Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La route des crêtes

Publié le par lariegeoise

La route des crêtes
La route des crêtes

Jeudi matin, j'ai rendez-vous avec Jean Michel que j'ai eu la joie de connaître grâce à FB, car parfois la passion d'un sport permet à certains de partager leur loisir et de se rencontrer par l'intermédiaire des réseaux sociaux. Donc on peut dire que cette formule de rencontre a du bon. Il faut simplement savoir en faire bon usage. Donc 7H45, j'enfourche mon mulet pour le retrouver sur la place de la mairie à Quint Fonsegrives. A peine une dizaine de kilomètres à parcourir de chez moi en empruntant la route de Revel que j'avais pris lors de mon dernier périple, pour le rejoindre si je ne me plante pas et malheureusement je me perds dans le dédale de la zone industriel du village. Bon, pas grave car je suis largement en avance par rapport à l'heure de rendez-vous. Mais d'abord, départ par le pont des Demoiselles et déjà il y a de la circulation et pas mal de cyclos. A croire que c'est un des principaux moyens de locomotion pour la région de Toulouse. Après être passé en dessous de l'autoroute, je bifurque à gauche mais comme tout mauvais cyclo, je n'utilise pas la piste cyclabe, ayant toujours de mauvais souvenir de celles de la RP qui ne sont pas entretenues! Inutile de vous dire que je me fais klaxonner! Et j'emprunte la zone industrielle qui ne m'emmène nulle pas, donc retour en arrière et demande de renseignement auprès des habitants. Enfin j'arrive à trouver ma route en me faufilant à travers les voitures car les bouchons sont là.

La route des crêtes
La route des crêtes

Bon, j'arrive au point de rendez-vous sur le parking de la mairie largement en avance et je préviens Jean Michel de mon arrivée qui n'arrivera que plus tard, n'étant pas tout à fait prêt. Normal, je suis largement sur place avant les 8H45 prévues. Mais quel plaisir de faire sa connaissance physique car dès le matin, il a la banane. Et c'est bien le type d'homme que je me doutais de rencontrer. Il essaye de m'expliquer le circuit qu'il veut me faire faire. Je lui fais entièrement confiance car je n'ai aucune notion de la région. Tout le long de ce périple, il se montre très patient car je suis largement en dessous de son niveau. Peut-être normal car nous n'avons pas le même âge! Et un point que je veux demander à Jean Michel avant de commencer à narrer la randonnée, c'est qu'il m'excuse car je n'est pas retenu tous les points de passage mais ça viendra car je compte bien revenir dans la région.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et c'est parti. Il m'emmène sur les hauteurs au dessus de Quint, me permettant d'avoir un aperçu de Toulouse et de ses environs et plus précisément de Balma. Jean Michel me propose de m'arrêter pour prendre le cliché. Il ne sait peut-être pas que je le fais toujours en roulant. Et toujours un peu de circulation et JM (Jean Michel) me précise que s'il part si tard c'est qu'il veut éviter le flot des voitures. D'ailleurs il décide de m'emmener sur des routes tranquilles. Le top pour pouvoir papoter l'un à côté de l'autre et dieu s'il va en raconter des choses. Pas sûr que j'ai tout retenu mais quand je reviendrai, je pense que cela m'évoquera certaines choses. Il me précise que nous allions trainer nos roues sur la route des crêtes, très empruntée par les cyclos de Toulouse.

La route des crêtes
La route des crêtes

JM a toujours la banane, et c'est bien plaisant. Mais les bosses aussi et ce n'est que le début.

On va zigzaguer plus d'une fois pour trouver les routes les moins fréquentées. Mons, Flourens, petits villages que nous apercevons parfois de loin. Quelques plans d'eau, malgré que nous soyons sur les hauteurs. Le bon coin pour les pêcheurs.

La route des crêtes
La route des crêtes

Nous passons près d'une ferme où des futurs chiens de berger s'exercent avec des chevaux pour les diriger, avant de s'occuper des troupeaux de mouton. Ca amuse toujours autant JM. Nous croisons quelques marcheurs à défaut de cyclos. Et le vent est déjà bien présent. Pour l'instant on ne le subit pas trop de face.

La route des crêtes
La route des crêtes

Gauré, Les Fangeaux, Teulat, des noms qui m'évoquent pas trop de chose pour l'instant, simplement je vois que je me fais décrocher à chaque bosse de JM. Pas grave, je n'ai pas d'objectif à établir et ce n'est qu'un échauffement pour JM après son opération. Toujours ces villages typiques avec des égises en accord avec les couleurs du paysage. Dommage qu'une brume reste au fond des vallées, me privant d'un paysage plus majestueux. Nous faisons une incursion dans le Tarn mais ce sera de courte durée.

La route des crêtes
La route des crêtes

Au loin, le lac de Balerme. Nous traversons la grande départementale qui va à Castres, pour rester sur des routes beaucoup plus tranquilles. C'est le mot d'ordre de JM.

La route des crêtes

Non loin de Verfeil, cette fameuse route des poubelles si je ne me trompe pas mais JM me corrigera. Simplement ce sont les cyclos qui l'ont nommée comme cela car c'est leur lieu de pause "pipi". Ils ont leur points stratégiques ces cyclos. Moi, pour l'instant, je ne subis pas trop les méfaits de la prostate!

La route des crêtes
La route des crêtes

Au loin le château de Belcastel, une prochaine fois, je ferai le détour pour pouvoir faire un meilleur cliché car la brume envahie les profondeurs, me privant d'un plus beau spectacle.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et toujours ces routes bordées par des platanes, typiques dans cette région. JM me précise comme l'a fait dernièrement Alex que le paysage est souvent illuminé par les tournesols et les maïs. Pourtant le paysage est assez vallonné. Bon nous commençons à subir plus ou moins le vent, ce qui nous ne permet pas de réaliser des scores de vitesse. D'habitude dans les descentes je suis souvent pas loin des 60kms/h alors que là, je n'atteins à peine 45kms/h!

La route des crêtes
La route des crêtes

Viviers, et nous apercevons au loin Lavaur. Un cliché que je savoure, comme quoi le paysage doit être encore plus beau par temps clair. Lacougotte et nous commençons à attaquer notre retour mais JM sait trouver les bosses comme il se doit.

La route des crêtes
La route des crêtes

JM me précise qu'une belle descente nous attendait jusqu'au croisement de la route de Castres. Mais je me méfie car le bougre me l'a déjà dit plusieurs fois! Et que les bosses étaient là! Lol! Nous retrouvons la Haute Garonne. Verdine, Albiac, des lieux traversés ou abordés.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et toujours des bosses en continu et dire que mon ami Pierre me disait que ça ne montait pas dans le Lauragais! Lol! Et quelques traversées de village. Nous nous dirigeons une fois de plus vers un endroit stratégique des cyclos , copains de JM. Et une fois de plus, nous n'allions pas prendre la route directe car JM a toujours le souci de rouler sur des routes tranquilles.

La route des crêtes
La route des crêtes

Mais cette fois-ci, JM me promet qu'on va arriver à Caraman, lieu de pause de ses copains?. Ils regonflent leurs accus à cette endroit avant de terminer comme des bombes car il ne leur reste plus que 20kms à parcourir. Des sprints à répétition jusqu'à ce que le maximum craque. Trop forts ces cyclos. L'heure avançant, je réclame à JM de rentrer au plus vite pour ne pas trop inquiéter mon épouse. Mais promis, je reviendrai.

La route des crêtes
La route des crêtes

Et là, nous nous payons un vent violent de face. JM me propose de me couvrir mais c'est souvent peine perdue car dans les bosses je me fais larguer! Paureville, Tarabel et cette belle bosse à 13%! En fin de parcours , bonjour les dégâts! Bon, j'essaye de ne pas trop trainer. Il me précise les coups de bourre qu'il se fait avec ses potes de sortie.

La route des crêtes
La route des crêtes

Lauzerville, on commence à apercevoir les faubourgs de Toulouse. Il va m'accompagner jusqu'à la D2 pour me remettre sur la bonne route et après je n'aurai plus que 8kms à faire. Mais tout va bien. Bon nous sommes au delà de midi et la circulation est dense, en conséquence je faire quelques zigzags pour aller le plus vite possible.

La route des crêtes

Le pont des desmoiselles et je me retrouve à l'Avenue Crampel que je reconnais facilemment. Fin du périple dans de bonnes conditions.

92kms pour moi avec plus de 927m de dénivelé. Pour le dénivelé je me suis basé par rapport aux chiffres de JM.

Merci encore Jean Michel pour cette belle sortie. Tu m'as ouvert l'appétit pour revenir dans cette région. J'espère que je serai plus performant la prochaine fois.

Commenter cet article

Alex 31/03/2016 11:59

Lavaur est pourtant pas trop loin de mes parents, je n'ai jamais tenté ce coin : je n'aime pas ces vallons souvent non protégés du vent.
Je vois que tu découvres les spécialités locales : briques, platanes ^ ^
... et ton nouvel "ami" le vent ;)

lariegeoise 31/03/2016 13:57

Donc on aura peut-être des chances de se voir cette année. Comme tu dis des terrains non protégés du vent. J'y ai déjà pas mal goutté surtout en voulant tester hier les bords du canal du Midi. Mais j'ai rencontré un super Cyclo qui a su me montrer des coins sympas.

lariegeoise 31/03/2016 10:52

Effectivement Jean-Michel est tip top comme guide pour découvrir la région. Et merci encore à lui. J'en ai deux autres dans d'autres régions de Toulouse : au sud ouest et au nord. Comme quoi FB a parfois beaucoup d'utilité. Et ça y est, je commence à avoir un peu de repère et en définitif je sors très vite de Toulouse. Et ici beaucoup de gens se déplacent en vélo. Ca aide!

L'ange blanc 31/03/2016 08:40

Tu as déjà récupéré un super guide à ce que je vois, c'est le top ça permet de découvrir la région encore plus vite et surtout de connaître les petites routes tranquilles qui font passer en plus dans les endroits les plus intéressants. Bravo.

lariegeoise 31/03/2016 10:53

Effectivement Jean-Michel est tip top comme guide pour découvrir la région. Et merci encore à lui. J'en ai deux autres dans d'autres régions de Toulouse : au sud ouest et au nord. Comme quoi FB a parfois beaucoup d'utilité. Et ça y est, je commence à avoir un peu de repère et en définitif je sors très vite de Toulouse. Et ici beaucoup de gens se déplacent en vélo. Ca aide!

lariegeoise 29/03/2016 07:34

petite info Lionel quand tu veux voir une photo en plus grand tu cliques dessus. Mais tu le sais peut-être déjà mais ça te permettra de mieux apprécier le cliché

Lionel 28/03/2016 23:03

Beau duo et belle narration ;-)

Je vais encore passer pour un "pénible", et même si je comprends (un peu) parce que c'est la majorité des vêtements qui ont cette couleur dans les magasins de vélo, mais voilà encore, JM, un cyclo "couleur corbeau"... Grrrr, il y a mieux comme couleur non pour être vu par les automobilistes non, eux qui sont moins en moins attentifs à ce qu'il se passe sur la route, et de plus en plus à ce qu'il s'affiche sur leur téléphone... Amis cyclos mettez des vêtements un peu plus visibles, c'est avec les lampes leds (que je fais perso clignoter même en plein jour) nos seules protections...

lariegeoise 29/03/2016 07:31

Merci Lionel.
Effectivement je partage ton avis et c'est pour cela que je rajoute en général un cuissard court plus voyant.
Jean Michel a été top pour me faire découvrir et d'ailleurs j'ai refait une partie hier mais j'ai encore des repères à prendre mais là j'ai joué avec le sens de l'orientation et le repère, la chaîne des Pyrénées que j'ai partiellement vue!