Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le soleil est toujours là!

Publié le par lariegeoise

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Didier et moi, nous avons reporté notre sortie de mercredi à jeudi comme la pluie était annoncée. Mais il n'a plu que quelques gouttes. Dommage! On reporte celle-ci à jeudi matin avec lieu de rendez-vous au croisement, au dessous de mon village pour 8H car le jour se lève de plus en plus tard. Nous avons prévu deux challenges: la montée au barrage de Soulcem et celle de Goulier. On verra selon nos forces après avoir escalader la route jusqu'à Soulcem ce que l'on fera, car c'est un beau challenge déjà.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Didier est à l'heure comme toujours car il sait que je suis un matinal. Moi je descends au lieu de rendez-vous avec mon coupe vent car la température a bien baissé. Mais je l'enlève dès que l'on décide de partir. Par ailleurs, je précise à Didier que par prudence, il vaut mieux qu'on reste l'un derrière l'autre jusqu'au dernier giratoire car à 8H du matin, il y a de la circulation, des gens qui partent au boulot. Au dernier sens giratoire à la sortie de Tarascon, nous bifurquons à droite pour monter jusqu'à Vicdessos. 15kms à parcourir avec un pourcentage léger pour l'instant allant de 2 à 3%, intéressant pour s'échauffer tranquillement. Je laisse filer Didier comme souvent au détour d'une prise photo. Niaux, pas grand monde tout de même. Tiens pourtant un groupe de cyclos qui s'apprêtent à partir? On suppose que c'est un club car un camion suiveur est sur le point de sortir de la résidence. Mais personne dans notre direction.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Vicdessos est encore bien tranquille. Et nous arrivons à Auzat qui est le lieu une fois sur deux de l'arrivée de L'Ariégeoise. Et les pourcentages vont commencer à s'élever. La route est encore large. Nous passons à côté du dépôt de la fabrication des eaux de source Montcalm. A droite un cours d'eau qui porte pour nom Vicdessos. Et il n'est pas tari.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et là, ça commence à s'élever quelque peu mais le pourcentage est encore raisonnable. Inutile de vous dire que j'ai laissé filer Didier. Je me rattraperai dans la descente! Lol! Le plafond reste bas mais pas une goutte d'eau.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Quelques descentes nous sont offertes mais elles sont insignifiantes; On arrive au village de Marc où beaucoup de randonneurs viennent passer quelques jours. Il y a aussi une superbe production de miel à conseiller. Virage à gauche et là les pourcentages commencent à être sérieux.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Inutile de vous dire que j'ai laissé filer Didier. Je sais que je le retrouverai au sommet. J'arrive au Chalet de Montcalm qui fait bar aussi. Bon là, les touristes sont absents en ce jour de semaine.. Virage à gauche en passant au dessus d'un cours d'eau.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et là, le panorama commence a être grandiose. On est vraiment récompenser de nos efforts. Quelques croix posés là, certains pour des gens qui ont fait de superbes choses dans ce décor. Mais je n'ai pas pris le temps nécessaire d'essayer de voir à quoi cela correspondait. Le plafond est bas mais on ne fend pas vraiment le brouillard. Je passe à côté du cours d'eau l'Artigue. Il est rejoint un peu plus loin par le Mounicou. L'eau descend de plein de cascades.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Je quitte le dernier parking où les cars de touristes peuvent stationner comme les camping cars. Ce lieu sauvage est vraiment envoutant. Quelques voitures me dépassent mais elles le font doucement. Et oui, à droite, j'ai le précipice. Elles s'arrêtent à différents virages pour apprécier le paysage. Ca vaut vraiment le coup d'œil. A conseiller.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

L'ayant monté plusieurs fois, cette bosse n'a plus de secret pour moi. Utile quand on ne veut pas perdre courage, tant la pente devient difficile à escalader atteignant souvent les 16%. Et j'aperçois ce fameux barrage. La montée pour arriver au dessus de l'ouvrage se fait en zigzag.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Au dessus du barrage, Didier a eu le temps de m'observer. Je le retrouve assis sur un muret. Je lui précise qu'il y a un promontoire un peu plus loin où il pourra mieux apprécier l'ouvrage.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Le barrage avait dû lâcher pas mal d'eau car il était bien bas à cette époque. Photos traditionnelles pour montrer à nos femmes que nous faisions bien du vélo! Lol! On aurait pu aller plus loin sur le plateau car il existe à un kilomètre un parking réservé aux randonneurs. Mais le paysage est assez grandiose à ce niveau et il faut que l'on songe à redescendre. Petite décision : vue l'heure avancée, on va se contenter de retrouver Tarascon sans passer par Goulier. On se réserve cette montée pour une autre occasion.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

La descente est assez vertigineuse sur quelques kilomètres et nous nous faisons assez raisonnables sur les vitesses utilisées, surtout que la route comporte quelques gravillons. Un peu plus bas, on s'aperçoit que nous avions monté pas mal de dénivelé, en apercevant le dernier parking des autocars.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Didier descend très tranquillement, craignant depuis son accident l'affolement de son compteur de vitesse. Je l'attends en bas comme convenu. Carafa, un lieu dit, nous en rencontrons pas mal dans la descente. Mais pas possible de vivre à l'année dans ces lieux aussi retirés. Mais une vraie maison de montagne! La pente est moins difficile et je descends à bloc.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

La petite église de Marc, typique de la montagne. Et la route se montre nettement plus large. Nous croisons les petits gars de la DDE qui avaient semé des gravillons, pas bon pour les cyclos! L'un d'eux m'a reconnu, à croire que je suis célèbre dans l'Ariège. Juste un petit bonjour en passant et on poursuit notre descente.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Auzat, j'attends l'arrivée de Didier pour lui confirmer qu'on fera pas la montée de Goulier. Passage à Niaux situé à 5kms de Tarascon, on aperçoit sur les hauteurs l'entrée de la grotte, reconnue mondialement. Arrivée à Tarascon, Didier monte le premier kilomètre de montée avec moi pour récupérer sa voiture et moi, je continue sur trois derniers kilomètres de bosse.

Encore une belle sortie de 72kms pour 1630m de dénivelé.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Dimanche matin, le soleil est toujours là mais pas mes compagnons de route car ils sont occupés par diverses occupations : Didier pour un troc et puces, Yves par une exposition. Mais peu importe pour moi, j'ai envie de profiter de ce temps clément mais toujours le matin, car l'après-midi il faut être fou pour rouler par les chaleurs actuelles. J'ai envie de refaire un circuit que j'avais fait avec mon pote nordiste Jean-Charles. Il avait vu ce qu'étaient les bosses de l'Ariège! Lol! Donc direction la route des Corniches par Tarascon. Bompas le premier village avant cette fameuse route où bon nombre de vélos parent les bas côtés de la route. Une façon de mettre en valeur le vélo.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

J'ai gardé le coupe vent car la descente est maintenant fraîche mais je l'ôte dès l'arrivée au village en n'oubliant pas d'éteindre ma lampe arrière. C'est vrai qu'avec elle, je suis repéré de loin. Dès les premiers virages de la route, je peux voir au loin Arignac avec en arrière plan le Soudor. Arnave franchi, la pente commence à avoir de bons pourcentages allant de 6 à 7% sur 5 kilomètres. De quoi rejoindre Cazenave. Les feuilles des arbres ont déjà changé de couleurs et jonchent le sol. Et les virages se succèdent.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Arignac, au fond mais vu d'un peu plus haut, le soleil commence à baigner le village. Tiens un autre souvenir avec le franchissement du col de Soulombrie qui rappellera des choses à mon ami Pilou lors de la Passéjade. Bon, on croit qu'on est arrivé en haut mais nada, ça monte encore. Mais j'ai repassé le plateau moyen de mon bike.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

J'ai affaire maintenant à une suite de montagnes russes. Au loin, j'aperçois les contours de la montée vers Beille. C'est vrai que cette année, je n'en ai pas fait la montée, m'ayant consacré plus à celle de Pailhères. Un peu plus loin, le château de Lordat mais pas trace des aigles. Je les imagine en train de voler autour. C'est un site que je conseille car malgré ses ruines, il a un côté majestueux.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

En haut d'une dernière bosse, je peux mieux l'apprécier, tout comme le village de Cazenave car cette route contourne la montagne.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et je commence à dominer la vallée de Luzenac. C'est là que l'on se rend compte qu'on est tout petit par rapport à l'immensité du paysage. Les wagonnets de l'usine de talc sont en stationnement au dessus de la route. Avec ce soleil, le panorama est toujours aussi magnifique. Un coin que je suis toujours amoureux.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Tiens, le village que je vais aller retrouver dans quelques temps en redescendant vers Luzenac.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Elle n'est pas belle, vue du ciel, cette route des corniches? Avant Caussou, et au premier croisement je bifurque à droite pour plonger sur Luzenac. La route est assez large et la descente rapide ne peut se faire que dans de bonnes conditions sur cinq kilomètres.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Différents virages vont vite m'amener dans le centre du village et retrouver l'usine de Talc? Pas trace d'Eric qui court ce matin la Casartelli. Et je retrouve à la sortie, la N20 où il n'y a vraiment de la circulation que dans l'autre sens, des personnes qui partent en direction d'Ax les Thermes. Bon, je n'aime pas trop ce passage mais en gardant bien ma droite, je peux rouler en toute sécurité.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et je peux bifurquer en direction des Cabannes sans problème. Un court passage pour traverser Verdun et monter en direction de la route des Corniches. La pente est assez sévère sur le premier kilomètre qui me permet de quitter le village. Après les habitations, je prends la décision de faire une pause technique mais je n'arrive pas à déclipter à temps et pan, je me retrouve par terre. J'ai le vernis du genou qui est parti. Ce n'est pas la première fois.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Quelques véhicules descendent mais ralentissent à mon passage. 5 kilomètres à monter à un bon pourcentage avec pas mal de virages. A l'un d'eux, je peux apercevoir le village des Cabannes. La montée est assez ombragée ce qui me permet de ne pas souffrir de la chaleur.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et très vite , je retrouve le rythme d'une bonne descente après le village de Cazenave. Je commence à croiser certains cyclos mais on n'avance pas à la même vitesse. Et oui, une fois de plus, je descends à bonne vitesse. Tiens je croise une vingtaine de Porsche et Ferrari qui doivent faire un randonnée. 5 kilomètres plus loin ou presque je retrouve la route qui va à Bompas. Il ne me reste plus qu'à monter chez moi en repassant par Tarascon.

Fin de la sortie : 72kms pour 1485m de dénivelé.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Lundi matin je vais retrouver mes potes Didier et Yves après leur week-end festif. Passage au dessus d'Arignac où Didier m'avait prévenu qu'ils avaient mis des gravillons sur la chaussée. Inutile de vous dire que je me suis trouvé plus que prudent sur ce passage car la chaussée n'avait pas été, du tout, balayée. Pas sûr que je repasse par cet endroit pendant quelques temps. Départ à l'aube comme d'habitude puisque j'ai proposé à Didier de le récupérer chez lui vers 8H. Bon, là , je suis un peu en avance. Ca me laisse le temps d'admirer la fresque réalisée par Yves (et oui, c'est un artiste!) en l'honneur de la fête du pont du diable faite un des week-ends derniers.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Didier arrive tout de même quelque temps après mais pas rasé, il devait tomber du lit! Lol! J'espère qu'il n'a pas réveillé Claudine! Yves est aussi à la bourre. Je pense très vite qu'il faut que je leur concocte un parcours plus cool que celui prévu. Son retard me permet d'admirer toutes ses créations. Effectivement il a des doigts de génie. Bon alors je leur dis qu'on allait faire autre chose car ils savent que je leur prépare toujours un parcours.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Traversée de Foix comme souvent à bonne allure mais avec prudence car à cette heure-ci, ils partent tous au travail. Je leur précise ce que je veux leur faire faire. Direction Vernajoul, Labouiche, une route bien connue en faux plat montant. Inutile de vous dire que c'est Didier qui ouvre la route. Après Dalou, on file à droite comme si nous allions vers Loubens.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Mais à la première intersection, nous filons à gauche en direction du Mas d'Azil. La route est assez roulante en ce sens et on peut mettre le turbo! Didier se lance à prendre des photos en roulant. Bravo c'est réussi. On voit même ton ombre. Comme quoi, il est trop fort comme dirait Claudine. Je leur précise qu'il faut tout de même se montrer prudent au passage des lieux dit, car il y a parfois, un chien ou un paysan qui traverse sans regarder. Et à notre allure cela pourrait faire mal.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Aigues Juntes, nous tournons à droite pour revenir sur le Plantaurel. Cette route sympa, je l'avais découvert avec mon pote Nicolas, lors d'une randonnée. Un petit cours d'eau longe la route. Tiens l'ancienne boîte de nuit de Didier, m'a-t-il confié! Mais depuis qu'il a pris de l'âge, elle est fermée. Par contre, il n'a pas vu que sur le flanc de la maison, il y avait un cadran solaire. La maison est vraiment typique de la région. Mon retour arrière pour prendre le cliché va favoriser une pause presque technique.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

C'est pas bucolique une route pareille. Moi j'aime! La fraîcheur est encore là et on en profite. Notre arrêt est aussi causée par un ralentissement d'Yves. Pourquoi? On est dépassé par une voiture de gendarmerie mais comme nous sommes bien à droite de la route, pas de raison que les gendarmes nous interpellent.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Et on redémarre quand on voit arriver Yves. Un vrai "people" car il est appelé au téléphone sur son vélo. Heureusement que les gendarmes sont passés avant! Bref on va reprendre tranquillement notre rythme.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

On poursuit notre route après cette petite pause involontaire, où Yves a pu se restaurer car il ne mange pas en roulant! Et nous arrivons à Sabarthés, non loin de la cave du vin d'Ariège. Je précise à Didier où se trouvent les vignes, car à priori, il ne savait pas. On se retrouve sur la route principale qui va de Pailhès à St Jean de Verges. Là, on prête la plus grande attention car la circulation est tout de même importante dans la journée.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

On est toutefois un peu éparpillé mais ce n'est pas plus mal. Je réussis à faire reformer le groupe et j'en profite pour leur dire que nous sommes en avance. Par conséquence je leur propose de tourner au niveau de Patau, à droite pour monter le Pas du Portel, histoire de se faire une petite bosse.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

M'étant arrêté au bas de la bosse pour mieux les photographier, je prends du retard à l'allumage et je me lance le défi de récupérer Yves en haut du col en grignotant petit à petit du terrain. On est perturbé par quelques voitures qui passent par là pour rejoindre la route de La Bastide de Sérou. Mais challenge réussi, je grille Yves sur le panneau. On s'amuse comme on peut.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Ca remonte un peu jusqu'à Dalou avant de plonger sur Foix. Mais changement de programme, je leur propose de tourner à gauche au niveau de Vernajoul pour rejoindre St Jean de Vergès. J'aime bien un peu d'improvisation. Et là, je m'éclate un peu, ne freinant pas dans la descente. Mais c'est vrai que quand on connaît bien la route, on peut se permettre des écarts.

Le soleil est toujours là!
Le soleil est toujours là!

Passage à niveau mais pas de train annoncé, on rejoint facilement la route de Foix où parfois je me fais distancer, ralentissant pour prendre les clichés. Le château au loin, cela faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu! Labarre, petit passage en ville et on file sur Montgailhard. Inutile de vous dire qu'à cette heure, on rencontre pas mal de cyclos. A la sortie de la ville, on retrouve les gars de la DDE qu'on avait croisés lors de la montée vers le col de Soulcem. Ils nous ont reconnu!

Le soleil est toujours là!

La Charmille, nous filons sur le passage à niveau où je vais les quitter, eux remontant sur Montoulieu par le pont du diable. Moi, je file sur Tarascon. Il ne me reste plus que 12kms à faire en solo comme souvent.

Encore une belle sortie sous le soleil : 95kms pour moi et 1200m de dénivelé.

Et maintenant la pluie devrait arriver, faisant abaisser sérieusement la température. Prochaine sortie envisagée avec Yves et Didier, jeudi, puisqu'une éclaircie est promise. Mais j'ai bien peur que maintenant il va falloir qu'on compose avec le temps!

Commenter cet article