Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Publié le par lariegeoise

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Mardi après-midi, je décide de sortir en solo n'ayant pas de nouvelle de mon ami Philippe et pour cause il est parti pour faire son 200kms du mois. Je décide de faire la route en sens inverse que j'avais prévue l'autre fois, toujours avec Philippe. Donc direction la D2 avec obligation d'une traversée en ville pendant quelques kilomètres. Pour sûr que je suis loin de mes sorties de Seine et Marne où très vite, j'étais dans la campagne en solo! Départ de mon domicile par l'avenue Crampels pour rejoindre ce pont historique des Demoiselles. Les historiens vous diront que c'était le lieu de rencontre des filles de petite vertu et des aristocrates. Mais là, elles n'y sont plus, je vous rassure mais près de la gare de Matabiau oui! Passage par la place de l'Ormeau où j'ai failli acheté un appartement et ensuite pour passer en dessous de la voie express pour retrouver un semblant de campagne car même si j'ai quitté Toulouse, j'ai toujours droit à la circulation et aux feus rouges.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je ressens déjà l'effet du vent de face et c'est là que je me dis que si nous étions deux, je souffrirai moins! Bon pour l'instant ce sont des petites montagnes russes et la circulation est moins dense. La route est assez large mais cela n'empêche pas certains conducteurs de me raser de près. Montaudran,, St Orens de Gameville, Fourquevaux, Labastide Beauvoir, une route presque rectiligne. La soif commence à m'atteindre mais pas possible de me désaltérer car une fois de plus, j'ai oublié mon bidon. Il faudra que je sois plus sérieux la prochaine fois. Les routes sont souvent bordées de platane, pas d'un grand secours en cette époque.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je suis bien dans le Lauragais car les bosses se suivent et sur les hauteurs, j'ai un paysage magnifique. Alex, pas encore de tournesols mais des cultivateurs qui font des labours ou sèment de l'engrais. On est loin du bio. Mais pas de paysage clair même si le soleil est bien présent.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

J'arrive au bout de 35 kms à l'intersection de la D25 qui me conduit à Villefranche de Lauragais. Cette fois-ci, je ne rate pas la ville mais il me reste pas mal de kilomètres à parcourir. Et toujours ces bosses interminables avec ce vent violent de face. Inutile de vous dire que je devais tenir sérieusement le guidon. Je croise quelques stèles isolées chrétiennes où les fleurs ne manquent pas. Mais le style est bien différent de celles du nord.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Villefranche de Lauragais n'est plus loin. Et bien je franchis la ville sans problème sans oublier le passage sur le canal du Midi où je vois un cyclo. Je me rends compte que le passage sur la rive est en bon état pour rouler en vélo de route. Je me promets de faire ce parcours une autre fois. Auterive est ma prochaine étape dans 25kms mais là, j'ai droit à de belles bosses. Le Lauragais comme me dirait mon ami Jean Michel!

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Je traverse quelques villages typiques de la région toulousaine. Gardouch, Nailloux, je suis sur la D622. Je suis avec régularité cette départementale pour ne pas m'égarer n'ayant jamais fait le circuit qui est sympa. Je ne manquerai pas de le faire connaître à mes amis Nicolas et Philippe.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Même si j'ai droit à de belles descentes après les montées bien sûr, je ne peux espérer faire de la vitesse, tant le vent est violent et m'invite plus à tenir mon guidon. Je n'atteints pas plus les 45kms/h. Et toujours ce paysage sur le côtés qui me permet voir de superbes points de vue. Et quand je grimpe, je me demande toujours quand je basculerai!

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Au loin, je commence à apercevoir la ville d'Auterive où je sais que je me situerai sur des routes beaucoup moins accidentées. Passage au dessus de l'Ariège. Je sais que je retrouverai la Garonne beaucoup plus loin.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Auterive, je bascule dans la plaine de la Lèze, donc beaucoup moins accidentée mais le vent est toujours là. Et c'est pas top. Je pense à mon ami Philippe qui doit finir son 200 dans cet enfer. Quel courage il doit avoir. Je traverse la N20 qui va directement à Toulouse mais je me détourne de ma route directe pour essayer de me retrouver sur une route plus tranquille. Miremont, Beaumont sur Lèze et je me retrouve rapidement sur la D4 qui est la ligne directe pour rejoindre Toulouse.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Lagardelle sur Lèze qui me rappelle un circuit que j'avais fait pour aller voir mon ami Eric à Venerque. L'église est assez remarquable. Labarthe sur Lèze et le vent redevient de 3/4 de dos. C'est assez appréciable mais je ne suis plus qu'à une vingtaine de kilomètres de mon domicile.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais
Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Pins Justaret et je traverse le sens giratoire qui me permet de croiser la N20 où la circulation est plus que présente. Et je me retrouve sur une route qui longe la Garonne. Je la retrouve donc mais aussi en face pas mal de voitures qui arrivent de Toulouse. Et inutile de vous dire que je me fais souvent serrer par les voitures. Empalot et je croise le premier panneau de Toulouse. La rue des Récollets n'est plus loin, donc la ligne droite des derniers kilomètres.

Cette fois-ci j'ai bien rencontré Villefranche du Lauragais

Et voilà, je termine mon périple où souvent les cyclistes sont protégés par des lieux de circulation.

Fin de ma sortie de 97kms pour 1009m de dénivelé mais que c'est cassant ce vent. Mais j'ai repéré un bon parcours que je ne manquerai pas de montrer à mes amis Philippe et Nicolas.

Commenter cet article

cathare 25/03/2016 11:11

encore une bien belle ballade que tu as fait la !!

lariegeoise 25/03/2016 11:57

Et c'est pas fini. Attends que je mette en ligne ma sortie avec Jean-Michel. Il m'a fait voir un peu plus et abordé la route des crêtes.

Lionel 24/03/2016 16:59

Ces noms m'évoquent quelques souvenirs, j'ai traîné un peu mes guêtres dans le 31/11 durant ma jeunesse, et habité 2 ans à Lavaur.
... Je ne sais pas si c'est plus facile à écrire au présent, mais en tout cas c'est plus facile à lire :) !
Belle balade. ... A titre d'info on sème des semences, on épand de l'engrais. A bientôt.

lariegeoise 24/03/2016 17:20

Tu en auras pour ton argent dans mon prochain article car Jean Michel m'a fait abordé la route des crêtes non loin de Lavaur. Tu auras en plus droit aux images! Tu vois, je progresse et je vais surveiller les agriculteurs pour savoir s'ils sèment ou répandent de l'engrais. Lol! Et je continue ma découverte du pays toulousain? Par contre s'ils pouvaient arrêter la clim ce serait bien. Bonjour le vent!

Alex 24/03/2016 13:59

Je te l'avais dit que le vent est pénible par là-bas !
Pas sérieux d'oublier son bidon... moi j'attends le printemps pour qu'ils rouvrent certaines fontaines; "pénible" de gérer son parcours selon les fontaines ouvertes.

En vélo, je ne suis jamais allé plus à l'ouest que Revel / Castelnaudary, je n'aime vraiment pas ce coin (sûrement à cause de la chaleur en été et du type de collines)

pour le bio : le bio n'interdit pas les pesticides, le bio n'a rien de bio (comme tu l'entends), c'est juste qu'il correspond à des règles définies (taux et type de pesticides par exemple...)

lariegeoise 24/03/2016 14:18

Pour le vent, il va falloir que je compose avec. Pour le bidon exacte et en été à proscrire de toute urgence ce oubli.
Ce matin j'ai fait une superbe sortie avec un nouveau de FB Jean Michel qui m'a fait connaître une partie de la route des crêtes. Sympa et je t'assure que tu peu faire du dénivelé. A refaire une prochaine fois