Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Publié le par lariegeoise

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Vendredi matin, à l'heure des braves, soit 7H30, les vélos sont déjà en place, prêts à faire une superbe randonnée de la reconnaissance de la Mountagnole, sans la montée de Beille, qui aura lieu le 25/6 de cette année. Mes compagnons de route, Philippe et Nicolas sont arrivés de la région toulousaine pour m'accompagner dans ce périple en voiture. Jean-Michel a récusé mon invitation, jugeant que nous partions trop tôt. Mais je le comprends facilement car quand on travaille, on aspire à des départs plus tardifs. Dommage car cela m'aurait bien plu qu'il découvre ce circuit, tout comme moi car il y a une partie où je ne suis jamais allé. Cette année, le circuit sera bien différent et un peu plus difficile. Celui qui arrivera au départ de cet événement sans véritable préparation, risquera d'avoir une sacrée déception s'il n'arrive pas à terminer son périple, surtout qu'au final, il y aura la montée de Beille qui est de 16kms à 8% de moyenne.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

La température est un peu fraîche en ce début de journée et il vaut mieux partir un peu couvert. Philippe et Nicolas se vêtent de leur coupe vent. 7H45, le top départ est donné pour dévaler jusqu'au centre de Tarascon. J'invite Philippe à me suivre mais sachant que Nicolas ne nous suivra pas car nous atteignons très vite une vitesse de 50kms/h en descente, bien sûr sur quatre kilomètres. On se doute que malheureusement Nicolas va se montrer plus prudent, détestant ces dégringolades rapides dans la vallée.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Après de quelques ronds points où on se montre prudent car à cette heure, nous parcourons une partie de la N20 où les travailleurs automobilistes sont toujours un peu pressés. Et nous arrivons sur la ligne de départ prévue à Tarascon de la future cyclo-sportive à l'heure envisagée soit 8H. Nous allons donc effectuer cette reconnaissance dans les conditions optimales. Et cette grande ligne droite pour arriver à Bompas que nous parcourons à allure raisonnable mais nous savons que lors de la compétition, ce sera nettement plus rapide, soit près de 40kms/h. Un moment que je redoute toujours car ça frotte toujours un maximum et ça déboule de tous les côtés. Mais je me dirai, rien ne sert de courir, les bosses arriveront à temps pour les calmer.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Mercus et on se dirige très vite sur Saint Paul de Jarrat et nous venons déjà de parcourir 15kms. Le vent ne se fait pas trop sentir pour l'instant et le soleil est déjà sorti mais pas assez pour nous réchauffer vraiment. Philippe et Nicolas n'ont pas commencé leur strip-tease. Au rond point, nous changeons totalement d'orientation puisque nous partons en direction de Lavelanet, à droite. Et là, la circulation est un peu plus dense mais en sens inverse. Inutile de vous dire que nous ne rencontrons pas de cyclos!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Ca monte gentiment pour l'instant avant d'arriver à la première véritable bosse de Nalzen. Ca y est, Philippe et Nicolas commencent à avoir chaud et enlèvent leur première pelure. Moi je continue sur ma lancée, sachant qu'ils me dépasseront rapidement. Je maintiens toujours mon rythme tout comme tout vieux briscard!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Après le passage du village, une plongée sur Lavelanet avec quelques petites bosses de ci de là mais à une bonne vitesse. Mais je me dis qu'il vaudrait mieux que je garde un peu d'influx pour les bosses à venir et qui ne seraient tarder. Lavelanet est déjà encombré par les voitures des automobilistes qui partent au boulot mais dès le carrefour principal, la circulation nous est un peu plus fluide.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Une bonne descente nous attend encore pour rejoindre l'Aiguillon, petit village tranquille où il y a un producteur de peigne en corne. Et Belesta n'est plus tellement loin . Nous gardons toujours une bonne allure. Mais le vieux essaie de tenir le contact! Je sais que je les perdrais dès la première vraie bosse.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Nous sommes sur la route de Quillan qui est toujours bien empruntée par les camions et autres véhicules. Un petit break dans le village à cause d'un feu tricolore mis en place pour des travaux. J'indique à Nicolas les changements d'orientation que nous devons prendre mais lui a un GPS qui fonctionne!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Après un gauche, droite, droite, gauche dans le village, on attaque la montée du premier vrai col, celui de la croix des morts. Un bon pourcentage nous accueille dès le départ et je pense que lors de la course, cela va commencer à s'éparpiller très vite, certains n'ayant pas été raisonnables dans les kilomètres précédents. On laisse sur notre droite, la montée vers le Col de Montségur. Et là les voitures sont assez rares. En contre bas, je commence à apercevoir le village de Bélesta qui devient de plus en plus petit à mes yeux.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Inutile de vous préciser que mes compagnons de route m'ont déjà lâchés depuis un moment. Mais je reste dans mes objectifs : ne pas me mettre dans le rouge car le plus dur est à venir. Forêt de Belesta et je me retrouve sur un faux plat montant pendant un kilomètre. Et non , je ne suis pas encore arrivé en haut du col mais je ne m'inquiète pas trop car je connais cette montée. L'inconnu sera pour plus tard.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Mes compagnons de route ont mis pied à terre au sommet pour prendre les photos d'usage comme à chaque fois qu'ils franchissent un col. Philippe et son vélo! Et oui, il faut prouver qu'il y est passé! Lol! Mais ne vous inquiétez pas, Nicolas n'est pas en reste. Et oui, c'est un terrain inconnu pour lui. Pour Philippe, non, car je l'ai souvent entraîné dans le coin.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Et je franchis à mon tour ce fameux col mais contrairement à mes compagnons de route, je ne fais pas de halte. Philippe va très vite m'emboîter la roue. Non, non, ce n'est pas un suceur de roue!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Et maintenant on attaque une semi descente vers le pays de Sault, une région que j'aime beaucoup car on a une vue magnifique en général sur les Pyrénées. Pour l'instant, on est encore dans la partie boisée. Mais c'est un faux plat montant qui nous attend. On a l'impression de ne pas avancer car en plus le vent de face s'en mêle.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Tiens, on change de département en passant dans l'Aude, une information pour notre ami Veloblan qui se demande si vraiment on va dans ces coins! Il a trainé par là, il n'y a pas si longtemps mais je ne vois pas ses petits cailloux. Mais lui, ce serait pour crever nos pneus. Hi,hi,hi!!!! Au loin, on aperçoit la chaîne des Pyrénées qui est encore enneigée.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Au croisement de la route de Quillan/Belcaire, nous tournons à gauche contrairement à d'autres années pour rejoindre Espezel. Cela devient un circuit inconnu pour moi, me réservant très certainement des surprises.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Nous traversons le village où un "man qui pisse" est au bord d'un lavoir. Là, ils n'ont pas marqué "eau potable". Ca se comprend! Après une belle descente en zigzag, je me fais la réflexion qu'à un moment donné, il faudra remonter pour rejoindre le col des 7 Frères. On est encore sur le parcours commun de l'ariégeoise. Au niveau de Galinagues on tourne à droite pour rejoindre Niort, laissant la route à gauche pour ceux qui iront rejoindre Mijanes et la montée de Pailhères.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Même Philippe se met en danseuse, étonnant de sa part ou alors il commence à piocher, d'ailleurs la montée qui sera du croisement au sommet de 15kms et de Niort 11kms. A se souvenir car on n'en voit pas la fin! Je croise d'autres cyclos qui descendent et me saluent. Un petit cours d'eau sympa. Dommage je n'ai pas le minion de Patrick car cela lui plairait.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Après le passage du village, je retrouve mes deux compagnons de route car il y a un croisement et le doute s'installe. Moi je leur précise que nous devons prendre la direction de Camurac et non, le col du Pradel.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Philippe joue les photographes pour changer et varier de la discussion. Le GPS de Nicolas dit d'aller tout droit et moi je les persuade qu'il faut persister de garder le cap sur Camurac. Un peu plus loin, la route nous prouve que Nicolas avait raison car il y a bien une route dans la montée qui vient du Pradel. Tout le monde peut se tromper!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Et après cette discussion, mes deux compagnons me lâchent mais pas grave, je profite pour admirer le paysage que je n'avais jamais vu à ce jour, tout comme Philippe mais pas Nicolas qui avait déjà fait un tracé dans un parcours avec d'autres copains.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Dans mon viseur, j'ai bientôt mon ami Philippe qui doit piocher dans ses réserves car c'est une ascension qui n'en finit pas et on ne semble pas en voir le bout. Ca tournicote sans arrêt.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Avant d'arriver au sommet, je me retrouve sur un faux plat montant. Je me fais dépasser par des motards qui doivent s'éclater dans la région. On arrive dans une partie boisée qui monte encore avant qu'on attaque une descente où on doit se montrer prudent car on n'a pas beaucoup de vision.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Et nous arrivons à ce fameux col des 7 Frères qui nous a un peu entamé, tout au moins pour moi! Nicolas nous a attendu au sommet comme toujours car après il n'y a pas de descente difficile où on doit l'attendre. Et direction le col de Marmare en passant par Prades.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Au loin, on aperçoit le village de Prades mais il n'est pas aussi près qu'on le pense. Nous revenons en Ariège après avoir traversé le village de Camurac. C'est assez roulant, tout en montant à des pourcentages moins difficiles.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Inutile de vous dire que mes compagnons de route m'ont lâché une fois de plus. Mais je m'accroche!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

La pente pour arriver au col de Marmare n'est pas trop élevée mais les kilomètres déjà parcourus ont commencé à entamer les hommes. Nicolas est déjà parti bien en avant et se fait plaisir pour prendre un selfie devant le panneau du col. Bon, là, il ne nous attendra pas car il sait qu'après, sur la route des corniches il y a une descente du diable et comme il reste bloqué sur ses freins, il préfère prendre les devants.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Avec Philippe, on descend comme des bombes tout en faisant attention un minimum car on rencontre même une voiture qui monte. Par contre, bonjour la chaussée qui est remplie de trous. Il faudra se montrer prudent car la crevaison peut vite arriver. Dans le virage aménagé pour voir mieux la vallée, on peut admirer le site de Luzenac, lieu de travail de mon ami Eric mais du club, qui ne pourra que faire plaisir à mon ami Eric de Tarascon, de ce lieu où il travaille. Mais on n'est qu'au début de la descente. Je fais même tomber un de mes bidons en passant dans un trou, sans m'en apercevoir. C'est Philippe qui me le récupère.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Caussou le premier village dans la descente vertigineuse que nous venons de faire. Nicolas nous attend certainement à l'embranchement de la route des corniches/descente sur Luzenac. Le paysage est toujours aussi somptueux. Mais la descente rapide que nous venons de faire, me fait penser que certains cyclos lors de la compétition devront tout de même être prudents car la fatigue supprime parfois la lucidité. Effectivement Nicolas est bien là mais il rate la photo de notre arrivée! Lol! Et il n'a qu'un bout de Philippe!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Petit retour arrière de la vision de la route des corniches avant d'attaquer cette route à flan de montagne. Le vent commence à se faire sentir. Et nous surplombons le village de Luzenac où est implanté l'une des plus grandes usines de talc. Bon, ça va remonter un peu!

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

je commence à apercevoir le château de Lordat, connu pour ses aigles et où les touristes se précipitent l'été. Très intéressant à découvrir. Mais il y a encore du chemin avant l'arrivée. Et ce n'est pas tout plat.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Philippe fait ses dernières photos en m'attendant au dessus de Lordat et cela lui permet de faire une pause. Au loin les sommets sont encore enneigés. Mais il reste bien encore 5kms avant d'arrivée à l'embranchement pour plonger sur Verdun.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Très vite, nous allons passer près de villages typiques : Axiat, Appy.... Nous nous trouvons dans des zones un peu plus ombragées mais le soleil est bien là et commence à faire son action sur nos corps. Et nous arrivons à ce fameux embranchement mais pour aujourd'hui nous filons sur Tarascon pour retrouver les voitures. Petit détail pour ceux qui plongeront vers Verdun le 25/6, il faudra garder sa lucidité car la descente est très dangereuse. Et puis n'oubliez pas, vous aurez à remonter sur Beille : 16kms à 8% de moyenne avec 1200m de dénivelé. Mais vous serez peut-être accompagnés par ceux qui font le parcours XXL.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Très vite, je reviens au niveau de Nicolas. Quelques cyclos font une pause après la célèbre grimpette du Col De Souloumbrie partant d'Arnave que devront franchir les cyclos de la Passejade dont Pilou! Cazenave la plongée de la vallée commence. Nicolas est vite dépassé et nous allons l'attendre au croisement avec la route Foix/Tarascon.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

Il ne nous reste plus qu'à se diriger vers Tarascon, retour vers le lieu de départ pour escalader les quatre kilomètres, nous permettant de revenir sur Bedeilhac.

Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille
Reconnaissance de la Mountagnole sans la montée de Beille

La sortie s'achève par un petit pot chez moi mais sans alcool. On aura parcouru 130kms pour 2000m de dénivelé . Bien fourbus mais heureux de ce périple. La prochaine fois, nous ferons la reconnaissance de l'Ariègeoise qui devra grimper Pailhères, un autre monument!

Le lendemain, le soleil étant toujours là, je m'offre une sortie de décrassage de 65kms avec mon pote Didier, un petit gars du club.

Commenter cet article

Alex 26/05/2016 10:40

c'est quoi cette sortie !! il manque le dessert ^ ^, mais vous l'aurez lors de l'Ariegeoise
à peine 2000m pour 130km : c'est tout plat
Belle sortie au calme et à la montagne :)

il faudra que je vienne un jour dans ce coin, je n'ai que le Pailhères et l'Envalira ;)

lariegeoise 26/05/2016 11:42

les montagnes ariégeoises n'attendent que toi car j'y serai tout l'été.
Pour le parcours, ce n'était qu'une reconnaissance. l'ariégeoise ne fera que Beille en sus pour le parcours XXL soit plus 4000m de dénivelé. viens la faire, tu l'auras ton séssert!