Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Publié le par lariegeoise

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Depuis quelques jours, j'avais envie de découvrir cette région au dessus de Mercus qui me permettrait peut-être de voir la chaîne des Pyrénées sous un autre angle. Bon, la veille du départ, j'avais incité  Didier, mon fidèle compagnon de route, à choisir ce tracé. Il l'avait déjà parcouru avec le club, il y a deux ans et il m'avait assuré que le panorama là-haut était somptueux. Donc banco, ce tracé était programmé.

Mardi matin, le temps est un peu frais à 7H30, nouvelle heure, soit 3°. Je décide de mettre un cuissard long malgré que je sache que la température va augmenter dans la matinée et que les efforts seront de mise. Je dois rejoindre Didier devant son domicile comme souvent pour un départ effectif à 8H30'. On risque de faire court aujourd'hui car la bosse prévue ne se monte pas en 5'. Didier, beaucoup plus courageux que moi, a choisi le cuissard court pour les jambes. Je lui précise que je lui tire mon chapeau car moi, rien qu'à descendre de mon domicile vers Tarascon, je ressentais le froid. Go pour Foix, pour revenir vers Mercus. Ca nous fait un bon échauffement de 35kms.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Mercus atteint, on décide de traverser le village au niveau du parking mais ce n'est pas tout à fait une bonne idée car un peu plus haut, on s'aperçoit que la rue qui va nous permettre de partir sur la montée est coupée pour travaux. Qu'importe, on descend de nos montures et on continue sur 50m à pied. A l'avenir, il sera préférable de faire cette montée en partant du feu tricolore de Mercus, à gauche. Avis pour mon ami Patrick, si l'idée lui en venait de faire cette ascension. Et tout de suite, on est dans le feu de l'action puisque les premiers pourcentages sont bien là.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Nous avons droit à un véritable temps de printemps, malgré qu'on soit en automne et que les feuilles qui jonchent la chaussée nous le rappellent. Les zigzags nous accompagnent très vite. Une vraie montée de montagne avec cette route étroite et pentue. Mais le bitume est en bon état, ce qui facilite les choses.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Nous devons nous montrer prudent car déjà nous sommes dépassés par des voitures. Des chercheurs de champignon ou des chasseurs car nous entendons, très vite des chiens aboyer. D'ailleurs à un moment, j'en vois un qui traverse la route.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

De temps à autre, Didier fait une halte pour reprendre son souffle ou plutôt pour prendre le bon cliché. Souvenir, souvenir.....

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Mais dans un virage, Didier m'invite à mettre le pied à terre car il pense qu'un camion rempli de bois descend. La route étant étroite, il vaut mieux lui laisser la voie libre. En définitif, c'est un tracteur qui transporte une vache qui va peut-être voir un monsieur! Lol!

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Derniers kilomètres dans le sous bois et nous sommes au kilomètre 5 depuis le départ du village et ça monte toujours. On va se retrouver sur une route plus dégagée, nous permettant de découvrir un peu la chaîne des Pyrénées. Le paysage est somptueux comme me l'avait promis Didier mais les clichés se prendront au retour. La fin du périple sera par un cul de sac, impossible à poursuivre pour des routiers. Et puis, il vaut mieux ne pas s'interrompre dans son effort.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Nous arrivons presqu'au kilomètre 7 quand nous atteignons le village de Croquié. Didier m'attend en haut et je me dis qu'on est à la fin du périple. Quoique je savais qu'il y avait une route qui pouvait nous emmener plus haut. De plus, le bitume est en bon état, ce qui ne peut que nous inciter à continuer. Et c'est parti sous le regard des habitants qui nous regardent médusés.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Mais un peu plus haut, je ne peux qu'inciter Didier à mettre le pied à terre pour prendre le premier cliché, tant je suis ébahi devant la beauté du paysage. La montagne est vraiment belle. On croise quelques métairies sur les hauteurs. Un petit répit dans le dénivelé avant d'attaquer l'un des derniers 100m où la pente atteint les 18%. De quoi, caler! Je vois un peu plus haut Didier marchant à côté de son vélo. Sa chaine vient de sauter et impossible de repartir par ces pourcentages. Je passe à côté de lui mais inutile de m'arrêter sinon je terminerai comme lui. Inutile de vous dire que je m'arrache. Pire que le pourcentage de la montée de Prayols.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Et nous arrivons à la fin de la montée au niveau du col d'Ijou qui se trouve à 1200m. Nous sommes au niveau des sapins. Deux routes terminent la montée car après c'est de la terre battue, bon pour des VTTistes. Une route descend en contre bas vers un terrain de pique nique où il y a des tables. Intéressant pour des randonneurs qui sont, d'après Didier, nombreux en hiver quand la neige est tombée sur les sommets. D'ailleurs quelques voitures sont arrêtées et d'autres montent encore. Il faut dire qu'avec cette journée, on ne peut qu'être incité à se promener.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Et on attaque la descente mais on ne la fera pas tombereau ouvert comme le suppose Jean-Charles car la route est étroite et on croise encore des voitures. Très vite on met pied à terre pour immortaliser le panorama. Au loin, on aperçoit Arignac et au dessus le village de Saurat. On a un point de vue assez lointain. Et ces couleurs d'automne nous ravissent encore plus.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Didier a mis aussi pied à terre pour prendre quelques clichés. Mais la luminosité étant trop importante, les siens sont un peu pales à mon goût. D'où l'utilité d'être deux photographes. Et il en prend même en roulant, à croire que j'ai fait des adeptes.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

A droite, on aperçoit même la ville de Foix et son château. Je n'arrive pas à me détacher de cette splendeur. Promis, j'y reviendrai. Bon, je dis à Didier que maintenant on ne s'arrête plus jusqu'au village de Mercus.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Des vaches paissent tranquilles au soleil et on entend le bruit harmonieux de leurs cloches. Et on descend toujours.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Mais je n'ai pas pu résister à m'arrêter une dernière fois pour prendre un autre cliché. Didier m'est déjà tout petit à ma vue. Au loin, je vois les voitures des chasseurs stationnées.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Promis Didier, je ne m'arrête plus! Lol! Nous avons atteint la partie boisée. Heureusement qu'il n'y a pas trop de voiture car on se laisse un peu griser par la vitesse en descente avec des virages serrés.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Fin du périple, nous atteignons Mercus mais nous allons arriver au niveau du feu tricolore pour rejoindre l'ancienne N20. Prudence car là il y a de la circulation.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE
A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Didier m'accompagne jusqu'à Tarascon pour qu'il rallonge un peu sa sortie car nous n'aurons pas fait beaucoup de kilomètres en ce début de matinée mais pas mal de dénivelé. Ce qui compense.

A LA RENCONTRE DE CROQUIE

Nous arrivons au centre de la ville et je le quitte au passage à niveau, après la gare. Un dernier "au revoir" en espérant qu'on ne revoit en fin de semaine mais ce n'est pas gagné car la pluie est annoncée et même la neige en début de semaine prochaine. A croire qu'on va sauter très vite les saisons. Je termine ma sortie avec mon éternelle bosse mais là au dernier rond point je suis accompagné par Jean-Marc avec qui je fais la causette avant de le quitter au niveau de Surba.

Périple du jour : 65kms pour 1363m de dénivelé. Pas mal, non?

Commenter cet article

L'ange blanc 14/11/2016 19:59

monter à 1200 m en ce mois de novembre, il faut le faire ! Quel appétit de pourcentage et de dénivelé positif dis donc, et tout ça bien sur dans un décors idyllique. Belle performance avec ton acolyte Didier pour ce beau circuit et fais tout de même gaffe dans les descentes, surtout à "tombeau" ouvert !!!

lariegeoise 14/11/2016 20:41

Magnifique surtout en cette saison et quel paysage mais là c'est terminé et j'ai retrouvé Toulouse où je sors en solo pour sillonnais dans le Lauragais. Un tout autre paysage. Mais largement suffisant pour passer l'hiver mais très vite je reviendrai dans mes montagnes car elles me manquent. Pour les descentes je fais tout de même attention!

jean-charles 07/11/2016 10:06

Oui Didier, la santé, il faut la préserver ! Mais vous faites ce qu'il faut. Toulouse est une très belle ville et je pense que tu as, là- bas auss, de beaux secteurs à traverser à vélo ! Tu vas dépasser les 8000 km c'est déjà extra, d'autant plus que pour la plupart ce sont des km de montagne !!!
Pour moi, oui, pas mal de billard. Ce week-end encore un Open sur 3 jours. Puis il y a le championnat ; une rencontre dans la semaine et une soirée d'entrainement avec les copains au siège du club, sans compter mes passages dans ma petite salle "cosy" de billard à la maison !:!!
Là, il peut pleuvoir, neiger ou venter : je suis dans un cocon !!!
Allez Jean-Pierre, contrôle la pression de tes pneus et continue ta route l'ami !!!

lariegeoise 07/11/2016 11:13

On fait le maxi pour conserver la santé avec Didier. 4° pour notre sortie de dimanche matin et la neige est tombée sur les hauteurs. Pour sûr que sur Toulouse j'ai aussi de quoi faire. Et là je vais subir un peu plus le vent. pas grave: Bon billard Jean-Charles et éclate toi au maximum et puis là tu dois avoir de bons copains comme de bonne soirées.

jean-charles 03/11/2016 11:19

Eh bien Jean-Pierre, encore une superbe sortie et un commentaire agrémenté de merveilleux clichés !!!
Maintenant tu as filé le virus à ton lieutenant : il fait des photos en roulant !!! Avantage : on te verra dorénavant dans tes reportages !!!
Vous avez eu du courage pour partir aussi tôt sous une température sous 5° !!! Les mollets, c'est rien, mais les doigts et les pieds....!! Brouuuuu...j'ai froid d'ici !!!
Tu vois que tu as quand même descendu des pentes ventre à terre : Didier est resté derrière prudamment !!! Sur certains tronçons, j'avais l'impression d'être déjà passé par là lorsque tu m'as emmené sur les pentes ariégeoise cet été !!!?
Ton kilométrage doit bien approcher des 10000, non, ?!

lariegeoise 03/11/2016 14:08

Pour sûr, un superbe paysage. Tu comprends pourquoi je suis amoureux de cette région.
Didier, quelqu'un que j'apprécie beaucoup et je l'ai incité à revenir à rouler avec le club mais nous y avons mis nos conditions. Car parfois, il vaut mieux signaler l'origine des déceptions. Et je pense que le club va tourner mieux. Faire deux groupes au moins. Nous, nous serons parmi ceux qui ne veulent que du plaisir. Les coursiers rouleront ensemble.
Mais là, je vais remonter pour l'hiver sur Toulouse et je roulerai plus dans le Lauragais. Un autre paysage mais en ce moment, le brouillard y est un peu trop dense le matin. Mais pour le froid, ça ne me gêne pas trop, étant un homme du nord! Mais toi, tu devrais connaître. Il suffit de bien s'équiper.
Et oui Didier se met à prendre des photos en roulant mais avec prudence! Il n'est derrière moi qu'en descente! Pour l'endroit, effectivement nous n'étions pas loin de l'endroit que je t'ai fait découvrir. Un village avant mais là on montait tout droit au dessus du village de Mercus et à certains endroits la pente était encore plus sévère allant même jusqu'à du 18%. Mais maintenant que j'ai acquis de l'entrainement, je passe plus facile. Pour le kilométrage je ne suis pas aussi loin que tu le dis. Tout juste 7900kms. J'ai encore des kilomètres à faire si le temps le permet.
Pour l'instant, on a fait beaucoup d'aller et venue avec Toulouse car nous avons divers RDV médicaux. Pierrette était en plein dedans pour son diabète. Une sale maladie et moi j'ai quelques problèmes gastriques. Donc on surveille tout cela mais à Toulouse on a tout sur place.
Et tout cela donne le plaisir du vélo et permet de garder la forme. Et toi, toujours plus sur le billard!