Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Publié le par lariegeoise

Mardi matin, je décidais de repartir pour un circuit d'un peu moins de 100kms car maintenant la lumière du jour n'allait nous permettre que ce type de score et puis, il fallait engranger du foncier en vue du printemps prochain. Si le soleil était présent hier encore, ce matin, il avait totalement disparu et j'allais avoir droit à un plafond bas donc brume avec des passages crachin. Mais mon ami Joel, le belge, m'avait conditionné cet été pour rouler même par temps pluvieux.

Donc 7H30, je partais à l'attaque avec un équipement long et des lunettes blanches que j'allais garder même s'il y avait un peu de pluie fine. Cela protégeait au maximum ma vue sans la gêner vraiment. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières comme souvent. J'avais installé un petit éclairage arrière car en cette saison il valait mieux être vu et comme il y avait toujours pas mal de circulation, c'était plus prudent. Villeneuve St Denis, Châtres, j'allais filer vers Chaumes.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je croisais les doigts pour ne pas être sujet à une crevaison comme lors de mes dernières sorties. On ne peut pas avoir la scoumoune à chaque fois. Les feuilles commençait à longer sérieusement les bas côtés des routes. Il n'y avait que 9° au compteur et aussi un vent assez fort de face. Tout ce que j'aime! Je tournais à gauche bien avant Chaumes pour me diriger vers le château du Vivier. Quelques lapins traversaient la route et les canards faisaient leurs gammes dans le plan d'eau d'à côté. Je revenais en direction de Chaumes mais que je ne traversais pas.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je pensais bien que c'était raté pour voir le soleil ce matin. Vilbert, je n'étais pas loin de Rozay en Brie qui serait ma destination extrême à l'est. J'étais assez prudent sur la route car la pluie fine rendait glissante la chaussée. Dès l'entrée de Rozay je filais à droite pour revenir en direction de Beauvoir. Quelques petites bosses mais rien de méchant. J'étais bien loin des montées du week-end. Mais c'était un parcours que je n'avais pas fait depuis longtemps.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Du côté de Courtomer les machines agricoles pour la récolte du maïs étaient à l'action. Le gibier n'aura bientôt plus rien pour se cacher, entre autre les sangliers. L'étang, le nom du lieu dit, je me dirigeais sur Guignes où déjà pas mal de camions circulaient. Direction Moissy Cramayel, une grande ligne droite avec un bon bitume s'offrait à moi. J'allais être presque poussé par les bourrasques que déclenchaient les camions qui me dépassaient. Heureusement que je n'empruntais cette route que brièvement.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

5kms plus loin, je prenais la direction de Barneau pour me rapprocher au plus vite de Soignolles en brie que j'allais traverser jusqu'à l'église pour tourner à gauche pour aller vers Sénart. Mais bien vite, j'allais tourner à droite pour monter par le gué pour rejoindre Cordon. je commençais à croiser pas mal de cyclos isolés. Je n'étais pas le seul à braver les intempéries. Belle bosse que j'avais découvert dernièrement et route tranquille. J'arrivais sur le haras au centre du lieu dit.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'allais me diriger vers Ozoir la Ferrière comme la semaine passée.Suisnes, Cossigny, Chevry Cossigny, je n'étais plus sujet au vent de face et je pouvais à loisir appuyer sur les pédales. Il parait que ça aide pour avancer! Aux environs d'Atilly et bien loin des fauves, je m'autorisais une pause technique car vous savez que le froid me déclenche toujours certaines réactions. Ozoir la Ferrière, ville qui bouge en général, je passais au dessus de la N4 pour me diriger dans le centre et partir sur Pontcarré. Je passais à côté du site qui avait été restauré agréablement. Le jardin public, il ne me restait qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

4 kilomètres plus loin, j'arrivais au croisement de Favières où j'allais tourner à gauche pour rejoindre mon domicile. Je croisais le club d'Emerainville qui faisait sa sortie club comme souvent les mardis de la semaine.

Fin de mon périple matinal : j'aurai parcouru 94kms à une moyenne de 25,5kms/H acceptable par ce temps même si le dénivelé n'était que de 280m.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Jeudi matin, le temps est encore propice pour faire une belle sortie même en solo. En conséquence, je me décidais pour descendre vers le sud dans un circuit plus ou moins connu, tout au moins dans le sens de celui-ci.

9° au compteur, je préférais m'habiller en long quoique j'aurai un peu chaud en fin de parcours mais le vent que j'avais de face ne me faisait pas regretter ce style d'équipement. Direction Favières. Toujours de la circulation en début de parcours. Le soleil se levait à peine, il était 7H30'. Il fallait en profiter car les jours commencent à raccourcir. Neufmoutiers ou plus exactement Les Lycéens, Les Chapelles Bourbon. Une brume envahissait encore les champs.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Marles en brie, je me dirigeais vers Lumigny que je n'atteindrais pas car je tournais à droite avant l'entrée du village pour prendre la direction des Ormeaux. Dans les champs, le colza avait commencé à repousser sur les terrains laissés en jachère. Peu de temps après je tournais à droite pour reprendre la direction de Rozay en Brie. A gauche, des champs où les gens pouvaient venir récolter leurs fruits ou leurs légumes de saison. Très prisé à notre époque. J'avais droit à de belles lignes droites au bitume agréable.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

A Nesles je passais à côté du parc aux félins mais c'était très calme à cette heure matinale. Je longeais Rozay en Brie en passant au dessus de la N4. Avant Courpalay, je tournais à gauche pour regagner La Chapelle Iger. Pas de circulation pour l'instant et encore moins de cyclo.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Champ Gueffier, une belle demeure qui était loué pour des manifestations. Avant j'avais droit à une petite bosse mais rien de méchant. Pour le dénivelé, ce serait pour plus tard.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Gastins et son célèbre moulin à vent du 15/19ème siècle, l'un des rares moulins en Seine et Marne existant, le deuxième étant celui de Jossigny. J'allais prendre une route beaucoup bosselé après l'église pour aller sur La Croix en Brie. un peu les montagnes russes. Les agriculteurs travaillaient dur dans les champs. Et les mouettes, les corbeaux sans parler des étourneaux volaient en grand nombre.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

La Croix en Brie, Chateaubleau, je n'étais qu'à une vingtaine de kilomètres de Provins mais pas question d'y aller car des distances supérieures à 100kms sont peu réalisables en moins de cinq heures de route. Eh, je ne suis qu'un cyclotouriste. Je bifurquais à gauche pour revenir vers Pécy. Chateaubleau serait le point extrême de ma sortie. St Just en Brie, petit village bien tranquille.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'empruntais la D209 qui était très fréquentée par nombre de camions comme j'étais sur la route qui menait à la N4. Mais en contrepartie j'avais droit à une route de bonne qualité, donc je pouvais lâcher les chevaux, n'étant plus sujet au vent de face. Les Orbies, quelques forages, du pétrole en Seine et Marne? Petit gisement. J'allais tourner après à gauche pour rejoindre Pécy.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'étais sur la route de Rozay en Brie. Ma route du retour était tout tracée car j'atteignais plus de 50kms. J'allais avoir droit à passage boisé comme assez souvent lors de ce circuit. Il faut dire que la Seine et Marne était un département le plus boisé. Vilpré, encore un château privé avec sa ferme adjacente. J'allais arriver à Rozay.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je traversais la ville de Rozay pour me diriger vers Vilbert, Chaumes que j'évitais en passant à côté du château du Vivier. Pas de lapin qui passait devant mon vélo, ni le bruit des canards sur le plan d'eau. Châtres, je n'étais plus qu'à quelques encablures de chez moi.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

En fin de parcours, je n'aurai croisé que quelques cyclos isolés. Les Lycéens, Favières, le périple allait se terminer. Cela avait été encore une belle sortie.

108kms à une moyenne de 26,7kms mais pour un dénivelé de 350m mais avec des passages de vent fort contraire. A refaire!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Vendredi après-midi, comme le matin j'avais fait les courses alimentaires de la semaine, je m'accordais une belle sortie comme la température était encore idéale. Je pouvais mettre du court aussi bien en haut comme en bas. Bref, presqu'une sortie d'été. 21° au compteur, la chaleur idéale. Cette fois-ci, j'avais décidé de me faire un circuit bosses comme certains me charrient sur mes parcours plats. En Seine et Marne, il n'y a pas encore de montagne. 13h top départ. Direction Villeneuve St Denis par la forêt de Ferrières comme très souvent et très vite, j'allais rattraper un autre cyclo avec qui j'allais rouler à un bon rythme jusqu'à Villeneuve le Comte puisque nos chemins se séparaient. Pas très causant, le bougre. Il voulait peut-être m'impressionner. Il faut dire que dans la région, beaucoup veulent jouer les vedettes. Moi, je continue autant soi peu, à saluer en les dépassant. Mais certains répondent. Direction Tigeaux mais je ne montais pas Monthérand par la route habituelle, ayant jugé depuis un moment que la route était dans un état déplorable. Et puis, assez pour les crevaisons. J'allais partir à l'entrée du village en direction de Crécy la Chapelle.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Petite bifurcation par Serbonne pour longer le Grand Morin et effectuer la belle bosse à 7% de moyenne sur 1,5kms. De quoi se réchauffer un peu plus. En haut, je tournais à droite en direction de Montbrieux. Je passais à côté du terrain de golf où quelques acharnés allaient se faire quelques trous.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

A l'entrée du village de Guérard, je tournais à gauche pour monter Rouilly en direction de La Villeneuve, deuxième bosse mais un peu moins sévère. Je plongeais ensuite sur Pommeuse pour rejoindre la troisième bosse de Faremoutiers. Au passage, le Grand Morin qui allait être un peu mon fil conducteur de ma sortie. Et en haut, au niveau de l'église, je plongeais sur l'autre côté de Pommeuse pour rejoindre Mouroux.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Un dernier cliché de Pommeuse pour la compagne de JP37, MJo qui a repris tranquillement l'activité sportive, tout comme JP mais pas dans la même pratique. Mouroux, pas trace de pêcheur. Il devait faire trop chaud. J'allais monter sur la gare SNCF pour tourner à droite au passage à niveau. Mais aucun train n'allait m'arrêter! Au loin, un cycliste isolé que je me faisais le plaisir de rattraper. Un petit challenge, j'aime bien parfois.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Courrois, j'allais couper la route de Coulommiers assez fréquentée encore à cette heure-ci. Une grand ligne droite allait m'attendre pour rejoindre Bautheil mais aussi un vent fort de face. Pas la chose que j'apprécie vraiment. Dans les champs, les agriculteurs étaient toujours en pleine activité. L'épandage pour faire pousser encore plus vite les plants. Très écolo, n'est-ce pas!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'arrivais au centre de Bautheil et j'allais prendre la région des trois rivières. J'étais en direction de Touquin que je quitterai au niveau de la route des Etangs Fleuris pour me diriger vers Saints et sa petite bosse sympa qui allait me ramener au centre du village. J'allais tourner à gauche au niveau du lavoir qu'ils avaient réhabilité dernièrement.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Mauperthuis, j'allais prendre cette route assez fréquentée de Coulommiers quelque temps, appréciant toujours ce moulin à eau dont les dépendances servent souvent à des réunions festives. J'étais ralenti par un tracteur comme bon nombre de voitures. En bas, je tournais à droite pour rejoindre St Aubierge.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je longeais l'Aubetin, petit cours d'eau que j'allais quitter quelque temps pour remonter sur St Augustin. Au passage, je jetais un coup d'oeil sur un autre lavoir qui avait été réhabilité. Très en vogue en ce moment. C'était le lieu de rassemblement des pêcheurs le matin où on avait installé des tables et bancs en bois. Et oui, ils aiment toujours autant boire un verre d'amitié.Je traversais St Augustin pour redescendre sur Le Poncet et retrouver la cascade de l'Aubetin. J'avais l'impression d'être dans mes montagnes! Mais aussi par la belle montée dont les pourcentages allaient sur du 8/10% sur 600m environ.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Faremoutiers, je prenais la direction de Morcerf que je quitterai à hauteur de la fin du village pour me diriger vers La Celle d'en Haut. Descente sur La Celle d'en Bas où je retrouvais l'Aubetin et son moulin à eau. Remontée vers Guérard pour tourner à gauche au niveau du stop vers Dammartin sur Tigeaux. J'allais être accompagné par un cyclo quelque temps mais j'allais le laisser filer au niveau du virage à gauche pour aller sur le centre du village. Je le voyais filer sur St Avoye. Il faudra qu'un jour j'emprunte cette route que je ne connais pas et qui m'emmène en bas de Morcerf. Mais moi, j'allais virer à gauche pour aller vers le passage à niveau où je tournais à droite pour remonter sur Mortcerf.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Au milieu de la montée qui allait m'emmener vers La Houssaye, je m'arrêtais pour prendre le cliché des pêcheurs sur le plan d'eau très prisé par les puristes. J'allais rejoindre Neufmoutiers en lâchant les chevaux car j'arrivais à la fin de ma sortie. Les Lycéens mais pas de cyclo! Favières et au carrefour de la route qui allait de Pontcarré à Villeneuve St Demis, j'étais rattrapé par un club de Bussy St Georges. Je me glissais au milieu de leur groupe mais personne ne m'adressait la parole. En général, certains clubs n'aiment pas. Au pied de la dernière bosse qui allait au dessus de l'A4, je plaçais un démarrage pour le fun. Un seul allait mourir à côté de moi en haut de la bosse. J'en profitais pour en remettre une couche. J'aime bien ce truc surtout à ce moment car ils jouaient un peu les costauds. Le truc par contre qui m'énerve! Bref j'arrivais chez moi après une belle sortie.

Bilan : 98kms pour 710m de dénivelé et une moyenne de 25kms/H.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Samedi matin, le soleil se levait à peine quand je décidais de partir pour une belle ballade qui serait encore une découverte. C'est un peu mon objectif actuel : découvrir des lieux nouveaux. La veille bien sûr, j'avais préparé mon circuit sur openrunner. C'est plus sérieux et j'avais cette fois-ci, fait la photocopie du plan en mettant à côté les lieux principaux. Et puis cette étude me permettait de connaitre le kilométrage exact que j'allais effectuer. Au départ, j'avais envie d'aller jusqu'à Chantilly et après examen, je m'apercevais que c'était un projet trop ambitieux pour une sortie d'une demie journée. Alors ce serait tout simplement une montée sur Ermenonville et sa mer....de sable! Je ne serai pas loin de Senlis mais là n'était pas pour l'instant le but.

7H15, go pour cette ballade qui devrait faire entre 100 et 110kms. Direction le nord, presqu'en ligne droite. A Ermenonville, je serai à 45kms environ, soit presque mi parcours. Ce qui me convenait amplement. Direction Lagny s/Marne pour monter la bosse de Thorigny, assez longue mais qui se montait bien. De quoi me réchauffer rapidement. Je n'avais mis qu'un cuissard court. Ayant garder toutefois le blouson. Je pouvais admirer le lever du soleil du côté de La Violette. Annet et j'allais dans le centre du village, tourner à gauche pour rejoindre Claye Souilly et le canal de l'Ourcq. Et là, allait commencer l'aventure car c'était une route que je n'avais jamais prise.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'allais rencontrer quelques cyclos isolés qui voulaient profiter du temps encore clément en cette belle journée d'automne. J'allais traverser plusieurs petits villages, encore tranquilles à cette heure-ci. J'étais sur la D 404. Messy que je ne faisais qu'aborder, St Mesmes (beaucoup de noms de villages commençant par Saint!) Nantouillet. La température était douce puisque mon compteur affichait 12°. Je ne subissais pas encore le vent. Mais on le subissait souvent à partir de 10H.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Juilly, un cycliste s'était trompé de route à priori. Comme quoi, je ne suis pas le seul à faire des erreurs. Mais à priori, il avait un plan sur sa sacoche mais il ne répondait pas à mon bonjour. Il n'était peut-être pas réveillé. Je traversais quelque temps le village de St Mard où il y avait un mini marché, avant de revenir sur mes pas pour partir en direction de Dammartin en Goële.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Depuis le départ, j'avais droit à une route assez agréable au bon revêtement mais un peu style montagnes russes. Mais ça se montait assez facilement. Et je passais en dessous de l'autoroute pour apercevoir sur les hauteurs Dammartin. Comme à l'habitude, je décidais de traverser la ville pour découvrir quelque peu. Par contre, je ne trouvais plus de direction pour Othis qui devait être le village suivant. Je demandais le renseignement à une commerçante fort agréable qui nettoyait sa vitrine. J'allais en définitive retrouver une route qui contournais Dammatin, pour me retrouver en ligne droite sur la fin extrême de mon périple.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Othis en vue tout comme toujours quelques cyclos isolés. D'ailleurs j'en croiserai pas mal. Et enfin je trouvais la direction indiquée sur les pancartes. Il fallait dire que je n'étais qu'à 6kms d'Ermenonville. Pas trop circulation pour l'instant. Même à un moment, une camionnette allait s'arrêter pour me laisser prendre une photo. Sympa, non!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Ver sur Launette, dernier village avant Ermenonville où je passais à côté du village. Il fallait vous dire, que je voulais découvrir en premier la mer.....de sable, si chère à Jean Richard qui y avait construit un parc d'attractions qui aura été un gouffre financier pour lui. Je passais à côté d'un jardin extraordinaire qui aurait été apprécié par Charles Trenet. Demi-tour pour rentrer dans le village propre car la route ne le traversait pas.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'arrivais au magnifique château où se tenait un très grand restaurant. Le parc était magnifique avec ses couleurs d'automne. Mes jambes allaient être récompensées par la beauté du paysage.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et après le cliché d'usage, je filais vers cette mer de sable qui n'était qu'à 4kms. Je traversais la forêt où il y avait pas mal de circulation puisque je n'étais qu'à une dizaine de kilomètres de Senlis. Pas mal de plans d'eau où barbotaient quelques canards.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et dans un premier temps, je m'attardais sur la droite à l'ancienne abbatiale de Chaalis où il y avait quelques visiteurs mais la grille était fermée.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....

J'allais revenir sur mes pas car le parc d'attraction était juste en face. Je passais sur un terrain sablonneux. Et oui, la mer n'était pas loin!

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et j'arrivais au parc d'attraction qui était fermé comme chaque année à cette époque. Un peu comme celui d'Astérix qui n'était pas loin en bordure de l'Autoroute du nord. Il ne ré-ouvrirait qu'au printemps. Voilà j'avais vu la mer....même si elle n'était que de sable et j'allais attaquer la route du retour que je situais à peu près.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Et go pour le chemin du retour qui serait un peu plus difficile à cause de ce foutu vent fort de face. Et sur les grands plateaux que j'allais rencontrer , pas un seul endroit pour se protéger. Bon, je traînais encore un peu dans le lieu d'Ermenonville que je trouvais superbe. Je pensais que j'y reviendrai y faire un tour au printemps. Bref, j'étais heureux d'être venu jusque là. Retour sur les premiers kilomètres sur le chemin inverse que j'avais emprunté à l'aller. Puis au premier rond point, je filais à gauche sur la D 330 en direction de Le Plessis Belleville. Et là, j'allais me retrouver sur une route très fréquentée puisqu'elle allait de Meaux à Senlis. Je ne vous dis pas le nombre de voitures qui allaient me raser mais que voulez-vous, je déteste prendre le même chemin pour le retour. Je n'avais que 20 kms à subir et après je retrouvais des routes plus tranquilles à partir de St Soupplets que j'allais traverser partiellement pour partir à droite vers Cuisy. Au dessus de ma tête j'entendais pas mal de gros porteurs qui allaient atterrir à l'aéroport de Roissy Charles De Gaulle. Une bosse m'attendait et toujours ce vent. Je galérais un maximum, ayant était un peu cramé par la route que je venais d'emprunté, m'étant battu contre le vent. Et toujours quelques cyclos isolés.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Charny, j'étais toujours étonné de voir ces poules en liberté qui vous accueille à l'entrée du village. Le stop a peut-être été créé pour elles, afin que l'on ne les écrase pas! Et j'arrivais à Fresnes. Non, ce n'était pas le village de cette célèbre prison mais là, où passe le canal de l'Ourcq. Un halage a été laissé en état pour les VTTistes ou promeneurs à pied. Une chouette ballade. Au feu, j'allais tourner à gauche en direction de Charmentray, Précy s/Marne où Yves Duteil est toujours maire. Et là, je longeais la Marne sur ma droite jusqu'à Tribaldou. Le canal et le cours d'eau allaient se suivre quelque peu.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Tribaldou, la route était encore calme. Je partais vers Vignely pour rejoindre Esbly où là, j'allais retrouver un peu de circulation. La montée pour rejoindre le plateau de Disneyland. Je n'étais plus tellement loin de chez moi, tout comme mon compteur n'allait pas tarder à afficher le chiffre 100 au niveau du kilométrage. Tiens, en haut de la bosse, ils avaient modifié les voies et créait un sens giratoire. Plus prudent pour cette route très fréquentée.

On s'habitue vite au soleil même d'automne....
On s'habitue vite au soleil même d'automne....

Je faisais un détour pour apercevoir Space Mountain mais c'était le seul lieu du parc que je pouvais voir car le château de la belle au bois dormant était maintenant caché de l'extérieur par les arbres. Il faut dire que le parc a déjà plus de 20 ans d'existence. Je le contournais jusqu'au centre commercial de Val d'Europe, pour prendre la dernière ligne droite qui allait me mener chez moi, longeant la ligne du RER.

Voilà, belle sortie de 105kms pour 660m de dénivelé à une moyenne de 25kms/h. Et toujours le soleil.

Et ainsi se terminait ma semaine bike qui m'aura permis de faire quatre belles sorties. Aujourd'hui dimanche, je m'accordais une pause comme le mauvais temps était prévu et d'ailleurs pour une bonne partie de la semaine. Mes 13000kms était à ma portée.

J'avais fait encore de belles découvertes et c'est pour cela qu'en définitive les sorties solitaires me conviennent bien car elles me mènent où je veux et quand je veux sans refus de tout compagnon, puisqu'il n'existe pas et aussi à la vitesse que je veux.

Commenter cet article