, Montégut fut protégé et défendu au Moyen-Age par un château aujourd'hui en ruines.
Il appartint dès le XIIIe siècle au Comté de Foix et eut à souffrir des guerres de religion au XVIe siècle.
Au cours de la deuxième guerre mondiale, le château de la Hille servit de refuge à une centaine d'enfants juifs bien soutenus par la population locale. Quelques-uns n'échappèrent pas plus tard à l'arrestation et à la mort.
D'autres enfants français et espagnols y furent également accueillis.
Une stèle et un musée entretiennent la mémoire de ces événements tandis qu'au hameau de Sabarthès, Amnesty International, dans une perspective de sensibilisation aux Droits de l'Homme, a implanté un monument appelé Archétique Agora où figurent les noms, chacun sur une plaque différente, des prisonniers actuels non libérés. La plaque est retirée lorsque le prisonnier retrouve la liberté.

 

Bon, là, c'est le cliché pour JP pour lui montrer que les églises sont complétement différentes que celles de sa région. Et plein de gens qui se reposent.

 

100 1598 (Large)

 

 

Et après une belle bosse, j'arrivais à cette magnifique vigne mais ils avaient dû déjà faire la vendange car il ne restait que quelques grappes que l'on garde pour faire des vendanges tardives.

 

Je vous laisse vous conter l'histoire de cette vigne et par voie de conséquence son vin que j'avais largement apprécié.

 

100 1599 (Large)

 

Le vin a tenu une place importante dans l’histoire de l’Ariège : il s’étendait de la Vallée de la Lèze, en passant par la Vallée de l’Ariège vers la Vallée du Douctouyre.

  Le vin appaméen et varilhois avait déjà en 1310, une noble réputation : le Sénéchal du roi Edouard d’Angleterre lui-même exporta les vins de Pamiers considérés comme « meilleurs crus ».Puis, un peu plus tard le vin de Varilhes atteint une réputation de qualité.

  L’Ariège possède l’activité économique la plus importante en ce qui concerne la viticulture :100% de vignes (dans la Vallée du Douctouyre).

  Malheureusement, une terrible maladie s’abattit sur les vignes ariégeoises : le phylloxéra raya de la carte des vins et de l’histoire les crus d’Ariège.

  Néanmoins, à l’Aube du troisième millénaire fut établit un projet pour la réimplantation de vignobles en Ariège pour que le mythe de ce grand cru ne s’effondre pas. Ces vignes ont été choisies avec soin selon leur cépage, et afin de garantir la qualité du vin, le sol et l’exposition seront pris en compte.

 

 100 1600 (Large)

 

 

 

Origine et histoire du vin ariégeois : 

 

         Les plus anciens vignobles ariégeois (appaméens et varilhois) datent des siècles antérieurs à l’an 1000. Hormis Pamiers et Varilhes, le canton de Saint-Lizier possédait déjà des vignes à la fin du Moyen-Age puis ces vignes se sont étendues progressivement vers Saint-Girons « en amont » pour arriver vers « l’aval » dans la Vallée du Salat.

   En 1829, une enquête concernant l’évolution de la viticulture en Ariège fut ouverte par le Ministère de l’Agriculture. Celle-ci révéla une concentration de vignes dans les cantons du Mas d’Azil, du Fossat, de Varilhes, de Pamiers, de Saverdun et de Mirepoix.

   L’activité viticole prend de plus en plus d’importance de 1830 à 1880 : elle s’impose sans difficulté au sein d’une région déjà agricole.

   A cette ascension lui succéda une crise due au phylloxéra : ces insectes pincent les racines et ont détruit l’ensemble des vignobles ariégeois ; il se pourrait que ce parasite provienne de plantes importées d’Amérique.

         L’accumulation de facteurs défavorables tels que la Première Guerre Mondiale, l’industrialisation et l’exode rural ne permettront pas la réimplantation immédiate des vignobles ariégeois à la suite de cette crise qui a affaibli les viticulteurs moralement et financièrement.

  « Renaissance » du vin en Ariège :

                            En 1995, l’Association pour Adultes et Jeunes Handicapés (APEJH), de Montégut Plantaurel étudie la possibilité d’une réimplantation d’un vignoble en Ariège. Puis celle-ci est rejoint par Christian Gerber (propriétaire, viticulteur au domaine de Ribonnet), Philippe Babin (agriculteur à Vira) et Christian Zeller (agriculteur à Lézat) pour participer à ce projet.

   Ce dossier sera présenté à l’ONIVIN (soutenue par les douanes), qui après quelques études sur les spécificités locales, géologiques, climatiques et hydrométriques ont attribué le droit de plantation d’un vignoble en Ariège.

   C’est au printemps 1998 qu’ont été implanté 28 hectares de vignes sur 42 à Lézat sur Lèze et Montégut Plantaurel (6 hectares  de vignes seront plantés dans la Vallée du Douctouyre). Pour cela, a été sélectionné un plan de vigne résistant et greffé sur celui-ci des cépages nobles (de petits bouts de serment). Pour enfin être plantés sur des Terres Argilo-Calcaires.

 

100 1601 (Large)

 

 

La route s'élevait quelque peu mais j'appréciais et je pensais me retrouver sur le plateau qui allait me diriger vers Pamiers.

 

Montegut-P-village (Large)

 

Petit cliché du village sous les couleurs de l'automne. Ce n'est pas magnifique. Chaque saison a son charme, non?

 

100 1602 (Large)

 

Toujours un peu plus haut. C'était un petit chemin qui serpentait.

 

100 1606 (Large)

 

J'étais accueilli dans un petit hameau par un chien de garde qui ne devait avoir que l'appelation. Et ça montait toujours.

 

100 1603 (Large)

 

Et voilà que je pensais basculer sur l'autre versant et je me retrouvais devant une route plus qu'empierrée. Donc impossible de continuer sans risquer la crevaison. Mais je voyais que j'étais sur le GR 78 et surtout sur la route de Saint Jacques de Compostelle. J'étais vraiment un saint homme!

 

100 1605 (Large)

 

Et je rebroussais chemin, faisant fuir un troupeau de brebis qui était sur la route, me prenant pour une bête curieuse.

 

100 1608 (Large)

 

Je reprenais cette route toute droite de la vallée de la Lèze où j'allais rencontrer un peu de circulation. Mais j'allais continuer jusqu'à Saint de Verges soit près de Foix. Mais à un moment voyant que j'avais le temps de m'éloigner un peu, je prenais la route de Crampagna. J'allais me diriger vers une bosse, histoire de faire un peu de dénivelé, du côté du CHIVA (centre hospitalier de l'Ariège).

 

100 1609 (Large)

 

  Petit arrêt pour le cliché de la base nautique de Labarre avant le barrage EDF sur la route de Foix. J'avais pris le vrai chemin du retour.

 

Cette base vous propose deux types d'activités pour vous détendre ou vous défouler : activités nautiques (kayak, canoë, pédalo, ...) et activités terrestres (volley, ping-pong, tennis, ...)

 

Alors si l'envie vous dit.....

 

100 1610 (Large)

 

 

Et voilà la boucle semblait bouclée avec le retour sur FOIX. En face, je voyais le Pla d'Albi bien connu par les parapentes. Et là, la montée est hard. Plus qu'une vingtaine de kilomètres à faire avec ma petite bosse finale.

 

100 1611 (Large)

 

Dernier coup d'oeil aux sommets encore envahis par les nuages. J'avais bien fait d'aller rouler dans la vallée.

 

Résultat des courses avec un ciel nuageux et un vent assez fort (17° à l'arrivée) :

 

98kms pour 1105m de dénivelé et une vitesse avoisinant les 24,5kms/h. Normalement je devrais être au top pour mon retour en S/M. Vitesse maxi 60,7kms/h : petit score. mais ne dois-je pas ménager mes freins.

 

Demain, je pense que je retournerai dans les sommets, le soleil semblant être annoncé. Ah, la neige était tombé la veille à partir de 2000m. Il va peut-être falloir se couvrir.

 

Ah, je vous le conseille ce vin d'Ariège qui a assez de corps et qui se marie bien avec du gibier. Bon, je pense qu'il faut le consommer dans les cinq ans. Alors....pour ceux qui n'aiment pas l'eau.

Commenter cet article

jp37 03/09/2012 22:01

Sympa cette virée dans la vallée!! Moins de hauteur, mais de quoi faire un de dénivelé tout de même. L'église est différente de celles que je rencontre chez moi, mais c'est là que se trouve le
plaisir de parcourir notre beau pays, grâce à se richesse architectural. Bonne sortie demain, encore deux jours de boulot pour moi et ensuite je vais chez Pôle lol.

lariegeoise 04/09/2012 02:38



Bon courage à toi. Moment difficile mais dans ton activité tu devrais retrouver. Mon fils fait le même job que toi. Je crois que ma sortie de ce matin va être annulé. Petit souci familial. Tant
pis. J'espère faire ma dernière virée montagne car après.....Snif! Mais c'est pas grâve. Je vais peut-être retrouver l'oiseau rare : Cigogne.